agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 
Textes du même auteur






Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 61 .



La femme déshabillée
prose [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Célé ]

2017-12-03  |     | 



Cette après-midi je brave l’interdit.
Où s’arrête le chemin goudronné, commence le sentier des découvertes.
Une trouée fend une ridelle de ronces et d’arbustes.

Le lit du fleuve à bout de drap.

Le froissement des recommandations parentales réveille le frisson de l’interdit. Il entoure mon poignet d’une main invisible. J’ose et n’ose. Entre tentation et renoncement, j’hésite. Et je m’incline. Les bords du Rhône resteront un mystère. Aujourd’hui je suivrai la trace des tracteurs.

Les mûres sont rouges, rugueuses entre les doigts, dures sous la dent. Les noisettes hibernent encore dans leurs cocons de chlorophylle.
L’ombre prédomine jusqu’au petit pont, une simple dalle de béton qui permet d’enjamber un ruisseau. Après le pont, un champ qui s’élève en pleine lumière. À ma gauche, le Rhône plus vaste en sa largeur. La trace des tracteurs monte la butte. Au point le plus large, une île. Un monticule de terre qui me fascine. À la suivre du regard, je perds la trace des tracteurs. Sans m’en apercevoir j’ai quitté le sentier.

Je suis entouré d’arbres.

Au bas de la pente, le Rhône ouvre un bras. Sur la veine la plus bleue une femme se déshabille. Elle plie soigneusement ses affaires de femme. Le rocher près d’elle devient la malle de sa mémoire. L’armoire de ses souvenirs. Dans les fentes de la roche elle range ses pensées. Personne ne les retrouvera.

Je ne vois pas son visage. Que ses fesses rondes.

La femme ne plonge pas. Elle se laisse tomber, lestée par un cœur de pierre : le cœur de l’autre.

Des bulles d’air éclatent à la surface de l’eau. De moins en moins nombreuses.

Une nuit de noces pour un couple de cygnes tellement amoureux.

Le fleuve : le lit des noces de diamant.

Sur la dernière bulle d’air, le couple de cygnes s’embrasse. Leur baiser forme un cœur au-dessus de la femme déshabillée…

Les larmes qui noient son cœur sortent par ses narines.

.  |











 
shim La maison de la litérature shim
shim
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .