agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 1139 .



Prise de conscience
poèmes [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Hermann_Hesse ]

2013-02-14  |     |  Inscrit à la bibliotèque par Guy Rancourt




Divin et éternel est l’esprit.
C’est vers lui, dont nous sommes l’image et l’instrument,
Que nous conduit notre voie ; notre plus intime nostalgie
Est : devenir comme Lui, briller dans Sa lumière.

Mais nous avons été créés d’argile, et mortels.
Le poids pèse lourdement sur nous autres, créatures.
Certes, douce et maternelle, la nature nous entoure chaudement,
La terre nous allaite et nous offre berceau et tombeau.
Pourtant la nature ne nous contente point,
L’étincelle vivifiante de l’esprit immortel
Transperce son charme maternel,
Paternelle, elle fait un homme de l’enfant,
Elle efface l’innocence et nous éveille au combat et à la conscience.
Ainsi entre mère et père,
Ainsi entre corps et esprit,
Le plus fragile enfant de la création hésite,
Homme, âme tremblante, capable de souffrir
Comme aucun autre être, et capable du sublime :
Un amour fidèle et qui espère.

Difficile est sa voie, péché et mort sont sa provende.
Souvent il s’égare dans les ténèbres, souvent il vaudrait mieux
Pour lui n’avoir jamais été créé,
Mais à jamais brille au-dessus de lui sa vocation,
Sa nostalgie : l’esprit, la lumière.
Et nous sentons : que lui, l’homme en danger,
L’éternité l’aime d’un amour singulier.
C’est pourquoi pour nous autres, frères égarés,
L’amour nous est possible dans tout partage,
Et non la condamnation et la haine,
Mais l’amour patient,
La tolérance amoureuse nous conduit
Plus près du but sacré.

1933

(Georg Thürer, « La vie et l’œuvre de Hermann Hesse », in Hermann Hesse, Siddhartha, Paris, Rombaldi, 1970, pp. 54-55)

.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .