agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Article Communautés Concours Essai Multimédia Personnelles Poèmes Presse Prose _QUOTE Scénario Spécial

Poezii Romnesti - Romanian Poetry

poezii


 
Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 170 .



La main de mon garçon 18
prose [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [mihai andrei ]

2022-05-26  |     | 



Le soir, après de longues conférences de Tiago, nous décidâmes tous les trois d'aller à la fenêtre du pensionnat pour garder. Nous avons d'abord pris l'option difficile, c'est-à-dire par la porte du complexe de maisons, atteignant facilement la fenêtre du pensionnat dont nous étions séparés par une immense clôture de deux mètres et demi, sur laquelle on pouvait facilement voir des traces de chaussures, mais ce n'était pas comme les autres. Ce que j'ai également remarqué, c'est qu'à travers le champ de maïs, c'est-à-dire le côté du bloc, pour l'internat, la clôture de la dalle de béton était brisée, ce qui signifiait que des personnes moins expérimentées pouvaient grimper. Cependant, la fenêtre pouvait être vue aussi bien ici, bien que seulement la moitié de celle-ci était visible, si nous n'étions pas entrés dans le collimateur, par l'un des gardes de sécurité.
- Bonsoir! Qu'est-il arrivé?
- Bonsoir! Les messieurs ici veulent acheter un appartement dans ce complexe, ils voulaient juste voir à quel point l'endroit est sûr. J'ai dit.
- Je comprends, mais ce n'est pas permis sans votre compagnie.
- Oui, vous venez de répondre à notre recherche, je pense que nous accèderons à l'entreprise pour…
- Je te guide.
Bien sûr, nous avons été emmenés dans la rue, en nous évadant facilement, car ils pouvaient nous remettre à la police. Nous avons donc marché pendant près d'une demi-heure, atteignant finalement le champ de maïs.
- Cela semble encore plus sinistre maintenant. Dit Tiago.
- C'est. Je ne m'entends pas non plus avec le noir. Dit Alves en baissant la tête au sol.
- Le point culminant est que vous ne pouvez même pas voir le bloc d'ici.
- Pascal...
- Je l'ai dit! En effet, la version dans la cour était plus pratique.
- Oui, seulement il t'a mangé… pour acheter une maison là-bas!
- Bien...
- Vous devez dire que nous sommes déjà propriétaires et que nous avons l'air foutrement chien.
- Et s'ils nous demandaient des billets?
- Bien, bien!
- C'est vrai que vous avez des propriétaires, mais
- Laisse le!
- Je dis de me détourner du chemin, parce que si quelqu'un avait l'intention de le prendre ici, il abandonnerait.
- Oui, asseyons-nous dans ce coin sombre, Pascal.
- Tiago, allez!
- Je n'arrive toujours pas à croire que certains enfants ont le courage de l'emmener ici au milieu de la nuit.
- Tu as raison, Tiago, et je ne vois pas Veronica l'emmener ici non plus. J'ai dit.
- Pourtant, mets-toi à sa place, Tiago. Restez sur le trottoir pendant un certain temps, mais tant qu'il peut pleuvoir.
- Alves, tu as raison, mais la fille est…
- Je pense que les enfants sont partis d'ici sans billet, depuis les cours.
- Oui, Pascal. Le chemin est battu comme le monde.
Tout en parlant, un groupe de trois garçons s'est approché de l'entrée du champ de maïs.
- Allez, nous l'avons obtenu de ce garde, maintenant nous devons le faire ici. Dit un.
- Un douteux est venu après moi aujourd'hui, je pense qu'il a mis le garde.
- Si je savais que tu avais si peur, je t'emmènerais à la gare, mais ce n'est pas comparable à un lit moelleux.
- C'est vrai, allez!
Tiago bouillait déjà qu'il ne pouvait pas les poursuivre, mais le plus important était qu'il avait raison.
- Voici comment nous procédons, nous attendons que tout le monde passe, car ils se retireront pour dormir, puis nous irons à leur poursuite.
- Pascal, tu es super, mais je n'y vais pas.
- Moi non plus.
- Bonjour, docteurs, nous ne sommes pas opérés, nous marchons juste.
- Nous avons besoin d'une source de lumière.
- Nous avons le téléphone de Tiago.
- Je voulais m'échapper.
Un couple de jeunes s'est approché du champ de maïs, mais la fille était claire, du moins sous l'éclairage public, il était clair qu'elle n'était pas Veronica.
- Ouvre cette putain de téléphone! Dit la fille.
- Ho!
- Personne, oui! Vous l'avez mis comme cassé, sinon j'avais de l'argent à l'hôtel.
- Écoutez, vous savez quelque chose, sentez-vous comme une petite fille à la maison, car tout le monde n'a que du maïs.
- Oui, allez!
Je me suis presque tuée en voyant à quel point cette jeune femme était courageuse, mais au final, il était normal à la campagne que l'obscurité vous attrape dans le maïs.
- Comment dois-tu sourire, Pascal? Dit Alves.
- Ces enfants viennent du pays, donc ils connaissent ces endroits.
- Eh bien, je ne le suis pas, je ne vois pas comment me rendre à la putain d'hôpital.
- Calme-toi Tiago, peut-être Pascal, il a un passé avec ses grands-parents, je sais!
- Ne pas. Je suis né dans la ville, et si je ne pouvais pas voir de mes propres yeux, je ne connais même pas cet endroit.
- Oui, vous n'avez pas de grands-parents dans le pays, n'est-ce pas?
- Non, ils sont restés dans le bloc, mais ils sont sortis, et tout a été vendu, j'ai pris la maison avec ma femme, c'était un bon prix à ce moment-là, nous avons récemment terminé la Banque, notre chance, que maintenant nous devions achetons aussi une maison si la banque me la prend.
- Je comprends, donc c'est juste toi et Savin, laisse-moi comprendre.
- Oui. Dis-je les larmes aux yeux.
- Vous avez toujours une grande âme, vous avez accepté d'entrer dans ce jeu, laissant Savin.
Pendant ce temps, un autre couple est venu, très bruyant, ce qui prouve que ce n'est pas Veronica, en premier lieu, mais aussi le fait qu'ils sont habitués à l'endroit, entrant simplement dans le chemin.
- Voilà, c'est comme ça que ça se passe.
- Oui, je connais Tiago. Dit Alves.
- Je te comprends, Alves, tu n'as pas eu le courage de rendre visite à ton propre neveu.
- Je vais te donner une autre boîte de ça, tant que tu ne te souviens pas de moi.
- Tu vas me donner la boîte parce qu'il l'a. J'ai quitté Savin, tu sais!
- Voilà comment on fait, on reste jusqu'à 13 heures, on espère que personne ne va se coucher, je ne voudrais pas leur faire peur, alors on y va.
- Bon Tiago! Je n'ai pas fini avec toi, alors n'oublie pas de visiter Luis tout l'été, oui!
- Oui, docteur! J'avoue, cela m'a pris du temps, mais soyez assuré que je vous suis redevable.
- Bonjour, enfants prêts, nous avons tous notre drame, notre chance est que Pascal a un grand cœur pour nous aider.
- Il est 13 heures, docteurs.
- Allons-y! Personne n'est venu. Alors, voici comment on procède, on laisse les enfants du village seuls, car ils ont des parents…
- Comment! Tiago ne peut pas!
- Ce que j'ai dit?
- Vous n'êtes pas au Portugal, tous les enfants sont susceptibles de devenir des biens, si d'autres ne viennent pas mieux, nous appellerons la police et les sauverons.
- Elle a raison, Pascal.
- Je comprends, mais ils trouveront ça…
- Je me fiche de ce que les policiers attrapent, c'est leur devoir de fermer la fenêtre, mais surtout d'envoyer chaque enfant à sa place.
- D'accord, c'est ce qu'on fait, c'est à moitié fait, on va leur faire peur.
- Alves, l'endroit est quand même…
- Allons!
J'ai pris le téléphone de Tiago, commençant d'abord sur les sentiers battus, jusqu'au pensionnat en question. Cela a pris près de quinze minutes, nous étions vraiment habitués à l'obscurité et le ciel étoilé avait fière allure lorsque nous avons atteint la fissure de la clôture. Nous avons éteint la lumière et nous sommes approchés de la fenêtre, mais le problème était que tout cet arrangement de briques de toutes sortes n'était pas très sûr, d'autant plus que nous l'escaladions à l'âge adulte. Tiago a été le premier à mettre le pied sur cette instabilité, nous regardant avec horreur, sans faire de bruit, mais il a finalement atteint la fenêtre et a sauté à l'intérieur. J'ai invité Alves, l'aidant à la fenêtre, où il a été récupéré par Tiago. Étant plus jeune, je suis rapidement entré.
- Alves, reste à la fenêtre, tu es le plus lourd d'entre nous.
- D'accord, Tiago, s'il y a quelque chose, appelle-moi et demande mon aide." Allons!
J'ai pris le couloir principal, le bruit pouvait être entendu d'une pièce qui était sur le côté du complexe de la maison, cela ressemblait à un grand salon.
- Bonsoir! Ne vous inquiétez pas, nous ne vous ferons pas de mal! Dis-je en faisant signe à Tiago de flanquer la porte.
- Nous… dormons juste… nous n'avons pas d'argent, nous sommes venus en ville pour affaires…
- Compris, on cherche une fille, elle s'appelle Veronica, elle n'a pas de parents, tu la connais?
Tiago a eu du mal à trouver la photo au téléphone, mais Alves par derrière l'a encouragé à leur montrer la photo, prenant sa place.
- Oh, j'étais trop seul, il est encore tard.
- La fille est stable ici depuis quelques jours, on allait et venait.
- Où se trouve?
- En ville, il faut que ça apparaisse, maintenant c'est plus dur à travers le maïs. Si vous êtes un homme, vous avez activé la garde!
- Je vois, mais tu n'as pas peur de rester ici?
- Nous sommes ici pendant l'année scolaire, pourquoi devrions-nous?
- Parce que personne ne vous regarde et vous pouvez devenir la victime de mauvaises personnes.
- Personne ne connaît cette fenêtre.
- Écoutez, nous avons découvert. Y a-t-il des orphelins parmi vous?
- Nous. Dit une paire d'enfants.
- Pourquoi ne restes-tu pas à l'orphelinat?
- J'ai été monté par les gardes, et parce qu'il a pris ma défense, il l'a prise à quelqu'un qui aimait les garçons.
- Juste parce que…
- Tiago!
- Oui excusez-moi!
- Pourquoi n'es-tu pas allé à la police?
- Il nous aurait ramenés au dortoir, et les superviseurs ont raison tout le temps.
- Oui, où étais-tu depuis que tu as dit que tu n'étais pas stable?
- Oh, je suis parti en mer.
- Tu n'avais pas peur?
- Non, nous sommes assez grands, nous avons lavé la vaisselle dans les restaurants, en leur disant que nous étions mariés.
- Je comprends.
- C'est ainsi que nous avons payé notre logement et notre nourriture.
- Alors maintenant, ne rentrez plus à la maison, vous serez à nouveau les victimes…
- Probablement… bien sûr.
- Mais si on va avec toi, punir…
- C'est peut-être quelque chose.
- Alors nous le ferons.
- Il y a beaucoup de gens à qui nous avons raconté nos drames, mais aucun d'eux ne se souvenait de ce qu'il nous avait promis.
- Elles vont! Veronica a dit de derrière nous, en sautant sur le cou de Tiago, puis en me prenant droit dans ses bras, en sautant sur moi en criant à haute voix.
- Bien sûr, Tiago et moi avons pleuré, épuisés par cette discussion, et Alves lui a caressé les cheveux en silence.
- Veronica! Es-tu venu seul à travers le champ de maïs, petite fille?
- Tout d'abord, je suis une femme, Pascal. Oui je suis venu sans problème, le superviseur m'a rendu plus fort.
- Comment, mais pas!
- Qu'est-ce que tu n'as pas compris, Tiago? Ne recommencez pas!
- Des gamins! Donc, je suis désolée.
- Mon oncle, je vois que tu es plus international comme ça, laisse ces compatriotes rentrer chez eux, et rends justice aux orphelins.
- Tu as raison, mais tu n'es pas coupable, tes parents qui t'ont laissé rentrer chez toi le soir.
Ils ont laissé passer la porte, mais la sentinelle des Alves était de service.
- Personne ne part! Nous sortirons tous d'ici en van! J'ai dit.
- Slice! Celui que j'ai suivi, est-ce qu'il manque quelqu'un d'ici? Dit Tiago.
- Ne pas.
- Très bien. Pascal, vous avez l'honneur, vous connaissez le mieux le roumain.
- Donne-moi le téléphone.
J'ai immédiatement appelé la police, leur indiquant l'emplacement exact, après de longs malentendus. Mais l'attente a été très dure a, surtout pour ceux qui ont des parents, et Veronica me tenait la main, pleurant toujours de hoquet. J'ai continué d'attendre, mais en vain, je pense que les portiers ont vérifié les portes de l'internat et leur ont dit que c'était une fausse alarme. J'ai expliqué à Alves et Tiago que j'allais allumer les lumières à l'entrée, et surtout que je ferais en quelque sorte une pancarte sur la porte vitrée à l'entrée. Bien sûr, j'ai appelé à nouveau la police pour leur dire que je paierais une amende si je les dérangeais, mais vivant à côté d'Alves pendant un certain temps, j'ai essayé de me calmer en leur disant très gentiment de tirer une camionnette au pensionnat. Que je les attendrai personnellement. Et cette fois, les gardes du lycée sont revenus, comme je m'y attendais, mais j'étais là, j'avais allumé la lumière.
- Hé, excusez-moi, je ne vous ai pas bien compris la dernière fois! Dis-je par la porte.
- Oh, tu n'es pas celui avec le chien!
- Oui!
- Et qu'est-ce que tu fais là-bas?
- Ce n'est pas tes affaires, il te dépasse, dit-il plus haut pour apporter une camionnette, nous avons des enfants qui se cachent ici.
- Je vous laisse voir!" De toute façon, nous n'avons pas les clés de l'entrée, quelqu'un doit venir de l'administration, mais vous n'avez pas le droit, écoutez!
- Très bien, très bien, veuillez amener respectueusement de vrais flics. Nous allons sortir les enfants, ils ont vraiment besoin d'aide.
- Laissez-le, laissez-le, parce que vous le prenez!
Je l'ai laissé à la solde du seigneur et je les ai laissés, allant à Alves et Tiago.
- Je ne le crois pas. Seuls les gardes de l'école viennent et repartent. De plus, ils sont maintenant contrariés que je sois entré dans le dortoir après le chien et leur ai causé des problèmes.
- Voir mon oncle, tu ferais mieux de ne pas nous laisser partir, prends ta tête et c'est fini.
- J'ai lu autre chose dans tes yeux, tu as de la chance, je suis de bonne humeur, je te battais!
- Quel chien est-ce? Dit Alves, perplexe.
- Ha, ha, ha! Le chien qui l'a gardé Pascal. Donnez-moi le téléphone Pascal, ces tiques n'ont pas de clé de toute façon.
- Que faites-vous?
- J'appelle Yaritza, c'est inutile là-bas.
- Et?
- Et! Après que je lui ai parlé, vous la dirigerez vers un poste de police.
- Je comprends.
Bien sûr, Tiago a utilisé sa langue à nouveau, que je n'ai même pas attrapée dans les gouttes, puis il m'a tendu le téléphone. Je savais où se trouvait le poste de police le plus proche de chez moi, mais j'avais quelque chose dans le noir.
- Tiago, je ne fais pas ça.
- C'est une grande fille, laisse-la partir, tu ne sais même pas ce que cette fille a traversé, elle est très forte.
- Non, je vais commander un taxi.
- Aller fais-le!
J'ai commandé un taxi chez moi, qui est immédiatement allé à la police, avec Yaritza. Je ne sais pas comment il a trouvé quelqu'un à ce moment-là pour parler anglais, mais bientôt le téléphone de Tiago a sonné, une voix d'homme a entendu. Tiago m'a immédiatement donné le téléphone. Je leur ai montré la bonne adresse, mais d'autant plus que nous sommes coincés dans le pensionnat du lycée. Dans environ une demi-heure, Yaritza était cette fois à la porte du pensionnat, avec les hommes masqués.
- Mes amis, enlevez vos cagoules, nous ferons peur aux enfants!
Celui qui ressemblait au commandant a hoché la tête, mais les gardes n'avaient pas encore fait venir l'administrateur, et il y a eu une discussion animée entre eux et la police.
- Pourquoi ne pas amener les enfants ici?
- Nous ne pouvons pas, ils courront dans tout ce bloc, nous travaillons plus fort pour les rassembler, ils ne sont pas tous décents.
- Je comprends.
L'administrateur n'est toujours pas venu et celui qui semblait être leur commandant parlait au téléphone, probablement avec un commandant. Yaritza, approchez-vous de cette porte vitrée.
- Veronica, est-elle là?
- Oui.
- Que fait-il?
- Elle pleure sans cesse. C'est une femme maintenant.
Yaritza se mit à pleurer, serrant les poings.
- Arrête de pleurer, tu vas blesser le bébé.
Elle ne m'a pas écoutée, elle était étourdie et pleine de nerfs en même temps, maintenant je me suis reproché de lui avoir dit, mais en même temps, elle a fini par le découvrir. Yaritza s'est approchée du commandant, parlant en hoquet en anglais, mais il a refusé de casser la porte, puis a pris ses clés de sa poche et les a mises dans sa serrure. Le commandant la prit chaleureusement près de la porte, appelant un subalterne d'un geste, ce qui la conduisit à la camionnette, dans un grincement maintenant. Le commandant s'est approché de la porte et a dit qu'il n'avait pas été autorisé à briser la porte. J'ai expliqué que ce serait bien s'il avait un appareil pour quelque chose comme ça ou une échelle, parce que je ne descends plus ces briques.
- Tu as raison, tu as raison, l'internat rirait!
Il lui a appelé un soldat, qui est immédiatement monté dans la camionnette, abaissant une échelle en métal, s'approchant de la porte avec.
- Et maintenant?
- Emmenez les gens et contournez l'internat avec elle, il y a une fenêtre ouverte.
- Je comprends!
Les gardes se tenaient côte à côte dans l'embrasure de la porte, et j'ai agité mon doigt vers Yaritza, saluant la police.
- C'est vrai, mon peuple n'avait pas besoin d'une échelle, je comprends pour vous.
- Ils sont encore plus vieux que moi, ne t'inquiète pas. Allons-y.
Les enfants s'assirent tranquillement sur leurs sièges, et à partir de maintenant ils avaient un peu peur, seule Veronica cessa de pleurer, souriant.
- Allez, emmenez un enfant à la réception, si vous le laissez tomber, écrivez votre démission demain!
- Mettons des bracelets dessus, patron!
- Ce n'est pas le cas! Dit Tiago avec véhémence.
- S père tranquille. Allez les gars! La fille vient avec toi, dit-elle à Alves, qui est resté masqué.
- Oui, viens avec lui. Il ne parle pas roumain, veuillez l'excuser. Dit Tiago.
- Je vois, veuillez m'excuser. Dit le commandant en anglais.
- Nous avons toujours.
- Venez avec ce que vous avez chacun et retournez pour les deux plus isolés, soyez prudent avec les filles dans la descente.
Nous sommes tous restés là-bas, Alves était toujours le portier, prévenu par Tiago, dans le sourire que le garçon suivi était très rusé.
- Oui, quelle langue utilisez-vous?
- Un dialecte portugais, quelque chose des racines de la langue portugaise.
- Que lui as-tu dis? Il a demandé à Tiago.
- Pour garder la porte, cet enfant est très rusé.
- Pourquoi tu ne me l'as pas dit?
- Tu ne connaissais pas la langue.
- Ha, ha, ha! Très agréable! Vous devez me faire confiance… Je suis très bien formé.
- Alors prends soin de l'enfant, je pense que tu vas avoir des problèmes avec lui. Tiago a dit, dans un anglais parfait.
- Je comprends. Je vois que vous étudiez ce cas depuis longtemps, la fille est-elle une tribu avec vous? Dit le commandant en anglais.
- J'ai été son beau-père pendant un moment. Il a répondu en anglais.
- Maintenant je comprends, qu'est-il arrivé à sa mère?
- Sache que ce n'est pas beau, je veux comprendre! Dit le garçon rusé.
- Si tu es allé à l'école, tu as compris! Dit Veronica.
- Il est mort en Roumanie, cherchant sa liberté, monsieur.
- Elle était veuve, elle a préparé les documents…
- Je comprends, mais…
- La fille a été violée dans l'orphelinat, il y en a environ deux de plus, un garçon et une fille, c'est pourquoi ils se sont enfuis.
- Sache que je te comprends! Dit Veronica.
- Ça va, Veronica. A partir de maintenant, nous en parlerons ces jours-ci. Alves a dit en portugais.
- Je n'ai pas bien compris. Dit le commandant en souriant à Alves en anglais.
- ISly, laisse-moi te guider personnellement!
- Pas besoin, je peux me débrouiller!
- Ne glisse pas dans les escaliers. Allez, flanquez les enfants restants! Veuillez faire attention à sortir d'ici! Dit le commandant de ceux qui sont rentrés.
Nous avons tous été emmenés au poste de police, rassemblés dans une grande salle. Désormais, nous étions tous réunis autour de Veronica. Les deux la regardèrent avec envie, espérant que cette fois-ci, on leur rendrait justice. À un moment donné, un policier est venu et a inscrit le nom de chacun sur une liste et une adresse personnelle, suivi de celui qui s'est donné le patron.
- Messieurs, je veux parler à ceux qui ont la nationalité roumaine.
- Juste moi. Dis-je maladroitement.
- Je comprends, mais comment vous connaissez-vous?
- Ce sont les médecins de mon enfant au Portugal.
- Ah!
- Quelle maladie a-t-il?
- Poumons, monsieur.
- Je comprends. Comment ça se sent?
- Mieux maintenant.
- Très bien. Maintenant, je crie la prochaine liste d'enfants, ceux qui entendent votre nom, assis près de la porte.
- Bonjour! Policier, j'ai aussi des parents!
- Oui, ce sont les seuls qui ne répondent pas au téléphone. Ces enfants seront pris en charge par leurs parents, avec les amendes nécessaires.
- Je vais appeler à la maison.
- Vraiment, dites-leur juste d'apporter votre certificat de naissance. Avez-vous un bulletin?
- Je ne l'ai pas avec moi.
- L'internat?
- Peut-être.
- Dans une demi-heure, nous apporterons tout ce qui signifie un objet civil du pensionnat.
- Tous?
- Oui, gamin, alors nous scellerons le pensionnat.
- Je comprends.
- Tu as un peu changé de visage!
- Il te semble.
- Si vous pouvez me dire quelque chose pour m'aider, s'il vous plaît!
- Je rentre chez moi avec mes parents.
- Très bien, gamin.
J'étais resté avec les orphelins, maintenant les encourageant et leur disant de ne pas les quitter. Le premier répondant était notre filou, qui est revenu après une demi-heure, très abasourdi. Ensuite, le garçon avec la fille, il est venu plus tard, atteignant la pièce encore en pleurs, assis à côté de son ami qui avait déjà peur mais avait été invité et tremblait comme une brindille.
- Policier, j'aimerais venir avec la jeune femme. Tiago a dit, très calmement.
- N'est pas autorisé.
- J'ai promis à la fille que je l'aiderais, elle est encore mineure.
- Ce n'est pas possible.
- Appelle immédiatement le commandant.
- Bien Monsieur.
La même personne est venue qui a fait semblant d'être leur commandant.
- Monsieur, je voudrais être avec cet enfant pendant l'interrogatoire, la fille a droit à un témoin.
- C'est vrai, mais tu es ... bien, bien, laisse venir le monsieur de nationalité roumaine, peut-être que tu ne comprends pas tous les mots.
- Très bien! Alves, vous reprenez Veronica.
Alves leva la main de manière affirmative et rassurante.
- Policier, vous pouvez être tranquille, nous ne vous dérangerons avec rien, nous serons juste derrière la fille.
- Venez tout le monde.
Nous sommes tous entrés dans une sorte de pièce avec plusieurs chaises, un bureau plus rudimentaire. Après que toutes les données aient été prises, avec les noms des anciens parents, par un policier ou une personne civile, je ne me rends pas compte, mais très jeune, il est facilement allé à l'internat de la fille, racontant comment elle avait été violée par d'innombrables ou par le superviseur. Tiago a pris une main et l'a tenue fermement, moi aussi dans l'autre, mais la fille ai fondu en larmes, disant et répétant plusieurs fois qu'elle ne reviendrait pas. Avec toute notre insistance à nous calmer, la fille tremblait tout le temps et criait sans cesse. Nous avons insisté pour reporter l'interrogatoire, qu'il était d'accord et le monsieur devant nous, en disant qu'il a les données complètes. Tiago et moi avons tous les deux frissonné, conduisant la fille à son petit ami, fondant en larmes.
Veronica a suivi, entrant avec Alves et Tiago, cette fois en acceptant silencieusement le jeune homme qui faisait l'interrogatoire, mais cela n'a pas duré une minute, et Veronica est sortie en pleurant, en prenant ma main et en me tirant dans la pièce. Son histoire a commencé au Portugal, quand elle était avec toute sa famille, après que son père a été mangé par des requins, le temps où elle était avec la fille de Tiago, avec sa mère, et enfin les terribles jours à l'orphelinat, où elle a été violée.
Nous n'avons pas participé aux autres garçons, mais nous voulions rappeler le commandant, par l'intermédiaire de celui qui nous surveillait.
- Monsieur, je voudrais savoir, surtout avec ceux qui ont des problèmes, que va-t-il se passer?
- Nous avons des centres spéciaux pour ces abus, ils seront pris en charge par des psychologues et aidés.
- Très bien. Quand seront-ils emmenés là-bas?
- Nous les transférerons avant midi au plus tard.
- Je suis contente. Je ne sais pas si vous le savez, mais M. Tiago, ici, qui a également joué le beau-père, penserait que nous devrions emmener la fille avec nous.
- Vous n'avez aucune preuve pour prouver quelque chose, M. Tiago, je suis désolé, comprenez-vous tout ce que je vous ai dit?
- Oui je suis d'accord. Seulement que nous avons déjà fait des documents pour prendre la fille pour adoption, notre roumain d'ici Pascal, ceux-ci étant en cours, peut-être avec un acte d'adoption ou peut-être quelque chose de similaire, je ne sais pas.
- Permettez-moi de me retirer, pour débat, je ne suis pas le plus haut gradé. Je vous apporte la réponse.
- S'il vous plaît!
L'attente a été très dure, Veronica m'a mis la tête en larmes, enfin notre commandant est venu.
- Vous avez gagné ma confiance, mais mon supérieur n'était pas d'accord avec votre proposition, même si vous avez fait les documents pour adoption, uniquement lorsqu'ils ont été finalisés…
- Autre chose?
- Généralement dans ces conditions, ils se rendent au centre, s'ils ont des parents, avec l'un des parents, mais la rééducation doit être faite. Mon patron était d'accord avec l'une d'entre vous, il valait mieux être une femme, mais j'ai vu qu'elle était enceinte, ce qui…
- Heureusement, je l'ai envoyée se reposer immédiatement, si elle était là, elle te mangerait avec des flocons.
- J'ai senti ça quand j'ai été sorti de la police, presque forcé.
- Donc?
- Oui, choisissez une personne avec qui s’asseoir jusqu’à son adoption, s’il passe la commission.
- Oui merci. Nous allons débattre.
- Je dois finir la maison. Dit Alves très calmement.
- Je dois recevoir la commission avec Yaritza, et je dois encore apprendre quelque chose de roumain.
- Je comprends les enfants!
- Tiago, mais nous n'avons de toute façon personne avec nous…
- Écoute, vieil homme, tu n'es pas mon beau-père? Dit Veronica.
- Oh oui!
- Oui, après tout, que voulais-tu faire d'autre, tu n'as aucun devoir?
- C'est vrai, mais je voulais pisser sur les flics, je sais qu'il y a un autre truc impuni, ai-je promis aux enfants.
- Ecoute, la fille a encore des réunions, du sommeil, des soins. Que devez-vous faire pendant ces heures?
- Je suis d'accord. Allez, je reste avec Veronica!
- Tu vois, on s'entend bien, finalement tu as choisi de voir la Roumanie.
- Troue Alves! Quand nous aurons fini, je veux allumer une bougie sur la tombe…
- Que dites-vous là? Dit Veronica.
- Nous vous apprendrons aussi, Veronica. Alves a dit en portugais.
Je suis sorti de cette grande pièce gardée avec le commandant, y compris Tiago.
- Policier, comment pouvons-nous savoir ce qui est arrivé à la mère de la fille après sa mort? J'ai dit.
- Je vais appeler la mairie, si elle est enterrée par eux, nous le saurons. Je comprends qu'elle était un peu seule sur terre.
- Avec sa fille.
- Oui, je reviens.
Alves donnait des coups de pied, me suppliant de continuer à parler au flic anglais. Cela a pris du temps, mais je ne voulais pas retourner dans cette pièce pleine d'enfants.
- C'est bien que Tiago soit resté avec Veronica, il connaît encore un roumain, Pascal.
- Oui, sauf qu'en tant qu'homme, il lui donnerait une chambre séparée, c'est pourquoi j'ai préféré une femme pour l'espace.
- Je comprends.
Enfin, notre policier est apparu.
- Messieurs, malheureusement, faute de places dans les cimetières de la ville, la femme a été incinérée, et les cendres sont déposées dans la chapelle du centre respectif, voici l'adresse.
- Je suppose que nous ne pouvons pas le ramasser, n'est-ce pas?
- Oui, c'est vrai, encore une fois vous n'avez aucun degré de parenté, seulement un grand cœur.
Je suis parti avec Alves, directement à la chapelle du centre de crémation, c'était le matin, la première heure. Une personne âgée a recherché notre navire avec l'étiquette appropriée, bien sûr, il ne nous a pas permis de le prendre, pas plus que Veronica, car elle avait quelques années jusqu'à sa majorité. J'ai caressé le navire avec Alves, qui s'est séparé de moi dans un taxi, s'excusant de quoi que ce soit en privé.

.  | index








 
shim La maison de la litérature shim
shim
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .