agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 5808 .



Chanson de l’amour
poèmes [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Kahlil_Gibran ]

2009-02-21  |     |  Inscrit à la bibliotèque par Guy Rancourt



Je suis les yeux de l’amant, le vin de
L’esprit et la nourriture du cœur.
Je suis une rose. Mon cœur s’ouvre à l’aube et
La vierge m’embrasse et me pose
Contre son sein.

Je suis la maison de la vraie chance,
L’origine du plaisir, et le commencement
De la paix et de la tranquillité. Je suis le sourire
Bon sur les lèvres de la beauté. Quand la jeunesse
Me rattrape elle oublie son labeur, et sa
Vie entière devient une réalité faite de doux rêves.

Je suis l’exaltation du poète,
La révélation de l’artiste
Et l’inspiration du musicien.

Je suis une châsse sacrée dans le cœur d’un
Enfant, adorée par une mère miséricordieuse.

J’apparais au moindre cri du cœur; je fuis les suppliques;
Ma plénitude poursuit els désirs du cœur;
Il fuit la revendication dépourvue de voix.

Je suis apparu à Adam en Ève
Et l’exil fut son lot;
Mais je me suis révélé à Salomon, et
Il puisa la Sagesse dans ma présence.

J’ai souri à Hélène et elle a détruit Troie;
Mais j’ai couronné Cléopâtre et la paix a dominé
La vallée du Nil.

Je suis comme les générations – bâtissant aujourd’hui
Et détruisant le lendemain;
Je suis comme un dieu, qui crée et démolit;
Je suis plus doux que le soupir d’une violette;
Je suis plus violent qu’une tempête déchaînée.

Les cadeaux seuls ne me séduisent pas;
La séparation ne me décourage pas;
La pauvreté ne me chasse pas;
La jalousie ne prouve pas ma vigilance;
La folie ne témoigne pas de ma présence.

Ô vous qui cherchez, je suis la Vérité, implorante la Vérité;
Et votre Vérité en me cherchant, en me recevant
Et en me protégeant déterminera mon
Comportement.

(Khalil Gibran, Larme et sourire, 1914)


.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .