agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Article Communautés Concours Essai Multimédia Personnelles Poèmes Presse Prose _QUOTE Scénario Spécial

Poezii Romnesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 20797 .



Villequier et Victor Hugo
article [ Culture ]
le drame de Villequier

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [NMP ]

2011-08-21  |     | 







Victor Hugo était très attaché à sa fille aînée, Léopoldine. Il lui écrivait souvent durant ses voyages. Elle était sa muse, symbolisant la pureté. Le 15 février 1843, Léopoldine se marie avec Charles Vacquerie. Elle avait connu son mari dès 1839 lors de vacances passées à Villequier, dans la maison des Vacquerie, famille d'armateurs havrais. Auguste Vacquerie, frère de Charles, et fervent admirateur de Victor Hugo s'était noué d'amitié avec le poète, et les deux familles se fréquentaient.

"A sa demande, Hugo n'oppose pas un refus formel, mais il temporise. C'est qu'il s'agit moins de la responsabilité du père accordant sa fille à un honnête garçon, que d'un déchirement profond à l'idée de livrer à un autre sa fille qui était sa lumière. On trouve dans les Misérables, la transposition de ce drame intérieur chez Jean Valjean lorsqu'il découvre l'amour de Cosette pour Marius. De plus, Victor Hugo veut s'assurer que le prétendant aura une situation satisfaisante. Enfin, le mariage à lieu à Paris, en l'église Saint-Paul, dans la plus stricte intimité. Victor Hugo parle de "ce bonheur désolant de marier sa fille."

15 février 1843
"Aime celui qui t'aime, et sois heureuse en lui.
Adieu ! Sois son trésor, ô toi qui fus le nôtre !
Va , mon enfant béni, d'une famille à l'autre.
Emporte le bonheur et laisse nous l'ennui!
Ici, l'on te retient ; là bas on te désire.
Fille, épouse, ange, enfant, fais ton double devoir.
Donne nous un regret, donne leur un espoir,
Sors avec une larme ! Entre avec un sourire !"

(in : "Les Contemplations)

(Source internet : Hautevillehouse : Léopoldine Hugo)



Léopoldine et son mari s'installent au Havre. Le 4 septembre, ils se trouvent dans la maison de vacances de Villequier. Charles Vacquerie décide de se rendre chez son notaire à Caudebec en Caux, ville voisine de quelques kilomètres seulement. Le temps étant au beau fixe, il embarque dans le nouveau canot à voile que son oncle vient de construire. Léopoldine s'apprête à sa toilette et ne peut l'accompagner. Le canot, piloté par l'oncle de Charles , est léger et peu stable, ils reviennent donc à l'embarcadère et le lestent avec des pierres. Entre temps, Léopoldine est prête et se joint à eux. En tout, ils sont quatre personnes à bord : Charles et sa femme Léopoldine, son oncle Pierre Vacquerie, et le fils de ce dernier, Arthur, âgé de 10 ans.
A Caudebec, le notaire, voyant le vent se lever, leur propose de les reconduire en voiture, mais ils préfèrent revenir dans le canot. Il est 13heures, ils se trouvent à 500 mètres de la maison, lorsque soudain se produit le drame : en face du lieu-dit "le Dos d'âne" un brusque coup de vent fait chavirer l'embarcation instable, déséquilibrée par le roulis des pierres dans le bateau.

Alphonse Karr, ami des Hugo et présent à Villequier, décrit l'accident dans le Siècle du 9 septembre 1843 :
"Entre deux collines s'élève un tourbillon de vent qui, sans que rien n'ait pu le faire pressentir, s'abat sur la voile, et fait brusquement chavirer le canot."

L'oncle et le neveu de Charles se noient. De la berge, des paysans aperçoivent le jeune homme qui plonge et replonge sans cesse. Ils croient à un jeu. Charles Vacquerie, excellent nageur, tente en vain de délivrer sa jeune épouse, coincée sous le canot par ses jupes. A bout de forces, désespéré, il finit par se laisser couler.

Passager à bord du du bateau à vapeur "la Petite-Emma", François Delsarte assiste au repêchage des corps et atteste de la vive émotion que produit le drame sur les habitants :
"avant d’arriver au Havre, au-dessus de Caudebec, nous avons vu chavirer une barque qui contenait quatre personnes ; à notre approche on repêchait quatre cadavres ! et quels étaient les infortunés : la fille de Victor Hugo, monsieur Vacquerie, son mari, son oncle, vieux marin, ainsi qu’un jeune enfant de dix ans. En un instant, quatre êtres bien heureux de se revoir, se dirigeant vers leur habitation où une mère et une femme les attendaient à dîner, tout cela avait cessé de vivre. Rien ne peut rendre la consternation des habitants de Caudebec. On les voyait tous rangés tristement sur le port où des pêcheurs étendaient un drap blanc sur les victimes que madame Vacquerie attendait encore à deux pas de là. Nous apercevions, d’où nous étions, les fenêtres de la maison où allait se passer la scène la plus dramatique. Cette vue était déchirante ! Nous fûmes chargés d’en apporter la nouvelle au Havre où se trouvait en ce moment madame Hugo qui, la veille, avait vu partir sa fille pour Caudebec avec la fatale embarcation dont ils venaient de se rendre acquéreurs." (...)
Première page d’une lettre inédite de François Delsarte à sa femme.
(artiste lyrique et musicien, professeur de chant et de déclamation ; 1811-1871).

Léopoldine et Charles Vacquerie sont inhumés dans le même cercueil au cimetière de l'église Saint Martin à Villequier. Alphonse Karr assiste aux funérailles et rédige un long récit de l'accident, qui commence ainsi:
"A Villequier, à 14 ou 15 lieues du Havre, au pied d'une montagne chargée d'arbres, est une maison de briques couverte de pampres verts. Devant est un jardin qui descend à la rivière par un escalier de pierre couvert de mousse…"



Victor Hugo est absent lors du tragique évènement, il parcourt les Pyrénées et le Pays Basque espagnol en compagnie de Juliette Drouet. Il apprend la noyade de sa fille en ouvrant un journal à Rochefort, alors qu'il est sur le chemin du retour, le 9 septembre, soit cinq jours après le drame.

Juliette Drouet décrit la scène dans son journal :
9 septembre 1843. Rochefort.
"Sur une espèce de grande place, nous voyons écrit en grosses lettres : Café de l’Europe. Nous y entrons. Le café est désert à cette heure de la journée. Il n'y a qu'un jeune homme à la première table à droite, qui lit un journal et qui fume, vis-à-vis la dame de comptoir à gauche. Nous allons nous placer tout à fait dans le fond, presque sous un petit escalier en colimaçon décoré d'une rampe en calicot rouge. Le garçon apporte une bouteille de bière et se retire. Sous une table, en face de nous, il y a plusieurs journaux. Toto en prend un au hasard et moi je prends Le Charivari. J'avais eu à peine le temps d'en regarder le titre que mon pauvre bien-aimé se penche brusquement sur moi et me dit d'une voix étranglée en me montrant le journal qu'il tient à la main : « Voilà qui est horrible ! » Je lève les yeux sur lui : jamais tant que je vivrai je n'oublierai l'expression de désespoir sans nom de sa noble figure.
Je venais de le voir souriant et heureux, et en moins d'une seconde, sans transition, je le retrouvais foudroyé, ses pauvres lèvres étaient blanches, ses beaux yeux regardaient sans voir. Son visage et ses cheveux étaient mouillés de pleurs. Sa pauvre main était serrée contre son coeur comme pour l'empêcher de sortir de sa poitrine. Je prends l'affreux journal et je lis.

«Hier, vers midi, M. P. Vacquerie, ancien capitaine et négociant du Havre, qui habite à Villequier une propriété située sur les bords de la Seine, ayant affaire à Caudebec, entreprit d'accomplir ce petit voyage par eau. Familier avec la navigation de la rivière et la manoeuvre des embarcations, il prit avec lui, dans son canot gréé de deux voiles auriques, son jeune fils âgé de dix ans, son neveu M. Ch. Vacquerie et la jeune femme de ce dernier, fille comme on le sait de M. Victor Hugo.
Parti de Villequier avec le jusant, le canot fut rencontré vers midi trois-quarts, louvoyant avec faible brise de N.-O. par le bateau à vapeur La Petite Emma, capitaine Durosan, qui, en le perdant de vue, vint toucher à Villequier pour prendre un pilote et y mouilla, faute d'eau. Une demi-heure à peine s'était écoulée que l'on fut informé à terre qu'un canot avait chaviré sur le bord opposé de la rivière, par le travers d'un banc de sable appelé le Dos-d'Ane. On courut immédiatement au lieu de l'accident.
Le canot était coiffé, ayant ses voiles bordées dont les écoutes étaient imprudemment tournées à demeure. En le redressant, on trouva dans l'intérieur un boulet et une grosse pierre servant de lest, et le cadavre de M. Pierre Vacquerie incliné et la tête penchée sur le bord.
Les trois autres personnes avaient disparu. On supposa d'abord que M. Ch. Vacquerie, nageur très exercé, avait pu, en cherchant à sauver sa femme et ses parents, être entraîné plus loin. Mais rien n'apparaissant à la surface de l'eau, au moyen d'une seine on dragua les environs du lieu du sinistre, et, du premier coup, le filet ramena le corps inanimé de l'infortunée jeune femme, qui fut transportée à terre et déposée sur un lit.
Au moment où le capitaine Durosan, qui nous communique ces détails, quittait cette scène lamentable, la seine venait d'être une seconde fois jetée, et à la manoeuvre des embarcations on présumait que les cadavres des deux dernières victimes avaient été retrouvés.
Mme Victor Hugo a appris ce matin au Havre qu'elle habite depuis quelque temps avec ses deux autres enfants, le terrible coup qui la frappe dans ses affections de mère. Elle est repartie immédiatement pour Paris. M. Victor Hugo est actuellement en voyage. On le croit à La Rochelle.
Le Courrier du Havre annonce que les corps des deux autres victimes ont été retrouvés.


(Extrait du journal Le Siècle, daté du jeudi 7 septembre.)

Mon pauvre bien-aimé me supplie de l'oeil de retenir les larmes qui me suffoquent, puis il s'assied de l'autre côté de la table et il me dit qu'il ne faut pas attirer l'attention des gens qui nous entourent et, avec un courage surhumain, il m'aide à sortir de ce café maudit.
Une fois dans la rue, nous pouvions ne plus nous contraindre, mais mon pauvre Toto avait reçu un coup trop violent pour pouvoir se soulager en laissant une issue à son désespoir. Il marchait, il marchait toujours et sa bonté ineffable qui ne l'abandonne jamais le portait à me consoler et à me donner du courage, à moi qui aurais donné ma vie avec tant de joie pour lui épargner l'affreux malheur qui venait de le frapper."

Terrassé par la nouvelle, il ne se remettra jamais de ce décès et exprimera son désespoir au travers des Contemplations.
Le 4 septembre 1847, une statue de Victor Hugo scrutant la Seine, est érigée en mémoire de sa fille. Le poète restera inconsolable.
En 1846, grâce à l'intervention de Victor Hugo et de Lamartine, le gouverneur débloqua des crédits pour endiguer la Seine.


La satue de Victor Hugo face à la Seine depuis Saint Nicolas de Bliquetuit

Demain, dès l'aube

Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.
J'irai par la forêt, j'irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.
3 septembre 1847.

(in : "Les Contemplations)





Dans le cimetière qui jouxte l'église, se trouve un carré de tombes tout fleuri par des rosiers. Ce sont les tombes des familles Hugo et Vacquerie, là reposent les femmes de la famille Hugo : Léopoldine Hugo (1824-1843) et Charles Vacquerie (1817-1843), son époux, Adèle Hugo, née Foucher (1803-1868), femme de Victor Hugo, Auguste Vacquerie (1819-1895), frère de Charles, très proche de la famille Hugo, et Adèle Hugo (1830-1915), dernière fille de Victor Hugo. Les tombes sont classées monuments historiques depuis 2008.

Victor Hugo ne viendra se recueillir qu'en 1846 sur la tombe de sa fille, en septembre, trois ans après le drame. Il y viendra à nouveau l'année suivante, en 1847. Suivra la longue période de l'exil puis il ne reviendra que deux fois, en 1879 et 1882, toujours en septembre.
Les Contemplations seront publiées en 1856. Le recueil se compose de deux tomes comprenant chacun 3 livres : le premier s'intitulant "autrefois 1830-1843" et le second "aujourd'hui 1843-1856 ". On remarque que 1843 marque la césure.
Le livre IV "Pauca meae" (Quelques vers pour ma fille) , écrit en mémoire de Léopoldine, est le livre du deuil.
"Qu’est-ce que les Contemplations ? C’est ce qu’on pourrait appeler, si le mot n’avait quelque prétention, les Mémoires d’une âme.
Ce sont, en effet, toutes les impressions, tous les souvenirs, toutes les réalités, tous les fantômes vagues, riants ou funèbres, que peut contenir une conscience, revenus et rappelés, rayon à rayon, soupir à soupir, et mêlés dans la même nuée sombre. C’est l’existence humaine sortant de l’énigme du berceau et aboutissant à l’énigme du cercueil ; c’est un esprit qui marche de lueur en lueur en laissant derrière lui la jeunesse, l’amour, l’illusion, le combat, le désespoir, et qui s’arrête éperdu « au bord de l’infini ». Cela commence par un sourire, continue par un sanglot, et finit par un bruit du clairon de l’abîme.
Une destinée est écrite là jour à jour.
On ne s’étonnera donc pas de voir, nuance à nuance, ces deux volumes s’assombrir pour arriver, cependant, à l’azur d’une vie meilleure. La joie, cette fleur rapide de la jeunesse, s’effeuille page à page dans le tome premier, qui est l’espérance, et disparaît dans le tome second, qui est le deuil. Quel deuil? Le vrai, l’unique : la mort ; la perte des être chers.
Nous venons de le dire, c’est une âme qui se raconte dans ces deux volumes. Autrefois, Aujourd’hui. Un abîme les sépare, le tombeau."

V. H.
Guernesey, mars 1856.

(Préface des "Contemplations")

Et le recueil se conclue par ce poème :

A celle qui est restée en France

Mets-toi sur ton séant, lève tes yeux, dérange
Ce drap glacé qui fait des plis sur ton front d'ange,
Ouvre tes mains, et prends ce livre : il est à toi.
Ce livre où vit mon âme, espoir, deuil, rêve, effroi,
Ce livre qui contient le spectre de ma vie,
Mes angoisses, mon aube, hélas ! de pleurs suivie,
L'ombre et son ouragan, la rose et son pistil,
Ce livre azuré, triste, orageux, d'où sort-il ?
D'où sort le blême éclair qui déchire la brume ?
Depuis quatre ans, j'habite un tourbillon d'écume ;
Ce livre en a jailli. Dieu dictait, j'écrivais ;
(...)

Guernesey, 2 novembre 1855, jour des morts.



Photos : Nicole Pottier

.  | index










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .