agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Article Communautés Concours Essai Multimédia Personnelles Poèmes Presse Prose _QUOTE Scénario Spécial

Poezii Romnesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 2322 .



Epreuve écrite et orale
poèmes [ ]
post-ceausescu

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [angegab ]

2008-04-27  |     | 





Epreuves orales en France ,20 ans après Ceausescu
La même remarque sympathique et multipliée par cent !
« Vous avez un accent … ?
Vous êtes Roumaine,ah bon…
Tout le monde parle français là-bas,
Dites-moi c’était vraiment si dur ,
Je n’arrive pas à y croire
Ca ne pouvait pas être si terrible
Les médias exagèrent toujours,n’est-ce pas … ? »
***
Ma réponse toute prête ,très longue
Toujours la même multipliée par cent !
« J’y ai vécu ,y ai survécu
Imaginez-vous à notre place :
15 litres d’essence par mois,
Cinq enfants obligatoirement par femme-
Jusqu’à 45 ans, pas d’avortements.
Déplaisirs d’amour et comme résultat
Cent mille orphelins ou abandons d’enfants.
Trois cents grammes de pain noir par jour,par personne,
Quatre fois par année de la viande de porc,
Des tickets ignobles de rationnements par mois,
Un litre d’huile de soja,un kilo de sucre et de farine,
Dix œufs , une pauvre margarine,
Un parti unique ,aucune liberté d’expression,
Voter de force pour les mêmes,
Tout le monde sous écoute téléphonique, espionés,
Des informateurs zélés,
Frontières fermées ,le pays agonisant,

.
Coupé du monde volontairement,
Des gens persécutés à la moindre insoumission,
Au moindre écart,
Des punitions ,des peurs au quotidien.
Les tziganes écopaient de trois ans de prison
Pour un pain volé ,pour un gémissement.
Le Samu ne se déplaçait plus après l’âge de soixante ans…
Des villages rasés ,des gens entassés dans des tours
Le peuple esclave,militaires ou bagnards,
Erigeaient Palais du Peuple,
Pharaonique ,visible de l’espace
Comme la muraille de Chine.
Rien que la porte de son bureau en bois précieux
Mesurait cent mètres de hauteur…
Il vendait en dollars,
Pour ses comptes en banque à l’étranger,
Les enfants de filles- mères à l’adoption,
Le pétrole ,
Des Juifs , des Allemands,
Nous obligeant à nous serrer la ceinture,
A trembler de froid ,
Sans électricité ,au profit des industries.
Presse asservie ,une culture ridicule au service
De Ses paroles ,Ses portraits ,Ses discours
Le parfait dictateur, crétin- parano… »
………………………………………
Je reprends mon souffle ,prête à continuer…
Mais l’interlocuteur gêné s’essouffle,
Il a largement compris cette fois-ci :
……………………………………….
« C’est incroyable…On est bien chez nous…
Ca a dû vous changer,

Une fois arrivée en France ? »
Je baisse les yeux, fautive quelque part…
Oui, j’ai eu cette chance-là ,en effet…
Mais ça c’est une autre histoire…

.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .