agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 4030 .



Chanson de la chance
poèmes [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Kahlil_Gibran ]

2009-02-20  |     |  Inscrit à la bibliotèque par Guy Rancourt



L’homme et moi sommes fiancés.
Il m’implore et je le désire,
Mais hélas ! Entre nous est apparue
Une rivale qui nous apporte le malheur.
Elle est cruelle et exigeante,
Elle possède un leurre vide.
Son nom est Matière.
Elle nous suit où que nous allions
Et nous observe comme une sentinelle, apportant
L’inquiétude à mon amant.

J’appelle mon bien-aimé à travers la forêt,
Sous les arbres, près des lacs.
Je ne puis le trouver, car la Matière
L’a attiré dans la ville
Bruyante et l’a placé sur le trône
Des tremblantes richesses de métal.

Je l’appelle avec la voix
Du savoir et le chant de la Sagesse.
Il n’écoute pas, car la Matière
L’a attiré dans le donjon
De l’égoïsme, où réside la convoitise.

Je le cherche dans le champ de la Félicité,
Mais je suis seule, car ma rivale l’a
Emprisonné dans la caverne de la gourmandise
Et de l’avidité, et l’y a enfermé
Avec de douloureuses chaînes d’or.

Je l’appelle à l’aube, quand la Nature sourit,
Mais il n’entend pas, car l’excès a
Alourdi ses yeux drogués d’un sommeil malade.

Je le charme le soir, quand le Silence est maître
Et que les fleurs dorment. Mais il ne répond pas,
Car sa peur de ce que le lendemain
Apportera ombrage ses pensées.

Il brûle de l’envie de m’aimer;
Il me réclame dans ses actes. Mais il
Ne me trouvera pas sinon dans les actes de Dieu.
Il me cherche dans les édifices de sa gloire
Qu’il a construits sur les os des autres;
Il murmure vers moi depuis
Ses monceaux d’or et d’argent;
Mais il ne me trouvera qu’en venant à
La maison de la Simplicité que Dieu a construite
Au bord de la rivière de la tendresse.

Il désire m’embrasser devant ses coffres,
Mais ses lèvres n’ont jamais touché les miennes sinon
Dans la richesse de la brise pure.

Il me demande de partager avec lui ses
Richesses fabuleuses, mais je ne renoncerai pas à la fortune
De Dieu; je ne repousserai pas mon manteau de beauté.

Il a recours à la fourberie; je ne recherche que
La voie de son cœur.
Il meurtrit son cœur dans sa cellule étroite;
Je voudrais enrichir son cœur avec mon amour.

Mon bien-aimé m’a appris comment crier et
Pleurer vers mon ennemie, la Matière; je voudrais
Lui apprendre comment verser les larmes de la tendresse
Et la pitié des yeux de son âme
Pour toutes choses,
Et émettre des soupirs de béatitude à travers
Ces larmes.

L’homme est mon fiancé;
Je veux lui appartenir.

(Khalil Gibran, Larme et sourire, 1914)

.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .