agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 2711 .



Fête d’Automne
poèmes [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Renée_Vivien ]

2006-08-29  |     |  Inscrit à la bibliotèque par Guy Rancourt



L’adorable repos, les brèves accalmies,
Vous seules me les donnâtes, ô mes amies !


Voyant paraître enfin la lune à l’arc d’argent,
Je me repose et me désennuie, en songeant…


Vous fûtes la douceur de mes heures mauvaises,
Le baume oriental qui trompe les malaises,


Et vous m’avez conduite en un verger païen
Où l’âme ne regrette et ne désire rien.


Vos fûtes le parfum du soir sur mon visage,
Et la volupté triste, et la tristesse sage.


Au hasard du Destin, vous fûtes tour à tour
La sereine tendresse et le mauvais amour.


Je vous prends et je vous respire, mes aimées,
Ainsi qu’une guirlande aux fraîcheurs embaumées.


Vus avez su tourner vers vous tous mes désirs,
Et vous avez rempli mes mains de souvenirs ;


Je vous le dis, à vous qui m’avez couronnée :
« Qu’importent les demains ? Cette nuit m’est donnée !


« Qu’importe désormais ce qui passe et qui fuit ?
Nul vent n’emportera l’odeur de cette nuit. »


Vous avez dénoué mes cheveux, ô maîtresses
Qui mêliez en riant des roses à mes tresses !


Si bien que je n’ai plus sangloté de ne voir
A mon front ni léger pampre ni laurier noir.

La gloire m’a souri dans les aubes dorées
Puisque ma gloire est de vous avoir adorées.


Vous m’avez enseigné dans les jardins, sachant
Qu’ainsi je vous louerais, l’amertume du chant.


Et d’une voix parfois troublée et parfois claire,
O femmes ! j’ai chanté dans l’espoir de vous plaire.

(Renée Vivien, Flambeaux éteints, 1907)

.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .