agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 
Textes du même auteur






Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 2550 .



Terre, jamais je ne t’oublierai
prose [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Félix_Leclerc ]

2013-01-28  |     |  Inscrit à la bibliotèque par Guy Rancourt




Je me souviendrai
que tu étais ronde,
pleine de lait et de miel,
tel qu’écrit dans le livre,
avec des mamelles rondes,
gonflées, pesantes et chaudes
comme celles d’une nourrice,
rondes de partout,
vagues, vallons, collines,
épaules, jambes et croupe,
ronde comme la lune,
comme le blé et l’orge,
l’ongle du petit doigt,
le ventre des chaloupes
et le creux d’une oreille,
ronde comme un violon,
une assiette, une larme,
une baie éternelle avec courbes de sable,
ronde de la montagne,
une femme, une bouée,
la Terre couchée en rond,
dont on a abusé
et,
il faut le dire,
pillé, grapillé les trésors,
par le mari d’abord,
ensuite les enfants,
avec leurs gestes d’anges, l’ont tachée, salie bien souvent,
disons-le, souillée, la Terre,
surtout la nuit, l’hiver, en cachette,
on s’y est mis à vingt, à trente, à mille, à un million d’amants, passants,
on s’est donné le mot : cousins, voisins, marchands,
la blesser, la punir, la vendre,
la pourrir tant qu’on peut,
la tuer, celle qu’on aime et s’en laver les mains.
C’est connu que l’amour, pour le rejoindre,
juste avant la fuite,
il faut piocher, battre, percer…

Un homme sans femme, c’est quoi ?
sans la Terre, un Arabe, c’est quoi ?
et un Noir, et un Blanc
sans la Terre, sans la femme, c’est quoi ?
Qui n’est pas attendu est mort.

Ronde la Terre,
généreuse,
jamais je ne t’oublierai,
toi, ma femme, la Terre.

Île d’Orléans
Janvier 1986
à Juin 1988

(Félix Leclerc, Dernier calepin, 1988, pp. 190-191)

.  |











 
shim La maison de la litérature shim
shim
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .