agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 540 .



Regardez-moi Seigneur...
poèmes [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Jeanne_Neis_Nabert ]

2015-03-31  |     |  Inscrit à la bibliotèque par Guy Rancourt





"Tu ne me chercherais pas
Si tu m’avais déjà trouvé."

Regardez-moi Seigneur ! Seigneur je vous appelle
Ah ! par pitié répondez-moi
J’ai couru loin de vous comme un enfant rebelle
Et j’ai détesté votre loi

Je croyais follement – seul amour ! ô seul maître
Que j’aurais trouvé mieux que vous…
J’ai fui vos bras divins et j’ai voulu connaître
D’autres bonheurs encor plus doux

Mais je vous ai perdu ! vous avez pris des voiles…
Voici que je ne sais plus voir
Votre rayonnement à travers les étoiles
Et votre ombre à travers le soir…

Voir votre Immensité captive dans les nues,
Vos miracles au fond des nids…
Images de mon Dieu qu’êtes-vous devenues
Tous vos miroirs sont-ils ternis ?

Je vous cherche en pleurant par la douce nature…
Mais vous vous dérobez toujours
Et me voilà de créature en créature
Pour de misérables amours !

Oh ! vous vous vengez bien de mon indifférence
Rien n’a comblé Maître jaloux
L’abîme, le désert, le vide et le silence
Que vous laissâtes après vous…

Je vous ai perdu, vous, toute mon énergie,
Tout mon espoir, toute ma foi,
Et maintenant je vais mourir de nostalgie
Si vous n’avez pitié de moi…

……………………………………………………………………….

Pauvre âme, ouvre les yeux ! je suis là, je t’écoute,
Tu m’as trouvé depuis longtemps,
Nous suivons pas à pas, tous deux, la même route
Depuis cette heure où tu m’attends.

Je suis venu vers toi dès tes premières larmes,
Dès que tu m’as tendu les bras,
C’est moi qui par amour ai rompu tous les charmes
Des enchantements d’ici-bas.

Je suis en ton remords, je suis la douleur même
Où ton être s’est épuré ;
Tu m’as compris, tu me possèdes et je t’aime
Puisque perdu, tu m’as pleuré !

(Jeanne NEIS, « Psaumes » in Silences brisés, 1908, pp. 145-147)

.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .