agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 6602 .



Le temps s’en va, revient,vire, chanson
poèmes [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Bernard_de_Ventadour ]

2006-01-02  |     |  Inscrit à la bibliotèque par Guy Rancourt




Le temps s’en va, revient, vire :
Les jours fuient, les mois, les ans…
Moi las! je ne sais que dire :
J’ai toujours même désir,
Toujours unique, immuable :
Je n’ai voulu, ne veux qu’une
Dont n'eus jamais nulle joie.

Elle a gardé son beau rire :
À moi douleur et dommage !
Au jeu où j’ai pris ma place
J’ai double chance de perdre :
Un amour non partagé
Est perdu pour qui l’éprouve,
Tant qu’il n’obtient un accord.

Je ne blâmerais moi-même
À bon droit : jamais mortel
Ne voudrait servir ainsi
Sa Dame sans récompense.
Si elle ne m’en corrige,
Ma folie croîtra du double :
« Fol ne craint qu’après les coups. »

Jamais plus ne chanterai,
Je renonce aux leçons d’Éble ;
Car mon chant ne me sert guère,
Ni mes couplets ni mes airs,
Et rien que je fasse ou dise,
À mon sens ne me profite
Et je n’y vois point de mieux.

Si je fais semblant de joie,
Bien triste au fond de mon cœur :
Vit-on jamais pénitence
Précéder péché commis?
Plus je prie, plus elle est dure :
Si son cœur ne s’adoucit,
Il me faudra la quitter !

Mais non ! je veux qu’elle vainque
Mon cœur, et l’ait tout soumis !
Malgré mes retards injustes
Bientôt elle aura pitié,
Et comme dit l’Écriture :
Pour le bonheur qu’il procure,
Un seul jour en vaut bien cent.

Tant qu’aurai vie et raison,
Point ne quitterai ma Dame
- Longtemps le grain se balance,
Au vent, quand son âme est née –
Quelque lenteur qu’elle montre,
Je ne vais point la blâmer
Si demain elle est meilleure.

Ah ! bon amour convoité,
Corps bien fait, délié, lisse,
Frais visage coloré !
Vous que Dieu fit de ses mains,
Je vous ai tant désirée
Qu’aucune autre ne me plaît :
Je ne veux point d’autre amour!

Douce Dame bien courtoise,
Dieu qui vous forma si belle
Me donne joie que j’attends!

(In René Nelli et René Lavaud, Les troubadours, Desclée De Brouwer, (Bibliothèque européenne), 1966

.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .