agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 605 .



Je rêve étendue…
poèmes [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Jeanne_Neis_Nabert ]

2015-04-07  |     |  Inscrit à la bibliotèque par Guy Rancourt





« Je suis descendu au fond de la mer
Et la tempête m’a submergé »
Psaume LXVIII

I

Je rêve étendue au bord du rivage,
La mouette crie au rocher sauvage
Et le cormoran
Qui fuit le cou tendu vers sa lointaine proie
Rase d’une aile aiguë et dure l’Océan-
L’eau baise et berce et brise et broie
Un cœur éternel autour des îlots
Un cœur éternel ivre de sanglots,
Éperdu d’amour, fou d’inquiétude,
Un cœur secret au sein des sombres solitudes
Un doux cœur d’enfant
Étonné de la vie inutile et sans rive
Un cœur à la dérive
Étouffant…

Ô mer tes dents blanches
Que découvre un rire étrange et moqueur
Ont dévoré mon pauvre cœur !
Et c’est lui qui roule en tes avalanches
C’est lui qui se tord en tes tourbillons ;
Je vois son sang rouge emplir tes sillages
Et traînant parmi les algues des plages
J’ai trouvé ce soir ses vivants haillons.

II

La mouette crie au rocher sauvage
J’ai trouvé mon cœur épars au rivage.
-« Que t’ont mon cœur
Les vagues en chœur ?

Parmi les émaux et les coquillages,
Les algues en fleurs d’ambre et de safran,
Dans l’or englouti des appareillages,
Dans la perle éclose aux bords de Ceylan,
Sur le sable fin de nacre et d’opale,
Dans les galets bleus, les coraux vermeils,
Dans la conque rose au vent musicale,
Dans le tombeau vert des rouges soleils,
Ô mon cœur, parmi la neige vivante
Des embruns salés, par le vent qui vente
Jeté de Charybde au fond de Scylla,
Parmi les granits, les marbres, les laves,
Partout où la mer ivre te roula,
Que t’ont dit, mon cœur les autres épaves ?
Sais-tu rien de plus ?

As-tu le dernier mot de la vie et du rêve ? »-
Et mon cœur répond, saignant sur la grève :

-« Rien que le flux et le reflux
Je ne sais rien, non, rien de plus ! »

(Jeanne Neis-Nabert, « La mer» in Silences brisés, 1908, pp. 53-55)

.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .