agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Article Communautés Concours Essai Multimédia Personnelles Poèmes Presse Prose _QUOTE Scénario Spécial

Poezii Romnesti - Romanian Poetry

poezii


 
Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 155 .



La main de mon garçon 25
prose [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [mihai andrei ]

2022-07-25  |     | 



La fracture de Savin était depuis longtemps passée, la fin du printemps était enfin arrivée, personne n'avait de restaurant en tête et je travaillais toujours à l'hôpital. L'été s'annonçait beau, nous allions à Paris, avec le projet de Tiago, car de toute façon nous ne prenions rien d'Alves. Felicia, désormais calmée, allait se rendre à Paris, car je ne sais pas quelles spécialisations, et Morela venait toujours à la villa d'Alves, faisant une mangue à partir de la boisson d'Alves, c'est-à-dire la mienne, mais j'en profitais rarement. , car il faisait encore froid sous cette beauté incroyable.
Yaritza ne rentrait pas non plus cet été, elle avait un camp d'été aux États-Unis et Julien allait venir avec le garçon chez les deux pères d'emprunt de Yaritza. Je ne l'avais pas contactée depuis plus d'un an, mais la pensée traversait parfois son nu parfait sur la plage.
Veronica, en train d'écrire avec l'aide de Tiago, des lettres d'accréditation aux Facultés. J'étais fière d'elle, elle a très bien étudié, donc je n'ai eu aucun problème avec les écoles, mais j'avais prévenu papa Alves, en particulier Tiago, que toutes les dépenses étaient pour lui, même si j'avais fini les traitements pour Savin, désormais c'était médicalement libre, des problèmes insignifiants étaient toujours avec sa main, mais presque invisibles, car celui qui ne savait pas de quoi il s'agissait, Tereshinha, avait fait du bon travail.
Luis, il était toujours sous ma supervision, avec l'insistance d'Alves, que je ne pouvais pas refuser, car il allait garder ma fille au collège, bien sûr Tiago, celui qui décidait du lieu, mais surtout la spécialité, qui ne le faisait pas cela pourrait être autre que la chirurgie, de son point de vue. Maintenant plus que jamais, j'étais à nouveau connecté à ce tumulte de médecins qui m'apportaient maintenant du soutien à mes enfants.
Tiago a décidé de rendre visite au violeur de Veronica, a-t-il dit, pour voir si l'opération qu'il avait subie s'était bien déroulée.
- Tiago, prends-moi aussi! Je ne vais pas avec toi pour… surtout je ne te dérange pas, je veux juste payer mes impôts fonciers.
- J'ai un jeune emploi et tu serais un fardeau.
- Oui, ne me ramenez pas, docteur.
- Je ne te prends pas, mais ça se passe bien…
- Oh non! Vous n'avez pas dit que vous vouliez voir les cicatrices de cet homme!
- Oui, seuls les deux enfants, ce beau couple, est retournés à l'orphelinat, et l'horreur s'est reproduite.
- Oh, tu ne peux pas! Pauvres! Ont été capturés?
- Non, mais je suis sûr que mon flic sait quelque chose.
- Tiago, peut-être le leur, parce qu'ils n'ont pas de parents, il ne l'a même pas cherché.
- Peut-être, j'ai pensé à cette option, d'ailleurs, j'ai entendu dire que l'adoption internationale en Roumanie sera relancée.
- Tiago, mais c'est un travail méticuleux, tu sais très bien, jusqu'à ce qu'il soit approuvé, la fille aura aussi des enfants et le garçon aura besoin d'une bague anale.
- Il était sur la langue! Probable…
- Oh non! Cela me suffit et je suis donc fatigué de soudoyer celui de l'ambassade, car je ne trouve jamais ma mère à la maison.
- Ça ne te regarde pas, j'ai de l'argent…
- Je dis de ne me contenter que de nourrir les requins, de me laisser quelques caisses de leurres de dinde, d'être plus mature, je m'occupe de l'entraînement, maintenant je connais l'endroit.
- Les gens ne sont pas autorisés à nourrir les animaux sauvages, mais mon neveu a une carte pour protéger les animaux, il travaille dans le domaine.
- Ah! Sort, si je jette une merde de poulet sur un requin, ne le mange pas, non!
- Pascal, as-tu vu des poubelles dans la rue au Portugal?
- La vérité est… que j'ai marché… plus loin de ta villa sur la plage, je n'y suis pas arrivé, et après les poubelles, j'avoue que je n'ai pas regardé.
- Oui, même pas après les animaux, comme toi après les ours, tu n'as pas regardé Pascal!
- Écoute, laisse les animaux à la maison, tu m'emmènes en voyage ou pas?
- C'est trop risqué, d'autant plus que vous avez une bouche, comme un nid d'abeille, en plus, le premier coupable est le local, alors nous rencontrons des étrangers, des touristes, prenons des photos les uns des autres et partons.
- Je comprends. Allez en bonne santé! Écoutez, appelez-moi au…
- Tu veux boire pour rien! Ne pas?
- Oh non! Je voulais juste manger quelque chose de bien, la dernière fois que vous avez apporté des fruits de mer, très bien.
- Ils étaient bons, car ils ont été préparés par Luis.
- Aha, alors?
- On verra, mais je veux un meilleur cadre…
- Intime?
- Disons.
- D'accord Tiago, va chez moi, regarde ce qui reste avec la maison, paie peut-être mes dansants là-bas, ce n'est pas grand-chose.
- On verra, la dernière fois que je l'étais, mais maintenant, je ne sais pas.
- Aux clés?
- Oui, je les ai depuis, me dit Alves.
- Très bien.
- Tu vas mieux. Écoutez, cet été je vous donne une mission, jusqu'à ce que Felicia part pour Paris, suivez Luis, j'ai la vague impression qu'ils se voient.
- Peut-être juste pour avoir conseillé Tiago, ta fille est une bonne psychologue.
- Peut-être que je n'y ai pas pensé, je vais lui demander.
- Je… oui… bravo!
- Qu'est-ce que tu dis là?
- Rien, à votre départ, à dire à Savin, il a dit qu'il voulait des photos de la maison, comme c'est le cas maintenant, a-t-il expliqué.
- Oh, bon Pascal.
Je suis allée à Alves de toute urgence, car je n'avais pas de téléphone d'aucune sorte, même si je risquais beaucoup les jambes à déformer, mais en quittant le bloc, j'ai vu la très courte route menant à Luis, accélérant vers lui.
- Luis, lui dis-je directement à la porte, j'en ai marre!
- Je ne mange que deux fois par jour, Pascal!
- Non, je parlais de Felicia!
- O!
- Voir que le vieux Tiago s'est fait prendre, l'appeler d'urgence et lui dire que…
- Oui, ne le retourne pas maintenant, mec! E, e…
- Laisse ça à Luis, dis-lui que tu la vois pour un conseil psychologique.
- Bonne idée, la vérité est, ça me frappe dans la tête, je ne mets pas ma main là où elle devrait être, ma langue est pressée…
- Je comprends, pas de conseils sexuels, hoche la tête, Luis!
- Aha, le soleil.
- Maintenant, il pourrait contrôler Tiago.
- D'accord, vas-y doucement, je m'en occupe.
- Très…
J'aurais aimé mettre son père dans cette équation, mais j'avais peur, pourtant je suis allé à Alves, juste pour tester le terrain, car je n'étais pas encore sûr de tout.
- Oh, monsieur Pascal! Quel honneur, mec!
- Je ne sais pas… ça tourne mal quand tu me reçois comme ça!
- Pascal, je veux que tu ne reçoives pas Morela, dans ma villa sur la plage!
- Ravi de voir votre villa, Dr Alves, alors invitez votre fille à exécuter vos commandes.
- Pascal, ne me fais pas, comme
- Tu lui as donné les clés de la maison… pensant qu'il était sur la bonne voie.
- Eh bien, je ne peux pas les prendre! Ces enfants sont toujours un soulagement pour moi, admet Savin.
- Tu as oublié ta nièce.
- La nièce est entre les mains de Tiago depuis longtemps, nous avons tous les deux perdu le combat avec elle.
- Oui, je l'admets! De toute façon, j'ai un avantage, la fille va être une bonne chirurgienne.
- Ha, ha, ha!
- Oui, ce fou rêve de chirurgiens polyglottes.
- Quelque chose ne va pas?
- Ne pas.
- Écoutez docteur, je prendrai les clés de Morela, mais ça vous coûtera!
- Journée!
- Parlez-moi de Felicia.
- Elle est tombée sur ta malle, folle!
- Ne le prenez pas comme ça, a déclaré Alves.
- Combien?
- Aussi longtemps que tu peux.
- D'abord, je veux te dire quelque chose. Je vais à Paris avec toi.
- Ne me dis pas que tu restes avec ta femme!
- Je ne sais pas, c'est possible! Oui, ce n'est pas ce que je voulais te dire. Je suis heureux! J'ai terminé le projet avec Savin, j'ai un vaccin contre le problème auquel Savin a été confronté.
Je suis tombé sur la chaise, n'entendant rien autour de moi.
- C'est un médecin», j'ai hâte de voir le visage de Savin.
- Il ira avec nous, dommage qu'il n'aime pas Tiago, il connaîtrait le français maintenant.
- Ha, ha, ha! Tu vas présenter ton cochon d'Inde à tout le monde, je n’y crois pas.
- Seulement si c'est nécessaire, je ne veux pas bouleverser la structure fragile de Savin, je veux juste qu'il vienne avec nous.
- Je comprends. Tiago, il le sait.
- Pas encore, j'ai compris qu'il devait faire un voyage en Roumanie, avec son neveu, quelques problèmes avec les deux enfants, un garçon et une fille, qui étaient ensemble, il semble que le même violeur ait recommencé.
- Oui. Nous nourrirons les requins…
- Je ne sais pas si ça va…
- Ce n'est pas bon Alves, bien sûr! L'homme a dû mentir en prison!
- Oh, pas avec ça, avec les requins!
- Pas même avec des requins…
- Quand nous partons alors, je lui ai demandé de m'emmener voir la maison, mais…
- C'est trop risqué.
- Oui, j'ai compris.
- Il est temps Pascal, nos présentations se font à la fin de l'été, en fait je pense Tiago, il nous a tous enregistré.
- Et Savin?
- Oui, y compris Savin, j'espère que tu aimes Zorion.
- Et vice versa, non!
- Oui.
- Penses-tu que tu auras le temps de lui apprendre des textes déchirants?
- Peut être.
- Je vois que tu n'es plus si sûr de vouloir ramener ta famille à la maison."
- Maintenant j'avoue non.
- Pourquoi?
- Je parle au téléphone, très souvent, les conversations sont chaleureuses avec tout le monde, je suis récemment allé rendre visite, je n'ai pas fait l'amour, mais nous étions si proches.
- Tu t'es embrassé?
- Oui. Magnifique!
- Pensez-vous que ça tomberait en panne ici?
- Je ne sais pas, elle connaît mes enfants, mais…
- Maintenant je comprends, alors Esther est partie quand elle a découvert…
- Oh, pas du tout!
- Quand?
- La femme est debout Pascal, tu te souviens du plaisir que j'ai donné à Rui ensemble?
- Comment pourrais-je l'oublier?
- Eh bien, autrefois, quand j'étais jeune, je m'amusais tellement, au moins toutes les deux semaines.
- Et?
- Eh bien, c'est ainsi que ces enfants que vous connaissez sont apparus, peut-être d'autres, parce qu'ils ne nous ont pas embauchés Rui, des prostituées.
- Décevant.
- Oui, et une femme de la famille ne peut pas les avaler.
- Absolument. Aha, puis il a inventé un amoureux en France…
- Exactement.
- Oui, Tiago, a-t-il été détaché depuis le début?
- Non, il est venu à mes opérations, c'est ainsi que nous sommes devenus amis, et avec le temps il a repris l'hôpital municipal, il a perdu la tête, mais chez lui en France, c'est dur pour lui de rester, il se sent si seul, ici il sent sa femme ensemble.
- Je suis allé avec lui à la chapelle.
- Je vous crois, nous allons devoir unir le corps de Cecilia encore et encore.
- Oui.
- Alors je ne sais pas quoi faire.
- Je ne peux même pas te le dire, Alves.
- Oh, Felicia! Elle a été en quelque sorte obligée de devenir chirurgienne, bien qu'elle soit maintenant très bonne dans le domaine, elle fréquente une deuxième faculté de psychologie.
- J'ai deviné.
- Depuis lors, il l'a en quelque sorte pris dans la foulée, Tiago l'envoie également à toutes sortes d'amis à travers le monde, connus lors des congrès, mais jusqu'à présent…
- Peut-être… et pour…
- Quoi? Que voulez vous dire?
- L'homme veut le donner à son gendre…
- Je n'ai pas bien compris ça.
- Nous sommes dans le monde moderne, Alves!
- Oui, m tout comme le drame de son beau-père, son neveu, ce qui n'est pas si facile.
- Cela n'absout pas Tiago, qui est devenu si possessif.
- Je pense que tout l'amour qu'il a… probablement quand il le voit, c'est une sorte de haine mélangée à l'amour parental au milieu.
- Je le crois.
- Ne me dis pas.
- Probablement sans la pitié de la maladie, j'aurais pensé.
- Es-tu aussi fou que lui?
- Je ne sais pas, maintenant que je te parle, je pense que oui, mais je ne pouvais pas mettre autant de pression sur Savin.
- Donc oui. Tiago, c'est un homme spécial, il gagne beaucoup d'argent avec ça probablement les choses qu'il fait sont une sorte de hobby.
- Ha, ha, ha! Donnez des tripes de dinde à un requin…
- Ha, ha, ha! Oh oui! Un passe-temps très cher.
Surtout, j'avais mis tout mon espoir cet été-là, j'étais tout aussi courtois, tout aussi bon avec tout le monde, mais quelque chose semblait m'empêcher de passer à autre chose, d'être le même homme qui traverse de tels ennuis en paix, j'étais fatigué. C'était comme s'ils tournaient autour de moi, me disant que je devais tout reposer.
La vente a commencé à l'automne, lorsque nous avons tous fait nos valises et sommes partis pour Paris, cette fois nous ne sommes pas restés chez Ester, un peu différent. Tiago, il a payé mon logement, et Savin sera hébergé par Alves dans la villa d'Ester, mais sans lui, il restera avec son argent au même hôtel que nous.
- Nous jouons de grosses cartes, non!
- Oui Tiago, je ne veux pas faire de soupçons cette fois, je compte sur l'innocence…
- Alves, le garçon est ... désolé moi ... comme il l'a fait avec Yaritza, il a quelque chose de cette combinaison décidée, comme ...
- Calme-toi mec, concentre-toi sur ce que tu as à faire ces jours-ci, maintenant tu es au travail, mec!
- Comme vous le souhaitez, mon ami, je ne sais pas ce que vous avez mis en place, mais ce qui me rend heureux, c'est le fait que les Roumains ont facilité les recherches.
- Ha, ha, ha! Il lui restait peu et il nous chevauchait…
- J'espère qu'il n'est pas malade, n'est-ce pas?
- Eh bien, tu n'es pas le meilleur docteur, après tout c'est ton voisin, Tiago.
Toutes ces contrariétés broyaient mes amis médecins, la présentation n'a eu aucun problème, tout s'est très bien passé, je n'ai pas eu de si grandes émotions, j'ai parlé pour la deuxième fois devant la foule, mais la meilleure chose qu'ils ont ressentie et eux, c'était le fait que je n'ai pas testé les émotions de Savin, c'était encore un peu trop tôt pour de telles tentatives, mais sa venue ici s'est avérée bénéfique en quelque sorte, parce qu'il s'est fait un nouvel ami, ce qui Alves et Tiago l'attendaient avec impatience. Zorion, était maintenant l'ami de Savin, se séparant après ces quelques jours passés ensemble, quelque chose d'incroyable s'est produit, Zorion nous a emmenés avec la mère d'Esther à l'aéroport.
- Que faisons-nous sans ce Roumain quand il rentre chez lui, Alves?
- Avez-vous payé sa maison?
- Alors pourquoi?
- Tu as mal fait!
- Ha, ha, ha!
- Ecoute, je t'ai fait rire.
- D'une certaine façon, oui. Vous savez quel est le problème, tout ce combat avec Savin l'a affecté assez mal, toutes ces substances rassemblées à cause du stress dans son corps, maintenant elles se propagent facilement, car rien ne se contracte trop dans son corps.
- J'avoue, j'ai aimé cette métaphore à la fin, mais je pense que nous devrions faire un ensemble de tests sur lui, Tiago.
- Alves, nous savons désormais ce que nous aurons dans ces analyses, tout ce que nous avons à faire est de lui faire réfléchir…
- C'est ça, je sais!
- Non, non, non! Je ne me frapperai jamais le visage dans de tels cas, alors Pascal n'est pas un patient ordinaire.
- Ça peut être un très bon match, pourquoi ne pas l'admettre.
- Oui, développez, s'il vous plaît!
- S'il ne pensait pas…
- Admets-le, Yaritza, il a secoué la tête, Alves.
- Oui c'est vrai. Cependant, cette fille excellait dans la pensée favorable…
- Bien, bien! Je ne mets pas mon visage… c'est avec notre femme homme! La mère de Morela… Je me soucie toujours d'elle, je ne te connais pas…
- Juste une relation patiente, docteur… mec!
- Tu sais très bien, Pascal, ce qu'il monte.
- Bonne chance!
- Tu recommences!
- Jusqu'à présent, tu ne savais pas encore comment te lier d'amitié avec Pascal!
- C'est vrai pour toi et Morela, je pense qu'ils souffrent tous les deux de la même maladie.
- Je ne veux pas donner une fille à ma belle-fille…
- C'est Alves! Morela n'est pas faite avec Esther! Point!
- Que proposez-vous, Tiago? Sauf que vous voulez nourrir ce requin.
- Ha, ha, ha! Je pense que tu es resté un peu plus longtemps avec ce roumain, tu es devenu un peu une blague.
- J'avoue, je ne l'ai pas utilisé comme toi dans les projets…
- Oui, mais… tu l'utilises toujours comme… je ne sais même pas pourquoi il a besoin d'un psychologue, s'il en fait un, avec Luis!
- Il admet, dans son inconscience, qu'il est bon pour Luis, mais surtout qu'il s'occupe de son fils, Savin.
- Oui, Luis est beaucoup plus stable depuis qu'il a pris soin de cet enfant.
- Bien que cela aurait été beaucoup plus utile pour Veronica, étant donné que sa nièce a environ son âge.
- N'y pense même pas, je ne te le donnerai pas.
- Tu n'es pas son père, Tiago!
- J'aurais pu l'être, Alves! S'il n'en avait pas l'idée, laissez-le mourir!
- Écoute, tu as vraiment aimé ça, Cecilia?
- Pourquoi?
- Je vois que tu as une prédilection pour…
- Ecoute, je suis un peu fou après tout, d c'est ce que vous voulez faire.
- Tiago, le hobby est une chose, la vie en est une autre!
- Savoir.
- Écoutez, donnez à l'homme un spécialiste, ils craquent juste.
- Tu as raison, dès que le psychiatre de Veronica sera libre, elle
- Le mettez-vous en chimie?
- Je ne sais pas ce que tu veux dire!
- Les traitements chimiques l'adouciront.
- Ecoutez, nous sommes arrivés tout d'un coup, chefs spécialistes! Vous n'aimez pas le travail qu'il fait avec Veronica?
- Ce n'est pas fini!
- Il a encore quelques bouteilles de…
- O! Il prend toujours des pilules! Pauvres!
- Crois moi! Ce n'est pas si facile d'être violé par un pervers qui n'a pas raté un trou.
- D'accord, vous avez été assez dur, admettez-le!
- Je pensais que nous, les médecins, n'avions pas peur de ces bêtises.
- Écoute, oui!
- Je pense que vous devez vous retirer dans ce cas.
- Vous vous retirez! D'accord, donne un emploi au psychiatre!
- Une option correcte.
- Oui, nos filles, pourquoi pas le psychiatre.
- ATT-il sauté la clôture?
- Ha, ha, ha! Cette fois, je pense que vous êtes resté longtemps en Roumanie.
- Ha, ha, ha!


.  | index








 
shim La maison de la litérature shim
shim
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .