agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 2438 .



Paris
poèmes [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Rosemonde_Gérard ]

2010-05-17  |     |  Inscrit à la bibliotèque par Guy Rancourt



Paris ! c’est l’esprit, c’est la grâce,
C’est un refrain, c’est un couplet.
C’est l’éternité sur l’espace,
C’est l’heure sur un bracelet.

C’est quelquefois un peu de prose
Mais c’est bien du lyrisme aussi.
C’est une corbeille de roses
Se promenant sur un taxi.

C’est un moineau parmi la neige,
C’est un pied nu sur un talon,
C’est l’argot qui veut qu’on abrège
Un tas de mots qui sont trop longs.

C’est le dernier métro qui gronde,
C’est le premier muguet fleuri,
C’est une cigarette blonde,
C’est un bateau mouche…
Paris,

C’est la rue où du soleil danse,
C’est le boulevard enchanté,
C’est une leçon de prudence,
Dans tous les passages cloutés.

C’est une main qu’on abandonne,
C’est un collier pas très en or,
C’est un rendez-vous qu’on se donne
À la Piscine Molitor.

C’est une fleur au coin d’un châle,
C’est une mode au coin d’un jour,
C’est un petit sourire pâle
Qui cache un grand chagrin d’amour.

C’est, sur un nez qui se chiffonne,
Un peu trop de poudre de riz.
Et c’est aussi le téléphone
Qui n’est jamais libre…
Paris,

C’est, lorsque le soleil qui passe
Retarde un peu l’heure d’été,
Toutes les fontaines Wallace
Où l’eau fraîche est en liberté.

C’est, lorsque la lune apparue
Magnétise le soir tombant,
Des rêves dans les vieilles rues
Et des baisers sur les vieux bancs.

C’est, lorsqu’après mille secousses
On a voyagé n’importe où,
Le premier cri toujours qu’on pousse :
« Ah ! Paris ! c’est plus beau que tout ! »

C’est l’Obélisque sans rivale !
L’Arc de Triomphe ! le Grand Prix !
C’est le silence d’une salle
Dès qu’on parle à son cœur…
Paris,

C’est Lindbergh dont l’aile tressaille
Sans un quart d’heure de retard.
C’est un vers d’Anna de Noailles,
C’est un mot de Tristan Bernard.

C’est un cornet de cacahuètes,
C’est un jouet sur le trottoir,
C’est le cœur d’une midinette,
C’est le cri des journaux du soir.

Paris ! ça tremble et ça respire,
C’est tout en fleur et tout en or.
C’est bleu, c’est blanc, c’est vert, c’est pire !
Paris ! ah ! mon Dieu ! qu’est-ce encore ?

Paris ! c’est un bateau sans voile
Que la fantaisie aura pris.
Paris ! c’est peut-être une étoile ?
Paris, c’est…
Enfin, c’est Paris !

(Rosemonde Gérard, Rien que des chansons, 1939)

.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .