agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Article Communautés Concours Essai Multimédia Personnelles Poèmes Presse Prose _QUOTE Scénario Spécial

Poezii Romnesti - Romanian Poetry

poezii


 
Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 131 .



La main de mon garçon 12
prose [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [mihai andrei ]

2022-04-10  |     | 



Yaritza, elle est devenue ma meilleure amie chaque jour qui passe. Avec Cecilia, au début je n'ai pas regardé, découvrant qu'elle a été transférée dans une autre aile, plus tard nous nous sommes juste salués, souriant pour le beau passé que nous avions, mais de leur isolement de moi non nous avons parlé.
L'hiver est venu comme ils l'ont dit, l'eau n'était pas si chaude, elle ressemblait presque à notre grand été, capricieux avec de nombreux jours où vous ne pouviez pas vous baigner. Il se connaissait vraiment dans la maison d'Alves, étant très proche de l'océan aussi bien que vers le haut. J'ai passé la plupart de mes nuits au Yaritza ou au bar de mon ex-patron. À Yaritza, je me sentais à l'aise, la maison était un peu plus loin dans la ville, c'était évident, mais je n'avais toujours pas le courage de demander à cette déesse un abri pour moi.
Savin, il prenait des cours à l'hôpital, et les exercices physiques lui apportaient de très bons bienfaits, il pouvait rester debout pendant près d'une heure, pendant une journée, ce qui me faisait plaisir. Avec sa main attachée, elle ne pouvait toujours pas travailler avec une dextérité élevée, mais ce que j'aimais le plus, c'était qu'elle était là à sa place, et la couleur que je vérifiais à chaque fois était très bonne. Ses médecins actuels lui donnaient tous un pronostic positif, mais ils ne le laissaient toujours pas rentrer à la maison, ont-ils dit pour des raisons de sécurité, et je pense qu'il voulait presque de lui pour leurs rapports scientifiques.
Bien que j'aie maintenant une attitude plus positive, mon projet n'a plus jamais revu mes yeux, Yaritza m'a changé, je n'avais plus d'yeux et d'esprit, sauf pour elle.
Dr Alves, celui avec qui je suis resté en contact principalement parce qu'il ne m'a pas demandé d'argent chaque fois qu'il m'a vu, au contraire, il s'est habitué à l'idée que Yaritza ne pouvait plus être une redoute à conquérir, la femme était déjà dédiée à moi. . Il était le seul à me parler directement, sans aucune cachette, il vient de m'informer que la seule raison pour laquelle Savin reste à l'hôpital est uniquement pour la recherche, car maintenant il pouvait être mobile, mais je me sentais beaucoup plus à l'aise. Ainsi, d'autant plus que l'école qu'il pratiquait était mieux assimilée aux personnes qui parlaient la langue locale.
Après le travail, un soir, je suis allé voir le Dr Alves, mendiant quelque chose à boire, je manquais toujours d'argent, avec toute l'aide que je recevais de lui et de mon ancien patron, tous ces exercices devaient être payés.
- Bonsoir, boyard!
- Bonsoir Pascal! Oui, qu'est-ce qu'un boyard?
- Oh, un homme qui a de l'argent, s'en fout, mais surtout, il n'a pas de stress.
- Juste moi avec un meilleur.
- Je sais presque avec qui, mais de quoi vous inquiétez-vous, docteur?
- Regardez, par exemple, un très important pour vous donner un verre.
- Oui, j'avoue avec honte, je boirais quelque chose.
- Allons-nous au pub?
- La dernière fois, j'ai dormi sur le sable doux au bord de l'océan.
- Et?
- Oh, c'était bien, les aérosols m'ont fait du bien, mais mes os sont devenus un peu raides.
- Suivez les cours de récupération de Savin pour bénéficier de la récupération.
- J'ai compris, mais le pub fonctionne-t-il toujours?
- Je pense que oui, j'avoue que je n'avais pas beaucoup de raisons d'y aller, mais j'espère…
- Docteur, ce serait dommage de m'éloigner de Yaritza, juste au moment où tout se passe très bien.
- Mec, mais je ne te poursuis pas, la fille ne te dit pas tout.
- Écoute, ne me fais plus bouillir, de quoi s'agit-il?
- Ce que j'ai compris du chef de l'hôpital, c'est qu'il veut la transférer dans un hôpital à Paris, pour suivre des cours de spécialisation.
- Chef d'hôpital
- Non, pas du tout, crois-moi.
- Oui, que veut-il faire?
- Je ne sais pas, peut-être qu'il veut devenir médecin, peut-être qu'il veut devenir un spécialiste dans le domaine.
- Si je comprends bien, tu veux me regarder, tu fais une visite à Paris par erreur, tu me fais chauffer par moi…
- Ha, ha, ha! Arrête bébé!
- Ça veut dire qu'on ne lui a même pas demandé si elle voulait…
- Montrez-moi quelqu'un qui ne veut pas rester à Paris, l'un et l'autre pour l'argent de l'hôpital.
- Oui, tu es là.
- Peut-être que pour toi, il abandonnera.
- Tu plaisantes bien!
- J'avoue que oui, mais je ne suis pas content, je t'ai vu ensemble, l'un est bon pour toi, et le second, tu ne peux même pas être rejeté.
- Que voulez-vous dire, docteur?
- Je veux dire, tu peux y aller avec Yaritza, toujours vivant, mec.
- Venir?
- Nous trouverons aussi quelque chose pour lui.
- C'est quoi?
- Je ne sais pas, on peut le transférer dans un autre centre de recherche.
- Je ne te reconnais plus docteur, jusqu'à récemment tu m'as dit que tu voulais réessayer, et maintenant…
- La vieillesse, Pascal!
- Je sais qu'en parlant à une personne, les rêves d'un homme peuvent voler ou devenir réalité à travers le prisme de l'interlocuteur.
- C'est ce qui m'est arrivé maintenant.
- Croyez-moi, j'ai quitté la maison pour prolonger la vie de l'enfant pendant un certain temps, avec l'ambiance ici, mais les choses ont pris un tour différent.
- Oui, les requins!
- Vous pensez que cette atmosphère sèche, combinée avec le sel de l'océan, peut se reproduire.
- Je ne mets pas ma main dans le feu, je ne veux pas non plus être insensible, mais quand un homme a de la sensibilité, il doit garder toute sa vie.
- Alors cela signifie que Savin ne pourra pas partir, ces zones sèches, cissoïde?
- On voit, pour l'instant ils sont tous à côté d'un œuf très fragile, qui vient de sortir de la poule.
- Probablement parce que c'est le premier œuf.
- Oui je l'avoue.
- Que suggérez-vous?
- Mettez-vous au travail, je vois que vous n'aimez pas boire, on vous a laissé le verre à la main quand vous avez entendu parler de Yaritza.
- Quel travail?
- Votre projet, le seul qui ne demande pas d'argent.
- Ouais, c'est juste demander à mon cerveau.
- Le travail de ton fils nécessite aussi un cerveau pour moi, mais écoute, je résiste, même si je n'ai pas le garçon avec moi.
- Et après?
- Après, vous soutiendrez le travail à Paris, nous y trouverons un congrès, quelque chose là, donc vous serez plus proche de votre petite amie…
- Tu plaisantes non?
- Avec sa petite amie, plus que probable, Paris change d'avis, sans distinction de sexe ou de nationalité.
- Le projet s'est bien passé pour vous…
- Peut-être que je ne sais pas, mais si ça marche, tu peux récupérer Cecilia, par exemple!
- Ha, ha, ha! Docteur, je n'ai rien bu, mais même si je le buvais, je ne l'avalerais toujours pas.
- Alors bois, la vie est…
- Prostituée, a déclaré Cecilia.
- Voir, voir!
- Médecin!
- Si Yaritza, prends la route de Paris, pas même moi qui m a dit comme tu l'as dit je suis un boyard, je n'ai aucune chance, mais une humeur comme toi!
- Tu as raison! Ha, ha, ha! Mais je ne peux pas égaler son médecin si facilement non plus.
- Oui. Cecilia a eu des ennuis.
- Et puis qui assumera autant de mes responsabilités maintenant?
- Savin, il peut être adopté, par exemple.
- Écoutez, docteur, vous n'êtes pas autorisé à le prendre, au moins en vacances, par exemple.
- Non, l'enfant a une vie très active, les vacances vont dans des camps avec un programme spécial, où il se repose activement.
- Et résister?
- Jusqu'à présent, oui.
- Pourquoi tu ne vas pas au camp avec lui, par exemple?
- Je ne suis pas…
- Tu ne vas pas me dire que tu es banni, tu es une si bonne personne!
- Oh non! C'est juste que je ne sois pas approuvé comme je le voudrais.
- Ecoute docteur, tu veux être avec toi…
- Un jeu de sexe, ça ne ferait pas de mal!
- C'est dégoûtant, je ne m'attendais pas à ça.
- Je n'aime probablement pas les femmes à cause de ça, ma bouche est trop libre.
- Eh bien, ce n'est pas mon affaire de juger cela, mais je pense que vous vous jugez trop durement. Laissez le médecin tranquille, allez voir l'enfant.
- Donc tu ne veux pas voir ton projet fini, je comprends.
- Même si je le termine, je ne peux pas te donner le bébé, bien que je sache comment tu vas prendre soin de lui, mais surtout que tu détacheras les yeux de ta femme, Savin est tout ce que j'ai de ma femme, elle ne m'a pas rendu visite il y a longtemps, mais je suis sûr que s'il revenait, je ne sais pas où je retirerais ma chemise.
- Tu as raison, mais tu peux me donner la garde provisoire.
- Écoute, grand-père, si tu veux rester comme ça pendant un moment, fait un voyage avec Yaritza dans la villa de mon ex-patron, je suis d'accord.
- Nous pouvons résoudre ce problème, mais prévenez le premier à l'avance
- Aha, alors tu m'as trompé, il vient vers toi avec sa progéniture, alors qu'est-ce qui ne te suffit pas?
- Sexe par exemple.
- Quel boyard, je suis sûr que tu ne manques pas.
- Avec elle!
- Oui, tu es juste ici, bien qu'elle ait disparu dans son lit.
- Vous voyez, vous êtes en ce moment.
- Je ne comprends toujours pas comment Savin pourrait t'aider.
- Ça me ferait oublier.
- Eh bien, qui vous empêche de prendre soin de vous…
- Je ne le fais pas déjà?
- Oh, oui, sauf que vous n'avez probablement pas de sentiment d'appartenance, docteur.
- Exactement.
- Je ne sais pas quoi dire.
- Va te mettre au travail, on verra.
- Tu as raison.
Bien sûr, je n'ai rien rappelé à Yaritza, si j'ai appris quelque chose tout ce temps, c'est que ce n'est pas bon de rappeler à quelqu'un combien de temps elle doit vivre et j'avais vraiment quelqu'un avec qui m'entraîner.
J'ai commencé à travailler sur mon projet, comme je suis d'accord avec Alves, tout me semblait si clair, comme si j'étais motivé par un désir effréné de passer par les étapes des travaux le plus tôt possible, quelque chose me disait que je devais être de son côté Yaritza, ne me laisse pas perdre, mais tout cela m'a dit que je ne pourrais pas garder une telle beauté en échec.
J'ai décidé de passer une nuit et une journée avec Savin, et immédiatement après le quart de travail, je suis allé à l'hôpital. Savin était assis dans le fauteuil confortable de la pièce avec un manuel à la main.
- Bonsoir, mec!
- Père!
Nous nous étreignions depuis longtemps, me faisant pleurer, car je ne l'avais pas vu dans cette position depuis très longtemps.
- Écoutez, saviez-vous que j'étudie aussi le roumain?
- Ne pas!
- Ils m'ont dit que je ne devrais pas oublier mes racines.
- Quel type d'enseignant avez-vous?
- Oh, leur professeur de langue roumaine, pour ceux qui veulent étudier la langue roumaine, vous comprenez.
- Je doute qu'un Portugais souhaite étudier notre langue.
- Je pense qu'il s'adresse uniquement aux enfants roumains.
- Oui.
- Oh, j'étudie aussi le grec!
- Bien, je suppose que le professeur… est… si tu te souviens d'elle.
- Oh oui! Parfait! Autre chose, des professeurs réguliers, des hommes en général, mais je suis content de parler moins souvent, ils m'ont dit que si j'étais en classe, je n'avais aucune chance de suivre mon portugais.
- J'y ai pensé moi-même. C'est pourquoi je n'ai pas insisté pour aller au gymnase avec le chariot.
- Oui, c'était dur. Maintenant je suis debout, je marche, mais sur de courtes distances.
- Ce sera bien dans le temps.
- Oui.
- Parlez-moi de votre nouvel ami, l'infirmière.
- Oh, elle est plus jolie que les taches de rousseur de Veronica, j'avoue il s'assoit, mais ne parle que le portugais et parfois ne suit pas.
- Ha, ha, ha! N'avez-vous pas dit cela aux enseignants?
- A propos de l'infirmière?
- Ha, ha, ha! Non, le fait que la vie de tous les jours ne suive pas le portugais, pour intensifier un peu la langue portugaise.
- Non, mais c'est une bonne idée.
- Je te crois aussi. Et?
- Oh fille! Il fait plus de grimaces, quand je lui dis de sortir prendre le thé dans le couloir, il dit qu'il ne veut pas me porter, même si je peux me rendre facilement sur le canapé du couloir.
- Peut-être qu'il ne veut toujours pas…
- Sinon, c'est très décent.
- Pourquoi n'apprends-tu pas l'anglais?
- Oh, je le voulais, a-t-elle dit, elle ne veut jamais quitter le Portugal, elle veut vivre ici.
- Je vois, mais aimez-vous le Portugal?
- Ha, ha, ha! Mis à part la petite baie de la villa d'Alves et ces hôpitaux, je ne la connaissais pas vraiment.
- Je te crois, mais ça s'en vient.
- Oh, à propos d'Alves! Il m'a dit que nous allions pêcher un week-end quand j'étais mieux physiquement.
- Juste toi avec lui?
- Non, elle m'a dit qu'elle avait parlé à l'infirmière, de ne pas prendre soin de moi, comme une amie.
- Il n'a pas dit de mauvaises choses sur moi?
- Pour donner! Il a dit de vous, lui seul vous laisse sans soucis, pour travailler sur votre projet.
- Qu'avez-vous répondu?
- Je lui ai dit que sans toi et Yaritza, je ne vais nulle part.
- Et qu'est-ce qu'il a dit?
- Oh, vraiment mauvais! Il a rougi comme un cancer, puis m'a dit que je ne savais pas comment apprécier les propositions de boyard.
- O! Il a appris le mot de moi, magnifique!
- Oui, puis il m'a dit que je pouvais au moins t'accompagner à la villa de ton ancien patron.
- Oh, il est guéri, non?
- C'est ce que je lui ai dit, rit-il en mourant, prêt à déchirer ma chaise.
- Bien.
- Écoute, tu connais cette gentille infirmière qui te fait du café?
- Oui, qu'est-ce qui ne va pas avec elle?
- Il m'a dit qu'il t'aimait.
- Maintenant, je pense que je pourrais échanger quelques phrases de plus avec elle, son portugais a un dialecte très difficile à comprendre.
- J'ai aussi remarqué. Il n'est pas de service maintenant, entrez ce soir.
- Eh bien…
- Oui, tu devrais prendre ton café du soir!
- Oui!
- Mec, mais tu n'aimes pas Yaritza?
- Oh oui! Cependant, un fichier aussi précieux n'est pas laissé au hasard.
- Pour savoir que tu as raison, fais quelques injections, je ne les sens même pas.
- Avez-vous d'autres injections?
- Oui, disent-ils, pour la main.
- Je comprends, mais pourquoi ne les mets-tu pas…
- Je lui ai aussi demandé, la substance est pour la masse musculaire, bien sûr.
- Oh, donc ça ne se comporte pas bien dans le sang.
- Quelque chose comme ça.
- Ah! Alors tu m'as mis une bonne batterie au cas où… ha, ha, ha!
- Oui, et vous, ou Yaritza a-t-il trouvé un homme riche?
- Non, pire, Alves ne t'a rien dit?
- Non, que peut-il me dire? Juste de belles blagues, c'est tout ce que je retire de lui.
- Très gentil de sa part.
- Et?
- Ah, Yaritza, t'a-t-il déjà dépassé?
- Comme une nuit, il a plaisanté avec moi et s'est ressaisi.
- Je comprends.
- Secret a toise!
- Oui, il veut juste aller à Paris.
- Avec Alves?
- Pourquoi, tu sais quelque chose?
- Oh non! Je pensais qu'il la voulait depuis longtemps, mais il ne pouvait pas l'atteindre.
- Je comprends. Oh non! Il veut être médecin, mec.
- Eh bien, n'est-ce pas cher? Ici, tout ce que vous prenez de l'autre côté, si vous n'avez pas de parents, vous avez tout gâché!
- Je l'envoie à l'hôpital.
- Oh oui! Vous voyez, tout l'hôpital me garde à l'école.
- En quelque sorte oui! Ha, ha, ha! Tu es là!
- Je sais, non!
- Ce que l'homme ne comprend pas, à cause des hormones!
- Oh, je pense qu'il met la main sur moi, ou il rompra avec moi.
- Oui très bien. Le Dr Alves m'a dit que le processus pharmaceutique était terminé, je vais peut-être vous donner quelques vitamines.
- Peut-être que je n'ai jamais demandé.
- Oui, je peux le découvrir!
- Oh, parfait! Assistance! Écoutez, je pense que vous devriez aussi commencer votre vie sexuelle.
- Ha, ha, ha! Pourquoi tu dis ça?
- Eh bien, tu pleures pour ta mère jusqu'à présent, ça suffit! Maintenant que tu es plus calme, j'ai pris le bon chemin.
- Et vous pensez que l'infirmière est un partenaire possible?
- Oh oui! Moi, j'ai commencé à rêver nu!
- Comment? Oui, pourquoi n'avez-vous pas rêvé de Yaritza, par exemple, elle n'est pas belle?
- Cet écureuil m'a forcé à manger, à apprendre, il les a tous commandés comme elle voulait.
- Mais ça d'ici?
- Elle admet qu'elle est jolie, elle est presque égale à Yaritza.
- Proche!
- Oui, à certains égards, il le dépasse vraiment.
- Tu me rends vraiment fou, Savin.
- Je lui dis d'aller chez elle, il est temps de se faire soigner, elle va être expulsée.
- Je pense que oui, mais le pire c'est que je t'ai empêché d'apprendre.
- Eh bien, je vais relire demain matin, je veux de bons résultats.
- Nous avons une réputation, non!
- Bien! Au fait, qu'avez-vous fait d'autre avec votre projet?
- Je monte sur Savin, j'ai atteint soixante pour cent.
- Oh, c'est parfait, bravo papa! Allez, tu es évacué, ils sont venus me poignarder.
- Je reviens.
Je suis sorti dans le couloir. Les visites étaient échangées depuis longtemps, il faisait assez sombre dehors.
- Bonsoir, Pascal?
- Bonsoir! Je ne sais même pas…
- Oh excusez-moi!
- Faites un bon café!
- Non, ça te plaît, c'est tout!
- Quel est leur nom?
- Comme tu veux, toi.
- C'est mieux.
- Bois-tu du café?
- Ha, ha, ha! Tu m'as donné tellement de café et je n'ai pas eu le courage de découvrir ton nom.
- Tu étais stressé Pascal. Douleur ...
- Oui, je veux du café.
J'ai brusquement arrêté de parler, parce que je me sens Je savais que ça m'affectait. L'infirmière a probablement ressenti la même chose, qu'elle est partie avec un visage rouge. Ce n'est que quelque temps plus tard que la visite était terminé, il a poussé sa tête hors du comptoir gai, me disant.
- Ce n'est pas encore prêt, je le mets pour tout le monde, après la visite, tout le monde vient à la cuisine et prend son café.
- Bien, bien! Merci!
Je me suis levé, mais il m'a fait signe de me rasseoir.
- Assieds-toi!
- Qu'est-il arrivé?
- Savin, faire l'hygiène du soir, n'est pas autorisée dans le salon.
- Je n'ai même pas remarqué mes yeux…
- Tome! Une! Comme tu es romantique!
- Oui, comme si tu me disais Pascal.
- J'ai vu que tu étais un peu grincheux, c'est vrai!?
- Pas du tout.
- Je vais prendre un café.
Yaritza est apparue à la porte d'entrée, m'a embrassé brièvement et m'a dit qu'elle voulait voir Savin.
- C'est l'hygiène…
- Ça n'a pas d'importance, je suis un professionnel de la santé.
- Attends une minute s'il te plait!" La jeune femme vient avec le café.
- D'accord, prenons un siège.
- Qu `est-ce qui t` arrive?
- Que faire…
De petites gouttes et de l'éclat sont tombés de ses yeux, je savais presque ce qu'il allait me dire, mais j'ai fait semblant de ne rien savoir. L'infirmière a apporté les cafés, la voyant si bouleversée, a-t-elle demandé.
- Quoi, est-il arrivé quelque chose à Savin?"
- Ne pas.
- Excusez-moi!
- Pascal, je vais chez Savin, après ça j'ai beaucoup de travail à faire.
- Je viens juste de quitter le travail, faites une pause.
- Non, les gars de l'hygiène sont sortis, allons-y.
Savin, il était à sa place dans son lit, prêt à dormir.
- Yaritza, comme je suis content!
- Savin, bonsoir! Quoi de neuf mecs?
- D'accord, Yaritza. Sachez que j'ai le maximum de notes en portugais.
- Ha, ha, ha! Très bien Savin, vois si tu as pratiqué avec moi!
- Oui.
- Savin, je te souhaite une bonne santé et des notes de lycée. Écoutez Alves, car il est très bon pour vous.
- Sans aucun doute, il a tout fait pour nous.
- Ce qui se produit? Demandai-je avec tension.
- Rien d'autre, Pascal.
- Savin, je ne sais pas ce que ton père t'a promis, mais je l'enlève ce soir, tu es d'accord?
- Oui, de toute façon ils font des vérifications de sommeil, nous ne sommes pas autorisés à rester éveillés tard, car je m'endors à l'école.
- Ha, ha, ha! Tu es mignon! Alors je t'embrasse garçon, prends soin de toi, fais attention aux garçons dans le sport en général.
- Oui! Rester calme. Bonne nuit!
- Bonne nuit!
- Bonne nuit, Savin!"
- Papa!
Nous sommes sortis pour Yaritza, qui désormais, en nous voyant dehors, pleurait à haute voix.
- Qu `est-ce qui t` arrive?
- Pascal, allons dans la petite baie.
- Allons!
J'ai marché sur la route en lui tenant la main, sans dire un mot, elle pleurait lentement. Il faisait assez chaud dehors et l'eau de l'océan n'était bonne que pour la baignade. Nous nous sommes arrêtés sur la petite parcelle de sable
- Maintenant?
- Pascal, déshabille-toi et tais-toi!
- Bien.
Une frénésie terrible nous a mis nus sur ce sable, nous ne savions plus où nous embrasser, nous avons fait l'amour jusqu'à épuisement, après quoi nous nous sommes jetés dans l'eau de l'océan, qui n'était plus si chaude. Je suis retourné sur le sable et l'ai tenue muette dans mes bras, regardant la belle lune, qui illuminait si magnifiquement les corps vides.
- Pascal, tu as quelque chose à boire?
- J'ai peut-être une bouteille… que j'ai toujours reportée.
- Toujours dans ce contexte?
- Reconnaissez…
- Vous avez toujours un projet?
- Oui, moins de cinquante pour cent
- Très bien.
Nous sommes entrés dans la maison, assis tout aussi nus sur le canapé du salon, avec le verre de force entre les jambes de Yaritza, qui avait enfin trouvé sa sororité, ivre.
- Pascal ...
- Ne me dis rien.
- Pourquoi?
- Supposons que rien ne se passe, et nous.
- Non, Pascal! Je vais vraiment à Paris.
- Doit?
- Oui, réfléchis! L'école là-bas avec mon argent, je n'aurais jamais pu!
- C'est comme ça.
- Oui, je pars avec un avant-goût
- Ne dis rien, Yaritza.
- Tu m'as rendu fou, tu n'entends pas que je pars!
- Très bien, je viendrai te voir.
- C'est comme ça que tu viens de chez toi, Savin?
- Savin, Alves voulait toujours être son grand-père, écoute, il a une chance à l'époque.
- Ha, ha, ha! Je pense que vous vous rendez compte que vous devez terminer votre putain de projet, car c'est la seule façon de pouvoir retirer de l'argent d'Alves et.
-Tu as raison.
- Elle ne te donnera jamais d'argent pour venir coucher avec moi.
- Non, autant qu'il te veut, tu te rends compte!
- Ça va me confondre pendant un moment, jusqu'à ce qu'il soit saturé, comme ici.
- Alors, tenez-vous bien!
- Je ne peux pas coucher avec un homme marié.
- Attends une minute, n'est-il pas divorcé?
- J'ai compris autre chose.
- S'il vous plaît, passons en revue les détails, c'est la vie de l'homme, faisons ce qu'il veut.
- Oui, tu as raison, peut-être qu'il viendra même vers moi, je ne céderai pas de toute façon.
- Aha très bien!
La discussion aurait continué, mais la colère de l'alcool est sortie et nous sommes allés dans la chambre pour commencer un nouveau jeu de sexe fou. Le matin est venu très vite, la bouteille maintenant vide, nous étions étourdis par son contenu. Yaritza voulait lui dire au revoir, en partant pour Paris le jour même. J'ai résisté avec véhémence en la conduisant chez elle, d'où elle a pris ses bagages, ce qui était déjà fait. Bien sûr, il ne s'est débarrassé de moi qu'à l'aéroport.
- Pascal, fais ce projet!
- D'accord, Yaritza. Oui, tu ne peux pas venir de temps en temps?
- Avec quel argent? Petite bourse, si elle atteint s Je mange d'ailleurs, je ne parle plus!
- Au revoir, Yaritza!
- Pascal, le projet! Ne pas oublier! Au revoir!
Je suis rentré chez moi en pensant que je ne la reverrais plus jamais. Le seul qui me tiendra informé sera le Dr Alves, pauvre de lui, ce n'est qu'avec son aide que je pourrai passer, mais surtout avec son histoire d'amour. Maintenant que je me souvenais de lui, les paroles de Yaritza, qui me disait qu'Alves était une personne mariée, ne pouvaient plus me traverser l'esprit.
J'aurais aimé mettre du sel sur la blessure du médecin, mais je n'avais aucune chance, je pense qu'il savait avant moi à quelle heure Yaritza prendrait un avion, mais il ne pouvait pas se présenter là-bas car il était presque convaincu que je serais à l'aéroport.

.  | index








 
shim La maison de la litérature shim
shim
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .