agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 
Textes du même auteur






Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 100 .



L'automne, demain
prose [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [zazie ]

2017-09-23  |     | 



Je revois ce miroir de glace, mes mains qui cherchent les ondes claires, dessinant un orgue, une vitre dorée de lumière pour pouvoir te retrouver au-delà des raies douces de l'eau des songes, glisser dans les couleurs d'un autre jour, le lendemain fleurissant d'une saison à l'anthèse.

Le soleil qui répand ses accords sur les feuilles tremblantes, le ciel, tiare de la Lune, les clepsydres des parfums des blés réverbérant les arpèges du sommeil, la parure de cette saison qui déploie ses ailes sur les champs et les herbes, sur les fleuves d'améthyste du zénith, tout est là, dans cette toile transparente qui se dessine dans mon miroir, fulgurant les raies soniques de l'automne.

Je vois les corolles de l'été qui s'éteint, mes ongles caressent les ombres des stèles et des nénuphars des lacs, je glisse dans cette eau douce, les ondes scintillantes adornent mes cheveux, le miroir s'éclot, les voiles opalescents frétillent sur ma peau, l'automne s'amorce en sourdine dans les vagues de la chaleur d'or, vassale de ces secondes solfiant la torpeur des parfums et des couleurs.

Ton ombre s’éloigne, je vois le nadir de tes larmes qui se confondent avec les gouttes de cristal de la pluie, je glisse vers toi, amère, sombre, naïade des souvenirs perdus, mes doigts caressent tes traces salées dans l’air monocorde qui amortit les ondes.

L’automne commence avec ton image, la nostalgie des heures passées me poursuit sans cesse, je te verrai demain à nouveau, peut-être, dans l’eau tremblante de mon miroir.

.  |











 
shim La maison de la litérature shim
shim
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .