agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Article Communautés Concours Essai Multimédia Personnelles Poèmes Presse Prose _QUOTE Scénario Spécial

Poezii Romnesti - Romanian Poetry

poezii


 
Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 154 .



La main de mon garçon 20
prose [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [mihai andrei ]

2022-06-15  |     | 



Chaque fois que je m'en tenais à une forme d'homme paradoxale, confiant que tout ce que je faisais, je le faisais avec son aide, mais quelqu'un là-haut, je pense, me battrait vraiment, car dans tous dit-elle, n'est qu'un destin misérable. Portugal, cette fois il nous a hébergés à l'hôpital de Tiago, j'ai dû emmener l'appartement de Cecilia à la réception en tant qu'employé de l'hôpital, mais aussi parce que j'ai été forcé d'être proche de ma nouvelle fille. Tiago, qui était de l'autre côté du couloir depuis l'entrée des appartements, me rendait visite plus souvent, mais chaque fois que je l'invitais à boire la force d'Alves, il ne voulait pas. Cette fois, j'étais plus loin de Savin, mais je passais ma journée avec lui, car étant au travail, il était temps de ne pas aller chez Veronica, qui était entre de bonnes mains maintenant. Un jour, je suis allé voir Luis, parce que je voulais avoir de ses nouvelles l'histoire des leçons d'équitation de Savin, et je devais quand même payer pour la force d'Alves.
- Bonjour! J'ai dit à la vieille femme qui s'occupait de la maison de Luis.
- Bonjour! Mère, sache que Luis n'est pas à la maison.
- Oui, Ou?
- Il est parti.
- Sache que je ne suis pas venu le battre, du moins peut-être Alves, mais lui non plus, plutôt Tiago.
- Oh non! L'idiot n'est même pas coupable, Morela l'a emmené dans la circonscription ce jour-là, il y était déjà allé, et le garçon se sentait très bien.
- Oui s'il vous plaît! Mais Savin, il n'est pas pris avec… surtout il a des problèmes d'immunité.
- Je le pensais aussi, mais j'ai dit que Morela allait mieux.
- Où suis-je?
- Qui? Je ne t'ai rien dit.
- Morela et Luis, je sais qu'elle est libre.
- Je pense à la villa sur la plage.
- Je vois, je suis un peu loin de toute façon, pour moi.
- Oui, j'ai dit à Luis de le vendre, il n'a pas beaucoup d'océan ici.
- Je ne pense pas qu'il soit allé si loin, cependant, il n'en a pas.
- Êtes-vous allé à la villa d'Alves?
- Pas vraiment, j'ai un autre verre, merci pour l'information quand même, je vais l'emmener de l'autre côté cette fois.
- Je sais, regarde attentivement.
- Alves sait, par
- C'est tout ce qu'il faut, ce n'est pas propre du tout!
La route vers le bar de Luis, je l'ai fait en un clin d'œil, mais elle était fermée, et à l'extérieur, à l'une des tables se trouvaient Alves.
- Oh, docteur! Qu'est-ce que tu fais papa?
- Je suis contrarié.
- Pourquoi papa?
- J'espérais que tu te lierais d'amitié avec Morela, mais aujourd'hui, il m'a demandé la clé pour aller à ta villa avec quelqu'un.
- Si je vous dis qui, qu'est-ce que j'obtiens?
- Je suis fatigué de toi, j'ai entendu dire que Tiago était fâché contre moi car tu vas rarement vers lui.
- Je plaisante à papa, mais je te le dis, et ensuite tu décides par toi-même de quoi me toucher.
- J'accepte.
- Avec Luis.
- Avec, avec… avec qui?
- Ce que vous ne comprenez pas, docteur, avec Luis.
- Mou, uniquement à cause de toi! Quand l'avez-vous découvert?
-Je suis allé payer la maison de Luis, mec.
- Je le tue!
- Et le garçon?
- J'espère qu'il n'a pas fait quelque chose de stupide.
- Quel docteur insensé?
- Viens avec moi à la villa, fais semblant de vouloir en tirer une bouteille de force.
- Et moi? C'est votre villa, docteur!
- D'accord, je vais vous payer une semaine de rééducation pour Savin.
- Eh bien, tu ne l'as pas payée de toute façon, je ne comprends pas…
- Eh bien, pour l'accident, c'est à l'extérieur de l'hôpital, ce n'était pas… je vous paie tous, oui!
- Tu les payais, papa, de toute façon!
- Alors viens!
- D'accord, dis-moi juste ce qui se presse.
- Eh bien, cette fille, s'il vous plaît, a été prise en charge davantage par Tiago, mais je vous le dirai une autre fois.
La villa était devant nous, nous sommes montés en âme à la porte, derrière Alves.
- Allez Pascal, va chercher la bouteille, apporte deux verres, je t'attends sur la terrasse.
Je suis entré avec la clé, normalement, prétendant que je ne savais rien. Dans le salon, Morela était assise sur le granit nu avec un seau de glace à la main.
- Salut, Morela!
- Oh, Pascal! Salut!
- J'espère que tu n'étais pas fort avant?
- Oh non!
- Tu m'attendais?
- Pas toi, Luis!
- Où se trouve?
- Oh, il m'a acheté de la glace, pensant qu'Alves avait son frigo plein et qu'il est parti.
- Seulement ça?
- Oui.
- Je suis venu chercher une bouteille de force, puis
- D'accord, tu sais
J'ai pris la bouteille solide, je suis allé dans le placard avec des verres, mais j'ai vu le manque, je suis allé dans la chambre, il y avait une bouteille solide et deux verres propres sur la table de chevet à côté du lit intact, alors j'ai pris la valise terminée, remettant une bouteille, et je suis sorti.
- Calme-toi, Tiago me tue!
- Restez calme, docteur! Je suis en préparation, si tu as rempli le frigo, tu as rempli l'autre côté.
- Ha, ha, ha! Le meunier est allé vous acheter de la nourriture!?
- Oui, j'espère que c'est à mon goût.
- Je vais le tuer! Morela, où est-elle?
- Dans le salon, il mange des glaces, mais je pense qu'il a quelque chose à bord, à mon avis.
- Laissez-la là, elle dort et elle se remet, nous devons attendre la ventouse.
- Peut-être, comme tu parles du neveu.
- Garder le silence! Vous ne connaissez pas toute l'histoire.
- Dois-je appeler Tiago?"
- J'espère que non. Écoutez, vous feriez mieux d'entrer dans la maison et d'enchanter Alba comme une marraine si vous continuez à dire qu'elle est coupée.
- Oui, où l'as-tu bu?
- Au pub, je l'ai suivie là-bas.
- Eh bien, n'est-ce pas fermé?
- Oui! Mais Luis, il est arrivé, alors j'ai dit, il nous a honorés, puis la fille il est parti et tu connais le reste.
- J'ai donc une sortie chez…
- Tu n'as pas d'autre choix que de vomir sur moi, tu vois, tu ne vas pas profiter d'une femme ivre.
- Comme je suis cool! Morela est…
- Vous battre!
- Tout le monde me bat, docteur! Tu ne sais rien d'autre?
- Courez, votre nourriture arrive!
- Je comprends, alors fais-lui son lit et j'ai volé.
- Oui.
Luis venait joyeusement à la villa, avec deux gros sacs à la main, je disparaissais à l'intérieur, Morela était désormais d'un côté vomissant sur le granit d'Alves, il ne me restait plus qu'une chose à faire, apporter des serviettes, qui Je les ai mis sous la tête de Morela, qui était toujours à bout de souffle. Je m'assis à côté d'elle, m'essuyant le front de sueur, sans dire un mot, elle s'endormit pendant environ un quart d'heure, pendant laquelle Alves entra. Il me regarda, clignant des yeux comme lui seul le savait, souriant légèrement, puis alla aux toilettes, revenant avec la vadrouille et le seau, essuyant le sol de granit avec un sourire, faisant un geste du pouce, j'acceptant tranquillement le verre, après quoi il s'est assis silencieusement avec un identique. Aucun de nous ne voulait réveiller Morela, mais cet étage est devenu un peu dur. Je me suis légèrement retiré vers le canapé en cuir, que j'ai mis sur une couverture, un drap et un oreiller, puis j'ai fait signe à Alves de le placer, mais il m'a pointé du doigt, alors je l'ai pris. Lentement, je l'ai assise sur le canapé, mis les deux serviettes sous sa bouche, puis je suis sortie avec Alves.
- Comment était papa?
- Quel papa?
- Avec Luis?
- Une! Tu parlais de Luis! Je lui en ai dit quelques-uns, nous en reparlerons demain.
- Je comprends. Oui… des collations, où sont-elles?
- Oh, dans cette niche de pierre, si tu as faim… il n'y a que des pots.
- Je les laisse au frigo, peut-être que Morela les mangera.
- Tu bois encore?
- J'ai un rhume dans le frigo.
- Voici Pascal, tu n'as même pas remarqué quand je l'ai pris, tu regardais Morela.
- Pourquoi buvons-nous?
- Pour nos enfants, Pascal.
- Oui, tu as raison, nous avons des enfants maintenant, pas de blague.
- À vous de me dire!
- Écoute, qu'est-ce que Tiago a à voir avec Morela?
- Parlons une autre fois, mieux vaut me dire comment tu fais avec ton projet?
- Oh, très bien, j'ai encore quelque chose à nettoyer.
- Et Tiago?
- Ma part est prête, je n'en ai pas parlé, il est très rattrapé par un de ses proches, me dit-il.
- Quel parent?
- Il ne m'a pas dit exactement. Un neveu ou quelque chose qui a des ennuis, quelque chose.
- Eh bien, oui, il peut entrer dans toutes ces bêtises.
- Tiago, il a dû choisir sa pédiatrie, il aime follement les enfants.
- Peut-être que le professeur était bon, plutôt.
- Oh oui! Mais je ne pense pas que la fuite soit invaincue.
- Tu as raison. Comment Veronica se sent-elle?
- Accroupi, je lui rends toujours visite quand je suis en service, et Tiago, avec ses médecins, fait le tour des visites. Tu ne sais pas à quoi ça ressemble!
- Pauvres!
- Oui, seulement elle est très forte, elle a vécu tellement de choses.
Chaque fois que nous ne voulons pas être des enfants, nous pensons à ce que nous voulons faire, mais nous ne pouvons que nous asseoir à la table, pensant que nous ne pouvons rien faire, mais en réalité nous recommençons à travailler et nous sommes cela jusqu'aux cent derniers mètres. Luis, il était toujours dans une frénésie effrénée, alors j'ai décidé de le chercher à mon prochain jour de congé.
- Luis, je suis content de te voir!
- Pascal, ne m'appelle plus stupide, j'ai vu la force de la villa d'Alves.
- Très bien, ce n'est pas ma villa, mec!
- Droite.
- Voyez, pourquoi me chargez-vous de produits, qui, par exemple, pourquoi ne m'avez-vous pas chargé avec une caisse de pieuvre.
- Oui, laissez-moi vos exemples.
- Écoute, Luis, avec quel genre de personnes es-tu, Alves?
- Je suis son neveu.
- Bien! Oui, lequel de tes parents était son frère pour lui?
- Frère… avec qui?
- Eh bien, n'est-ce pas ainsi que tu parviens à ton neveu?
- Oh oui! Seul Alves peut faire de vous un petit-fils s'il le souhaite.
- Ah! Je vais lui demander ceci, mais je ne sais pas comment cela m'aide.
- Eh bien, ne demande rien, tu n'as pas besoin d'aide, tu es l'un d'eux de toute façon.
- Tu es fou! Je suis roumain, mec!
- Oui, c'est vrai, sauf que vous faites le même travail qu'Alves, ce qui signifie que vous sème sans discernement.
- Qu'est-ce que tu veux dire?
- Tu es du même côté avec eux.
- Non, avec la graine?
- Oh, il m'a dit… que… quelqu'un… Yaritza, aurait ta semence.
- Écoute moi! Oui, pas quelqu'un avec un outil qui la pénètre tous les jours, sans penser aux conséquences!
- Oui!
- De plus, tu ne voulais pas coucher avec… Morela, qui est en quelque sorte
- Ne dis rien d'autre, tu m'as convaincu.
- Bien!
- Qu'est-ce que tu veux?
- Horaire des pistes!
- Qu'est-ce que tu veux?
- Programme de loisirs de Savin.
- Sortez!
- Écoute, tu ne m'emmènes pas avec ça, je suis venu vers toi comme un homme, mais tu as grandi!
- Dis ce que tu veux Pascal?
- Eh bien, maintenant que tu t'es lié d'amitié avec Savin, je veux que tu t'occupes de lui pendant quelques jours.
- Ma sœur et moi ne travaillons plus avec toi.
- Quelle sœur?
- La sœur de travail de Savin!
- Oh, pourquoi ne dis-tu pas ça, infirmière!
- Eh bien, l'infirmière de Morela fait mal.
- Bien dit, mais si tu n'avais pas grondé, d'autant plus que je fais beaucoup de sacrifices pour toi…
- Tu vas toujours dans ma villa?
- Pas maintenant, mais qui sait!
- Tu vois, je fais aussi quelque chose pour toi!
- Touche! M. Luis!
- Surtout Tiago, fais quelque chose pour nous deux.
- Vrai! Oui, où voulez-vous aller?
- Je veux vous dire que vous n'êtes pas le nombril de la terre.
- Oui, seulement moi, j'ai le courage de te rendre visite.
- Nous arrivons là où nous nous sommes arrêtés, M. Pascal.
- Cette!
- C'est vrai que je me suis enivré de cette force aussi, mais je l'ai volée.
- Je comprends.
- C'est quoi?
- Que je ne suis qu'une de tes poupées avec laquelle tu veux jouer tout le temps, mais je suis une personne, Luis.
- Très bien, seulement pour le fait que tu passes par moi, seulement de
- N'ai-je pas été ton employé?
- Oui!
- Je n'ai pas mangé de pain pour toi?
- Tu as mangé!
- Tu ne m'as pas payé les médicaments de mon fils?
- C'est parce que si j'avais trop…
- Tu as Savin, si tu veux encore avoir des enfants.
- D'accord, disons que vous avez raison.
- Alors, les patrons!
- Je comprends, tu veux que je te donne une caisse de force, que tu viennes à moi ou tu veux une caisse de vieux vin!
- Je ne comprends pas ta méchanceté, Luis.
- Je ne suis pas mauvais, ceux qui nous ont mis sur le papier peint, ils sont mauvais.
- Ne dis rien, je me fiche de savoir d'où viennent tes os.
- Trop tard, Pascal!
- Mec, je suis vraiment venu vers toi parce que je ne t’apprécie en tant que personne, pour ce que tu as fait pour nous.
- Lesquels?
- Cecilia et moi, M. Luis.
- Ah!
- Au fait, pourquoi as-tu caché ton nom pendant si longtemps que je n'ai pas compris?
- Que mon père me l'a donné, c'est…
- Un beau nom qui mérite d'être mentionné, mec!
- D'accord, maintenant dis-le autant que tu veux!
- Qu `est-ce qui t` arrive?
- Eh bien, je suis coincé dans un crochet dont je ne peux pas sortir, Pascal.
- Je te crois, mais la pauvreté me prend dans de tels crochets.
- des ennuis! C'est leur nom, Pascal.
- Bravo! Je ne m'attendais pas à ce que tu me dises ça. As-tu un verre?
- C'est fini pour toi…
- Tu es méchant, je voulais vraiment prendre un verre avec un homme merveilleux, Luis.
- Tu as raison, on se ressemble presque.
- Oui, on a les mêmes villas ensemble, on aime les mêmes femmes, qui plus tard et au four, je suis vraiment ton frère.
- Êtes-vous apparenté à Alves?
- J'en avais presque envie, non seulement l'homme était désolé pour moi.
- Tu as eu beaucoup de chance avec… ton enfant… est lit…
- Oui, mais j'ai eu plus de chance avec le requin, ne plaisante plus avec Luis, nous sommes perdus, mais tu es celui qui peut se permettre un patron.
- Plus de thérapie!
- Quelle thérapie, Luis?
- Je comprends, mais je ne travaille plus!
- Très bien.
- Comme tu le dis, Alves garde son travail.
- Il lui tient la tête, Luis.
- Oui, le mien va dans une autre direction depuis un moment.
- Écoute, tu donnes aussi une vache?
- Donner Pascal, ce que j'ai pu vivre tranquillement, toi… au final tu m'as apporté un peu de soleil dans la vie.
- C'est comme ça que je te veux Luis.
Il est facile d'entrer dans la vie d'un homme, mais il est plus difficile d'en sortir. Je n'étais pas trop loin de ce que je savais presque sûr, mais maintenant je ne pouvais pas le croire, je suis toujours heureux que les deux frères se soient réunis, Luis regarde Morela avec des yeux différents, et la formule sœur, comme si ça ne lui conviendrait pas autant. C'était mon jour de congé, après avoir visité Savin, avoir profité de cet été merveilleux ensemble, je me suis retiré dans l'appartement, mais Tiago m'attendait à sa porte.
- M. Pascal! Quel honneur!
- Qu'est-il arrivé, Tiago, pouvez-vous me demander un travail, en me jurant, mec?
- Pascal, je voulais que tu entende, ne viens pas vers moi, revoyons un peu notre projet, j'ai aussi un bon verre pour toi.
- Oui. Tu ferais mieux de ne pas me faire bouillir autant.
- Pascal, je veux que tu sois un peu plus direct avec Morela, la fille est désespérée, quelqu'un… s'il te plaît… lui a montré qu'il y a des hommes dans le monde, mais que quelqu'un est… s'il te plaît.
- Frère, tu veux dire!
- Oui, qui te l'a dit?
- Oh, personne! Même toi maintenant!
- Aha, laisse ça, je te demanderais si tu peux emmener Morela se promener, un moment, jusqu'à ce qu'elle oublie l'incident avec…
- Je comprends seulement maintenant, elle ne sait pas.
- Oui, Pascal, c'est pourquoi je veux que tu changes d'avis un peu.
- Je pensais que Morela regardait Luis comme un frère.
- Ne le regarde pas comme un petit ami, Pascal. Voilà pourquoi vous devez intervenir, juste pendant un certain temps.
- Je comprends. Le projet?
- C'est proche de moi, j'ai quelque chose sur quoi travailler. Les tiens?
- Est prêt.
- Très bien, j'ai encore quelque chose à voir avec un de mes neveux.
- Oui, au fait! Qui est ton neveu?
- Vous n'avez pas besoin d'en savoir beaucoup, il va aller en Roumanie, je lui donne juste quelques cours de roumain.
- Si tu veux…
- Oh non! Merci quand même, il parle un dialecte portugais que vous ne connaissez pas très bien.
- Je comprends, oui… je ne comprends toujours pas comment un Français comme toi parle si bien la langue…
- Laisse ça, j'aime les langues étrangères, c'est une passion plus ancienne.
- Je comprends. Ecoute, oui Alves, il me donnait une autre boîte de force pour prendre soin de son fils, tu ne bouges pas?
- Continuez à lui dire qu'il est son neveu, je ne veux pas généraliser, nous voulons ramener sa femme à la maison, peut-être maintenant avec nos projets, au fait, je vous inscrirai au congrès, pour que vous n'en ayez pas se soucier.
- Merci, Tiago.
- Je n'ai pas autant de boissons qu'Alves, il commande à l'usine, il n'a pas recours à des intermédiaires, alors si je paie pour ton voyage à Paris!"
- Tu ne l'as pas fait de toute façon.
- Oui, je ne sais pas quoi te donner, dis-moi ce dont tu as besoin.
- Calme, eh bien, tu penses encore, peut-être…
- Appelez-moi Pascal.
- Je voulais que tu mettes du carburant de secours sur moi, peut-être que j'allais à la villa de Luis.
- Je vais t'acheter du carburant, mais cet endroit ne m'aide pas beaucoup."
- Je n'en ai pas d'autre. La villa d'Alves, c'est trop…
- Oui, il peut revivre les moments…
- Oui.
- Je te fais une autre proposition, j'ai un ami qui a une villa un peu plus bas dans la vallée que celle de Luis, très belle, maintenant je pense que personne ne reste, je vais vraiment lui demander ses clés, que dis-tu?
- Oui, pourquoi ne pas dire à Luis de remplir le frigo, c'est toujours de la nourriture.
- Oh, la villa a des distributeurs, qui s'en occupent, tout est rafraîchi à temps.
- D'accord, demain soir, quand je quitterai le quart de travail, je passerai chez toi et me donnerai un plan avec l'adresse.
- Oui, ça l'est.
Morela était difficile à convaincre, mais quand je lui ai dit que nous allions dans une villa autre que celle de Luis, elle était très contrariée qu'elle aurait voulu y rencontrer Luis. Enfin le lendemain soir j'étais avec Morela, à la rescousse, j'allais à une adresse inconnue. Heureusement, il faisait déjà noir quand je suis passé devant la villa de Luis, mais pas trop loin après avoir passé le pub dont Luis me parlait, quelque part entre de très vieux pins, on pouvait voir une très belle maison, tout était en briques apparentes. , et cette promenade vers la porte à travers ces vieux arbres dans la soirée vous a donné au moins une sensation étrange. Nous nous sommes garés dans les endroits prévus pour quelque chose comme ça, essayant d'entrer avec les clés de Tiago, s'il y avait des pins jusqu'à la porte, à l'intérieur de la cour il y avait des figues assez grandes avec des feuilles qui brillaient dans la faible lumière des lustres qui s'allumaient en passant. La maison n'avait pas l'air trop grande, elle avait un immense hall, qui se prolongeait avec le salon, des sols en granit cerisier, d'une beauté extraordinaire, elle vous coupait presque le souffle. Un U des canapés de la même couleur en cuir, avec une table en acajou magnifiquement assorti, tout cet ensemble a montré l'océan spectaculaire. De là, vous pouviez atteindre une immense cuisine, qui donnait sur la terrasse, également ombragée par d'immenses figues, deux chambres côte à côte, avec leur propre salle de bain chacune, et à l'étage, si vous montiez les escaliers de la même pierre, il y avait trois autres chambres, tout était très simple: lit, bain, dressing. Les sols étaient de différentes couleurs de granit: la pierre noire, bleue et blanche, de calcaire je suppose, n'était pas en marbre.
- Ça vous plaît?
- Très agréable. A qui est cette beauté?
- D'un ami de Tiago.
- Tiago, il n'a pas beaucoup d'amis, avec mon père et Alves, c'est son entourage ici, je ne sais pas à Paris.
- Est-il français? J'ai vu qu'il parle très bien, ce dialecte portugais.
- Oh, il aime étudier les langues étrangères.
- Je comprends.
- Allons-nous à l'océan?
- Oui, ça ressemble à une belle soirée.
L'océan s'ouvrait derrière la terrasse, ce n'était qu'une petite crique, prise entre d'énormes rochers noirs, la lune se reflétait dans l'eau calme, comme si c'était une route ardente pour atterrir.


.  | index








 
shim La maison de la litérature shim
shim
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .