agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 3287 .



Cantouque du retour
poèmes [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Gérald_Godin ]

2011-03-28  |     |  Inscrit à la bibliotèque par Guy Rancourt




Arriver chez toi descendre dans ton cœur
un soir d'automne ou d'ailleurs
quand tu m'as pris par la nuque
à la naissance des cheveux
j'ai dit mobiloil
à la place du cœur

les matelas sortent de la cheminée
tu sèmes de blancs oiseaux d'arbre en arbre
comme les tiroirs de la rivière autant de trésors
que de bruissements dans les feuilles

qui se fraie un chemin entre les tables entre les chaises de la rivière ?
"don't spoil the napkin you Dylan-drunkard"
qui a dit cela ? le paysage n'est rien sans moi
je le prends par le cou ce soir de septembre
et de chez nous

tiens le ciel s'est acheté des tentures bleues
probablement vendredi soir chez webb and knapp
il y a trente ans que j'en cherche la corde
pour voir juste pour voir si j'oserai la prendre
si je pourrai tirer les rideaux
gulf stream il pleuvra des gulf streams
verts comme des grenouilles en troupeaux

c'est pour cela seul et peut-être aussi pour toi
ma murmurante que je sippe encore mon petit thé
le soir après souper que je feins de croire en ma tasse
de thé comme en dieu
je serai jeune un soir de septembre
je te prendrai sous mon bras comme un livre
et j'irai te lire dans mon lit
le tête appuyée au mur
pour ne pas m'endormir
et quatre ou cinq cylindres de Vivaldi
se coulant sous la porte comme poussière
je rêverai d'un point d'orgue

je me laisserai couler dans les mots d'un poème
je croulerai sur mon tapis bariolé
graffiti de plus dans ses symboles arabes décadents
je jouerai mon âme aux échecs à ma reine
et te ferai peut-être un poème un soir
si plein si vrai que tu diras
il est saoul le maudit

(Gérald Godin, Nouveaux poèmes, 1963)

.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .