agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Article Communautés Concours Essai Multimédia Personnelles Poèmes Presse Prose _QUOTE Scénario Spécial

Poezii Romnesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 506 .



Entre terre et mer
poèmes [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [gui ]

2021-08-13  |     | 




Entre la grève et les rochers de l’îlet Canuel
le poète flâne et observe attentivement
quelques tiges de limonie de Nash
entre deux bottes de mertensie maritime.

Puis il s’interroge :
Pourquoi ne suis-je point ce laminaire
soudé à son roc solidement
ne laissant que sa longue traînée secouée par les vagues ?

Un petit crabe se faufile entre mes pieds à toute vitesse
et va se mettre à l’abri dans son trou minuscule.
Je lève la tête et mon regard se pose sur deux grands hérons bleus
volant au ras des flots en quête de proie.

J’entends des gamins devant moi crier et jouer dans le sable,
Font-ils des châteaux ou des murets pour emprisonner
le mince filet d’eau d’une rigole
qui se volatilise dans le grand fleuve ?

Entre terre et mer
le poète se questionne encore et toujours :
assis sur son grand rocher à mi-chemin entre l’îlet et le rivage
tel Sisyphe et Rodin remuant et ruminant tant de questions.

Ce décor existera-t-il dans cent ans ?
Dans mil ans, l’îlet sera-t-il submergé ?
Une famille de huarts à collier glissent devant moi
et leurs cris déchirent le silence blanc de mes jongleries.

Mes pas de somnambule longent le littoral pierreux.
Devrais-je m’aventurer pieds nus à marée basse vers l’îlet ?
Le poète hésite à franchir ce bras de mer. Pourquoi ?
La peur de demeurer prisonnier sur l’îlot rocheux à marée haute ?

La crainte de s’enliser dans la vase ou de se blesser
en glissant sur ce sol gluant et limoneux ?
La paresse devant un effort qui m’obligerait
à quitter mon promontoire zarathoustrien douillet ?

Entre la plage et les vagues qui roulent au loin,
le poète reste là debout fixant l’horizon
au-delà de l’îlet jusqu’à la Rive Nord.
Le grand fleuve Saint-Laurent m’apparaît si petit tout à coup.

Ne suis-je point ce balbuzard qui survole
cette immense étendue d’eau ? Pour aller où ?
Vers le grand large ou pointer plus au Nord ?
Pour découvrir quoi au juste ? Pour fuir une fois de plus ?

Toujours cet écartèlement entre firmament et océan :
devenir une étoile dans le ciel ou une étoile de mer
en compagnie de mes deux sœurs la Grande et la Petite Ourses
ou mes compagnons de toujours les oursins et les crabes ?

Toujours cette quête inlassable de l’Absolu !
Toujours cette soif d’Éternité !
Moi si petit bonhomme dans cet univers si vaste !
Moi minuscule grain de sable et gouttelette dans l’océan !



.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .