agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Article Communautés Concours Essai Multimédia Personnelles Poèmes Presse Prose _QUOTE Scénario Spécial

Poezii Romnesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 3207 .



L’Impondérable
poèmes [ ]
(sur le pont d'Avignon )

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Nadja ]

2009-09-02  |   

Literary Translation - Translations of classic and original poetry and other materials %Ce texte est une suite  | 




Je pensais à ailleurs
à rien
et le RIEN se concrétisait en obsession
Elle, elle me rappellera cet instant plus tard
Alors tel un Aujourd’hui fracturé
- allons nous promener tout au long du sommeil
comme si c’était au long d’une berge
la tombée de la nuit délivre les démons du jour
ma robe recouvre le lustre

nous ne nous entendions que d’une oreille car nous avions chacun un casque
j’eus alors la révélation que toute cette agitation loin d’Elle est dérisoire
je serrais le téléphone dans la main gauche comme s’il s’était agi de son sein droit:
- depuis mon départ je ne tiens plus aucun journal lui ai-je dit
j’en ai assez de ces visages à la jérôme bosch
la souffrance redouble quand on aime

personne ne répète ta vie
personne n’est heureux à ta place lui hurlais-je au téléphone
je suis un ver et ce n’est pas Moi qui l’ait dit le premier
je plongerais dans ce vert immune
je me vois déjà flotter vers la salle des urgences
voilà l’ambulance
se dépêche toujours pour quelqu’un d’autre (!)

j’entends la voix: l’autre berge est ici
et sa voix à elle s’écoule comme les eaux du rhône
la voix insiste : l’autre berge est ici
et sa voix à elle s’emplit de sable

du sable émietté entre les doigts au fond des poches
de petits grains rugueux entrés dans le bonnet et l’enregistreur vocal
pendant que mon corps flottait en aval la tête en haut
- rentre à la maison
ce fut tout on avait raccroché le récepteur
mais Moi j’ai connu le rare frisson de l’impondérabilité

(ce soir-là j’ai attendu pendant deux heures espérant qu’une phrase pourrait se rapporter tout au moins au pays du mistral, mais ce fut en vain, l’eau tremblait et la ville glissait imperceptiblement sur le miroir élastique du fleuve triste, dépourvu de tout sens)

Traduction faite par Virginia Popescu et Nicole Pottier d'après le poème de Liviu Ofileanu


.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .