agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Article Communautés Concours Essai Multimédia Personnelles Poèmes Presse Prose _QUOTE Scénario Spécial

Poezii Romnesti - Romanian Poetry

poezii


 
Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 170 .



La main de mon garçon 22
prose [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [mihai andrei ]

2022-07-08  |     | 



Les vacances des enfants avaient commencé il y a longtemps, mais pas le fait que leur temps à la maison soit plus long, cela me dérangeait, car Luis était presque inséparable de Savin, et Veronica remplissait son temps avec la fille de Tiago, apprenant des langues étrangères, pour moi le il était plus difficile de ne pas aller à Paris, de présenter les projets, le seul terminé était le mien, mais Tiago grinçait, et Alves, il travaillait toujours sur la partie chimie. Je voulais me rendre à Paris, quelque chose m'appelait là-bas, bien que Yaritza, ait terminé la session, aller faire une promenade en famille sur une île pour les riches, donc j'allais avoir un été pour travailler dur, l'argent est allé sur un médicament d'entretien, disaient-ils, de Savin, plus quelques exercices, que je proposerai à Morela, c'est parce que Savin a besoin de cette route pour l'hôpital, non seulement pour le traitement, mais surtout pour voir avec sa petite amie, cela lui fait réellement oublier ce qu'il fait sur cette route. Seulement j'étais pratiquement entre les deux médecins, frustré de ne pas pouvoir coucher avec leurs filles, sans trop d'argent à collecter, le sou qui restait, si je les calculais, j'obtiendrais un billet d'avion dans environ trois ou quatre ans, parfois j'y pensais et riais pour moi.
Tiago a réalisé son plan jusqu'au bout, a fait plusieurs voyages avec son père dans des documents, sans aucune autre connaissance, de Morela, son soi-disant neveu, en Roumanie, et est finalement revenu avec les bijoux du violeur, que j'avais donné un dimanche, en grande pompe, à côté d'une bouteille de force très chère, à un requin bien entraîné auparavant.
Alves, ne goûtant plus à l'alcool, était un vrai tapage au Centre de recherche, désormais tout le monde le détestait, mais ils n'avaient rien à voir avec lui, vingt-quatre heures par jour il était là, faisant attention à toutes les procédures, ceci pour qu'il n'a pas terminé son travail, ce qui, selon lui, a ramené sa famille, mais je ne pense pas que sa femme aurait autant goûté à la victoire.
J'étais si agité que je n'ai pas pu trouver la paix, j'ai couru comme une marionnette entre les deux hôpitaux et Luis, qui a été le plus gagné de toute l'histoire.
- Luis, ouvrons le pub, cet été nous allons frapper, je veux récolter de l'argent pour des billets d'avion pour Paris. Que dis-tu?
- Pascal, vous ne voyez que votre part des gains, mais si vous assemblez toutes les dépenses, vous verrez que je ne reste que pour vos billets d'avion.
- Pourquoi dis-tu ça, Luis?
- Parce que vous, par exemple, ne pouvez travailler qu'à temps partiel, peut-être moins, au cours des deux premières semaines, après quoi vous tomberez fatigué.
- Oui, seulement tu me paieras à temps partiel.
- D'accord, mais l'autre moitié voudra le plein salaire, car il a une famille, donc tu n'es qu'un ballast.
- Oui.
- Oh, oui, je n'ai pas fini, cuisine comme Cecilia, je ne trouve nulle part ailleurs pour cuisiner, me débarrasser, plus propre et d'autres choses.
- Oui.
- Et d'autres…
- Oui.
- Qu'est-il arrivé?
- Vous vous battez, Luis.
- Maintenant j'avoue oui, mais pense que je suis une bouée de sauvetage pour toi.
- Oui.
- Tu m'as rendu fou avec ce dol, Pascal! Je m'occupe de ton fils!
- Oui et moi pour toi.
- Eh bien, non, je vais vous faire exploser tous…
- Oui.
- Va chercher une femme, mec!
- Je ne peux pas te permettre de m'en payer un!
- Eh bien non, tu es insensible, tu veux que je prenne soin de ton outil aussi!
- Si tu peux!
- Je te le dis, papa, ne m'embête pas! Si vous entrez dans cette période, je ne sais pas comment en sortir!
- Oui.
- Nous verrons! Pourquoi ne vas-tu pas à Morela, au bord de l'océan, parle-lui, car elle est seule.
- C'est sa fille
- Et?
- Alors tu veux que j'aille chez les requins, et tu profites d'un feu de camp sur le rivage!
- Tu as raison, oui, la fille est bonne et mauvaise!
- Oui.
- Si tu le redis…
- C'est quoi?
- Au final, ce sera ton amour secret, tu n'auras tout simplement pas d'enfants comme lui…
- Luis!
- Excusez-moi! Je n'y ai pensé que parce que c'est moins cher.
- Au fait, connaissez-vous des filles de Tiago? La question est bien sûr confidentielle.
- Alors, pour ne pas t'énerver, je devrais te répondre.
- Quelque chose comme ça.
- Je pensais que tu avais dit oui à nouveau. Certaines personnes ont déjà été alertées à cet égard, je ne dis pas comment les informations les ont atteintes, mais j'ai entendu dire que certains requins mangent des bijoux, avec grand plaisir, après avoir été entraînés aux tripes de dinde.
- La réponse… donc… un peu indirecte, je l'avoue… est beaucoup plus complète que ce à quoi je m'attendais, mais pour autant que je sache, Alves n'aime pas ce sport non plus.
- Merci! Maintenant, nous sommes même pour ce que tu me fais.
- Pour la visite d'aujourd'hui, disons oui, mais tu ne m'as pas répondu…
- Alves, bien qu'il soit nerveux, parce que son projet ne fonctionne pas, dit-il, il ramène sa famille à la maison, il serait beaucoup plus heureux si vous montiez sa fille, que ...
- Oui.
- Eh bien, il n'y a pas d'autre homme que toi, Luis! Tu me fais peur, mec!
- Oui.
- Maintenant tu as commencé à ouvrir un boulevard là-bas?
- Oh, non… comment pouvez-vous penser une telle chose, même pas pour en rêver, la fille est très protégée par tir il y a quelque temps, je pense qu'il pense qu'il est beaucoup plus père qu'Alves, et j'aime bien ... Le Père Noël a des habitudes très peu orthodoxes pendant un certain temps.
- Le violeur de Veronica le mérite.
- Oui.
- Mais toi, non.
- Oui.
- Écoute, Luis! Je t'enverrai le psychiatre de Veronica, je vois que tu as une fixation…
- Excusez-moi! Je riais juste un peu de toi, je voulais que tu voies comment c'est.
- Je pense que je vais casser la tête de l'ata.
- Vous avez dit le mot épouvantail vous-même, alors vous n'êtes pas du genre. Je crois que comme vous avez été approuvé avec Yaritza, vous serez laissé seul avec Morela.
- Yaritza, elle n'est la fille de personne, et deuxièmement, cette femme ne peut être influencée par personne, elle fait ce qu'elle veut, elle a un pouvoir fantastique.
- Oui, elle est aussi folle que Cecilia.
- Je pourrais dire une folle stable.
- C'est juste fou, elle n'est pas disponible cet été.
- Tu as raison.
- Tu vois, c'est fini.
- Ha, Ha, ha! Merci pour le traitement, mais surtout pour tes paroles, Luis.
- Pascal, c'est sympa dans ma villa, mais pense que le diesel coûte cher.
- Pour qui?
- Pour le père de Morela dans les journaux!
- Ha, ha, ha! Eh bien, était-il le chirurgien?
- Oui, c'est une sorte de feutre.
- Oh, je ne les ai vraiment pas, peut-être
- Vous n'êtes là que dans la pauvreté, mais maintenant que quelqu'un a chanté, personne ne vous achètera de carburant pour vous sauver.
- Peut-être en hiver, quand Yaritza arrive
- Nous verrons.
Quand je suis arrivé à Luis, je voulais être le seul à rire après tout, mais il semble que quelqu'un ait fait ses devoirs à temps. Je me suis dirigée vers l'appartement tranquillement, parce que j'avais pensé au blond épouvantail, comme une alternative pour cet été, mais les calculs ne se sont jamais trompés, je n'aurais pas eu grand-chose si j'avais baissé le diesel, plus Tiago, il aurait été en alerte si nous y étions allés, mais il ne soupçonnait pas que je connaissais le degré de parenté avec Felicia.
- Bonjour, monsieur Pascal! Tiago a dit en portugais.
- Salut Tiago! Si vous allez…
- Je ne vous demande rien de trop gênant pour vous. Écoutez, vous n'êtes pas fatigué de dormir dans le salon?
- Pourquoi? Voulez-vous que je déménage à Alves?
- En tant que directeur de l'hôpital, je pensais…
- Bonne chance avec ton patron! Baiser… écoutez le réalisateur, il vaut mieux terminer ce projet, allons à Paris, donc en été!
- Viens à moi, je vais te présenter quelqu'un, tu la connais probablement, je vais bien.
- C'est comme ça que ça se passe!
Dans l'immense salon de Felicia, elle tenait une tasse de café.
- Mademoiselle Felicia, elle est une bonne chirurgienne, mais elle a préféré s'occuper des enfants à problèmes, elle a quelques enfants à opérer, nous avons aussi quelque chose à opérer et pour Alves, elle sera de seconde main. En été, son activité est réservée à ces enfants.
- Ravie de vous rencontrer, Mlle Felicia, j'avoue que je n'étais pas trop curieuse sur la plage pour le boulot…
- Oui, ça l'est. Mon père me tient un peu bref à ce sujet. Tiago, dites que la modestie ne doit pas être imitée.
- Oui, Pascal. Felicia, c'est ma fille, finissons donc toutes les présentations.
- Je comprends.
- Très bien, alors je vais vous donner un appartement de trois chambres, et Felicia s'occupera du vôtre. Nous travaillerons ensemble cet été.
- Comme vous le souhaitez, M. Tiago.
- Oh, les enfants sont partis à l'hôpital de Savin, y compris ma fille.
- Alors ...
- Nous avons le temps, je vais mettre certaines personnes en charge. Allez avec Felicia… montrez à Alves la crique, il n'y a pas de requins.
- Avec plaisir.
Nous passâmes silencieusement devant la taverne de Luis, à l'ombre sous un immense parapluie, et Alves était assis à table avec Luis.
- Salut Pascal!
- Bonjour docteur! Mlle Felicia.
- Bonjour petite fille! J'espère que vous réglerez mes cas ces jours-ci, Tereshinha est au lit.
- Certainement mon oncle.
- Oui, où vas-tu? Dit Luis.
- À… dans la baie d'Alves. Tiago m'a dit qu'ils étaient trop nourris, les requins par ici.
- Ah! Ecoute soeur, fais attention au roumain, colérique comme lui, je l'ai rarement rencontré auparavant! Dit Luis, dans le dialecte qu'elle connaissait.
- Pascal, j'aime beaucoup, allons-y! Felicia a dit, en anglais.
- Avez-vous une libération de mon père? Dit Alves en anglais.
- Il a terminé sa partie du projet, alors il a dépassé mon père.
- Qu'est-ce que cela a à voir avec ça? Quelle connexion ... quelle connexion
- Alves, docteur! Ne vous inquiétez pas, vous finirez bientôt le vôtre, ne buvez pas trop de jus, le sucre est un problème à votre âge.
- Pascal, je ne bois plus parce que j'ai des problèmes avec… la famille…
- Je savais que tu avais bu quand tu avais des ennuis!
- Eh bien, pour moi, c'est l'inverse, et un Institut n'est pas dirigé par des sifflements.
- Je ne sais pas ce qui vous est arrivé, mais je pense que vous étiez en charge avant. Cet alcool ne vous ferait aucun bien!
- Pascal, ton garçon est toujours…
- Luis, je vais te demander de rendre visite à Alves quand tu auras fini avec Savin.
- Comme vous le souhaitez.
- Viens aller! Allez ... au fait ... Je vous ai apporté une dette plus ancienne à la villa, plus un bonus.
- À quoi sert le bonus?
- Arrête chez moi ce soir.
- Docteur, je travaille pour de l'argent aujourd'hui.
- Tu n'es pas ta putain de ticket alors.
- Écoute, tu payes quelque chose pour Savin?
- Professeurs de sport, car le traitement est moins cher maintenant.
- Pas cher, c'est tout mon argent!
- Je sais, va à la plage, prends soin de ta nièce.
Nous sommes allés à la villa d'Alves parce que je voulais voir de quoi il s'agissait. Ils étaient énormément solides, bien sûr, je ne pense pas qu'ils étaient nécessairement pour moi, il voulait probablement les déplacer, et la meilleure partie était que le réfrigérateur était plein de tout.
- Avez-vous faim?
- Non, Pascal. Allons à l'eau.
- Comme vous le souhaitez.
Cette belle plage m'a fait sourire avec une femme aussi sophistiquée. Il se déshabille complètement et pénètre rapidement dans l'eau, s'éloignant de la plage. Je ne voulais pas entrer, moi qui étais jadis le premier dans l'eau, j'étais paresseux à l'ombre, regardant cette beauté que je ne pouvais pas atteindre. Je m'endormis avec cette image agréable, me déplaçant dans un rêve sur la petite plage de la villa de Luis. J'étais avec le fou Yaritza, nous éclaboussant d'eau, constamment gambadant, nous embrassant frénétiquement et nous caressant.
- Pascal, allons-y, il fait nuit!
- Oh, j'ai tellement dormi!
- Eh bien, juste quelques heures.
J'ai conduit Felicia à mon appartement et je suis monté à l'étage du nouvel appartement, où les deux enfants se disputaient les chambres.
- Savin, le garçon de papa, Veronica est une jeune femme maintenant, tu dois la respecter.
- La jeune femme aux taches de rousseur, elle m'a dit que ma copine crainte, oui elle a oublié…
- Arrêtez!
- Père!
- Maintenant, je suis votre père pour vous deux, il vaut mieux qu'il nous emmène, un chèque d'ambassade arrive ces jours-ci.
- Savoir.
- D'où?
- Tiago m'a dit, surtout de ne pas oublier qui est ma mère maintenant.
- Très gentil de sa part. Quel est le bouleversement?
- Tout le monde veut aller au jardin, l'autre vue est à l'hôpital.
- Veronica, tu as une journée d'hospitalisation?
- Non, oui, quelle meilleure connexion… Je comprends, je prends la chambre avec l'hôpital.
- Moi aussi.
- Merci papa, en plus, je voulais voir ce coin de la route…
- Savin, papa! Maintenant, plus personne ne passe.
- L'infirmière de l'hôpital peut passer.
- Comment?
- Il m'a dit qu'il allait venir ici pour une opération.
- Aha, je comprends. Ensuite, je vais chez Tiago, puis chez Alves, vous les gars.
- Je viens chez Tiago, j'ai quelques leçons à faire avec sa fille.
- D'accord, Veronica.
- Bonsoir, docteur!
- Pascal, je voulais te dire que je suis déjà allé chez toi, en contrôle, tout va très bien, oui…
- Je sais, me dit Veronica.
- Alors tu bois quelque chose?
- Non, je vais à Alves.
- Prenez aussi ce gros, s'il vous plaît!
- J'avais quelque chose à qui parler…
- Alors s'il te plait!
- Allez, Felicia!
Sur le chemin d'Alves, nous l'avons fait tranquillement, marchant côte à côte, sans dire un mot, juste à la porte du bureau d'Alves, Felicia a éclaté de rire.
- Sache que je suis majeur, Pascal!
- Oui, je le savais, seuls les requins comme les Roumains, Felicia.
- Ha, ha, ha! Papa est un homme bon, les accidents sont partout ici, surtout ceux associés à l'alcool
- Oui.
- Que fais-tu ici? Vous n'avez pas fini tout le chemin!
- Oui, docteur.
- Felicia, rendez-vous au dépistage pour vous donner le matériel nécessaire, vos patients vous montreront les filles.
- Oui, mon oncle.
- Qu'est-ce qui ne va pas avec toi, Pascal? Allez, viens!
- Rien, docteur.
- Tu peux me dire, cette fois je ne te contourne pas, comme Morela.
- Écoute, je te croyais vraiment alors, que tu es allé à Morela.
- Eh bien, laisse ça, mais Felicia est un major, tout comme Morela, mais alors tu étais dans une très mauvaise passe Pascal.
- Tu as raison, dis-moi ce que tu voulais dire?
- Je ne sais plus…
- C'est vraiment si délicat?
- Peut-être aussi.
- Docteur, je sais que vous ne buvez plus, mais je…
- Oh excusez-moi! Je suis tellement barbare depuis un moment.
- J'ai entendu, laisse la bouteille ici!
- Tu es fou! Je voulais te demander
- J'espère que ce n'est pas une raclée!
- Se détendre! Ha, ha, ha! Vous n'irez pas à Paris
- Je n'ai pas d'argent! Un gel qui
- Savoir. Voici comment nous procédons; soit dit en passant, le projet est-il prêt à être présenté?
- Tout.
- Très bien. Je faciliterai la présentation au congrès cet été, je paierai tous les frais nécessaires…
- Avez-vous besoin de taxes?
- Sensationnel! Oui, ce n'est pas le problème, tu vas appeler ma femme et lui dire que tu veux aller à Paris, mais tu n'as pas d'argent pour dormir.
- Je ne peux pas, je ne peux pas.
- Pascal, tu présenteras ton rêve à Paris, le garçon est en bonne santé…
- Avec un traitement pour beaucoup d'argent, j'ai travaillé dans le pays pendant un an pour.
- Laisse ça tranquille, Luis va s'occuper de lui pendant notre absence.
- Seulement combiné avec Tiago, sinon je ne m'implique pas!
- D'accord, je l'appelle en ce moment.
Je ne sais pas comment cela s'est produit, mais Tiago lui a même assuré que les deux enfants seraient les plus sûrs.
- Comment as-tu fais?
- Petite-fille!
- Tu ne vas pas me dire que c'est toujours le tien?
- Non, fou! Je lui donne des patients, il aura du travail à faire cet été.
- Ne pas! Docteur, dites-moi la vérité!
- Je viens avec toi.
- Après l'avoir convaincue de rester…
- Exactement!
- Oh, et Tiago, il veut te voir chez toi! Tout aussi exact. Le téléphone, s'il vous plaît!
- Maintenant?
- Oui.
Ce n'était pas très difficile d'expliquer à Mme Alves que je veux vivre avec elle, aussi longtemps que le congrès durera, mais surtout qu'il serait préférable de recevoir son mari, car il dépense beaucoup en frais de participation. Et mes vêtements.
- Alors je t'habille maintenant, oui!
- Docteur, je n'ai que b ans en taxi jusqu'à l'aéroport.
- Je paie celui-là aussi, fais attention à ce que tu fasses avec ta nièce, toi…
- Docteur, la fille est instable, je ne sais pas ce qui ne va pas avec elle!
- La mère de ces enfants a une histoire, mais elle est assez stable maintenant.
- Je suppose que c'était une bonne chose dans sa jeunesse.
- Oui! Tiago, il était touriste à l'époque.
- Oh, alors il travaille ici…
- Merci… je ne pense pas, il avait une grande femme, mais le destin parfois…
- Je sais ce que c'est.
- Alors nous allons à Paris.
- Docteur, soyez dans une bonne montre! Je ne comprends toujours pas, pourquoi tu ne bois plus?
- J'étais ambitieux à cause du projet, je veux garder l'esprit clair.
- Oui, qu'en est-il du personnel?
- Qui te l'a dit? Vaurien!
- Vous voyez que vous plaidez pour la mauvaise personne, vous oubliez que vous avez amené Savin.
- Oui, je m'en souviens, c'est ce que je fais, parfois j'en suis plus sûr, mais c'est quelque chose de constant, je suis désolé pour Savin, je vais faire attention à l'expliquer.
- Écoutez, avez-vous encore beaucoup à voir avec le projet?
- Pourquoi?
- J'aimerais…
- Écoutez, l'argent que vous prendrez ne sera pas suffisant pour vos deux enfants en Roumanie.
- Oui papa! Je pense que tu as oublié, maintenant Savin, c'est ton neveu.
- Je ne l'ai pas oublié, mais je le veux ici, cet air salé est bon pour lui.
- Tu n'as pas dit qu'il était guéri!
- Oui!
- D'accord, on verra! Écoutez, qu'a fait Yaritza, après tout, avec les cendres de Cecilia?
- Oh, elle ne voulait plus te déranger, elle est déposée à la chapelle de la ville, elle voulait te dire quand toute l'histoire pourrait être endurée, surtout par Veronica.
- Merci! Maintenant que j'ai parlé de tout, je vais allumer une bougie pour lui.
- Peut-être que nous irons ensemble demain.
- Bonne idée.
Les préparatifs du projet se sont terminés bien plus tôt que prévu, Alves est allé assez vite avec les invitations et j'ai également gardé le contact avec sa femme pour partager les dernières données. Tiago, il bouillait dans tous les sens, mais au moins il était content d'avoir tous les enfants près de lui, maintenant il pouvait leur montrer comment faire des cours d'été. Felicia m'a salué quelques fois de plus, me rappelant que nous étions assez matures, mais elle était encore assez froide et pas seulement moi.
Un coup à la porte me fait savoir que Tiago est impatient et doit me gronder.
- Bonjour!
- Oh, Dr Alves! À quelle occasion dans mon humble maison?
- Je ne suis pas seul!
- Pasch, je vais te gifler un peu plus, mais je vais suivre Paris.
- Oh, Dr Tiago! C'est bien que tu me quittes…
- S'il vous plaît! Je ne me souviens pas… d'être content qu'il ait survécu, grâce à mon neveu.
- Je comprends. Entrer?
- Pascal, maintenant on est sur la bonne voie, mec, on part pour Paris demain.
- Ces préparatifs ont passé si vite!
- Vous vouliez toujours travailler au pub pour un peu d'argent, mais je ne vous conseille pas d'aller en Roumanie prochainement, Savin a besoin de se renforcer, son système immunitaire est toujours affaibli.
- Je suis d'accord, Dr Tiago, d'autant plus que vous m'aidez ensemble dans l'éducation des enfants, d'où ils pourraient apprendre plus d'ailleurs.
- C'est vrai que je suis personnellement un peu égoïste, car je t'utilise, maintenant avec ton projet, avant avec Luis.
- Dr Alves, Luis fait du bon travail avec Savin.
- C'est tout ce dont il a besoin, je ne sais pas quoi lui faire!
- Tiago, ne t'inquiète pas, frère, je n'ai emmené aucun de tes enfants.
- Alors qu'est-ce que tu veux me dire en plus de ce que nous savons tous?
- Oh, excusez-nous! Dit Alves. Si cela ne vous dérange pas, nous ne voulons pas que vous rappeliez à quiconque les degrés de parenté, entre différentes personnes ici, nous voulons que vous restiez le Roumain qui travaille à l'hôpital de Tiago, qui ne sait pas grand-chose de ceux qui l'entourent, qui s'occupent de l'enfant malade, c'est tout.
- Je comprends.
- Oh, si tu vas voir sa femme, fais comme le monde, la femme te tuera en le battant!
- Ha, ha, ha! Nous avons tous ri, ne réalisant pas à quel point nous étions proches les uns des autres.
- Je comprends que nous avons un abstentionniste ici, mais je veux un verre!
- Excusez-moi…
- Quoi, tu ne bois plus, Pascal?
- Oh non! Quelqu'un n'a pas déplacé ma boisson dans le nouvel appartement.
- Ah! Felicia, elle sera heureuse…
- Ha, ha, ha! Je pensais qu'il n'avait pas mis sa langue sur l'alcool.
- Bien sûr que je plaisantais, je vais m'en occuper. Descendez à moi si vous n'êtes pas trop occupé avec vos bagages.
- Ha, ha, ha! Enfin, quelqu'un va boire votre boisson, mon frère!
- C'est vrai, je n'ai pas beaucoup d'amis, tout le monde veut quelque chose, en plus de ça, j'étudie la durée de la journée.
À Paris, je n'aurais pas réussi tout seul, même si cela ressemble beaucoup à notre Bucarest, tout d'abord, je ne connaissais pas un mot de français, puis leur anglais était si différent, piqué. Enfin, je trouvai plus gaie l'adresse de l'épouse d'Alves, son fils ressemblant de façon frappante à la mienne, Savin.
La maison d'Esther était quelque part au bord d'un immense parc, mais pas loin de la tour Effel, car de là, elle pouvait être très bien vue. Je ne dis pas que je ne me suis jamais lassé de regarder ce morceau de la tour, de sortir dans la cour sous toutes sortes de prétextes. La cour de la maison était simple, la clôture construite à l'entrée se terminait par quelques barres rouillées ici, qui étaient autrefois peintes en vert, la porte était tout aussi simple, à partir des mêmes barres rondes, elle était gardée par deux piliers qui il avait des couvercles en mosaïque polis, tout semblait si simple, l'allée était en pierre cubique, ce basalte noir que nous trouvons en Roumanie, dans les vieilles villes, et les fleurs de saison des deux côtés étaient harmonisées avec des roses, une belle odeur. La maison a commencé à environ cinq mètres de la porte, de l'extérieur, il y avait une porte gardée par deux fenêtres en parties, c'était la couleur du plâtre de base gris, et le motif semblait être les carrés qui imitaient une brique plus grande, de différentes formes. La porte n'était pas sophistiquée, tout semblait du règne de Louis, quelque chose de chêne, très vieux, qui était probablement lavé avec quelque chose, il n'était peint avec rien, mais il avait l'air très bien. Le hall d'entrée était de la taille d'un salon, mais c'était juste un lieu de réception pour les invités, pavé de pierre de différentes couleurs, qui a finalement donné un beau motif, mais si brillant qu'il a étonné vos yeux, je pouvais déjà voir comment ils marchaient avec toutes sortes de coussins de pied dans mon imagination. Le mobilier était simple, un banc à trois places tapissé de bois peint en blanc, et les oreillers étaient bleus, tout comme deux plus grandes chaises qui ressemblaient à des fauteuils, toutes devant une cheminée en pierre. De calcaire, qui a été légèrement façonné et jeté là. De ce salon, vous pouviez descendre un couloir assez étroit à l'arrière du bâtiment jusqu'à la salle de bain et la cuisine, ce qui correspondait à une cour intérieure très simple, de l'herbe magnifiquement coupée et des arbres avec des branches jusqu'au sol, qui fournissaient probablement de l'ombre et aux voisins, et il y avait six chaises en fonte, rondes, plutôt maladroites, avec des dossiers, qui avaient tous des dessins sophistiqués, y compris les jambes, qui ressemblaient à de petites pattes de lion, peintes en blanc immaculé, et au milieu d'eux une table similaire comme modèle. Rond, de petite taille. De ce grand hall, le salon, vous êtes en fait arrivé dans un autre hall, de l'autre côté de quatre chambres avec les portes face à face, et une autre probablement très grande, avait une porte de l'autre côté de la cheminée, parallèle à la salle de bain et à la cuisine.
- Pascal, prêt! Je suis arrivé! Vous n'avez aucun pouvoir, qu'est-ce qui ne va pas avec vous?
- Alves, docteur! Tu as fait pour moi ce que je ne pouvais pas réaliser dans mes rêves.
- Permettez-moi de vous présenter ma famille.
- Esther, c'est le Roumain dont je vous ai parlé, un homme spécial, mais avec des problèmes sans fin, quelque chose comme Tiago, son nom est Pascal.
- Ravi, M. Pascal, vous avez un nom prédestiné pour cet endroit!
- Merci madame, s'estompe aussi devant ta beauté.
- Plus facile avec la beauté chérie, je suis juste une grand-mère, comme l'oncle à côté de toi.
- Madame, je veux vous rappeler que la ressemblance entre nos fils a fait de ce monsieur, avec une gentillesse incommensurable, une amitié durable entre nous.
- J'ai entendu, tu verras Zorion plus tard, alors dis m'en plus.
- Je vois, madame.
- Oui, c'est à peu près ça avec les présentations, je vous laisse vous installer, malheureusement j'ai une opération très difficile aujourd'hui, je dois courir.
- M. Alves! J'ai dit autant de français que possible après le départ d'Esther.
- Allons te trouver une chambre, je veux que tu gardes la bouche fermée, oui!
- Certainement, monsieur! Oui, je n'ai pas vu…
- Il est parti mec, c'est pourquoi je veux agir.
- Je suppose que tout ce luxe coûte cher, alors vous devriez économiser de l'argent.
- Pascal, la femme est chirurgienne, très bonne, la maison est à elle, bien personnel, comme vous, Roumains, aimez, oui; c'est une dépense pour elle, pour ses fantasmes qu'il pourrait louer.
- Je vois, dans ce cas, je pense que tu ferais mieux de déménager ici.
- Ha, ha, ha! Tout mon travail irait mal, je ne peux pas vivre sans mon travail, Pascal.
- Vous pouvez très bien faire, vous travaillez ici aussi, il y a toutes sortes de laboratoires qui vous attendent pour étudier, je ne sais pas quel staphylocoque.
- C'est comme si tu étais ma femme, Pascal! Je ne peux pas vivre sans cet océan, je ne sais pas si vous l'avez remarqué, mais presque tous les jours je vais boire un verre au pub de Luis, regardez juste cet illimité, je ne peux pas m'asseoir sans me baigner dans ma baie.
- Ah! Je t'ai attrapé! Alors c'est à toi! Morela me l'a dit!
- Oui, quoi d'autre?
- Non, je pensais que ça appartenait à tout le monde, seul le monde ne vient pas dans ce coin.
- Premièrement, le monde n'y vient pas vraiment, car il est plus éloigné, et le second…
- Écoutez, combien de temps pensez-vous que je vais prendre
- Après la présentation, l'affaire devient publique, et dans quelques jours un prix pourrait y être mis.
- Je comprends, mais que signifient quelques jours?
- Cela peut prendre des semaines, n'oubliez pas, l'adresse doit être renseignée correctement lors de l'inscription, car vous devrez répondre à leurs lettres.
- Je comprends…
- Pourquoi es-tu triste? Ha, ha, ha! Tu pensais que tu rentrais chez toi par chèque en Roumanie?
- Je… oui… rêvais… seulement j'étais limité par le fait que tu m'as parlé de Savin, il doit encore se remettre.
- Regardez ce qu'est Pascal, le problème n'est pas seulement avec les poumons, nous faisons une partie du traitement à l'hôpital de Tereshinha, pour que vous compreniez, pour cette main attachée, car un refus peut apparaître à tout moment.
Je suis revenu à Paris, avec un sentiment que je ne pourrais pas catégoriser, peut-être un peu de nostalgie, mais plutôt un désir de maison sans précédent. Tous ces endroits me rendaient triste, j'étais juste un vieil homme, je regardais ces jeunes s'aimer si gentiment et puis, pour la plupart, j'avais l'impression d'être chez moi. Rien ne m'animait trop, peut-être cette tour d'acier, mais ces belles personnes qui se distanciaient de la société, vivant dans leur monde, en même temps brillaient. J'ai rencontré une sorte de contact que l'on ne voit qu'à la maison, à travers les bars, où vivent la plupart des locaux, mais même si vous êtes étranger, ils vous parlent comme un vieil ami. J'avoue que les personnes qui m'ont adopté, pourquoi pas, sont exceptionnelles, parfois trop passionnées, mais pleines de courage. Moi, dans ma lâcheté, je n'aurais pas eu la force de Yaritza, de déplacer une unité entière, pour une personne que je ne connais pas ou de punir quelqu'un qui… regarde que je dis la vérité, car à travers leurs papiers idiots, que vous les faire signer, jour après jour, ils ont volé mon travail, mais je ne les ai punis de rien.
J'avais emmené ce projet à Paris, mais j'étais devenu obsédé, chaque fois que je descendais le couloir de l'immeuble, je vérifiais la boîte aux lettres.
- Calme-toi, Pascal! Si c'est sérieux, ils vous feront signer pour l'enveloppe.
- Je ne comprends rien, Tiago. Il y avait des projets achetés sur place, les gens venaient directement à celui qui avait quelque chose à
- Pascal, ces choses se font généralement quand ils se connaissent depuis longtemps, Paris n'est qu'un lieu de reconnaissance des mérites, ils veulent porter le projet de la société, le comparer aux autres, c'est aussi essentiel, car du côté de l'autre côté de la planète, ce peut être quelqu'un qui a pensé à tout avant vous, mais qui ne l'a pas rendu public.
- Qu'est-ce que tu me dis? Tiago m'attristait.
- Oui, c'est le monde. Je pense que tu ferais bien dans un centre de recherche, tu es tellement instable émotionnellement.
- Pas plus de…
- Je ne peux pas vivre sans couper Pascal, ce combat avec le corps humain, pour les enlever, pour les réparer ou quelque chose, me fait me sentir vivant.
- Oui, c'est vrai, quand vous donnez tout à quelque chose que vous aimez, vous êtes vraiment épanoui.
- Tu l'as rattrapée! Oui, et vous, vous n'avez dormi que trois heures, maintenant vous avez votre chambre Pascal.
- Oui, les enfants sont déjà éparpillés, je pense que la fille est avec toi, Savin chez Luis.
- Sache que Veronica, elle peut rester avec moi sans aucun problème, j'aime vraiment la petite fille, elle veut travailler.
- Oui.
- Donc?
- Je veux aller à la chapelle.
- Je viens avec toi, j'ai un bateau là-bas aussi. Si ça ne te dérange pas?
- Non, pas du tout, mais pourquoi ne l'as-tu pas enterrée?
- C'est une histoire… à la naissance j'étais à Paris, il n'est pas venu quand on a fait le calcul.
- Et?
- Alves, parce que nous avons tellement de choses en commun, il ne pouvait plus garder la femme dans le frigo, les lieux sont… alors…
- Oui, pourquoi n'es-tu pas venu ici?
- Comme toi, je suis tombé sur une autre pente cette fois-là, je n'ai pas pu boire, mais quelqu'un m'a rendu visite tous les soirs pour me dire que notre fille va bien.
- Savoir…
- Oui, et Alves, puis il a décidé de brûler… juste pour garder quelque chose au sol, quelque chose à prendre dans ses bras.
- Tu l'aimais beaucoup, je comprends.
- Oui.
- Je ne sais pas ce que j'ai ressenti pour Cecilia, mais cette femme m'a ramené sur terre, contrairement à ce que font les Roumains lorsqu'ils quittent la maison.
- Laisse-moi tranquille, tu manges à la maison, enfant.
- Oui.
- Oui, seuls les autres en bénéficient.
- Et c'est vrai.
- Écoutez, aimez-vous généralement travailler?
- Tu ne vois pas?
- Oui, pas chez moi.
- Non, je ne sais pas ce que tu veux dire, Tiago. Je suis une personne assise à la lumière des lampes de bureau et qui calcule toute la journée, toutes sortes d'options.
- Compris, on arrive?
- Je n'ai pas le courage maintenant, et je n'ai pas de bougies.
- Tais-toi, je l'ai, mec!
- Tu sais quoi, tu me l'as rappelé… maintenant j'ai l'impression de sentir ma femme ici, quelque chose me semble injuste.
- S'il était vivant, il se battrait avec vous, mais il vous a envoyé Cecilia, pense-t-il.
- Ha, ha, ha!
- Pourquoi ris-tu?
- Quelle partie du corps est là?
- Tu es dans le coma, pourquoi?
- Je le ramènerais à la maison, mais ce n'est pas complet.
- Ha, ha, ha! Regardez, c'est pourquoi j'aime les Roumains, je me moque des ennuis, de tout.
- Les Portugais aussi!
- Pourquoi?
- Parce qu'ils prennent soin de mon bébé.
- Tu l'as bien contournée.
Les deux femmes étaient dans des coins différents, alors nous avons chacune pleuré dans sa propre langue, en nous rencontrant à l'extérieur sur un banc de pierre au milieu d'un pré vert.
- Nous allons boire un verre, comme si je voulais que tu me honores!
- Malheureusement, je dois me faire opérer avec Felicia, je pense que je vais d'abord mettre la main sur elle, je me sens tellement fatiguée.
- Pourquoi n'appelles-tu pas Tereshinha en vacances, et tu viens avec moi au vaurien blond pendant quelques jours.
- Ce serait bien, je vois que tu as complètement quitté Alves.
- Oh, pas du tout, mais il était ambitieux de travailler sur le projet, mais le pire, c'est qu'il ne reçoit pas de soutien extérieur.
- J'ai essayé aussi. Cependant, sa femme ne se sent pas à l'aise au bord de l'eau.
- Être c'est tout.
- Oui, la femme n'a pas eu de mari depuis longtemps.
- Comment savez-vous tout cela?
- Eh bien, je travaille toujours avec l'hôpital pour lequel elle travaille, parfois nous travaillons ensemble.
- Juste vous deux?
- Non, Pascal! Lorsque nous faisons équipe avec plusieurs chirurgiens, cinq, six encore plus, pour des opérations lourdes.
- Ouais, vraiment, pourquoi pas… quel est cet endroit pour toi?
- Paris, c'est autre chose, j'avoue.
- Quand?
- Ici, j'ai mes amours, bien que certains soient courants, mais aussi vieux que je suis, je me sens toujours au pouvoir, et le fait d'avoir pu aider une fille aussi impressionnante à monter, me fait me sentir beaucoup plus fort dans cet endroit .
- Votre fille est à Paris.
- Oui, tu devais le dire rapidement!
- Ce n'est pas comme ça?
- Oui mec! Seul l'argent lui revient de deux personnes, nous sommes deux pères, comme dans le cas de Veronica, qui à même maintenant un grand-père.
- Ha, ha, ha! Salut, mais tu peux compter parmi les grands-parents, tu as fait de ton mieux pour la sauver.
- Je l'admets, et je n'oublierai pas ça, tu verras!
- Merci! Donc?
- Laisse-moi passer quelques appels, va à Luis, je vais appeler là-bas.
Sur le chemin de Luis, je l'ai fait lentement, car sa villa n'était pas trop loin, mais je savais que Savin était là, donc j'étais en vain.
- Bonjour!
- Bonne mère!
- Luis?
- Il est parti avec tous les enfants.
- Laquelle?
- Eh bien, ton garçon et les filles.
- Aha. Oui… où sont-ils allés?
- Ils ont dit que c'était un musée.
- Je comprends, mais c'est comme… Luis, ne conduit pas.
- Ne pas.
- Quand?
- Ils sont partis en taxi.
- Oh, donc je suis proche.
- Oui je pense.
Je suis retourné au bloc hospitalier, mon sauvetage était déjà en avance, avec Alves et Tiago.
- Messieurs, je pense que vous devriez acheter une voiture.
- Nous utilisons uniquement l'avion, maintenant que vous êtes venu ici, vous nous avez foiré avec ce transport.
- Et jusqu'aux villas…
- En taxi.
- Oui, j'ai déjà entendu ça.
- Vos enfants sont-ils allés se promener?
- Tu savais, Tiago!
- Bien sûr, mais je ne voulais pas t'entendre jurer sur ce vieil homme, et puis je t'ai donné un congé de maladie.
- Aha, où allons-nous?
- Ta blonde, grande.
- Oui, où dormons-nous?
- Eh bien, Luis, c'est pour les amoureux, on va aux toilettes.
- Oh, bel endroit!
- Un peu cher, allez! Dit Alves.
- Et alors! Tiago nous fait payer le loyer!
- Pire, ça nous fait payer des femmes!
- Je…
- Ha, ha, ha! Prenez le volant, ne perdez plus de temps, nous vous mettrons en thérapie interdite!
Bien sûr, je n'ai fait le voyage que lorsque j'ai dépassé ces dangereuses serpentines, car Tiago a ouvert une bouteille de force, et Alves l'a refusé directement, disant qu'il ne buvait qu'avec une belle femme, alors j'ai conduit, et nous sommes passés à l'autre camp, de ceux qui chantaient dans environ trois langues, parce que Tiago était indécis entre le français et le mandais, quand le message était pour Alves.
Nous ne nous sommes pas arrêtés à la villa de Tiago, nous sommes allés directement au grand bar blond. Rui nous a serrés dans les bras, discutant à Miranda avec Tiago et Alves, se demandant maintenant pourquoi les Portugais, Rui, parlaient si fort.
- Pascal, mon ami! Je pense que tu nous donnes à boire, non!
- Nous voyons, vous n'avez encore personne à qui le donner, il y a trop peu de gens ici.
- Soyez patient, obtenez autant de nourriture que possible. Messieurs?
- Comme d'habitude pour tout le monde!
- Le roumain résiste-t-il?
- Oui, c'est une longue course.
Il a apporté une bouteille d'absinthe et un baril de brouillard de bière dessus, qu'il a placé au milieu de la table, des chats pour tout le monde, et une pinte de bière, qui s'intègre parfaitement sous le robinet du baril.
- Pascal, tu as foiré! dit Rui.
- Maintenant je me rends compte, oui.
Tiago lui a fait signe de se retirer et lui a montré l'indicatif téléphonique international, Rui l'assurant.
- Écoutez, messieurs! Oui, j'aurais un peu faim.
- Rui sait ce qu'il doit faire. J'espère que tu ne l'as pas mis dedans
- Oh non! Mais je n'ai pas mangé depuis la nuit dernière, et Tiago m'a frotté avec le projet pendant la moitié de la nuit.
- Ne t'inquiète pas, le veau grésille!
Tiago, je remplis le shako d'une force folle, nous exhortant à boire, bien sûr au second, je brûlais déjà parce que je ne sentais pas ma langue, mais Alves est venu, avec la proposition d'économie, passer les tasses au robinet du baril, à partir de maintenant Je fermais les yeux et les deux se moquaient de moi. J'ai mangé le steak vide, comme si je me sentais plus stable maintenant, mais trois brunes s'étaient approchées de nous, au début je les ai regardées, mais Alves a claqué des doigts vers Rui, qui est venu avec la deuxième bouteille de la force, hochant la tête vers Alves, qui a fait de la place entre nous, tandis que Rui a ajouté trois chaises. Les filles se sont d'abord assises sur les chaises, mais après avoir bu un chat et une pinte, celle qui m'a choisi parce que j'étais entre les deux, est montée sur mes genoux, sautant de joie. Tiago et Alves étaient toujours joyeux, frappant leurs visages sur leurs culs. La bouteille de force s'épuise beaucoup plus vite cette fois, mais les signes de Tiago ont fait apparaître Rui avec une bouteille d'alcool raffiné à quatre-vingt-dix degrés, tout le monde me regardait qui faisait des globes oculaires sur la bouteille d'un litre, en riant de la mère du feu, mais Rui est venu tout de suite, avec des cuillères à café, sur qui les a placés sur le côté sur la chope de bière, puis a soigneusement placé le chat sur la cuillère à café sous les applaudissements de tout le monde, puis l'a rempli de force comme du feu.
- Pascal, Pascal!
Ils ont tous crié, m'invitant à boire la force sans toucher le verre avec ma main, et si je ne pouvais pas l'attraper ou le boire, il tomberait dans la tasse, étant forcé de boire toute la tasse.
J'avais de l'alcool en moi, donc je ne pouvais pas me retirer de cette folie, du coin de l'œil à celui qui m'avait choisi, j'ai mis mes lèvres sur le petit verre, mais ça ne m'a brûlé qu'un peu et est tombé dans la tasse. Les cris de ceux qui m'entouraient m'ont fait boire la tasse immédiatement, le seul qui pouvait boire la force comme le feu était Alves, le reste d'entre nous baignait dans de la bière, mais la fille l'a félicité avec un long baiser, j'ai tendu la bouche à celui qui m'a encouragé toujours, mais il m'a fait signe de claquer, en frappant des mains avec les autres, je me suis arrangé un peu sur la chaise, mais tout le monde pleure me disant d'embrasser la fille, il m'a invité au jeu, c'est tout ce dont Rui avait besoin, qui a tout arrangé , cette fois j'ai pris le verre avec ma grande bouche, mettant légèrement ce feu autour de mon cou, la fille m'a sauté dessus et m'a embrassée, collant sa langue après le liquide du feu.

.  | index








 
shim La maison de la litérature shim
shim
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .