agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Article Communautés Concours Essai Multimédia Personnelles Poèmes Presse Prose _QUOTE Scénario Spécial

Poezii Romnesti - Romanian Poetry

poezii


 
Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 133 .



La main de mon garçon 17
prose [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [mihai andrei ]

2022-05-20  |     | 



Yaritza, elle est partie avec Julien, et je suis restée rendre visite à Luis, tout l'été, payé d'avance. Le projet de Tiago avançait très bien, il était vraiment proche de l'achèvement, et sa présentation, désormais, ne pourrait se faire sans moi. Savin se débrouillait très bien avec ses professeurs de sport et sa suite de médecins qui le surveillaient. Mon projet était à un pas, mais j'avais besoin d'une photo pour avancer. Luis n'a plus ouvert le pub, a-t-il dit, car il était fatigué et mon temps libre n'était pas suffisant pour maintenir l'entreprise à flot.
Je me suis installé à Alves, non pas parce que j'avais aussi soif que d'habitude, car maintenant j'avais accès à un bar à Tiago.
- Salut, docteur!
- Bonsoir, M. Pascal!
- Que s'est-il passé docteur, si vous êtes si cordial, je ne vous ai pas vu dans un tel état, depuis la caisse de force, qui se trouve toujours dans votre maison, presque sans surveillance.
- Pascal, comment puis-je vous emmener, pour le moment votre fils reste avec nous, même si j'ai investi beaucoup d'argent dans ce travail, après quoi je ne suis pas désolé, mais je vous prie de vous en remettre.
- Docteur, ne me dites pas que je dois encore obtenir une caisse de force, parce que si ce n'était pas le cas… même aujourd'hui…
- Ne dis rien d'autre qui pourrait m'emmener ailleurs, Pascal.
- Ok j'ai compris.
- Pascal, je collabore avec Tiago depuis longtemps…
- Alors il t'a monté, tu t'ennuyais de moi, après avoir fait tout ton travail!
- Attends une minute, ne le prends pas comme ça, on ne le fait pas gratuitement.
- Écoutons ça.
- Donc, pour reprendre le même terme, parce que vous n'avez pas de formation médicale, nous avons pensé présenter le travail nous-mêmes…
- Oui, le travail a peu à voir avec la médecine, l'affaire de Tiago, où il met ses bêtes, je les fais travailler.
- Écoutez, nous le faisons en vous offrant du matériel et un accompagnement pour votre projet, dans lequel vous serez seul face au monde. Que dis-tu?
- Oui, seul l'argent serait consacré à mon travail, donc je ne suis pas favorable, M. Alves, et le document contient des données qu'aucun de vous ne pourrait logiquement présenter, étant donné que vous n'avez aucune formation sur le terrain.
- Je comprends.
- Je dis que la présentation sans moi serait perdante, l'une parce que vous n'êtes pas bon aux bêtes, vous êtes médecins, la seconde parce que votre logique se limite à de telles choses.
- Tiago, il m'a dit qu'il ne pouvait pas se présenter seul.
- De son côté, je suis d'accord.
- J'ai lu une partie du projet, oui je suis d'accord qu'il y a des crampons ici et là.
- Crampes pouvant conduire à un échec.
- Je comprends.
- D'une part, vous pouvez présenter le travail vous-même, mais j'ai travaillé sur la partie mécanique, et si le prix du travail venait à tomber, parce que vous ne pouvez pas signer le forgeron avec vos diplômes comme ça, alors nous prendrons chaque côté calmement.
- Alors tu dis…
- Oui, docteur! Qui recevra un travail dans lequel vous ne supporterez que l'attachement à la personne, dans laquelle vous avez probablement travaillé ensemble, d'une prothèse métallique.
- J'en parlerai à Tiago.
- Je ne donne pas mon travail sans signature, et sinon ça ne m'intéresse pas, ceux-là seront assez malins pour se répartir différemment…
- Je comprends parfaitement, Pascal.
- Votre logique est valable sans mes bêtes.
- Pascal, comment est ton projet?
- J'ai un autre morceau.
Ensuite, dans le cas de celui avec Tiago, il reste à conclure, donc je propose de faire les deux au même prix.
- Je pense que c'est une bonne proposition.
- C'est parce que tu es un pou Pascal, c'est comme ça qu'on va présenter les deux projets.
- Moi, le vôtre et vous avec la partie médicale.
- C'est fait, maintenant je réalise que je ne peux pas te mettre de côté.
- Oui, pourquoi voulais-tu faire ça?
- Nous savons que les Roumains ont des découvertes et d'autres à leur actif, mais nous savons aussi que finalement, vous n'aimez plus vraiment les étrangers, eh bien cela ne vous concerne pas, mais il y a une répulsion chez
- Je comprends, mais nous allons sur une histoire, comme celle qui m'a été adoptée par votre pays par exemple, où de nombreuses compétences particulières ont été développées, les requins et la mère…
- Calmez-vous, je comprends, nous irons ensemble, et si nous perdons, au moins nous serons satisfaits de ne pas avoir dépensé l'argent en vain, car il ne faut pas douter de votre projet.
- Docteur, vous me défiez de travailler dur.
- Oui, Pascal! N'oubliez pas que cela ne vous mettra pas dans les yeux de Yaritza, la femme est déjà sur un autre chemin.
- Espérons que Morela le verra.
- Tu m'as rendu fou, pourquoi tu dois toujours me rappeler que tu es plus un coq que moi.
- Non docteur, tu te trompes, je suis beaucoup plus jeune, mais ça n'a pas beaucoup d'importance, mais beaucoup plus libre.
- Oui, qui jouerait avec un homme dont la femme pourrait casser les cheveux du nouveau venu.
- C'est vraiment si mauvais?
- Je ne veux pas que tu la rencontres.
- Oh, docteur! Tu m'as rendu curieux.
- Pasch, va travailler.
- Tu ne m'as toujours pas dit pourquoi tu voulais me donner une autre caisse, Alves?
- Oh, Veronica a manqué de l'orphelinat.
- Oh, ça ne peut pas être ça, mais c'était une très bonne fille!
- Oui, mais aussi très libertin une.
- Tu as raison. Que voulais-tu vraiment me dire?
- Pour que je puisse payer votre transport vers le pays, vous pouvez emmener la fille sous assistance juridique.
- Et le projet?
- Continue.
- Eh bien, ce que tu me dis, ça prend du temps.
- Pascal, tout ce que tu as à faire est de faire des tests, tu as une belle maison, tu appelles toutes les commissions, tu prends la fille aux soins maternels, je supplie ton père et viens ici, après notre départ pour Paris.
- Tous les tests coûtent, docteur.
- Nous vous donnons une carte, tout ce que vous avez à faire est
- Comment trouver la fille?
- Simple, vous vous inscrivez sur un site de réseautique social, vous publiez toutes sortes de photos, comme si vous étiez arrivé au pays, et Veronica viendra seule pour vous chercher.
- Je ne peux pas donner mon adresse sur internent, tu es fou!
- Non, mais le numéro de téléphone est, vous ne pouvez pas faire le site sans lui de toute façon.
- Je n'ai pas de téléphone!
- Tu m'as rendu fou! Venir avec toi.
- C'est autre chose, c'est comme ça que tu vas insérer la carte avec ta main, je ne me fais pas battre comme ça, parce qu'en Roumanie, presque tout est avec de l'argent.
- Savoir.
- Donc?
- Alors fais tes valises, on part pour la Roumanie.
- Venir?
- Restez avec Tereshinha, l'homme est digne de confiance, en plus il a un défaut avec la protection du patient.
- À vous de me dire! D'accord, mais quand il n'est pas de service, qui est responsable?
- Oh, nous allons à l'hôpital en ce moment et parlons à Morela.
- Tu crois qu'il veut?
- Oui, je le dois.
- Tout le monde dans cette région vous doit!
- Pascal!
- S'il n'est pas d'accord?
- Je vais mettre Tiago, prends soin de lui, c'est parti!
- Tiago, oui… Je ne pense pas qu'il nous refusera, mais Morela est d'une famille très conservatrice, autant que je sache, avec tout ton devoir, elle n'acceptera pas.
- Elle serait plus proche, c'est ce que je pensais, et Savin l'aime bien.
- D'accord, allons à l'hôpital.
La route vers l'hôpital me gênait avec toutes sortes d'arguments que je devais prendre mon travail en cours de route, car le travail de Tiago est presque terminé.
- Bonjour Morela? Dit Alves d'un ton très chaleureux.
- Docteur, je sais ce que vous voulez dire!
- Comment?
- Yaritza m'a appelé, elle m'a parlé de Veronica, je suppose que ça vient aussi d'elle…
- Morela, juste quelques jours, le garçon reste à l'hôpital, la chaleur de tes paroles l'aidera. Dis-je désespérément.
- Juste les trucs de l'hôpital, point final.
- Eh bien, ça suffit, tu veux dire que tu peux aller le voir plus souvent de nos jours. Dit Alves.
- Il s'agit juste de l'hôpital, je ne veux pas être attaché à l'enfant, alors il rentrera chez lui avec son père, et je souffrirai.
- D'accord, fais l'hôpital, Morela. Je vais t'appeler pour me dire comment elle se sent.
- D'accord, docteur.
- Allons chez Tiago. Dit Alves avec colère.
Sur le chemin, il m'a pris la main en me serrant le bras parce que je pensais qu'il le coupait pour moi.
- Même si je travaille sur des prothèses, je n'en veux pas.
- Pardonnez-moi, je ne sais pas ce qui ne va pas chez moi, je pensais que vous avez marqué à Morela, elle semblait si heureux ces derniers temps, comme j'ai vu Yaritza, dans la villa de Luis.
- Oh, Luis était le personnage principal là-bas, il est bon dans toutes sortes de plats, vous savez à quoi ressemble Yaritza.
- Je sais, un peu ivre, mais ce n'était pas le cas. Et d'autres…
- Laisse la tranquille. Qu'est-ce que Morela vous doit?
- Oh, rien d'important pour toi, une affaire avec ses parents, tu n’avais vraiment raison, ils sont conservateurs.
- Problèmes de santé?
- Plutôt social.
- Je ne demande rien.
- C'est ce que tu fais.
Tiago, on est allé plus loin, on n'est pas entré directement dans le sujet, effrayons-le comme Morela, on l'a laissé nous servir un verre, on a réglé les problèmes de présentation des projets ensemble, après quoi on a mangé des fruits de mer, apportés par une dame de la cuisine, qui m'a même fait un clin d'œil, qui n'a pas échappé à Alves, mais a laissé Tiago indifférent. Parce que j'étais entre deux inconnus, pour ainsi dire, je ne voulais pas prendre l'initiative, car en fait ils voulaient sauver la fille. Enfin, Tiago a pris la parole.
- Messieurs, je reste en contact avec mon élève de Paris, je lui envoie plus de livres, quelques notes de l'élève, qui je pense l'aider, mais Yaritza m'a dit que Veronica s'est enfuie de l'orphelinat et est recherchée par la police roumaine.
- Espérons qu'ils la trouveront en bonne santé. Dis-je très sérieusement.
- Oui, combien de personnes démentes est libres, tu as raison, Pascal.
- Tiago, je veux faire quelque chose avec Pascal, même si le temps presse jusqu'au Symposium, mais je comprends que ta fille te soit chère.
- Que faire, Alves, tu es juste un étranger là-bas, comme Pascal est là. Ce n'est que maintenant que j'ai réalisé ce que c'était lorsque vous avez présenté notre proposition, mais Dieu merci, je sais que je suis de retour sur la bonne voie.
- C'est le problème Tiago, nous voulons aller ensemble en Roumanie, moi avec les finances et le roumain avec le travail, comme d'habitude.
- Je viens aussi! Tiago a dit, très offensé.
- Attends une minute, frère, nous sommes venus te demander quelque chose.
- Pascal, je sais que c'est un peu, mais je veux aider et je ne suis jamais allé en Roumanie, pas même Alves.
- Oui, seulement nous avons besoin de soutien pour Savin.
- Alves! Je ne peux pas le croire, alors tu es venu me voir pour me garder!
- Restez tranquille, n'emballez pas! Vous êtes le seul homme fiable avec votre tête sur vos épaules.
- Oui, comme moi Notre boyard le ressent-il?
- Luis, il est assez stable, heureux de ce que j'ai vu, au moins chaque fois que je lui ai rendue visite.
- Parfait.
- Oh, non, non, non! Je ne pense jamais
- Pascal, juste pour y aller l'après-midi, pour lui remonter le moral un peu, pour prendre ta place pendant une semaine. Quel bordel! Dit Tiago.
- Tiago, je pense que tu as un peu sauté le cheval, mais à part, je pense que tu as développé les sens qui l'ont quitté il y a longtemps car il ne veut pas que son propre enfant le voie.
- C'est ce que je disais.
- Peut-être que s'il est avec Morela, je serais d'accord.
- Et cette petite fille? Laisse-moi, a déclaré Tiago, sortant le téléphone de sa poche.
- Comment cela vous est-il dû?
- Tais-toi Pascal! Prendre un verre et sortir, je veux parler en privé.
Je pris Alves par le bras, le tirant plus loin, me regardant avec un sourire, car maintenant c'était mon tour de le serrer dans mes bras.
- Oui, pourquoi il nous a mis à la porte, je ne comprends pas le dialecte, il sait que je pense.
- Pascal, je comprends.
- Ouais, mais d'où viennent ces gens?
- D'ici, ça vous suffit.
- Vous n'êtes pas tous des parents, la fille est trop belle pour s'échapper.
- Calme-toi, Pascal!
- Je ne peux pas croire que tu sois un parent de Tiago, n'est-ce pas, comme c'est beau!
- Reste calme, Pascal!
- Je pense que Luis, si je ne me trompe pas, tu es trop attaché à lui.
- Voilà, allons à Luis! Dit Tiago en sortant en souriant.
- Oui, Morela?
- Elle nous attend là-bas.
- Ecoutez
- Tais-toi Pascal? Dit Alves.
- Oui, c'est ma nièce. Maintenant calme-toi, tout ira bien.
- Et Luis?
- C'est une de mes parentes, Pascal. Quelque chose de très loin.
- Laissez-la comme ça, Alves! Dit Tiago en lui souriant et en lui tapotant l'épaule.
- Je vois, pensez-vous qu'ils vont s'en sortir?
- J'ai mis ma main dans le feu pour Morela, n'est-ce pas?
- Oui, Tiago. J'ai dit.
- J'espère que tu n'es pas allé vers elle?
- Non, reste calme. Sue, c'est Yaritza?
- Yaritza, une très belle et très combattante Pascal, personne ne peut la contredire quand quelque chose entre dans sa tête.
- C'est comme ça.
- Je suis finalement tombé sur un sujet, Pascal.
Morela était déjà à la porte de Luis, les larmes aux yeux et détournant les yeux de moi. Tiago lui prit la main et la tira un peu plus loin, parlant dans le même dialecte que Morela. La fille approuva sans faire de bruit, seules des larmes coulèrent doucement sur sa joue. Pendant un moment, après que Morela se soit calmé, Tiago sonna à la porte. Luis est sorti de la porte, l'ouvrant sans aucune envie, la seule saluée de moi était moi, même en souriant un peu.
- Qu'avez-vous avec nous? Dit Alves.
- Il est évident que seuls les étrangers me rendent visite à la maison.
- Luis, nous sommes occupés, et Pascal est un de vos amis dévoués.
- Oui je sais. Entrer?
- Mieux ne vaut pas, dit rapidement Tiago.
- D'accord, dis ce que tu veux?
- Luis, dis-je, ces gens avec Morela, ici, je pense que vous pouvez prendre soin de mon fils pendant une semaine, pendant laquelle nous serons partis en Roumanie.
- Je ne sais pas…
- Je t'ai dit!
- Fils, dit Alves, prends simplement Morela par la main. Va deux ou trois heures par jour pour remonter le moral du garçon, c'est tout.
- Je ne sais pas…
Interventions Tiago, qui nous a dépassé comme une tempête, l'a pris par la poitrine, le tirant à quelques pas de nous et lui a parlé dans un dialecte dont je n'ai compris qu'en répétant plusieurs fois le mot roumain Morela. Il porta sa main à sa bouche, les regardant avec effroi, remarqua Alves et tira mon bras vers lui, me tournant le dos, me souriant en même temps, comme s'il s'agissait d'une conversation amicale entre les deux. Tiago le retira, continuant dans le portugais que je connaissais.
- Maintenant, dites aux gens ici comment procéder.
- Je vais avec Morela tous les jours pendant environ deux ou trois heures pour égayer Savin, qui est comme le fils d'Alves.
- C'est assez! Après?
- Je ...
- Comment va Pascal?
- Maintenant, je veux parler à Morela en personne, cette fois.
- D'accord, éloignez-vous et parlez! Tiago a dit, magnifiquement.
- Morela, je veux savoir si tu comprends ce que tu dois faire, je veux dire, je ne veux jamais laisser Luis seul avec Savin. On s'entendait?
- Ne t'inquiète pas, Tiago m'a dit la même chose, mais tu n'as pas compris.
- Eh bien, si tout va bien, quand je reviendrai, nous passerons plus de temps ensemble.
- Certainement, allez tranquillement et faites vos devoirs.
Nous sommes retournés dans le groupe, avons pris la main de Luis, le regardant dans les yeux.
- Luis, je te fais confiance, je veux que tu sois un homme avec Savin, dit ton neveu.
- Pas de soucis Pascal, je le fais juste pour toi.
- Les enfants, chacun à son compte, a déclaré Tiago sur un ton très chaleureux cette fois.
Luis, il a serré la main de tout le monde et s'est retiré dans sa cour, en agitant la main, Morela est également parti pour la ville, et nous nous sommes regardés avec étonnement, mais le chef de Tiago s'est réveillé, a pris le téléphone dans sa main et est entré sur Internet alors que nous roulions vers son appartement.
- Les enfants, nous avons encore le temps de prendre un verre après notre arrivée à l'aéroport.
- Tiago, patron! Oui, je ne suis pas comme toi, je dois accepter ou prendre des vacances.
- Tu es malade! Dit Tiago.
- Oui, très malade! M’a dit et Alves.
- Comment?
- Comment vous, avec deux médecins à vos côtés, partez gratuitement!"
- Les médecins sont payés ici?
- Oui, Pascal.
- Ensuite, pour se présenter à l'hôpital, nous y allons toujours.
- Pascal, je te préviens maintenant! Je les appelle et leur parle d'une maladie.
- D'accord, dites-moi, pas un autre, mais ne demandez pas à un collègue.
- Ha, ha, ha! Vous êtes dans le coma, mon garçon!
- Dommage!
- Ha, ha, ha! Qu'il n'en finisse pas avec lui, buvons un verre? Dit Alves.
- Au fait, comment ça va avec le roumain?
- Mieux que vous ne le pensez, vous verrez à la campagne, vous aurez une grosse surprise.
- Nous verrons. N'oubliez pas de prendre vos cartes, je n'en ai aucune idée.
- Nous savons, dit doucement Alves. Je suis sûr que vous avez quelque chose à payer à la maison, non?
- Oui, Tiago. C'est vrai, j'étais ici, ton pou principal.
- Soyez prudent, maintenant vous serez vraiment le personnage principal.
- Oui, avec ce que je prouve que je suis venu, je…
- Je m'en suis déjà occupé, a déclaré Tiago, je pense que le journal est chez lui.
- C'est quoi?
- Une rente viagère que vous recevrez de ma part, pour la fille bien sûr, à condition de récupérer la fille.
- Doit être proche du salaire…
- Tais-toi Pascal, il est environ trois heures, bébé. Dit Alves.
- Tout l'argent ira à Veronica, sans aucun doute.
- C'est ce que nous attendons de toi.
- Entends-tu, toi ici, quand tu regardes une femme, tu lui restes fidèle même après la mort?
- J'ai aimé Cecilia, je serais honorée de m'occuper de sa fille. Dit Tiago.
- J'avoue que j'avais aussi quelque chose à manger, mais je ne pouvais pas l'aimer comme Tiago.
- Docteur, vous aimez toute femme qui vous gêne.
- A condition qu'elle ne soit pas une prostituée.
- J'ai entendu ça de Luis aussi.
- Ha, ha, ha! Tu es dans le coma bébé.
Mot pour mot, je suis arrivé chez Tiago, il m'a montré le papier de la rente viagère qui était en trois langues: portugais, anglais et roumain, après quoi je suis allé froid à Savin, ne sachant pas comment lui donner les nouvelles. Savin m'a accueilli avec un sourire, m'embrassant chaleureusement, derrière moi Morela, l'a encouragé avec le pouce levé.
- Papa, j'ai entendu Morela que Veronica avait quitté l'orphelinat. Dommage pour elle, nous ne pouvons pas la trouver maintenant.
- Oui, c'est ce que je pensais.
- Écoute, papa! Si vous rentrez chez vous, apportez-moi le roman que j'ai commencé quand je suis parti, vous voyez qu'il a un signe.
- La maison! J'ai dit confus, cette fois Morela, derrière Savin, me montrait des encouragements.
- Promets-moi que tu m'apporteras le livre.
- Pas mieux, vous le lirez quand nous rentrerons à la maison, la langue roumaine ici est plus rare.
- Comme tu veux, mais apporte-moi un objet de chez toi, d'accord!
- Je verrai. Donc Savin est établi, je remercie Morela pour toute cette belle formation. Au revoir, Savin!
- Papa, va en bonne santé, amène Veronica ici.
- Nous verrons.
Nous étions tous les trois à l'aéroport avec de petits bagages, de petits sacs à dos avec des sous-vêtements, mais tous n'étaient pas aussi simples. Quelqu'un m'a tapé sur l'épaule, je me suis retourné et Yaritza m'a serré dans ses bras.
- Bébé, tu pensais te débarrasser de moi!
- Yaritza, qu'est-ce que tu fais ici?
- Demandez à Alves?
- Quoi, quoi… je ne comprends plus rien.
- Même si tu es roumain, tu ne connais pas toutes les règles chez toi, Pascal.
- Pourquoi, docteur, je ne comprends rien?
- Pascal, tu n'es pas obligé d'être marié pour prendre soin d'un enfant?
- Oh oui! Seul Yaritza…
- Oui!
- Tiago, dis quelque chose, s'il te plait!
- Écoute, tu veux me battre, tu n'entends pas que nous devons sauver cette fille! M a dit Yaritza.
- Oui, tu es enceinte, l'avion
- Et donc? Cela va jusqu'à quatre, cinq mois, quoi de neuf?
- D'accord, je ne dis rien. Donnez un mariage, ça dure en Roumanie.
- Tu vivais au Portugal, bébé! Dernièrement, et ces distingués messieurs, ils vont déclarer que j'ai vécu en cohabitation, toute cette période, que je ne mens pas, je pense.
- Je comprends, est-ce accepté en Roumanie?
- Je ne sais pas, a-t-il demandé à Tiago.
- Aha. De toute façon, je ne comprends plus rien, Tiago est français, oui il connaît très bien Miranda, de plus il est apparenté à Morela, qui a remarqué qu'il parlait portugais comme moi, oui je n'ai pas posé de questions.
- Tiago est autodidacte, il aime apprendre des langues nouvelles et assez difficiles, comme le roumain par exemple.
- Quel est le problème avec vous, M. Pascal? Nous voulons récupérer Veronica si elle ne se retrouve pas entre les mains des trafiquants de viande. Tiago a dit, en roumain.
- Dr Tiago, vous m'étonnez, je viens de changer quelques mots dans la soirée, mais je ne pensais pas que vous parliez si bien, roumain!
- Oh, je vérifiais juste certaines choses avec toi, je voulais te surprendre, mais regarde, c'est arrivé maintenant.
- Prenons tous une photo et postez-la sur les réseaux sociaux. M a dit Yaritza.
Vers quatorze heures, j'étais déjà devant ma maison, je regardais les larmes aux clés, mais une main énergique m'arrêta.
- Pascal, nous ne prenons des photos que devant la maison.
- Alves, mec!
- Pascal, écoute le Dr Alves, dit Tiago à travers ses dents serrées.
- La maison est contaminée bébé. Dit Yaritza en posant sa main sur mon bras. Allez, asseyez-vous devant la porte, beautés.
J'ai pris des photos des hommes d'abord, puis Yaritza avec chacun, en les mettant sur les réseaux sociaux.
- Maintenant qu'est-ce qu'on fait?
- Nous nous alignerons devant la maison, Fr. Mais Alves vous accompagnera dans un hôpital municipal ou un hôpital pour ce type de maladie pour nettoyer la maison.
- Nous allons directement à l'hôpital où Savin a été soigné, je parle à peine à son médecin.
- Mieux, alors Yaritza, reste ici avec Tiago, nous espérons que tout ira bien.
Nous sommes allés directement à l'hôpital de Savin, la discussion entre les deux médecins a été assez animée parce que chacun avait son propre point de vue, et enfin, la question du nettoyage de la maison a été soulevée, ce qui devait être fait périodiquement, d'après ce qui a été dit. D’Alves. Mais comme le jour passait, seul le lendemain viendrait.
Yaritza séjournait déjà à l'hôtel près de la maison, et Tiago était assis sur les marches de la maison en admirant les fleurs dans la cour.
- Alves, comment ça va, mec?
- Comment ça peut être frère, si je savais que j'étais tellement en colère, je te laisserais tranquille, tu parles toujours leur langue. Où est la fille?
- Il est resté à l'hôtel voisin.
- Allez aussi, je vais rester. Dis-je assez épuiser.
- Non, non, non! Je ne vais pas ruiner mon travail, surtout l'argent que j'ai investi dans tout ce projet.
- Qu'est-ce qu'un médecin?
- Nous Roumains ne vous fait pas confiance, vous êtes plus possessif comme ça, avec les propriétés.
- Je suis assis sur les marches, comme Tiago.
- Non, je reste, va au logement, ne sois pas seul avec la maison, point final.
- Allez, jeune homme, écoute ton médecin.
- Salut Tiago.
- Écoutez, n'aurions-nous pas dû appeler la police?
- Je pense que l'orphelinat l'a déjà fait ou probablement Yaritza, la police l'a appelée. Je vais lui parler au téléphone, allons vers elle.
Je n'avais plus envie de rien, attendre me tuait le plus. Yaritza et moi avons divisé le reste de la classe en trois, car je n'étais pas autorisé à être seul de l'avis des médecins et ils étaient seuls, donc la maison était gardée sous surveillance tout le temps. Le lendemain, Tiago a divisé la journée en deux et m'a emmené à l'orphelinat indiqué par Yaritza, que j'ai trouvé assez rapidement. Tiago a eu l'occasion de parler roumain, avec les soignants là-bas, pour étudier l'endroit où Veronica dormait et d'autres détails, après quoi j'ai pris tous les parcs à proximité à la main.
- Ça ne me sent pas bon.
- Pourquoi Tiago?
- La fille est partie parce qu'elle a été menacée ou parce que quelque chose s'est passé. Veronica est une bonne enfant.
- Je sais, mais tant que nous ne la trouverons pas, nous n'avons aucun moyen de le prouver.
- Si on la trouve!
- Il était sur la langue!
- Qu'est-ce que c'est?
- Un mot Tiago, un roumain.
- Tais-toi, je veux dire! Non Pascal!
- Quelque chose comme ça, c'est comme si tu ne le voulais pas comme ça.
- Voici un groupe de filles de son âge là-bas.
Nous avons approché, un peu timidement, ces filles leur demandant si elles avaient vu Veronica, Tiago ayant une photo au téléphone avec la fille. Ils ont tous regardé, mais ils ne nous ont donné aucune information, mais la jeune fille, plus jeune, attirée par notre conversation, nous a dit que Veronica fréquentait un autre parc qu'elle visitait avec sa mère.
- Où sont ta mère et ton enfant? Tiago a dit, en roumain enviable.
- Écoutez, comment apprenez-vous une langue Tiago?
- Avec grammaire enfantine.
- Bonjour madame!
- Bonjour messieurs! Qu'est-il arrivé?
- Nous recherchons la fille sur la photo, et ta fille, elle nous a dit qu'elle a été vue dans le parc que tu as visité ensemble.
- Je ne l'ai pas remarquée, mais si elle le dit, tu peux y aller.
Nous avons pris les informations nécessaires et sommes allés au parc en question. Tiago était très radieux de pouvoir parler aux gens en roumain, il n'avait pas gaspillé tout ce travail, pour conquérir Cecilia, en vain. Il y avait plusieurs enfants, mais ils étaient tous petits, accompagnés de leurs parents, en vain j'ai continué à montrer la photo de la fille partout, car je n'ai reçu aucune réponse.
- Pascal, allons à l'école de Veronica.
- Quelle école, Tiago? Il n'a pris qu'une semaine du livre.
- Cette semaine-là, parce qu'il devait terminer l'année quelque part au Portugal, il n'a pas pu clôturer son année.
- Pourquoi, combien de livres ont été réalisés au cours de la dernière semaine de l'année!
- Eh bien, allons à l'école, j'ai obtenu l'adresse de l'orphelinat.
- J'y vais, Tiago.
- Oh, reste seul ce soir, car les garçons de la désinfection sont venus, dès que je parlerai à Alves, ta chance donnera l'impression qu'un professionnel est avec eux.
- J'ai laissé ses clés, il me les a effectivement prises ce matin.
- Très bien, oui, tu vas rester dans l'escalier, comme je connais Alves, il va faire les solutions avec sa main, je pense qu'on lui a apporté une combinaison.
- Je vais manquer de vêtements, comme au Portugal.
- Exactement. Tout ce qui signifie du tissu personnel, peu importe qui l'a porté, sera détruit ou bouilli, selon le cas.
- Je comprends. Sans Alves, je ne pense pas que tout cela se produise.
- Je ne sais pas, je te dis que ça va arriver.
- Oui, pourquoi ne pas entrer dans la maison le soir.
- Les solutions sont divisées par deux en une semaine, selon la quantité.
- Je comprends.
Enfin, en parlant, nous sommes arrivés à l'école en question, il n'y avait que quelques garçons qui frappaient la balle dans la cour de l'école, et à l'école nous n'avons trouvé que la secrétaire, qui a eu la gentillesse de nous dire que Veronica est diplômée de la classe, étant sa rempli la moyenne pour tous les sujets, avec dix par ligne.
- Il ne pourrait en être autrement" cette fille est formidable. Dit Tiago.
Je n'ai pas pris trop d'informations de la part du secrétaire, je n'ai eu aucun contact avec les enfants et il n'y avait pas de professeurs. Nous avons obtenu des informations sur les professeurs de Veronica, si nous pouvons les voir dans les prochains jours, certains prenant même des numéros de téléphone.
Tiago se figea dans la cour de l'école, tourbillonnant.
- Allons faire le tour de l'école, Pascal.
- Nous devons demander la permission, Tiago. Maintenant, elle est juste la secrétaire ici, nous venons demain, peut-être qu'elle est la directrice.
- Non, nous le faisons maintenant.
- Ils vont nous expulser de la porte.
- On voit, il faut se rendre au pensionnat en particulier.
- C'est fermé, tous les enfants sont partis.
- Pascal, ne me touche pas, d'accord!
J'ai fait le tour du bâtiment où il a écrit l'internat, la porte était très bien fermée, elle a même été jugée par Tiago, ce qui ne devrait pas être fait, car ils nous ont déjà vus dans les chambres, mais l'œil de Tiago a vu qu'une fenêtre n'était pas fermée Parfaitement, en me le montrant, seulement il était déjà trop tard, même si la fenêtre n'était pas à portée des chambres, les gardes nous ont trouvés assez rapidement.
- Bonjour messieurs! Puis-je savoir ce que vous cherchez ici, l'école est fermée pendant les vacances?
- Bonjour! Nous venons de nous perdre en cherchant mon chien, monsieur. Dit Tiago.
- Je comprends. Il y a beaucoup de chiens ici, mais je n'ai vu aucune des races. Quel chien as-tu?
- Oh, facile à confondre, un boxeur brun commun.
- Oui, peut-être, comme vous pouvez le voir, ce ne sont que des errants.
- Je suis venu dans l'espoir qu'elle se lie d'amitié avec un enfant en jouant."
- Oh, nous les laisserons sur le terrain de football, sinon ils briseraient nos clôtures, sinon.
- Tu vois.
- Oui, je n'ai vu aucun chien avec eux.
- Je comprends. C'était un chien très sympathique, surtout il aimait les enfants.
- Je ne sais pas quoi dire, allez dans leur région, là-bas sur le terrain, et demandez-leur.
- Oui, merci pour les conseils. Vous nous avez bien sûr vu devant la caméra, non?
- Oui, ailleurs.
- Comment pouvons-nous regarder les caméras?
- Uniquement avec l'accord de la société de sécurité.
- Avec vous?
- Non, avec l'entreprise qui les a installés.
- Aha, alors va me donner leur adresse à la porte.
- Oui.
Une fois là-bas, Tiago lui a demandé de lui montrer les salles du pensionnat sur le moniteur, ce qui lui a montré toutes les vu qui pourraient y être reflétées, mais à l'intérieur du pensionnat, elles n'avaient pas de place. Tiago m'a pris par le bras et est sorti par la porte de l'école ensemble.
- Nous devons aller immédiatement à la police.
- Pourquoi Tiago? Pensez-vous qu'ils n'ont pas suivi toutes ces étapes?
- Je ne sais pas, mais je veux garder cette fenêtre, j'ai quelque chose avec cette fenêtre.
- On ne va pas à la société de sécurité, on ne se complique pas avec la police, c'est mieux comme ça, en plus ils ne nous laissent pas intervenir.
- D'accord, nous allons à la société de sécurité.
- Est-ce qu'Alves a fini la maison?
- Je ne sais pas, alors qu'est-ce que tu as avec elle, tu lui manque tellement?
- Oui. Je voulais choisir un objet pour Savin.
- Vous n'avez rien à choisir, comme je sais Alves, vous ne trouverez que des meubles vides. Cela terrifie nos gens de chez moi, je pense que les Roumains ont apporté un camion pour tout ramasser chez vous.
- C'est possible, mais un objet saupoudré de cette fichue solution restera.
- Reste calme, cet homme est nu. Il est amoureux de son travail.
- Écoute, quel genre de famille est Luis?
- Neveu, laisse ça, emmène-nous à la société de sécurité.
Devant l'agent de sécurité, Tiago est devenu extrêmement calme, souriant, se sentant comme devant une salle d'opération, où il a eu une intervention dont il savait tout.
- Voici.
- Êtes-vous sûr?
- Oui, le logo sur le panneau de contrôle, celui avec les numéros de téléphone. C'est le même.
- D'accord, laissez-moi ici.
- Comment?
- Je sais comment me rendre à l'hôtel.
- Pensez-vous que vous pouvez gérer votre accent?
- Oui.
- Ne leur dites pas que vous êtes étranger au début, faites-leur comprendre que vous êtes de Transylvanie, il y a plusieurs langues parlées.
- Bien, bien! Vous savez ce que vous devez faire, prenez Yaritza de l'hôtel et allez en adoption, n'oubliez pas de mentionner que vous voudriez qu'un enfant de l'orphelinat de Veronica, juste sur elle, soit l'enfant de votre ami décédé.
- Je comprends.
- Ensuite, le succès.
- Ecoute, je suis toujours sur ce boxeur, tu n'as pas besoin de tant de documents.
- Bien sûr.
Yaritza m'attendait déjà devant l'hôtel, tapotant nerveusement sa jambe.
- Tiago, il m'a dit que tu étais devant l'hôtel!
- Elle a oublié que tu étais enceinte, et pas tellement maintenant.
- Je te gifle! Oui, comment on fait, parce que je ne connais pas un mot de roumain.
- Jusqu'à ce qu'on y arrive, je vais t'apprendre le salut, c'est tout, puis tu fais semblant de vouloir dire quelque chose à mon oreille, et je t'envoie aux toilettes, et tu viens de là, après avoir fini tous les formulaires.
- Si ça ne marche pas.
- Si cela ne fonctionne pas, nous leur dirons la vérité.
- Ce qu'il verra de toute façon.
- Oui, seuls ils sont intéressés à voir leur escalier et leur maison pour rencontrer les éléments de confort élémentaire.
- Croyez! Cri Key, mais ta maison est comme après…
- Je soupçonne que quelque chose d'elle est restée là-bas.
- J'appelle Tiago.
- Pourquoi sur lui, il est dans l'entreprise de sécurité, il ne parle pas une autre langue.
- Alors nous verrons si Alves est hors de sa combinaison.
- Tu sais.
Yaritza a appelé Alves, lui disant qu'une commission reviendrait à la maison, mais Yaritza Elle était soulagée quand Alves lui a assuré que tout irait bien. Bien sûr, tout s'est bien passé, c'est ce qui se passe quand tout se passe bien un jour. Nous avons terminé avec les formulaires, personne ne nous a prêté beaucoup d'attention, en nous remettant le dossier, et ils nous feront savoir quand ils visiteront la maison, bien sûr, nous avons donné le numéro de téléphone de Tiago, car il connaissait le roumain, entre autres. , mais il avait aussi un téléphone.
Nous nous installons à la maison. Alves, a arrêté Yaritza à la porte et m'a reçu sur le même pas devant l'entrée.
- Demain… J'ai parlé à une entreprise, elle viendra aménager ta cour.
- Qu'est-ce qu'il y a dans la cour, les fleurs, les buissons?
- Pas ici, Pascal. Je veux faire un espace d'accueil à l'arrière, pour ceux qui sont sur le plateau d'adoption.
- Nous allons les inviter dans la maison.
- Fuyez, si vous restez trop longtemps, vous risquez quelques complications, après une semaine nous augmentons le temps passé à la maison.
- Ne le remarqueront-ils pas?
- Je ne sais pas, nous allons tout blâmer sur les meubles.
- Comment, alors qu'est-ce que tu m'as fait à la maison, Alves?
- Oh, ce n'est pas grave, disons simplement que vous déménagez ici.
- Comment ces gens verront-ils une maison vide?
- Ne vous inquiétez pas, ils ont déjà pris des mesures à la maison, une entreprise de design d'intérieur. Ils feront tout, du tapis aux rideaux.
- Oui vraiment! Ce n'est que maintenant que je vois que je n'ai plus de rideaux.
- Exactement, tu auras une nouvelle maison, Pascal.
- Écoutez, allons payer la taxe, ils sont généralement très redevables à l'Etat.
- Allez avec Yaritza.
- Il n'a pas de carte.
- Amenez-la ici, nous irons ensemble.
Pendant ce temps, Tiago est revenu à l'école avec la société de sécurité, les a fumés avec la perte du chien et a regardé les chambres de l'école, à partir de la date à laquelle la disparition de Veronica a été annoncée. Bien sûr, comme prévu, dans les endroits ouverts, aucune fille n'a été remarquée avec ses signaux, plus de garçons, mais derrière le pensionnat étaient un champ de maïs, que la salle a pris en l'essuyant dans le couloir entre les bâtiments, basé sur la porte d'entrée. Tiago, remarquant comment le champ tremblait le soir, mais personne ne pouvait être vu, en un coup d'œil, on pouvait dire que le vent faisait ça, mais le maïs se déplaçait le long d'une ligne assez bien définie. Il ne voulait pas se développer davantage avec les gardiens, il se rappelait juste l'heure qui semblait se répéter chaque jour.
Ils ont tous quitté le poste de garde et Tiago a dépassé l'école en voyant qu'elle était adjacente à une station-service, qui avait également des chambres, mais il était très difficile d'y pénétrer jusqu'au champ de maïs car il y avait des bâtiments, mais la propriété suivante était une entrée d'un groupe de maisons modernes, seules les portes d'entrée n'étaient accessibles qu'aux propriétaires. Il a insisté pour s'y rendre, allant même jusqu'au prochain trottoir pour obtenir une meilleure image. À un moment, il a vu un jeune homme à propos de Veronica, qui ne semblait pas avoir de carte à la porte, mais a sonné l'interphone, attendant nerveusement, bien sûr, ce numéro n'a pas aidé, mais a immédiatement appuyé sur une autre touche, pendant ce temps, Tiago, s'approche, passe difficilement le jeune homme, fait semblant d'avoir un problème de pied.
- Les factures d'essence, madame! Dit le gamin.
La porte s'ouvrit et le garçon entra en souriant, secondé par Tiago, qui était familier, montrant qu'il vivait là, le gamin était maintenant plus prudent, mais Tiago vit, faisant semblant de laisser tomber ses lunettes, il se pencha lourdement, le garçon sourit et un tu à droite après le premier virage. Désormais, il ne faisait aucun doute que même si l'enfant n'était pas en internat, quelque chose de douteux lui arrivait. Tiago, pas pressé, était convaincu que le garçon l'emmenait dans un lit où qu'il soit, mais il s'inquiétait du déplacement du maïs à droite du bâtiment, celui qui sortait de la pièce, donc un autre itinéraire, probablement moins risqué, ici il y avait encore assez de pièces. Il a fait quelques pas dans le coin, après quoi le garçon a disparu et tout était clair, en plus de la clôture délimitant la propriété, vous pouviez atteindre la clôture de l'école, mais il était trop vieux pour sauter une clôture de deux mètres, a quitté cette cour et a décidé d'adopter l'autre entrée. Il est passé devant l'usine que l'école jouxtait, en contournant certaines ruelles qui ont finalement atteint une rue parallèle à la clôture de l'usine, en marchant jusqu'au bout de la clôture, où une passerelle très étroite s'est formée, comme raccourci vers d'autres petites rues qui délimitaient rangées de maisons. Il descendit tranquillement cette allée jusqu'à la fin de la clôture de l'usine, suivant comme prévu le champ de maïs, qui avait autrefois une clôture, mais qui n'était plus que de solides piliers en béton. Désormais c'était simple, il ne restait plus qu'à suivre le chemin battu par le champ de maïs, il marchait une trentaine de mètres et la limitation de l'horizon le paniquait un peu, revenant. À son retour, il a vu qu'il était possible de s'y rendre sur une route plus large et légèrement plus facile pour les claustrophobes.
Nous étions tous sur les marches à l'entrée de ma maison quand Tiago est arrivé.
- Heureusement que tu bois sans moi, les enfants.
- Qu'est-il arrivé vieille femme? Demanda Alves.
- J'ai trouvé l'entrée de l'internat, mais à travers le coffre-fort, je ne me sens pas à l'aise, et à travers l'ouverture il y a des chambres.
- Penses-tu que Veronica pourrait dormir là-bas?
- Je ne sais pas, mais s'il y a des enfants, c'est sûr, j'en ai même regardé un, il faut aider.
- Appelons la police dans ce cas. Dis-je calmement.
- Jusqu'à présent, tu lui tirais dessus avec ce boxeur, maintenant tu veux la Police!
- Je ne connais pas Tiago, ces enfants risquent même de se lancer dans les réseaux de prostitution?
- Il en va de même pour Veronica, si nous ne sommes pas pressés. M a dit Yaritza.
- Je dis que nous allons tous garder cette fenêtre ce soir.
- Et ma maison?
- Yaritza.
- La nuit, elle est enceinte.
- Oui, nous allons louer une voiture, le moteur tourne toujours, voit-elle.
- Il fait assez chaud, je m'attendais à ce qu'il fasse plus frais que le nôtre. Pourquoi dépenser plus pour la voiture?
- Oh, les adoptés m'ont appelé, le lendemain ils viennent voir les conditions de la maison.
- S'il vous plaît excusez-moi.
- Alves, où vas-tu?
- J'ai parlé à la
- Tu as détruit la maison du garçon, maintenant remets-la.
- Oui, mais je n'ai pas assez de masques.
- Ha, ha, ha! Nous verrons, mec, les roumains sont résistants.

.  | index








 
shim La maison de la litérature shim
shim
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .