agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 743 .



Made in Quebec
personnelles [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Salvamaria ]

2016-02-08  |     | 



Je ne connais pas les ports d’attache des autres, mais moi, je mʹattache en titi, à l’esprit d’un peuple, à travers son humour et, surtout, ses expressions de souche, qui viennent tout naturellement de lʹair du temps.

Québec est un pays - île (les Québécois tiennent à ce quʹils soient reconnus comme étant une nation distincte au sein du Canada) où vivent des Canadiens de langue française, dans un océan anglophone, sur le continent nord-américain.

Le français au Québec, cʹest un bijou dʹexpressivité, chaque expression est une vraie histoire, derrière laquelle, une autre mène sa vie pour que la langue québécoise résiste et enrichisse la communication de chaque jour. Lʹaccent, comme les expressions en soi, donne au français du Québec une saveur et une particularité uniques au monde francophone. Chacune de ces expressions est un précieux héritage des ancêtres et de tout ce monde y arrivé pour se bâtir une nouvelle vie.

On trouve, dans le langage de chaque jour, des noms (un abreuvoir – fontaine pour boire; du foin – de l’argent; des barniques – lunettes; une broue – une bière), des actions (s’accorder comme chien et chat – se chicaner tout le temps; avoir les yeux dans la graisse de bines – regard amoureux, rêveur), des mets de la cuisine traditionnelle, dont le plus populaire, c’est la poutine – frites avec sauce et fromage en grains. Il y a aussi beaucoup d’emprunts aux langues amérindiennes (carcajou – blaireau du Labrador; ouananiche – le petit égaré, saumon d’eau douce de la région du Saguenay), des anglicismes en abondance (baquer – donner son appui, son accord; une cédule – un horaire; canceler – annuler), des mots météo (il mouille – il pleut; il fait frette – il fait très froid), des petits mots doux (mon pitou, ma pitoune, mon minou, ma minoune, mon coco, ma cocotte, mon pitchounet, ma pitchounette)...

Bien sûr, les insultes ne manquent pas (niaiseux, cave, épais, baveux, ti-cul, crotté... et, mettre “maudit” devant ces insultes, en augmente l’effet; il y a encore les légendaires sacres, des durs et des doux, mais tous font appel au vocabulaire religieux. Voilà quelques-uns: des durs – crisses, tabarnaque, esti, calvaire, câlisse, ciboire, viarge et... des combinaisons pour un meilleur défoulement: osti de câlisse; on peut aussi les sanctifier, commme, par exemple - saint-ciboire; des doux: tabarnouche, calvasse, batèche, cibolaque, christie, sacramouille... Pour les étrangers, ces mots peuvent paraître plutôt inoffensifs et rigolos, mais, entre les Québécois, elles peuvent être très insultants, au risque de recevoir une claque sur la yeule.

En 1988, au Québec, a été fondée l’École nationale de l’humour qui, depuis, a diplômé plusieurs générations d’artistes, interprètes et créateurs de marque de la culture contemporaine québécoise... en 1983, respectivement en 1985, était crée le festival Juste pour rire; cette “formule” artistique a été empruntée par les Européens de langue française, ainsi que par les anglophones du Canada – Just for laughs. À ce Festival est attaché un autre genre de spectacle d’humour, l’Impro, un vrai régal d’humour improvisé.

C’est bien dans ces spectacles que les expressions si colorées (du langage et de l’accent) prennent une place très active dans la communication. Chaque numéro est une histoire, que l’artiste nous fait croire qu’en étant son propre vécu, ou tout se passe dans la vie de tous les jours... on s’y reconnaît souvent... il n’y a pas de méchanceté, il y a juste pour rire...

On rit de tout, mais pas à tout prix. Il n’y a pas de tabous... on rit de la politique, de la vie de couple, des “enfants dans la famille”, des réclames sur les boîtes de... céréales, par exemple, des personnages religieux, de la bêtise humaine; il y a de l’humour philosophique, du (de la) travesti(e), de l’humour sur la “dernière technologie”, sur les riches ou sur les pauvres, sur la sexualité, sur l’école; on rit des migrants, on rit de soi-même, on rit en “jeu de mots”, on rit de toutes les facettes du caractère et de la condition humaines... il y a même de l’humour noir... et il y a une expressivité morale dans les textes humoristiques, sinon, le “numéro” n’atteint pas son but: rire parce qu’on a compris que...

Le monde entier est un théâtre,
Et tous les hommes et les femmes seulement des acteurs;
Ils ont leurs entrées et leurs sorties,
Et un homme dans le cours de sa vie joue différents rôles...


.  | index










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .