agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 2256 .



Le Cimetière
poèmes [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Hector_de_Saint-Denys_Garneau ]

2011-01-07  |     |  Inscrit à la bibliotèque par Guy Rancourt




L’air est tiède, enivrant; le vent s’est arrêté
Dans sa course rapide et sur la plaine douce
Repose mollement. Le soleil a glissé
Du haut du firmament; sa grosse boule rousse
De ses derniers rayons a coloré les cieux
Et rougi le clocher de la petite église.
On dirait que le monde est recueilli, pieux
Et fait l’acte d’amour qu’emporte au loin la brise,
Vers le Dieu Tout-Puissant, dans l’infini bleuté.

Et moi, toujours rêveur, vers le vieux cimetière
J’ai dirigé mes pas.
Ah ! quel beau soir d’été
Ah ! que le ciel est beau ! Ah ! que la terre est chaude !
Et que le cimetière est tranquille et pensif !
Le soir est violet et la brise qui rôde
Sur les prés endormis, sur les roseaux chétifs,
Est lente comme un rêve. Et la plaine repose.

Le cimetière est doux et calme; le vieux mur
Est couvert de lierre et sur la porte close
Un oiseau s’est posé pour chanter dans l’air pur
Sa chanson aux accents mélodieux et tendres.
Sur les tombes, les fleurs se penchent lentement
Et parlent d’une voix que nul ne peut entendre
À ceux qui sous leurs pieds reposent doucement.

Ah ! quel séjour de paix ! tranquillité qui grise !
Je me suis arrêté et longtemps j’ai rêvé…
J’ai pensé que les soirs, après les journées grises
Et pleines de douleurs et de tourments glacés,
Que les soirs apportaient un repos à la terre.

Et j’ai pensé aussi, qu’après ce jour trop gris
Que nous avons vécu, voyageurs solitaires,
Nous viendrons reposer, loin des tristes soucis,
Dans le vieux cimetière…
Et la nuit est venue
Me surprendre à rêver dans la douceur du soir.
Je m’en suis retourné, tout seul, le long des rues.
Ah ! que le cimetière est calme, dans le soir !

Poème inédit

Ce lundi, 5 novembre 1928

(Hector de Saint-Denys Garneau, Mémorial. Inédits de Saint-Denys Garneau de parents et d’amis, 1996)

.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .