agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 6028 .



Alphabet alcoolique
poèmes [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Ronny_Someck ]

2006-02-25  |     |  Inscrit à la bibliotèque par marlena braester



Voilà bien longtemps qu'Amicam attend ce mois d'avril.
On peut déjà mettre le nez dehors
et voir enfin le petit front de Julia. Il sait bien que, s'il l'enserre,
ses moteurs se réchaufferont et son visage s'élancera de son corps-garage pour faire briller les phares de ses yeux.
Ce sont deux tortues, et A. en parle, à quelques kilomètres au nord d'Atlit.
Pas loin, on tire et le cuisinier de la base de parachutistes avertit
que la clôture est sous un feu roulant. Ce n'est que la haie d'un pâturage – A. en est sûr - et continue de recouvrir
les corps des sardines de feuilles de sauge comme de linceuls et de les enterrer dans les entrailles du pain.
T. essaie de téléphoner à son père à elle qui accompagne
les troupes américaines en Irak, D. boit encore un verre de vodka
pour oublier le diamant qu'il a vendu contre une gorgée d'eau
du temps où les plombiers étaient des officiers S.S.
I. en est déjà à son troisième Campari, O., quant à elle,jure que le Whisky
ne lui fait aucun effet, D. est en train de formuler la loi du Cognac, et V. prend Eliott en photos
cueillant de l'oseille pour noyer la dernière goutte d'arak au fond de sa gorge.
On tire encore, je l'ai déjà dit, tout près de la montagne. On vient de couper la ligne avec l'Irak; dans la tête de D., on continue de marcher, alors que A. cueille encore une feuille qui adoucira les obsèques de la sardine qui nous attend dans la bouche.
Seule la montagne où nous nous trouvons attend le vent qui arrachera
les dessous des feuilles dont la pluie de mars a revêtu les branches des arbres

Traduction: Marlena Braester

.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .