agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 165 .



Images
poèmes [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Salvamaria ]

2016-03-02  |     | 



Épigraphe : Un objet ne fait jamais le même office que son nom ou que son image.
(René Magritte)

(...)
une falaise et une plage
une rencontre péninsulaire
avec ce jour-ci, hier et demain
dans le jaune, un dé et un chien

(...)
le jour où Dorra reprit son sentier
les sentiers se ramassèrent dans un petit moment
le petit moment où le rêve ne fut qu’une aile
sur l’échelle sans nom tu choisis le chant

(...)
Qu’est-ce que tu me demandais quand je rêvais encore? Où est le sentier qui mène au Paradis?... Et le murmure se perdit à l’instant même où je faisais les premiers pas sur la plage. Regarde le sable, il passe son temps en silence vers l’infini...

(Ioan-Mircea Popovici)

*

Ces enfants nés en effleurant l’être si fragile au passage du temps à travers nos vies! On les élève sur la plage à l’âme, une plage, parfois brûlante, une plage, de temps en temps, aux sables mouvants, ou calme, après le passage et l’embrassade de la dernière vague... Dorra, elle-même, est une marche (l’enfant) de l’échelle sur la plage aux chiens et mouettes rieuses... les chiens chantent lorsqu'ils aboient, les mouettes rient lorsqu'elles volent... et Magritte m’assure: ceci n’est pas une pipe.

Regardons encore!

*

(...)
Dorra, pourquoi pleures-tu? Viens, je sais, tu veux que je te prenne dans mes bras. Ainsi, les marches de l’escalier ne te feront plus mal. Ou, peut-être, tu veux quelque chose à croquer, toi! Enfin, j’ai compris, tu veux aller sur la plage, regarder le lointain Levantin, en arôme poétique de sublime... Tu sais quel est le problème? Le matin, les corbeaux ont annoncé la grande tempête. La basse-cour s’est remplie de poules et d’oies. Dans les flaques d’eau du lac gelé, les cygnes cherchent pain et nid...

Au premier coin de rue, un parapluie est apparu.
J’ai allumé ma pipe et j’ai passé mon chemin...

(Ioan Mircea Popovici)

.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .