agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 3729 .



Marin Sorescu: le mythe de Jonas dans la pièce éponyme
essai [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [h.p.sebastian ]

2009-05-20  |     | 



Marin Sorescu est né le 19 février 1936 à Bulzesti et il est mort le 8 décembre 1996 à Bucarest. Il est considéré l`un de plus grands écrivains roumains comtemporains. Poète, dramaturge, prosateur, essayiste et traducteur, Marin Sorescu a été connu et traduit dans tout le monde. Ses oeuvres ont été traduites dans plus de vingtaine de pays. Il s`est remarqué aussi dans le domaine de la peinture et il a participé à un grand nombre des expositions en Roumanie et à l`étrangère. Après la Révolution Roumaine de 1989, Marin Sorescu devient le Ministre de la Culture en Roumanie.

Le début de Marin Sorescu a eu lieu en 1964, à l`âge de 28 ans, avec un ouvrage de poésies satiriques, `Seul parmi les poètes` (`Singur printre poeţi`). Jusqu`à sa mort en 1996, Sorescu a publié encore 23 voulmes, en devenant une figure marquante de la littérature roumaine contemporaine. En 1966 il a reçu le Prix de l`Union des Ecrivains pour le volume `Poèmes`. Pendant sa vie, Marin Sorescu a gagné ce prix 6 fois. A sa mort il avait encore en manuscrit 15 volumes, poésie, journal, roman et essai.

La dramaturgie de Marin Sorescu met en page la thématique de la parabole dans la trilogie `La soif de la montagne de sel` (`Setea muntelui de sare`), ou bien sa dramaturgie vise le théâtre contemporaine dans la pièce `Il y a des nerfs` (`Există nervi`), le théâtre historique dans `Le troisième pal` (`A treia ţeapă`), il a écrit aussi des comédies comme `Le rhume` (`Răceala`) et `Le cousin Shakespeare` (`Vărul Shakespeare`).

La pièce `Jonas` (`Iona`) de Marin Sorescu fait partie de la trilogie `La Soif de la Montagne de sel`, qui comprend encore deux pièces de théâtre, `Matca` (`Matca`) et `Le Bedeau` (`Paracliserul`), une trilogie de la solitude. On peut parler des solitudes de l`homme. Cette trilogie vise la condition tragique de l`homme en montrant ses interrogations et ses quêtes. C`est aussi le cas de Jonas, le prophète biblique qui a fait la Parole, et qui, dans la pièce d`ouverture de la trilogie, `Jonas` (`Iona`), est amené à rechercher à travers la parole – au cours de son voyage initiatique dans la nuit viscérale des monstres marins qui jouent à l`avaler en s`avalant les uns les autres – l`unité perdue d`avec soi-même. Il s`agit dans cette trilogie des quêtes sur l`horizontale, le cas de la pièce `Bedeau` et des quêtes à la verticale, dans `Matca`. Les quêtes du Bedeau, de la pièce du même nom, qui a pris la route de `bas en haut`, parti corps et âme, parti éperdument, signifie la lutte pour pouvoir être face à face avec Dieu. Dans la troisième pièce, `Matca`, il s`agit des quêtes de Irina, la future mère de Matca, et ce personnage feminine, Irina, est la matrice, la moule du monde, elle est la source, le fin et le commencement. Irina dépassera la solitude, car elle n`est pas seule quand elle sera mère, elle rira de la furie des éléments, car lorsqu`on est investie d`une charge aussi immense que celle de la continuité. Irina apprendra à ne plus redouter la mort, car nul ne meure vraiment s`il a donné la vie. Si Jonas n`a trouvé de la lumière qu`en son propre coeur transpercé d`un couteau, et le Bedeau, qu`en transformant son corps en torche vivante, Irina, prisonnière entre les murs de sa maison au toit effondré et aux flancs battus par les eaux du Déluge, fait route les yeux rivés sur une étoile, sur la lumière. Sa quête à elle, cosmique, mène à la croix des chemins, à la convergence de l`horizontale et de la verticale. Là où les lignes redeviennent point. Là où s`apaisent les soifs humaines. La soif d`être, de connaître et la soif de sortir du Temps.

`Jonas` (`Iona`), a été publiée premièrement dans la revue `Luceafărul`, (13 janvier 1968), et dans le numéro suivant (20 janvier 1968). Le grand critique et historien littéraire Vladimir Streinu a écrit une chronique sur cette pièce disant qu`il s`agit d`un `conflit avec le destin dans une intrigue à la plus haute tension, tourné dans la discordance d`entre l`idéal/l`idée de liberté, de connaissance absolue, et de damnation d`un ens humain à un horizon – ventre de la baleine, qui projette Jonas dans un autre espace en série infinie, macrocosmique et microcosmique, dans une solitude métaphysique`.

`Jonas` nous montre un ensemble des poèmes courts qui jusqu`à la fin se composent dans un grand poème-monologue de signification atroce. Jonas de Marin Sorescu, dit Vladimir Streinu, n`a en commun avec le heureux prophète que le statut de pêcheur et qu`il sera avalé par un grand poisson. Marin Sorescu a gardé dans son drame, vu comme un paradoxe, seulement le nom du protagoniste de mythe biblique, Jonas. Ce qui est remarquable chez Sorescu est le fait que son `Jonas` ne pêche rien bien que son filet de péche devienne lourd de temps en temps. Ce fait vient de nous montrer que le personnage Jonas de livre de Sorescu est un pêcheur de la connaissance absolue, qui n`existe pas dans la vie du monde entier, c`est-à-dire dans la grande connaissance relative du monde. Le grand poisson avale Jonas et dans le ventre de celui il se souvient du mythe du prophète qui a été avalé par une baleine, mais il ne sait pas ce qui s`est passé après.

Le drame `Jonas` écrit par Marin Sorescu a comme point de départ le mythe biblique de Jonas qui est envoyé à Ninive pour condamner la ville mais il s`enfuit dans la direction opposée, embarquant sur un navire en partance pour Tarsis. Le navire est pris dans une grande tempête. Les marins jettent les sorts afin de découvrir la cause de ce malheur, sorts qui désignent Jonas. Il les invite à le lancer dans la mer, qui se calme. Avalé par un grand poisson durant trois jour et trois nuits, Jonas regrette sa fuite et se fait vomit sur une plage. Il annonce le futur jugement des habitants qui se repentent. Le sujet de cette fable biblique est mis en page dans `Jonas` de Marin Sorescu seulement comme prétexte, le personnage est tout différent de celui du mythe biblique par le fait que Jonas de la Bible a été avalé par le grand poisson parce qu`il n`a pas voulu faire ce que Dieu lui a demandé, et le `Jonas théâtrale` n`a fait aucun péché, il était `jusqu`au début` dans la bouche du poisson et il ne peux pas sortir à la lumière.

Le personnage Jonas est un pêcheur qui se soumit aux lois du destin, fait qui nous montre que ce personnage est un pessimiste, et ce pessimisme le comprend et le conduit à pêcher dans un aquarium que Jonas prend chaque jour avec lui.

Dans le premier tableau, la scène est construite symbolique, entre les cercles concentriques, de craies, entre les `rayons du temps`, Jonas, le protagoniste de Sorescu, peut être l`un des pêcheurs du XX siècle et par cela le dramaturge met en page la lutte contre le mythe biblique, parce qu`il donne une autre forme à son discours dramatique, le drame de Sorescu est un défi du mythe de la Bible. Le dramaturge donne des indications scéniques pour ce drame-paradoxe en quatre tabbleaux: `Comme chaque homme seul, Jonas parle à haute voix avec soi-même, il se pose des questions et c`est lui qui répond, il se comporte toujours comme sur la scène il y a deux personnages.` Le protagoniste appelle son double, mais il remarque que autour de lui tout est vide, personne ne vient, personne ne parle avec lui, puis il réfléchit beaucoup de temps et à la fin il découvre que `le vide s`il n`existe pas que dans mes pensées il devra me répondre, le écho`. La disparition de son propre écho (`C`est fini avec mon écho/ Il n`est plus, c`est fini/ Il est mort lui-même/ Mauvais signe.`), signifie l`inexistence que Jonas explique d`une manière qui vise le paradoxe `peut-être il y a une nouvelle décision prise par les pêcheurs` et il termine par `il y a un grand vacarme sur la mer`. Ce vacarme dont le personnage de Sorescu parle est la `grande révolte sociale` qui peut changer de l`ordre existente, il s`agit dans le texte probablement de `la société multilatérale développée`, c`est-à-dire `le totalitarisme de Ceauşescu`.

Le dialogue se constitue des associations imprévisibles et de la fantasy ironique et paradoxe, en mettant la question comment vivre tous les poisson de la mer et la réponse est tout simple et s]encadre dans le registre ironique que le discours dramatique nous montre: `par la nourriture et par la bière`, l`allusion est bienvenue pour faire comprendre les lecteurs qu`il s`agit de l`explosion démographique du XX siècle et les limites de la planète visant les resources de nourriture.

La fantasy travail dorénavant en `progression géométrique`, le protagoniste se voit forestier en s`imaginant pendant la première nuit un `rêve avec un million des arbres`. Pendant le rêve il monologue et devient à la fin de ce rêve le même pêcheur pauvre. Cela peut signifier la société pauvre qui se trouve à la base de la pyramide du socialisme.

Le deuxième tableau projette l`action à l`intérieur du Premier Poisson parmi `les champignons, les os, les algues, misère acquatique`, Jonas se trouve dans un espace-piège. Dans ce tableau Jonas médite sur `le tard qui se trouve dans son corps`, il se met à coucher parce qu`il doit se reposer, brusquement il observe qu`il s`est passé quelque chose, il ne sait pas s`il se trouve à l`intérieur du poisson, vif ou mort. Il se souvient d`une histoire de quelqu`un qui a été avalé par un grand poisson, histoire qui ne comprend pas aussi `l`apprentissage de la sortie`. Jonas conclure que `les hommes perd leur temps avec des choses qu`ils n`utilisent pas après la mort`. Il croit que la sortie de `Jonas biblique` de ventre du poisson c`était grâce à un sifflement, Jonas essai de le faire aussi mais il ne réussit pas.

Le troisième tableau se déroule à l`intérieur du Deuxième Poisson et le discours dramatique devient une tragédie qui vise la société socialiste et le moment qui a marqué en Roumanie la mise en scène du totalitarisme et le jeu des questions que Jonas se pose sont sans réponse. Il parle pour ne pas se faire peur, il parle pour critiquer la société et le système de Stalin qui a été imposé en Roumanie. Jonas rencontre deux pêcheurs: Pêcheur I et Pêcheur II qui ne parlent pas. Marin Sorescu les voit comme des personnages politiques: l`un est Lenin et l`autre un ami de celui-ci. Jonas prend un couteau et il coupe le ventre du Deuxième Poisson et entre dans le ventre du Troisième. Ici il veut envoyer un message à sa mère pour lui demander une seule chose: `Tu ne doit pas t`inquiéter, tu ne dois faire qu`une chose toute simple: naître toujours`. La scène finale de ce tableau se termine par l`inquiète de Jonas qui voit près de lui des millions des yeux et des bouches des petits poissons réveillés grâce à un dernier tremblement de terre: `Il te semble. Il n`y a pas de miroir. Il y a des yeux vrais. Un, deux, trois, une centaine de paires. Voilà, ils se trouve d`autre part, ici, là-bas. Il y a des poissons derrière les yeux. Des poissons vifs. Ils se dirigent vers moi aux bouches...(il cherche le mot, il ne le trouve pas). Aux bouches sorties de la gaine (Criant comme dans un rêve). Ils me mangent.`

Le dernier tableau montre Jonas dans `une grotte, dans le gouffre du dernier poisson coupé` et devant lui se trouve quelque chose qui peut être une plage. Quand il se réveille Jonas se propose qu`il ne doit pas perdre le temps et il s`encourage en se disant `je dois nager un jour, deux, un an` jusqu`au bout et à la fin il découvrira la lumière. Jonas marche dans l`obscurité sans trouver ce qu`il cherche, il rencontre de nouveau les deux pêcheurs et juste maintenant il comprend la situation dont il se trouve: `Terrible. Je m`étonais pourquoi je ne suis pas heureux. Qu`est-ce quoi tu vois? L`horizon. Qu`est-ce que c`est l`horizon? Un ventre de poisson. Et après ce ventre-là qu`est-ce que tu vois? Un grand ventre de poisson? Regarde encore. (Jonas regarde, puis il couvre ses yeux avec ses paumes) Qu`est-ce que t`as vu? Rien. Qu`est-ce que t`as vu? Quelques ventres des poissons. Comme des fenêtres mises les un près d`autres.` Jonas se regarde et se dit `Je suis un Dieu qui ne peut pas être ressuscité`. Le tableau se termine par les mots de Jonas qui cherche son double lui promettant qu`ils vont sortir à la lumière: `Jonas. Tout est à l`inverse. Je ne renonce pas du tout. Je pars de nouveau. Cette fois on va partir tout les deux. Qu`importe qu`on a ou pas de chance? Il est difficile d`être seul. (Il sort le couteau). C`est fini, Jonas! (Il coupe son ventre). On va sortir à la lumière tout les deux.`

Le drame `Jonas` (`Iona`) de Marin Sorescu se constitue, par le geste final et par le symbole de la lumière, comme une réconciliation entre l`homme seul et le monde entier, une connaissance de soi comme une pureté de l`esprit.

.  | index










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .