agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 172 .



Nos amourettes d'antan !
personnelles [ ]
Souvenir

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [gui ]

2017-05-05  |     | 




Ah les amourettes d'antan ! Comment les oublier ?
Nous devisions mon cousin et moi sur nos amourettes d'enfance en sirotant quelques coupes de blanc.

Je lui avais raconté mes premières amours avec une certaine Ginette, lors de ma première année scolaire en Beauce. Nous étions follement éperdus et à la récréation nous avions monté au sommet d'un des deux arbres face à notre petite école de rang et nous ne voulions plus en redescendre malgré les nombreux avertissements vains de l'institutrice. C'est mon frère Jacques, plus âgé car il terminait sa septième, qui était venu nous déloger du haut des airs à notre plus grand regret.
Cet entêtement mutuel nous avait valu une punition humiliante : à genoux sur la tribune de l'école devant toute la classe mais heureusement l'institutrice ne nous avait pas séparés...
Quelle chance ! Nous avions pu continuer à nous faire des yeux doux !
"Ginette !" me dit soudain mon cousin, moi ce fut "Suzette !"
Écoutez son histoire hautement poétique !

Suzette

Difficile d’oublier nos premières amourettes…
J’ai six ou sept ans, peut-être,
Je cours dans les champs près de la Montagnette…
Je vois ta binette comme si c’était hier…
Je me souviens de ton prénom :
Suzette !

Tu es si mignonne et si chouette
avec tes frisettes et tes risettes !
Tu portes une jupette bleue
et des chaussettes picotées de tournesols…
Ce que tu es belle
Suzette !

Difficile d’oublier nos premières amourettes…
J’ai entre soixante et soixante-dix ans, maintenant…
Il m’arrive souvent de revivre ce lointain passé,
où j’avais passé mes vacances chez mes grands-parents en Provence…
Je garde l’image d’une brunette qui se moque de mon accent :
Cré Suzette !

Je me demande ce qu’est advenue de cette jeune fauvette,
cette fille de la Durance… Est-elle encore de ce monde ou d’outre-tombe ?
Est-elle mère et grand-mère ?
Ton nom m’est apparu en relisant le grand poète Mistral :
Suzette !

« Tu, la perleto de Prouvèço
Tu, lou soulèu de ma jouvènço! »
Dans ma tête et dans mon cœur,
ce chant n’est pas pour Mireille,
mais pour toi seule,
ma Suzette !
Toi, la perle de la Durance
Toi, le soleil de mon enfance!

.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .