agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 2439 .



Le 8e poème secret
poèmes [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Guillaume_APOLLINAIRE ]

2009-07-27  |     |  Inscrit à la bibliotèque par Guy Rancourt



J’ai rêvé que la beauté arrivait jusqu’à moi
C’était un jour divin où tu étais précieuse
Tu m’attends en lisant l’Astrée
Tu suis d’un œil distrait la touchante histoire du bien disant Sylvandre
De l’inconstant Stylas (1) et du Parfait Amant Céladon
Et tu te plais à te reconnaître la bergère au bon renom
Et tu me vois arriver dans un nuage de poussière
Je suis monté sur un cheval à trois balsanes et liste en tête
Et suivi d’un laquais
Tu m’attends mais cependant tu es étonnée
Tu crois au prodige de l’Enchanteur Merlin
Que j’ai chanté
Ou du sage Druide Adamas
Ou bien encore d’Armide mais tu souris
Et tu souris tandis que tombe ton éventail
Et tu me dis vous car une Précieuse ne tutoye pas
« Vous m’allez faire un impromptu
En souvenir du triomphe que vous allez remporter
Et pour ce qu’êtes assuré
Que nul feu n’est plus vif
Que celui dont je brûle pour vous
Et que nul Amant ne fut plus ardemment aimé »
Et je réponds
« Roselys voilà qui sent sa passionnée ? »
Et je déclame un impromptu
« Deux monts de neige ont su tenter mon escalade
Les voici tous deux devant moi
Entre deux monts encor je vais battre l’estrade
Ils sont tout blancs derrière toi
Mais d’un mont noir je veux faire enfin la conquête
Et mon cœur est bien situé
Je monterai dix fois dans la forêt, au faîte
Où baye bouche d’un muet » …
Et nous contraignons nos âmes sous le joug de l’Amour
À Tendre-sur-Inclination

1) Hylas

(Poème de Guillaume Apollinaire, Lettres à Madeleine, non daté, probablement écrit autour du 8 novembre 1915)

.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .