agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 816 .



Les épaves
poèmes [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Jeanne_Neis_Nabert ]

2015-01-28  |     |  Inscrit à la bibliotèque par Guy Rancourt




Vers le trouble horizon le vent les pousse encore –
Sinistres voyageurs où vous enfuyez-vous
Poursuivis et roulés par des fonds qu’on ignore,
Jetés de vague en vague en bonds larges et fous.
Où courez-vous errants sous les grands cieux morbides,
Brûlés par les éclairs, meurtris par les écueils,
Glacés, saignants et nus, ô naufragés livides,
Cadavres vagabonds qui cherchez vos cercueils ?

Le flot coule et demeure dans vos bouches muettes ;
Vos yeux, fixes d’horreur, sont ouverts sous les eaux,
Sur vos bras décharnés, sur vos mains violettes,
Les algues en passant roulent de longs anneaux.
Vous fuyez, flagellés par les battements d’ailes
Des aigles de la mer, ivres de leur festin,
La rage du désir allume leurs prunelles,
Tandis que chaque flux dérobe leur butin. –

Venez-vous des lointains profonds où l’œil s’égare ?
Avez-vous sombré là, seuls dans l’immensité,
Et n’avez-vous pas eu la lumière d’un phare
Sur l’abîme outr’ouvert de votre éternité ?
Ou bien devant le port avez-vous fait naufrage ;
Les flots qui vous berçaient ont-ils sonné vos glas ?
Vous avez pu mourir en face du rivage
Et devant les aimés qui vous tendaient les bras !

………………………………………………….

Était-ce un soir d’hiver à l’heure où vos promises
Songeaient les fronts penchés, au baiser du retour,
Et voyant par de là des mers aux brumes grises,
Suivaient votre navire avec des yeux d’amour !
Était-ce dans la nuit beuglante ou bien l’aurore
Qui le saura jamais ? – Vos cris se sont perdus.
Mais leurs échos plaintifs nous reviennent encore
Dans les vents désolés sur la grève épandus.

Et nous avons aussi dans nos cœurs insondables
Où vont tant de bonheurs, où sombrent tant d’espoirs
Des souvenirs flottants, meurtris, inéluctables,
Des épaves d’amour dans la brume des soirs.
La Mer, n’a pas, Seigneur, les plus tristes naufrages
L’Univers est rempli des épaves du sort…
-Qu’un ange lumineux, veillant sur les orages
Les recueille en pleurant pour les conduire au port.

Audierne, mars 1903

(Jeanne Neis Nabert, alias Sijenna, Humble moisson, 1903, pp. 85-87)

.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .