agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 417 .



Le verger
poèmes [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Jeanne_Neis_Nabert ]

2015-04-18  |     |  Inscrit à la bibliotèque par Guy Rancourt




Si tu veux, nous irons au verger ce matin
Par le sentier moussu qu’embaumera le thym.
Il est en fleurs déjà. Les abeilles sonores
Viennent puiser le miel à ses mauves amphores
Et lourdes au rucher vibrant de leurs chansons
Reviennent apporter leurs suaves moissons.
Leur essaim sur l’air bleu se disperse et s’éploie
Au rythme bruissant de leurs ailes de soie.

Nous entendrons les coqs s’exclamer dans la cour
Et les répons lointains des fermes d’alentour.
Les yeux mi-clos, lissant leurs gorges diaprées,
Les poules au soleil s’étaleront poudrées.
J’en connais une, blanche, huppée, au bec d’or fin,
Qui piquera ta robe avec un air mutin
Pour te quêter du blé, du maïs ou de l’orge.
Tu verras sur un mur le paon qui se rengorge ;

Les pigeons violets au vol frôleur et doux
Viendront tout frémissants s’ébattre autour de nous ;
Dans la mare là-bas, comme une escadre alerte,
Les canards ruisselants se perleront d’eau verte,
Tandis qu’en éventail, gloussant avec aigreur,
Les dindons hérissés rougiront de fureur…

Viens, nous écouterons la complainte du pâtre,
Le sourd bourdonnement des machines à battre :
Tous les frissons joyeux d’un verger au réveil…
Les merles chanteront des hymnes au soleil
Et noirs petits voleurs s’enfuiront sous la branche
Quand ils verront passer ta vive robe blanche…
Viens, nous nous cacherons pour les mieux épier,
Pour entendre les nids pleins d’oiseaux pépier.

En bonnets bleus, en jabots d’or, en capes grises,
Les mésanges diront leurs prières exquises.
Les roitelets furtifs, les pinsons querelleurs,
Les bouvreuils en habit taquineront les fleurs.

Viens, tu croiras goûter des grappes de turquoises
Au fond des frais taillis parfumés de framboises…
Les arbres poseront leurs fruits sur tes genoux
Et le monde mettra ses merveilles en nous…

(Jeanne Neis-Nabert, « Poèmes » in Silences brisés, 1908, pp. 26-27)

.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .