agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Article Communautés Concours Essai Multimédia Personnelles Poèmes Presse Prose _QUOTE Scénario Spécial

Poezii Rom�nesti - Romanian Poetry

poezii


 


Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 10161 .



Glose
poèmes [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Mihai_Eminescu ]

2004-10-12  |     |  Inscrit à la bibliotèque par Nicole Pottier



Temps qui fuit, temps qui s'amène,
Toutes sont vieilles, nouvelles sont toutes;
Mal ou Bien, quelle est leur veine
T'interroge, calcule le doute;
N'espère pas, ni n'appréhende,
Une vague, comme vague passe;
On t'incite, on te demande,
Pour toutes choses reste de glace.



Devant nous passent bien des choses,
Notre ouïe beaucoup percutent.
Qui dans la tête se les pose ?
Qui resterait à l'écoute ?
De côté te range tranquille,
A te retrouver t'entraîne,
Lorsqu'en de vains bruits défilent
Temps qui fuit, temps qui s'amène.

Que ni la raison n'incline
L'aiguille de sa froide balance
Vers l'instant changeant sa mine
Pour le masque de la chance,
Qui de son trépas va naître;
Dure peut-être une seule minute.
Pour qui sait les choses connaître,
Toutes sont vieilles, nouvelles sont toutes.

Spectateur comme au théâtre
Dans la vie te considère :
Que l'un interprètre même quatre
Son visage pour toi s'avère.
Et s'il pleure, s'il cherche querelle,
Tu t'amuses et vois sans peine
Tout ce que sont art recèle,
Mal ou Bien, quelle est leur veine.

Avenir, Passé, s'induisent,
D'une seule feuille sont les deux faces,
Du début peuvent voir les traces
Dans la fin, ceux qui s'instruisent;
Choses qui furent ou qui vont être,
Au présent on les a toutes,
Leur vanité pour connaître
T'interroge, calcule le doute.

Car les mêmes moyens régissent
Tout ce qu'ici bas existe,
Depuis tant d'années qui glissent,
Il est gai, le monde, et triste;
D'autres masques, jouent la même pièce,
D'autres bouches, la même gamme rendent,
Tant de fois dupé, toi, laisse,
N'espère pas, ni n'appréhende.

N'espère, quand les misérables
Vers la gloire des ponts lancent,
Te dépassent niais minables,
Même si tu n'es que brillance;
Calme-toi, à nouveau impliquent
L'un de l'autre la disgrâce,
Ne te mêle pas à leur clique;
Une vague, comme vague passe.

En chantant, tel qu'une sirène,
Le monde tend des rêts qui brillent,
Pour changer d'acteurs en scène,
Il attire et entortille;
Toi, de côté, les évite,
Qu'insensible tu te rendes
Si pour que ta route tu quittes
On t'incite, on te demande.

Blessé, met-toi en réserve,
Bafoué, tes mots ravale;
Tes conseils à quoi leur servent
Quand tu sais bien ce qu'ils valent ?
Tous sont libres de médire,
Qui voudra, par ce monde passe;
Qu à aimer, rien ne t'attire,
Pour toutes choses reste de glace.


Pour toutes choses reste de glace,
On t'incite, on te demande;
Une vague comme vague passe,
N'espère pas, ni n'appréhende;
T'interroge, calcule le doute
Mal ou Bien, quelle est leur veine;
Toutes sont vieilles, nouvelles sont toutes :
Temps qui fuit, temps qui s'amène.


(traduction: Véturia DRAGANESCU-VERICEANU)

.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .