agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Article Communautés Concours Essai Multimédia Personnelles Poèmes Presse Prose _QUOTE Scénario Spécial

Poezii Romnesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 999 .



habitudes
poèmes [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Danaia ]

2014-10-16  |     | 



vivant avec toi je m’étais habituée à me construire des paradis secrets un peu partout
insidieusement je devenais l’architecte infatigable passionné presqu’obsédé
dans la tyranie de ses propres sentiments qui devaient nécessairement
être préservés ménagés protégés contre l’altérité

je cherchais et je trouvais des paradis. c’était en fait ma vocation

... dans une tranche fraîche de pastèque
dans toute sa famille de cucurbitacées descendues un beau jour du grand ciel
acclimatées à la présence fantomatique de mon être de plus en plus aliéné

... dans les semences qui tombaient dans l’assiette aux bords bleus
moi je les recueillais je les cassais dans mes dents je les dépossédais de leur sève
j’allais plus loin. l’oubli arrivait dans mon âme. j’étais encore vive.
j’étais encore libre… en dehors de toi

... dans la poche de mon grand sac indigo où je ne trouvais jamais rien
mais c’était la place idéale de mon refuge momentané

... dans le signet perdu à la page x dont l’odeur obsolète apaisait mes angoisses
au moins pour une minute de plus

... dans mes paroles sectionnées qui dans des seconds de grâce
parvenaient à me recomposer à me ressusciter

... dans la vapeur chaude du souvenir bleu-badigeonné autour de moi

... dans les pommes cuites du porcher rouge où la confiture
se préparait merveilleusement toute seule

ou dans de terribles tas de maïs qui reposaient dans leur brillance jaune
au milieu de l’orage sans perdre la couleur les nuances non plus. sans connaître la pourriture

... et voire en toi dans le premier ride qui avait sillonné tes yeux crispés
alors que tu pensais me perdre pour toujours…


.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .