agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 803 .



La flamme
poèmes [ ]
un poème commenté par Roland Reumond

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Reumond ]

2014-01-09  |     | 



Illustration : au théâtre de l’être







La flamme

nous aurons des miroirs

qui voient venir l'orage au fond de la couleur
bien à l’abri

des ans

nous aurons des couleurs qui retiennent notre âge

au bord de la fenêtre

du haut de

nos douze ans

nous aurons des cahiers

remplis de gribouillages avec des souvenirs

bien plus beaux

que la vie

de grands bains de minuit remplis d'embouteillages

et l'amour à hurler

dans le soleil

verni

nous aurons des cithares

pour monter nos arpèges avec des terres rouges

jaillissant

de nos dieux

avec des turbans bleus pour enserrer nos rêves

qui repartent au néant

de la

réalité

nos serons protégés

par la divinité Ganesh notre âme se dénouera

sur le câble

d'acier

elle fera quelques pointes sautillant somnambule

reflet de notre mort

par la flamme

soufflée


Marc Loy




LA FLAMME, de MARC LOY, un auteur à découvrir.

La « Flamme », c’est l’être de l’âme dans l’âtre de l’être, ou l’inverse, qu’importe le sens des choses quand les choses brûlent d’elles-mêmes à la lumière des jours, là où du fond de l’âtre de l’être monte comme un feu éternel, et où les mots sont scintillants comme des cendres incandescentes.

La légende raconte que durant le siège de Syracuse, le grand Archimède utilisa des miroirs de bronze poli en concentrant les rayons du soleil vers les navires ennemis, afin d’enflammer les voiles de la flotte romaine.

À mieux y réfléchir, cette « flamme » qui traverse l’âtre des mots et qui réchauffe le cœur serait-elle du même ordre ? Entre légende et réalité, n’avons-nous pas en nous-mêmes des mots qui peuvent être des miroirs incendiants ou des glaces apaisantes ?

Marc Loy, ici le confirme, un simple poème peut être comme un collier de fleurs, un chapelet de flammèches, qu’ils soient bouddhistes ou chrétien, les grains comme les mots y éclairent nos chemins,

« Par la flamme soufflée » Celle des grands souffleurs de mots ; ces rares poètes qui ont comme des mantras de cristal en bouche et tout au bout des doigts des plumes pleines d'encres vives.

« Nous aurons des miroirs qui voient venir, qui retiennent » dit-il, comme pour retenir le meilleur et relier tous les hommes par des mots de lumière, des semis de tendresse, des coulées à fleur de papiers et de peaux.

« Nous aurons des cahiers remplis de gribouillages avec des souvenirs bien plus beaux que la vie » souligne-t-il encore, tout plein de cette nostalgie de l’enfance qui enflamme les cœurs de chacun et de chacune ici-bas, en souvenir de nos amours blessés, à crier vers le Ciel, ou

« À hurler dans le soleil verni » , mais sur ce chemin de vie, « nos serons (tous) protégés par la divinité Ganesh ».

N’est-il pas dieu plus grand pour lever devant nous les obstacles des illusions et de l'ignorance ?
Existe-t-il un dieu plus grand et plus humble que Ganesh pour porter la sagesse aux hommes de bonne volonté et distribuer le savoir, tracer les chemins tortueux de notre humanité souffrante, avec autant de prudence, jusqu’au seuil de la vie, là où se dénouent la spirale des âmes.

« Sur le câble » toujours, celui d’une fibre optique qui transporte nos pensées alertes et nos mémoires vives, dans des miroirs « d'acier » ou de bronze plus polis que l’œil des voyants; afin que miroite au-delà de nous, au Ciel et sur la Terre, cette "Flamme" de tout être inconnu, comme un « reflet de notre mort » dans celui de nos vies.

L’amour, la flamme, la mort… chaque poète à ses mots pour ses propres maux, ses obsessions à lui et ses propres clés pour nous ouvrir les portes de son univers. Ainsi,

« Nous aurons des cithares pour monter nos arpèges avec des terres rouges »

et

« Avec des turbans bleus pour enserrer nos rêves qui repartent au néant de la réalité »

Et celui de Marc Loy me touche et me parle au plus haut point, ou plutôt au plus profond de moi-même !

Oui, mot à mot, les mots et poèmes égrenés sont comme ces mâlâ, sabha ou autres tchotki hindous, musulman ou orthodoxe, c’est-à-dire comme des chapelets d’oraisons humaines déployés dans l’espace-temps comme de grandes spirales de mantras apaisantes.

Car un poème qui ne serait pas comme celui-ci, tel un véritable rosaire de mots, une guirlande infinie, resterait un écrit vain et ne nous porterait pas à cette contemplation qui fait de la poésie l'acte même de toute vie.

Roland Reumond



.  | index










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .