agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 2470 .



La beauté des petits sons de la nature
article [ Arts ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Ioana Dana Nicolae ]

2008-07-16  |     | 



son
"harmoniques solaires", 2008. Cacl
7 cannes sonores et capteurs solaires.
Propriété de l'artiste Erik Samakh


Le Centre d’Art Contemporain de Lacoux crée l’évènement en accueillant l’artiste Erik Samakh cet été (21.06-07.09.08).

Avec « Harmoniques solaires et zones de bruits », l’artiste Erik Samakh expose un ensemble d’œuvres récentes du 21 juin au 7 septembre 2008 et construit un parcours spécifique au Cacl.

Développant le concept d’ « écologie acoustique », les créations d’Erik Samakh seront marquées de cette originalité. Des installations audibles investiront le cœur du centre d’art à partir de cannes sonores dont l’élément déclenchant est la lumière subtilement dosée, florilège d’oeuvres organiques, photographiques et vidéos, afin d’orienter aussi l’exposition sous un angle de sensibilisation et d’en dévoiler le cheminement. Des fenêtres solaires dits « capteurs d’énergie » viendront abonder ce panel et perturber les repères kinesthésiques des visiteurs.

Située à la croisée de 2 expériences : une rencontre avec la nature et une utilisation de la technologie la plus avancée, l’œuvre d’Erik Samakh occupe une place singulière sur la scène artistique française.

Souhaitant que l'interface avec l'utilisateur soit la plus directe possible et que l’observateur ne voit pas les machines, il explore les interactions entre la technique et l'environnement. Pour lui, l'espace est commun entre nature et technique. La seconde ne fait souvent que s'appliquer à rattraper la première qui elle-même apparaît à l'observateur un tant soit peu avisé comme un extraordinaire complexe biotechnologique. Son oeuvre se répartit en deux catégories : des installations acoustiques réalisées à partir de dispositifs technologiques autonomes et interactifs (les modules acoustiques autonomes), et des environnements naturels (sous-bois ou marécages) dans lesquels il crée des situations d'ordre communicationnel entre espèces animales et végétales, et ce sans faire forcément appel à la technologie. Ses installations rendent sensibles à la beauté des petits sons de la nature, ceux mêmes qui interagissent avec notre imaginaire.
Le choix de cet artiste réside dans la monstration d’une démarche pertinente, liée totalement à l’identité (naturelle, environnementale, architecturée) du lieu d’exposition.

[« L'écologie sonore » est à la confluence d'intérêt des urbanistes, des musiciens, des sociologues, des historiens, des géographes, des ingénieurs, des designers...Elle nous invite à être plus vigilants aux sons qui nous entourent : il s'agit de la perception. L’écologie acoustique s'occupe aussi des nuisances sonores en ville mais aussi dans les machines. Un son de machine peut devenir un son riche et agréable suivant la perception que l'on en a. La perception sonore est toujours disponible, on ne peut fermer nos oreilles, mais nous nous fermons à certains sons familiers, agréables ou désagréables. Le son fait partie d'un contexte et est interprété en fonction de ce contexte » (S.Barron, « Grenouilles communicantes »)].

En parallèle, à Brégnier-Cordon
Partie intégrante du vaste projet de vélo route du Léman à la Mer, la Communauté de Communes Terre d’Eaux a inauguré son tronçon de 15 km en septembre 2007. Dans une volonté forte de développer un axe culturel sur son territoire, Terre d’Eaux a fait le choix novateur de l’art contemporain.

« Il s’agit de s’engager avec des plasticiens sur des projets à l’échelle d’un territoire, sur des créations qui prennent en compte non seulement la révélation de sensibilités artistiques propres – celles des artistes – au travers de leurs productions mais aussi celles d’une richesse réelle qu’est l’environnement somptueux qui accompagne le visiteur, le cycliste sur un sillon de découverte(s) multiples et variées » (H.Lallier).

Pour l’édition de cette année, l’artiste Erik Samakh est sélectionné. Il installera ses flûtes solaires le long du parcours : celles-ci disposent de capteurs solaires alimentant des turbines qui soufflent dans les flûtes. Ainsi le soleil, les arbres, les feuilles et les ombres, les nuages et le vent sont les agents qui déclenchent, modifient ou stoppent les flûtes.

Connu et reconnu aujourd’hui à l’échelle internationale, Erik Samakh a exposé dans des musées prestigieux notamment au Centre Pompidou et au Musée national archéologique et anthropologique de Lima au Pérou, ainsi qu’à l’Abbaye de Maubuisson et au Château de Chambord.

Il a participé à la Biennale de Venise et investi de nombreux parcs nationaux. Résidant dans les Hautes Alpes, il est aujourd’hui un artiste incontournable sur la scène artistique.


A l’occasion de cette exposition, la coédition d’un livre d’artiste est réalisée par le Centre d’Art Contemporain de Lacoux et Archibooks Editions.


Source Internet et site à consulter :
www.centre-art-lacoux.com

.  | index










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .