agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 
Textes du même auteur






Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 293 .



Couleur sépia
prose [ ]
extrait

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Reumond ]

2016-05-19  |     | 

















Y'a des matins comme ça, où les portes s'ouvrent toute seule au moindre vent, c’est intuitif, c’est nerveux, naturel et presque charnel, comme la main qui glisse cherchant le galbe d’une chair, la suavité d’un rein, la chaleur d’un corps, comme l’enfant qui cherche la protection d’une mère ou une plante qui se tourne vers l’eau ou le soleil.

Oui, il y a des matins comme ça ou les verrous tombent, où les regards en cherchent d’autres, où la note de musique ou la note de sincérité cherchent la justesse ou la justice.

C’est comme ça, les portes s’ouvrent toutes seules ; les charnières qui grincent un peu sont comme nos vieilles articulations ; elles ont tellement ouvert de portes et de passages, tellement aéré d’espaces renfermés, et tellement tiré de rideaux pour éclairer nos ombres, que les articulations et les charnières de porte ont évolué en même temps, de la même manière avec la même matière.
Charnières de porte et articulation de chair, sont devenues identiques et rouillent pareillement, comme de vieux fers qui ont fait leur preuve à la force des épreuves, et qui, à coup d’usages répétés, ont fait ce qu’elles sont devenues : des entrées pour chacun et des couloirs pour tous, des ouvertures dans les oppositions, des brèches dans les murs ou des entrebâillements sur de nouveaux horizons.

Couleur de feuilles mortes et de marmites usées ou corrompues par tant de décennies d’usages journaliers, les charnières de porte et leurs consœurs les articulations de chair, sont devenues de la même veine et rouillent pareillement, avec leur teinte sépia, leurs ocres et ces couleurs fauves de bronzes et de chaudrons usés, leur patine d’outils mordorés qui ne servent plus qu’à décorer des maisons de campagne, livrant leur âme de fermier d’hier et leur « vert de gris nostalgie » aux habitants de l'aujourd’hui.


(…)

.  |











 
shim La maison de la litérature shim
shim
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .