agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 1040 .



La pêcheuse
poèmes [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Jeanne_Neis_Nabert ]

2014-12-29  |     |  Inscrit à la bibliotèque par Guy Rancourt




Le soleil est levé, la plage est découverte,
La pêcheuse au pied rose est partie en riant,
Et court déjà là-bas sur la côte déserte,
Où les courlis peureux s’envolent en criant.

Dans ses yeux innocents, plus verts que la fougère
On dirait que le flot met son reflet changeant.
Ses cheveux sont tordus sous sa coiffe légère,
Et son cou nu frissonne aux caresses du vent.

Le crabe erre, furtif, entre les coquillages
Il attend au soleil l’heure du flux nouveau,
Tous les martins-pêcheurs, aux mille babillages,
Lissent leurs cols nacrés au bord des flaques d’eau.

À l’horizon, la mer chante toujours plus vague,
Lasse dans le travail de sa fécondité,
Et le trésor que laisse en fuyant chaque vague
Étincelle et frémit sur le sable argenté.

Dans les eaux la pêcheuse entre les jambes nues,
Son filet diligent fouille les trous profonds;
Le ciel d’été sourit à ses peurs ingénues
Quand un poisson surpris saute et s’enfuit par bonds.

Le panier est plus lourd à sa taille qui plie,
Le rayon du soleil est perçant comme un dard…
« Vois la grève là-bas au large se relie,
La mer chante plus près… pêcheuse, il se fait tard.

Retourne à ton foyer. Pourquoi ris-tu, ma belle,
En revenant légère à travers les galets ?
Saurais-tu qu’un pêcheur arrêtant sa nacelle
T’a vue… et que son cœur reste dans tes filets ?

Emporte à la maison ta pêche merveilleuse,
Vends le poisson d’argent que la mer t’a jeté,
Mais comme un doux trésor garde bien, ô pêcheuse,
Le cœur du matelot surpris par ta beauté ! »

Audierne, septembre 1902

(Jeanne Neis Nabert, alias Sijenna, Humble moisson, 1903, pp. 13-14)

.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .