agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Article Communautés Concours Essai Multimédia Personnelles Poèmes Presse Prose _QUOTE Scénario Spécial

Poezii Romnesti - Romanian Poetry

poezii


 
Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 157 .



La main de mon garçon 27
prose [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [mihai andrei ]

2022-07-31  |     | 



Le départ de Savin pour Paris avec Alves a éteint mon conflit avec Tiago, désormais il se concentrait sur Alves et Savin, car Alves avait laissé une rumeur partout, mais je pense qu'il avait dit à Tiago de qu'il allait à Paris, non seulement pour rencontrer les enfants, il voulait montrer à Savin, une faculté, avec des détails préférentiels pour lui, et ce genre de Tiago brûlé à partir de maintenant, parce qu'il était à un pas de là avant lui. Veronica, était maintenant au centre de son attention, une visite à plusieurs reprises, l'homme aux injections, probablement le psychiatre lui a donné un pronostic pas très bon, car le soir il était très nerveux, regardant attentivement le dossier qu'il avait préparé avec les facultés qui étaient acceptez de recevoir Veronica.
- Tiago, je vois que ma fille a oublié de m'appeler père, et tu ne peux pas te calmer après la recherche, ce jour viendra aussi, reste calme.
- Quoi, vous n'aimez pas la boisson, M. Pascal!
- Oh, je viens de profiter de votre dernier achat, semble-t-il écossais.
- Oui, c'est une force très ancienne, j'ai dû acheter tout le baril, sinon ça ne lui reviendrait pas, le père d'un de mes collègues de l'hôpital de Paris.
- Oh, alors les gens là-bas… prends-la, pas de blague!
- Oui, l'homme est un petit fabricant, si vous voulez comprendre, et le fait qu'il bouchait un tonneau, juste pour m'acheter une bouteille, ne lui convenait pas.
- Ce n'était pas juste quelque chose de commercial?
- Peut-être, mais même après que je lui ai montré l'argent sur le contenu, il ne voulait pas vraiment me le donner, il a dit que si nous le goûtons seulement, ce liquide de rêve, et s'il ne l'aime pas, il me le donnera en vain.
- Et où est le canon?
- Tu es fou, il l'a mis en bouteille, mec! Je suis seulement partie avec quelque chose dans le ventre.
- Oui, tu ne plaisantes pas!
- Eh bien, la route était aux frais de mon collègue, il voulait vraiment me montrer une très belle propriété sur une île voisine.
- Et?
- Je perds mon temps avec toi…
- Non, j'aime vraiment l'histoire!
- L'île, qui n'est pas plus grande qu'un établissement de football, presque entièrement en pierre, est au-delà de l'horizon, mais pas le dernier offshore, qui n'a pas fait de concession pour le phare moderne.
- Je comprends.
- Eh bien, sur cette île, il y a une vieille casemate, une sorte de petit palais, où les troupes étaient autrefois hébergées, tout de la pierre sur l'île, des blocs de calcaire, qui magnifiquement placés ont donné ce bâtiment de rêve.
- Je comprends que tu es bizarre, mais cet endroit était utile quand il y avait une guerre, maintenant qui pouvait s'y réfugier.
- C'est exactement la beauté, Pascal.
- Je ne comprends pas!
- Eh bien, vous allez là-bas, toute l'eau autour, comme si vous étiez sur un navire.
- Et? Comment c'était, tu l'as vue?
- Oui.
- Développe.
- L'île, comme je vous l'ai déjà dit, est plus de pierre, la seule végétation étant l'herbe, l'amarrage se fait là où ils taillent la pierre pour la construction, laissant derrière eux une plate-forme portuaire en pierre magnifiquement polie, des escaliers pour sorte de magnifiquement poli, avec une main en pierre à main, le tout au grand niveau, modelé en détail.
- Pendant la guerre !?
- Personne! La partie moderne peut être vue d'une autre époque, je pense! Tout cela à environ trente-cinq mètres, peut-être plus, et quand vous arrivez sur l'île, il y a un petit bâtiment, qui était autrefois pour la garde, et aujourd'hui c'est un crucifix, dont vous dites qu'il a toujours été là. .
- Peut-être que c'est ce que les gens t'ont dit, elle a toujours été un crucifix.
- Alors, partez sur une route de pierre…
- Tout ce qu'ils ont cassé pour la construction est probablement resté de ces blocs.
- Garder le silence! Vous tombez sur un magnifique bâtiment, une sorte de palais ou quelque chose, avec deux immenses fenêtres…
- A la casemate?
- Je ne sais pas exactement, c'est Pascal maintenant!
- Une porte tout aussi grande, peut-être plus large, le tout terminé en arc de cercle, ce qui ne vous laisse pas les quitter des yeux.
- Beau!
- Tout autour, seulement de l'herbe verte, il semblait tellement grandir.
- J'en doute, continue.
- Oui, l'intérieur s'ouvre sur un immense salon, parqueté je pense avec la pierre elle-même de l'île, très finement meublé, juste quelques canapés en bois, combinés avec du cuir, un peu maladroit je dirais.
- Donc tu ne pouvais pas mettre une femme sur roues!
- Pas question, tout était enfermé autour d'une immense cheminée, à peu près à ma hauteur.
- Je te crois aussi, il pleut toute la journée.
- Il n'a pas plu pendant mon séjour.
- Oui, que dois-je mettre sur le feu, car rien n'y pousse?
- Oh, ils ont un coin quelque part sur l'île où tu coupes quelque chose du sol et le mets au feu.
- Je comprends.
- Oui, de là tu peux descendre un couloir, un peu sombre…
- Tu n'as pas d'électricité?
- Oui, tout est aux normes, vous comprenez, à la dernière minute, l'énergie se fait avec le soleil, mais surtout avec les pompes à chaleur.
- Aha.
- De ce couloir, vous accédez à la cuisine et à la salle de bain, et de la cuisine, vous pouvez voir l'océan, dans toute sa splendeur, en tête du couloir, à gauche et à droite vous trouvez deux chambres, assez grandes, pour certains soldats.
- Il y avait probablement plus de sommeil, mec.
- Oh oui! Je n'y ai pas pensé! chambres coucher ils ont également d'immenses fenêtres, l'une face à l'île, où vous pouvez voir une variété de pierres et d'herbe, et l'autre à l'océan, comme si vous étiez directement sur la vague.
- Je vois, quel genre de rochers?
- Et bien, comme les nôtres, mets des pistaches!
- Aha, tellement esthétisé par des mains humaines.
- Oui. Toujours depuis cet immense salon, qui avait aussi une bibliothèque très variée et quelques meubles, avec quelques petites sculptures, on pouvait aller dans une autre salle…
- Tout aussi sombre…
- Oui je l'avoue. Cette fois, vous avez atteint trois chambres, une en face de l'immense, peut-être la matrimoniale et deux en partie, toutes indépendantes de leur salle de bain, par rapport aux autres qui avaient une salle de bain dans le couloir.
- Tous les deux?
- Oh non! Dehors, il y avait une sorte d'entrepôt où était stockée la tourbe, celle du feu.
- Donc ça a été coupé les beaux jours, et après séchage…
- Oui, il était entreposé ici sur terre.
- Et avec quoi la portaient-ils?
- Ils ont encore une sorte de brouette en bois.
- En fait, vous ne pouvez rien monter dans ces escaliers avec un moteur.
- Oui. Je pense qu'il vous en coûterait une fortune pour élever un véhicule à cette hauteur, puis transporter du carburant et plus encore.
- Je le pense.
- Eh bien, quand c'est beau, on peut voir de près l'autre île avec le phare en mer, et de là très faiblement une langue de terre du continent.
- Je comprends. Est-ce que tu l'as acheté?
- Je pense mec! Je vous emmène voir l'endroit, c'est fantastique.
- Peut-être que nous faisons toute la famille, cette promenade.
- La meilleure chose serait de trouver un cuisinier comme Luis, peut-être Rui, comme barman, mais nous vous avons, quelques filles et nous trois.
- Docteur, vous avez un rêve comme ça… quand vous faisiez l'amour toute la nuit! Maintenant, pour les dix minutes, vous pouvez le faire à votre villa, avec Rui.
- Comment savez-vous,… Laissez ça, que dites-vous? Ce n'est pas bien?
- Oui, mais je pense que c'est difficile de tout porter avec tes bras de cette façon.
- C'est pourquoi les services ont été mis en place, Pascal.
- Certes, vos services vous apportent également de la nourriture.
- Êtes-vous en train de dire que ça s'améliore sur le continent?
- Sûrement.
- Voyons, allez, tu m'as parlé et je n'ai pas fait mon boulot.
- Avec mon beau-père, avez-vous parlé de l'avenir de sa nièce?!
- Pascal, je lui ai donné un coup de main avec Savin, ça suffit! Cependant, il était impossible pour le pauvre enfant de l'entasser dans un hôpital.
- Je te crois. Donc?
- Je vais lui dire, comme il me l'a dit avant de partir.
- Peut-être qu'il veut par Savin, pour…
- Bien sûr, mais s'il laisse son protégé là-bas, il a de bien meilleures raisons d'aller quand il veut.
- J'ai compris ça…
- Oui, Pascal! Mais si tout tombe en panne, alors nous avons Savin, l'enfant s'accroche à Esther, nous connaissons plus de cas.
- Eh bien, je pense que tu es trop pessimiste.
- Probablement.
Il serait probablement entré dans un autre cône, alors je me suis retiré avec élégance où j'étais écouté à chaque fois, sans risquer beaucoup, Parce qu'Alves avait aussi peur de Tiago, parfois ou alors il voulait que je le fasse vérifier.
- Médecin!
- Pascal! Quoi de neuf mecs?
- Je vais exploser.
- Seulement à partir de ça!
- Quand je pense que j'allais prendre ta villa, tout d'abord, et en…
- As-tu fais ça?
- Je ne sais pas. Maintenant, je suis tellement contrarié.
- Écoute, si je te le donne, je te donnerai quelque chose.
- Ne m'appelle plus jamais gentil! Homme.
- Pourquoi, Morela
- D'accord, elle est belle, mais aucun de nous n'a réussi.
- Oui peut-être.
- Voulez-vous vraiment me donner la villa?
- Je rigole!
- Au fait, il y en a un vrai dans ma tête.
- C'est comme tu me l'as dit…
- Ne le manque pas, Alves! Vous devez m'éclairer.
- Je vous écoute. Buvez-vous quelque chose?
- Ne pas.
- Oh, quelque chose de nouveau!
- Je soupire chaque jour que je n'ai pas pris ta villa!
- Que veux-tu savoir? Finissons une fois, puis commençons à boire, parce que j'explose!
- Donc! Morela est donc à juste titre votre fille, gagnée avec un certificat de paternité, qui ne peut pas être attaqué.
- Oui.
- Sa mère est en fait l'épouse actuelle du neveu, que je n'ai pas eu l'honneur de rencontrer.
- Oui. Et neveu, tu n'as pas besoin de le connaître!
- Oh, une fois pour toutes!
- Exactement.
- Passons maintenant à ma fiancée.
- Laquelle, parce que j'ai une fille?
- Felicia! Elle est donc née de la même femme, la femme du neveu, non?
- D'accord, si cela vous aide et que nous passons à l'alcool après
- Maintenant, dis-moi pourquoi elles ne se connaissent pas depuis un moment, si elles étaient sœurs.
- Eh bien, simple! Felicia a été retirée immédiatement après la naissance, son neveu étant en prison, à ce moment-là, a déménagé chez les parents de sa mère, uniquement parce qu'aucun autre moyen n'a été trouvé, si c'était après Tiago, il emmènerait la fille quelque part loin, seulement il la soulèverait et ...
- Je sais, mais il l'a déjà fait! Mais ils ne se voyaient plus chez les grands-parents?
- Oui! Mais pour ne pas faire d'histoires, Felicia était soit une voisine de sa grand-mère, soit ses parents étaient au travail, c'est pourquoi.
- Et les peintures?
- Comment les avez-vous connus?
- Avec l'engagement!
- Ah! Les peintures appartiennent en fait à l'épouse de Tiago, la morte pour laquelle il apporte presque quotidiennement des bougies à la chapelle.
- Oui, Felicia, elle pense que sa mère les a peintes.
- Parce que quand nous avons commencé à sortir avec cette femme merveilleuse, nous avons un peu agrandi la maison…
- J'ai?
- Oui. Je n'ai pas de fille non plus!
- Pardon!
- Oui, et la maison à la fin, car nous avons dû faire de même pour Morela, le neveu en fait…
- Pourquoi n'en avez-vous pas fait un chacun?
- Attend et regarde! Tiago, en fait, a décidé d'acheter la maison de sa grand-mère, disant qu'en cas de problème, chaque fille se retrouverait avec un abri.
- Honnête, après tout.
- Oui, mais il pourrait acheter une autre maison, comme il l'a fait.
- C'est vrai, parle-moi des peintures!
- Oui. Les peintures ont été prises les unes après les autres jusqu'à la mort de sa grand-mère.
- Pourquoi ne les a-t-il pas emmenés chez la mère de sa femme décédée?
- Les gens sont allés au paradis assez rapidement, après quoi la vie a suivi à Paris, ils ont loué, de sorte qu'ils ont perdu la trace très rapidement.
- Je comprends. Oui, où sont-ils restés à sa mort?
- Dans le bloc où tu vis.
- Où?
- C'est ton appartement maintenant. Pensez qu'ils venaient juste pour une opération ici, leur vie était à Paris.
- Je comprends, mais pourquoi ne lui a-t-on pas dit qu'il les avait peintes…
- A cette époque, il voulait, mais un amour raté…
- Elle prétend que tu n'en sais pas grand-chose, en fait tu le sais.
- Laisse ça! À temps, Tiago a dû vendre cette maison parce qu'elle était devenue un sujet de discorde entre nous.
- Image?
- Les tableaux ont été transférés dans la maison que vous connaissez, dites-vous.
- Ce n'est pas une petite maison! Oui, comment lui as-tu fait tout comprendre, parce qu'elle a finalement découvert qu'elle était sa fille et sa sœur.
- Je vous l'ai dit, traversant la terrible dépression, Tiago a dû acheter des tableaux similaires avec style, les forçant à dire qu'elle les avait peints.
- Pourquoi ne lui as-tu pas dit la vérité à la fin?
- Le temps a passé, nous avons fait notre travail et de nombreux autres problèmes n'ont pas été révélés.
- Oui, c'est clair pour moi maintenant, ça devrait être pareil pour Felicia, la fille a tout un bordel dans la tête.
- Oui.
- Au fait, tu penses qu'elle pourrait être ta fille?
- Tu m'as dit de ne pas te gifler, non!
- Peut-être, oui, dans…
- Pascal, le test avec Morela, je l'ai fait ivre, on est tous les deux désolés.
- Je te crois. Je veux dire, ça pourrait être ...
- Vous avez vu quel style nous nous comportons avec les femmes, et la mère de Morela l'a vraiment supplié.
- Comment serait-elle enceinte si elle utilisait toutes les entrées?
- Tu es fou!
- Au fait, où est la camarade de jeu de Veronica, a-t-elle disparu depuis un moment?
- Faites une expérience, surtout en été, dans une école avec un programme permanent pour les filles.
- N'est-ce pas dangereux?
- Dis à Tiago, si tu l'as découvert, il est capable de transmettre Veronica à son nom.
- Je ne comprends pas, pourquoi est-il si possessif?
- La perte de sa femme, a-t-il dit.
- Donnons-lui l'homme avec les injections.
- Ha, ha, ha! Maintenant, pouvons-nous boire?
- Beau-père!
- Quoi, quoi, quoi?
- Facile, je parlais de Yaritza!
- Le plus beau jeu de ma vie.
- Aviez-vous une prédilection pour le jeu?
- Non, je l'ai dit, mais ce n'est pas pour ceux qui se préparent. Veronica ...
- Oui, seul le chirurgien va sortir!
- Oui, y compris mon actuel.
- Ha, ha, ha! Nous avons ri sans pouvoir nous arrêter.
- On boit?
- Oui, tu ne m'as pas dit qui était la mère de Luis?
- Pascal, tu as sauté la clôture? Si vous êtes dans l'autre sens, je peux vous mettre en contact avec quelqu'un.
- Oh non! Ne me dis pas Luis?
- Non, pas du tout, bien qu'il soit difficile de trouver un partenaire.
- Dis-moi, quel outil il a!
- Je savais que tu n'étais pas bon alors avec Yaritza!
- Oh, pas papa! Nous nous sommes tous déshabillés à la plage, c'est comme ça qu'on l'utilise là-bas.
- Bien, bien! Chaque fois que je trouve une raison de le battre, je l'oublie.
- N'est-il pas ton garçon?
- Oui! Ha, ha, ha! Voilà pourquoi il ne se bat pas!
- Papa, j'espère que tu ne vas pas.
- Vous le méritez!" Ha, ha, ha! On boit?
- On boit! Qu'avez-vous apporté à la cave?
- Tu vois! Pascal, tu ne m'as pas apporté les clés de la villa!
- Mien?
- Êtes-vous naïf?
- Oh, je ne sais pas ce qui se passe, mais je ne pense plus que ce soit nécessaire, Morela n'est pas venue beaucoup à la villa
- Toi non plus!
- J'avoue, je ne me suis pas beaucoup baigné dans ta baie, mais j'ai parlé à Morela au bar de Luis.
- Je savais!
- C'est quoi?
- Tu vois!
- J'espère que je ne suis pas battu!
- Non, mais c'est le moment de récupérer les clés.
- Oui Maître!
- Ha, ha, ha! Je te vois dans une plantation…
- J'ai été…
- Qu'avez-vous, qu'avez-vous pensé?
- Je dois y aller, je vais chercher les clés, maître!
- Terminer! Qu'est-ce qui vous est arrivé? Je vais te mettre en thérapie, tu sais!
- Arrête de me battre, injecte-moi, c'est plus facile, non!
- Ha, ha, ha! Pascal!
Je me précipitai vers Luis, mais il n'y avait que des touristes, des casques, assis sur la terrasse, buvant dans leurs propres sacs, alors je pris la colline contre ma poitrine jusqu'à la villa d'Alves. La porte était ouverte, j'entrais prudemment, il n'y avait personne, je pris le contrôle des chambres, personne, la cuisine…
- Salut, Morela!
- Pascal!
- Qu'est-ce qui ne va pas? Sachez qu'il ne fait pas trop chaud, si vous voulez vous rafraîchir, pourquoi ne pas prendre un bain.
- Pascal!
- C'est quoi? Il désigna la porte contre laquelle il était appuyé.
- Ha, ha, ha! Je ne pensais pas… son esprit le menait à une telle chose, ma boisson!
- Tu as les clés?
- Bien sûr que non! C'est sa maison!
- Alors tu ne m'es d'aucune utilité!
- Écoute, on ferait mieux d'aller dans une chambre… Je sors tes gargouilles de ta tête et rentre à la maison heureuse.
- Non, mon cul me fait mal!
- Du plaisir, peut-être!
- Je ne veux pas!
- Peut-être ailleurs?
- Le pourquoi tu ne vas pas chez ta future femme, Pascal?
- Laisse-moi comprendre que ça te dérange maintenant! Maintenant que je bois même quelque chose, as-tu regardé dans le frigo?
- Première fois.
- Je comprends. Si vous n'avez toujours aucune raison de venir ici, donnez-moi les clés de la villa.
- Je vais le donner à mon père, Pascal!
- Ne le dérange plus, je vais peut-être amener quelqu'un aussi…
- Felicia?
- Pourquoi pas!
- Apportez-la, son cul ne fait pas mal.
- Pourquoi?
- Le secret des frères!
- Si je vous donne à boire, me donnerez-vous les clés?
- Oui.
- Écoute, pourquoi tu n'achètes pas, non…
- J'ai honte de l'un, et le second n'est qu'un magasin d'alcools, je suis sûr que j'y suis déjà interdit, mon père ne dort pas.
- Je comprends. J'ai une bouteille solide dehors dans la niche en pierre.
- Si vous me laissez quelque chose, je vous donnerai les clés!
- Nous nous entendions différemment!
- Aidez moi.
Il sortit les clés de la poche de son jean, m'embrassa chaud et mit les clés dans ma paume.
- Aller!
- Reste dans le salon, je vais l'amener.
- Voleur! Vous êtes-vous caché ailleurs?
- Ce n'est pas ce qu'Alves a oublié quand il parlait à Luis.
- Ha, ha, ha! Je pense que vous aviez l'intention de vous battre alors. C'est comme ça qu'il a oublié sa force!
- Oui.
La bouteille de force, environ les trois quarts, allait très vite de bouche en bouche, notre appétit avait à peine été aiguisé, mais rien. Enfin je me suis souvenu que dans la chambre, comme s'il y avait quelque chose d'autre à la tête du lit, tirant Morela sur moi, dans ma recherche, la moitié de la seconde, il nous suffisait de nous nous sommes déshabillés complètement, en nous regardant et en riant, comme deux fous, le matin nous a pris dans notre peau nue, la tenant dans nos bras sur nos dos. Le malheur était que j'étais en service, mais dans mon inconscience, j'avais tout oublié. Presque marmonnant, je haletai, enveloppai Morela dans un drap, me précipitai vers Alves, avec les clés de Morela à la main.
- Maître, sauvez-moi!
- Qu'est-ce qui vous est arrivé, Pascal? Bonjour!
- Oh, je t'ai apporté les clés!
- Où les avez-vous récupérés?
- Luis, comme tu m'as fait comprendre.
- Je savais, c'était dur?
- J'ai presque combattu avec les frères!
- Je savais… attends comme ça, je n'ai rien fait, j'ai juste bougé…
- Que dites-vous là, docteur?
- Laisse tomber, je vais changer le fermer a clé, du pub et c'est tout! Et donc il n'en a pas besoin! Vous étiez en train de dire quoi?
- Oh, fais-moi travailler aujourd'hui, peut-être…
- Je t'emmène. Autre chose?
- Une petite récompense pour… les clés…
- Tu n'aimes pas ma boisson, donc je n'ai rien!
- Docteur, donnez-moi du diesel, vous ne voyez pas que j'en ai un peu plus et je tombe, redressez-moi!
- Oh, attendez! J'ai une bouteille de force de frère Tiago, il m'en a donné environ deux, avec une histoire, une île, je n'aime pas ça…
- Je l'aime! Donnez-moi tout, ne soyez pas avare, je le mérite!
- Oui, le fermer a clé est très cher, authentique.
- Tu vois!
- Je dois aller visiter, parce que je vous montrais comment résoudre ce problème.
- Je pars travailler, docteur! N'oubliez pas de me faire sortir!
- J'appelle Tiago.
J'ai pris la bouteille qui avait environ deux litres, je suppose que les onces ne correspondent pas tout à fait à notre litre, je vous en prie, je pars bientôt pour la villa. Morela dormait encore, bon signe, mais goûtant au verre, mauvais signe, car elle s'est terminée rapidement, alors je l'ai retournée dans la nôtre, cachant le reste dans le réfrigérateur, déshabillée à nouveau et je me suis couchée.
- Oh, comme tu as froid! Tu m'as dépucelée?
- Avec quoi!
- Ha, ha, ha! Hier soir, je pensais que c'était à mon ventre et vous dites s'il vous plaît…
- Je ne sais rien!
- Tu as vomi?
- Pas encore!
- Je n'ai pas grande chose non plus.
- Un service?
- Je suis en vacances, je ne peux plus me concentrer.
- Tu manques!
- Tu es fou après l'avoir mis dans ma bouche toute la nuit, grognas-tu! Y a-t-il autre chose dans cette bouteille?
- Oh oui!
- Donner!
- Ne pas.
- Tu es fou, je t'ai donné les clés!
- Va prendre une douche, je te le donnerai plus tard.
- Soyez le premier!
- Nous le faisons tous les deux.
- À une condition, ne va pas dans ma chatte, je suis réveillé maintenant.
- On se lave juste!
Je n'en ai pas fait plus; enfin, mis à part le fait que nous avons vidé notre ventre, c'est Morela qui a donné le ton. Nous sommes retournés au lit froid, nous prenant dans nos bras. Ce sommeil m'a pris dans les bras de Cécilia, qui était vide et m'a appelé à elle, nous nous sommes unis en un seul être, dans un plaisir incroyable, mais je me suis réveillé derrière Morela, le cul chaotique.
- De qui avez-vous rêvé, Pascal?
- Je ne te le dis pas.
- Cecilia, non!
- Comment le sais-tu?
- J'en ai rêvé moi aussi, en me disant que c'est comme ça que ça se fait, après quoi tu as commencé à me botter le cul derrière moi, tu as l'air bien ensemble.
- Cecilia était une belle femme.
- Oui, je l'ai aimé aussi.
- Avez-vous sauté la clôture?
- Non, il ne me reste plus grand-chose.
- Je comprends.
Je passai le biberon de l'un à l'autre, peu importe ce qu'il contenait, massant légèrement ses seins caillouteux, je l'embrassai, mais elle refusa.
- Je suis toujours conscient, Pascal!
- Et?
- Avec cette bouche tu veux
- Oui, cric Key!
- Et comment!
- Je ne sais vraiment rien! Eh bien, maintenant vous avez vraiment une raison de sortir de la tristesse dans laquelle vous étiez hier soir.
- Eh bien, je l'étais! Allez, embrasse-moi, je viens de vomir dans le même placard.
- Ha, ha, ha! Maintenant, je n'en ai vraiment plus besoin!
- Oui, tu en veux deux?
- Ça ne fait plus mal?
- Tu es fou! Boire hier soir, mec! Quoi d'autre devrait nous blesser?
- Âme.
- Ne me fais pas pleurer, Pascal! Laisse-moi boire!
- Je n'en ai plus!
- Pas du tout! ES vous avez raté!
- Je suis Morela.
- Allez à papa!
- C'est de lui que tu as bu.
- Tu lui as donné les clés! Tu es un perdant!
- Si je vous apporte le reste de mes forces, comment vais-je?
- Vous méritez le grand prix!
- Des oiseaux?
- Bouche, Pascal!
- Comme elle est morte…
- Ha, ha, ha! Je voulais t'embrasser!
- Bienvenue, ma princesse!
- Comme c'est élevé!
- Je viens de suivre une thérapie avec le meilleur psychologue du territoire, sur l'abstinence!
- Tu as mal fait parce que tu n'as pas accepté!
- Je te perdais, tu n'as pas l'air si froid maintenant.
- Je ne suis pas! Brûle de l'alcool en moi!
- C'est l'idée!
- Pascal, penses-tu qu'il me donnerait la villa, papa, si tu m'épousais?
- Jamais.
- Je savais! Oh, tu es matérialiste!
- Tu es fou!
- Je le suis, mais comment se fait-il que Felicia ait pu.
- Pas pour elle non plus, croyez-moi!
- Alors pour qui?
- Peut-être pour Zorion.
- Oui, tu as raison! Il est vraiment son fils, je pense que Felicia est aussi vraiment sa fille.
- Je le pense aussi.
- Écoute, tu aimes beaucoup Cecilia?
- Qui ne l'aimait pas! Même Tiago.
- C'est comme ça. Une très belle femme, même si tu t'entendais bien ensemble.
- Quand?
- En rêve!
- Ah!
- Yaritza?
- Oui, pour elle, j'accepterais cette villa.
- Tu es fou!
- Peut être.
- Vous l'aimez?
- Je ne sais pas, pour cette femme tu as l'impression d'être son serviteur toute sa vie.
- Tu es fou!
- Tu me l'as déjà dit.
- Écoutez, je pense que toutes les filles des deux amis appartiennent en réalité à Alves, je pense toujours que sa nature d'être tel qu'il est, vient de l'impossibilité d'avoir des enfants.
- Ce sont de très bons amis, et le reste n'est que leur secret.
- C'est comme ça. Je pense que Felicia est comme ça, d'autant plus qu'elle n'a grandi qu'avec ses grands-parents.
- Je ne sais pas, l'image de mes grands-parents m'a toujours rassurée.
- C'est l'idée. Seulement, vous avez besoin d'autre chose.
- Devenir chirurgien?
- Ha, ha, ha! C'est vraiment arrivé dans son cas, vous voyez, j'ai vraiment raison, il veut laisser sa marque sur.
- Arrêtez!
- Qu'est-il arrivé?
- Faisons ce que vous m'avez promis.
- Pas maintenant.
- Pourquoi?
- Tu n'es pas assez ivre.
- Et?
- Il y a aussi ma joie!
- Ha, ha, ha!

.  | index








 
shim La maison de la litérature shim
shim
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .