agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 710 .



Le feu gris…
poèmes [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Alain_Grandbois ]

2015-03-11  |     |  Inscrit à la bibliotèque par Guy Rancourt




Le feu gris rongeant les cavernes du cœur avec des cris montant aux étages supérieurs
Avec des cris montant jusqu’aux toits du monde
Avec ce cri lourd des astres ébranlant le silence sidéral
Ce feu pareil à la pointe d’une rouge épée
Pourquoi l’avais-tu allumé quand tu savais que ton souffle même en serait effrayé

Je ne demandais pourtant qu’un peu de jour et de quiétude
Je ne demandais qu’un œil et qu’un reflet d’épaule
Je ne demandais que ma part d’homme assoiffé de lambeaux
Je ne demandais qu’une part raisonnable de désespoir
Je ne demandais que l’humiliation de mes deux genoux

N’étions-nous pas partis lestés d’étoiles étincelantes
Nos sourires dans nos gorges comme des anneaux de fiançailles
Nos doigts comme des oiseaux tremblants
Nos yeux vissés plus loin que les éternités
Nos corps mêlés comme si l’enfant déjà jouait dans nos chairs
N’étions-nous pas partis comme ces voiles pour des mers indéfinies

Pourtant tu savais que le feu porterait l’immense incendie des volcans
Tu savais la torche implacable des buissons allumés
Tu savais la nuit vide et l’aurore sans douceur
Tu savais l’homme nu parmi son désert
Tu savais sa souffrance comme un prochain cadavre

Et ma souffrance vivait des serpents de ton prochain oubli
Guettant l’heure du couteau de ton absence
Guettant l’ombre où se perdrait ton ombre
Guettant le premier mot sur ton visage de morte
Guettant le nœud profond des cyclones inévitables
Guettant le Signe et le Nombre choisis
Guettant les pitoyables sourires de la première trahison

Ah que soient noyées les clefs des portes d’or
Que soient maudites ces paumes tièdes sur un front perdu
Qu’une nuit sans fin déroule sur moi ses voiles de plomb
Ah qu’une fleur insensée pousse sur ce charnier

Je ne veux plus qu’enfoncer ma nuque et mes doigts dans ce délire
Où veille le froid brûlant de la dernière solitude

(Alain Grandbois, Les Îles de la nuit, 1944.
Initialement publié en 1934 in Poèmes, Hankéou, Chine)

.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .