agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 3411 .



Plongeon dans l\'oeil quotidien et direct de la poésie
essai [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [angegab ]

2008-12-27  |     | 




Photobucket
dessin de Marina Nicolaev



Ioana Geacar écrit « un temps vécu de la poésie » à un haut niveau introspectif.
La condition poétique est un sujet omniprésent,presque «corporel»: « je n’ai pas envie de toucher le cahier en chocolat… »(j’écris en marchant )
La poétesse traverse l’univers entre extase et effroi:
« je laisse des signes partout en vain
tu ne me verras plus jamais
j’habite maintenant dans un son»
Des inquiétudes troubles parcourent tel un frisson tellurique l’être de la poétesse:
« recto: immobile avec les bras en croix
quelqu’un est enterré en moi
verso :je découpe mon ombre, je l’étends à sécher »
Des vers denses, dictés de ce « roseau pensant » ,la poétesse déroule sous nos regards, le charme grave et mélancolique de l’existence. Les quêtes expérimentales jaillissent assez souvent. Ioana Geacar « visite » les années 80, les « quotidiennistes » et affiche des « affinités »sélectives et évidentes avec eux(l’ironie, l’invention verbale,l’humour,la surprise,les sauts d’humeur,la disposition ludique jusqu’au cynisme) : « j’écris en marchant » nous dit-elle ou elle « entasse des mots sur n’importe quoi, en marchant, ondoyante/
Comme sur des bigoudis somnolents… »
Ou elle « vends motorola v3rajk nouveau » ou
« peut-être c’est celui-là le mur de la boucherie
Dans lequel je me débats, on se débat… »et aussi
« sur une autre fente une nouvelle posture:
arlequin triste avec les mains tendus vers vous »
et « je dis qu’en octobre les coquelicots arriveront en rangs frisés »
Ioana Geacar est une « sentimental girl » ,sa poésie a un parfum imprégné d’un amour total pour la vie et l’univers avec majuscules,une mélancolie noire(Dor ,languir…)coule comme un fleuve par-dessus « la voûte prometteuse de liserons » sur la « route du temps » qui n’est « qu’une route grignotée par le temps »
……………………………..
« Que quelqu’un vienne me prendre par l’épaule que je me retourne
doucement
que j’attende qu’il m’appelle à mon nom(qui suis-je)
quelque chose suspend dans le jeu un sabre ou l’éventail ? »
……………………………….
« Je retourne vers la webcam la tête comme une plume »
La gravité est parallèle avec la délicatesse :
« Ici dans une robe blanche dans un autre corps que j’essaie
reconnaître
Sous la soie clignotent des chaînes
Le frémissement que je fais en soulevant le pan de lys
Trouble le sommeil d’un oiseau qui s’élève près de moi
Les ailes pointées vers le haut» !
Les vers de Ioana Geacar atteignent parfois des concentrations maximes ,son vers retient le temps prisonnier,vanité poétique extrême, pari osé :
« chaque instant j’atteins la petite porte secrète de l’instant suivant
dans lequel je vais entrer»
…………………..
« chaque fois nous sommes perdus dans le sommeil ou le rêve
Une âme cherche l’autre
Dans les cavités du monde ».
La poésie de Ioana Geacar dégage un mystère,un secret ,la poétesse attend ces révélations comme un cadeau divin :
« je regarde derrière l’entrée qui se retire
Comme une planète en arrière
Porte vers le dernier rêve
Comme si j’allais sur la trace d’une roue
J’essaie de trouver une issue »
……………………………
« mon ombre se rapproche de plus en plus
de l’obscurité de l’herbe »
…………………………
« que je m’intègre dans la cour verte dans la salle du trône
que j’entende les pas qui effraient l’écho blotti dans les coins
soulevant la poussière des icônes »
La poésie est vie,son tempo fusionnel :
« je palpite dans le mur
Etroitement enroulée comme dans un méninge».
……………………….
« je cherche enfoncée sous une pierre une
fissure/existe/ici/quelque part/sûr et certain».
Le bonheur va et vient dans des vagues successives,ce constat est «éruptif» sur fond de chaos existentiel:
« l’homme regarde avec insistance jusqu’à l’instant où
l’écrase prévenant spasmodiquement sous les paupières
comme une feuille d’érable» (vers «diamantin »-genre créé par Ioana-splendide en tant qu’image évocatrice) ou
« l’effleurement lent de nos mains du creux
des mains
jusqu’au bout des doigts me rappelle la nostalgie (dor)
d’avant
de ma venue au monde
l’envol me sort par la peau et se colle
comme l’ombre à moi».
……………………….
«j’ouvre à nouveau :quelqu’un me suture maintenant
dans une peau
étrangère
un sentier rouge en dessous de nous».
Ioana Geacar, écrivain roumain contemporain très connu, « saute à la corde en haut-en bas -en haut -en bas/par-dessus mon petit vers reptile », oiseau phénix qui appuie sur les multiples touches de la poésie indirecte ou directe,incapable de guérir les blessures d’un passé éloigné, l’inscrivant avec obsession dans un passé- présent irrésistible, ineffaçable, enveloppé dans une sensualité et une séduction féminines qui s’imposent par leurs omniprésences dans une poésie éthérée et lumineuse dans ses aspirations les plus profondes.








.  | index










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .