agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 5039 .



FÊTE DE LA PAIX
poèmes [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [HÖLDERLIN,_Friedrich ]

2008-06-16  |     |  Inscrit à la bibliotèque par Guy Rancourt



De célestes, de calmes échos retentissant,
De paisibles résonances toute parcourue,
Et aérée, c’est l’antique bâtisse,
La salle habitée avec bonheur ; sur les verts tapis embaume
Le nuage de la joie et resplendissant de très loin se tiennent,
De fruits très mûrs toutes recouvertes, et de calices couronnés d’or,
En bon ordre, une magnifique rangée,
Sur le côté ici et là dressées au-dessus
Du sol aplani, les tables.
Car venus de loin se sont
Ici, pour la soirée,
Conviés les hôtes bien-aimés.

Et l’œil entrouvert je pense déjà,
Souriant du grave ouvrage quotidien,
Le voir lui-même, le prince de la fête.
Pourtant, quand déjà tu renies volontiers ton étranger,
Et, comme fatigué d’une longue marche héroïque,
Baisses tes yeux, oublieux, légèrement assombris,
Et adoptes une allure amicale, toi reconnu de tous, pourtant
Fait-elle presque plier les genoux la hauteur. Je ne sais, devant toi,
Rien qu’une chose, tu n’es pas un mortel.
Un sage peut m’élucider bien des choses ; mais, où
Un dieu encore apparaît aussi,
Là est pourtant une autre clarté.

Mais aujourd’hui, non, non imprononcé est-il ;
Et quelqu’un, que n’effraient ni les flots ni les flammes,
S’étonne, comme cela s’est calmé, non sans raison, à l’instant,
Quand la domination nulle part n’est visible chez les esprits et les humains.
C’est qu’ils n’entendent l’ouvrage
Se préparant dès longtemps, du matin au soir, qu’à l’instant,
Car immensément brasse, expirant dans l’abîme,
L’écho du tonnerre, l’orage millénaire,
Pour aller dormir, couvert par les rumeurs de la paix, tout en bas.
Mais vous, devenus si chers, ô vous jours de l’innocence,
Vous apportez aussi la fête aujourd’hui, vous bien-aimés ! et il fleurit
À l’entour, vespéral, l’esprit, dans ce calme ;
Et dois-je conseiller, et seraient-elles gris-argent
Les boucles, ô les amis !
Des couronnes, et du festin, de vous soucier, à l’instant semblables à d’éternels adolescents.

Et je voudrais en inviter plus d’un, mais, ô toi
Qui avec une amicale gravité affectionnait les humains,
Là-bas sous le palmier syrien,
Où toute proche s’étendait la ville, tu étais volontiers à la fontaine ;
Le champ de blé bruissait à l’entour, calmement respirait la fraîcheur
À l’ombre de la montagne consacrée,
Et les amis bien-aimés, le nuage fidèle,
T’ombrageaient aussi, afin que saintement audacieux
Traversant le désert doucement ton rayon atteignît les humains, ô adolescent !
Ah ! mais plus obscurément t’ombrage, en plein milieu du mot,
Effroyablement décisive, une mortelle destinée. Ainsi est vite
Fugace tout le céleste ; mais non sans raison ;

Car indulgent ne remue-t-il, connaissant de tout temps la mesure,
Qu’un seul instant la demeure des hommes,
Un dieu, imprévisible, et nul ne sait quand ?
L’impertinent aussi permet ensuite de passer outre,
Et doit venir en ce lieu sacré la sauvagerie
Depuis les lointains confins, s’exerce en brusques tâtonnements ce délire,
Et s’y rencontre là un destin, mais la gratitude
Jamais ne suit même après coup ce cadeau dieudonné ;
En scrutant profondément est-il à saisir.
Nous étaient aussi, le donateur n’épargnant rien,
Dès longtemps déjà par la bénédiction du foyer
Pour nous les cimes et le sol embrasés.

Mais du divin ressentons-nous
Cependant beaucoup. Elle nous a été, la flamme,
Mise en main, et les rivages et les flots marins.
Beaucoup plus, car d’humaine façon,
Sont-elles avec nous, les forces étrangères, confiantes.
Et il t’enseigne, l’astre qui est
Devant tes yeux, cependant jamais ne pourras-tu lui ressembler.
Mais du vivant en toutes choses, d’où viennent
Beaucoup de joies et les chants,
Est unique un fils, un paisible puissant est-il,
Et maintenant le reconnaissons-nous,
Maintenant, là nous connaissons le Père
Et pour célébrer le jour de fête
Le très-haut, l’Esprit
Du monde s’est incliné vers les hommes.

Car dès longtemps pour le souverain du temps était trop grand
Et étendu au loin son champ, mais qui l’aura épuisé ?
Mais pour une fois un dieu peut aussi élire l’ouvrage quotidien,
De même que les mortels, et partager tout destin.
La loi du destin est cela, que le tout s’éprouve,
Que, lorsque revient le calme, soit aussi une parole.
Mais où l’esprit est à l’œuvre, nous y sommes aussi et disputons
De ce qui est bien le meilleur. Ainsi me semble à l’instant le meilleur
Quand maintenant s’accomplit son image, et le maître est prêt,
Et lui-même en étant éclairé pose le pied hors de son atelier,
Le calme dieu du temps, et il n’est que la loi de l’amour
Qui équilibre parfaitement pour valoir d’ici jusqu’au ciel.

Beaucoup, dès ce matin,
Depuis que nous sommes un dialogue et nous entendons l’un l’autre,
Ont-ils éprouvé, les humains ; mais bientôt sommes-nous un chant.
Et l’image du temps, que déploie le grand esprit,
Dépose un signe devant nous, qu’entre lui et les autres
Est une alliance entre lui et les autres puissances.
Non lui seul, les incréés, les éternels
Y sont tous là reconnaissables, de même comme aux plantes aussi
La Terre Mère et la lumière et l’air se reconnaissent.
Mais cependant est-il enfin, ô puissances sacrées, pour vous
Le signe de l’amour, le témoignage
De ce que vous êtes encore, le jour de fête

Qui rassemble tout, où le céleste n’est pas
Manifesté par le prodige, encore invisible dans l’orage,
Mais où par le chant l’un à l’autre hospitalier
Dans le chœur à présent, un nombre sacré
Sont les bienheureux de toutes les façons
Ensemble, et vous aussi qui êtes les plus aimés,
Auxquels il s’attache, ne faites pas défaut ; c’est pourquoi je t’appelle
Au festin qui est apprêté,
Toi, l’inoubliable, toi, au soir du temps,
Ô jeune homme, toi, pour être prince de la fête ; et ici ne reposera pas
Pour s’endormir notre race,
Jusqu’à ce que, les promis, vous tous,
Tous les immortels, vous nous alliez
Dire, depuis votre ciel,
Être là dans notre maison.

Par un léger souffle les brises
Déjà vous annoncent,
Vous présagent la vallée fumante
Et le sol qui bourdonne encore de l’orage,
Pourtant l’espoir rosit les joues,
Et devant la porte de la maison
S’assoient mère et enfant,
Et ils contemplent la paix
Et peu semblent devoir mourir,
Tient l’âme un pressenti,
Diffusé par une lumière dorée,
Il tient une promesse aux plus anciens.

Elles sont bien, les saveurs de la vie,
Apprêtées d’en haut et aussi
Éconduites les peines,
Car tout plaît à l’instant,
Mais le simple
Plus que tout, car longtemps désiré,
Le fruit d’or,
Du tronc originel
Tombé dans les secousses de la tourmente,
Mais alors, tel le bien suprême par le destin sacré lui-même
Protégé par de tendres armes,
Est-ce la forme des Célestes.

Comme la lionne as-tu gémi,
Ô Mère, quand tu as,
Nature, perdu les enfants.
Car, par trop aimante, te les volait
Ton ennemi, quand tu le recueillais presque
Comme les propres fils,
Et aux satyres les dieux se sont unis.
Ainsi as-tu beaucoup édifié,
Et beaucoup enseveli,
Car il te hait, ce que
Tu as prématurément
À toute force tiré vers la lumière.
Maintenant connais-tu, maintenant laisses-tu cela ;
Car volontiers insensible se repose-t-il,
Jusqu’à mûrir, craintivement affairé en bas.

Friedrich Hölderlin, traduction française de Patrick Guillot du poème « Friedensfeier »

.  | index










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .