agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Article Communautés Concours Essai Multimédia Personnelles Poèmes Presse Prose _QUOTE Scénario Spécial

Poezii Romnesti - Romanian Poetry

poezii


 
Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 138 .



La main de mon garçon 11
prose [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [mihai andrei ]

2022-04-08  |     | 



On m'a dit de me rendre d'urgence à l'hôpital qui a gardé Savin en vie, à qui nous devions tout, pour l'aide qu'il nous a apportée. Je n'étais pas encore sûr de la cause, mais j'ai tout laissé tomber et je suis retourné. A l'entrée de l'hôpital, Tereshinha, le chirurgien de Savin, m'attendait.
- Bonjour docteur!
- Bonjour Pascal!
- Qu'est-ce qui brûle, docteur?
- Ton fils, arrête de nous écouter.
- Sens?
- Il nous a terrifiés, il est collé à la fenêtre depuis le matin, il secoue ses poignets, mais il n'abandonne pas.
- Mais comment est-il arrivé là-bas?
- Un écart de surveillance.
- Je comprends. Personne n'est à blâmer, rassurez-vous!
- C'est exactement ce dont je voulais parler.
- Monsieur Tereshinha, je ne vais pas me plaindre, je suis un pou, qui n'a aucun mot de remerciement pour tout ce que vous avez fait pour nous. Notre existence entière appartient récemment au système hospitalier ici.
- Toujours, M. Pascal.
- Croyez-moi, je suis pleinement connecté avec vous, M. Alves, pour qui j'ai également toute ma considération. Nous sommes venus sans espoir, mais maintenant nous l'avons. Il est vrai que les requins ont également contribué à quelque chose ici, mais dans l'ensemble, les médecins de Savin n'avaient aucune valeur sans vous.
- J'espère que quand tu le verras, tu garderas tes idées.
- Allons-y, M. Tereshinha, il nous attend.
- Prépare toi.
Savin sortait du lit, suspendu à la poignée de la fenêtre, sa bonne main, rouge comme un cancer, pleine de sueur, regardant par la fenêtre.
- Venir!
- Papa, il m'a dit de lui faire signe de la fenêtre!
- Qui?
- Veronica, va maintenant à l'école, près de ma fenêtre.
- Eh bien, il ne savait pas que tu ne pouvais pas supporter.
- J'ai promis!
- Oui, je vois ça, tu l'as vue?
- Non, il doit passer maintenant.
- Peux tu rester?
- Oui.
- Alors je te laisse voir Veronica, je reviens.
- M. Pascal, s'il vous plaît!
- Sortons.
- Donc?
- Pouvez-vous déplacer le lit vers la fenêtre?
- Je pense que oui, nous pouvons le lever et, en principe, oui.
- Ensuite, mettez-vous au travail avec un fauteuil roulant.
- Oui, je vais appeler les gens tout de suite.
Je pris le fauteuil roulant, entrant avec joie dans la chambre de Savin.
- Écoutez, nous ferions mieux d'aller à la porte de l'hôpital et de parler à Veronica alors qu'elle se rend à l'école.
- Le chirurgien n'est sûrement pas contrarié?
- Bien sûr… je pense que c'est…
- Oui je sais. Aidez-moi à monter dans le panier.
- Reste où tu es, je n'ai pas la formation pour te trouver, j'ai besoin d'aide.
- Et?
En même temps, deux jeunes et belles infirmières sont entrées.
- Regardez ce que je vous ai préparé!
- Donc oui! Restez assis sur la chaise!
Ensemble, à leurs instructions, nous l'avons placé dans un fauteuil roulant, en l'attachant à des sangles spéciales.
- Où allons-nous maintenant?
- Sur la route en question.
- Je ne crois pas…
- Bonjour! M. Pascal, je ne pense pas qu'il soit prêt pour l'air extérieur.
- Nous verrons.
Les deux belles filles l'ont pris par la main, toutes commençant par les applaudissements de tout le personnel de l'hôpital, qui était là à ce moment-là. Nous avons quitté l'hôpital et nous sommes assis sur le chemin indiqué par Savin. Pendant ce temps, Alves et Yaritza sont apparus, me regardant avec horreur.
- M. Alves! Nous allons emmener Veronica à l'école.
- Très bien, Savin.
- Comment va Pascal? Alves souffle dans mon oreille.
- Très mauvais. Je lui ai répondu de la même manière.
Yaritza, elle posa sa main sur mon épaule, m'encourageant, Alves ne s'échappa pas, mais hocha la tête comme un parent heureux à son fils.
- Quelqu'un doit mettre Veronica sur le sujet.
- Tu as raison, je ne pense pas qu'il puisse durer trop longtemps dehors.
- Comment on fait un médecin?
- Dans le pire des cas, il s'évanouira, on l'emmène dans son lit et c'est tout.
- Rester…
- Non, ne lui fais pas de mal.
- Je poursuis Veronica.
- Merci Yaritza! Dis-je en plaçant Savin sous une orange pleine de fruits.
C'était moi, le Dr Tereshinha, le Dr Alves, les deux belles infirmières et la gentille infirmière qui nous servaient parfois du café, nous regardions tous Savin avec étonnement, prêts à intervenir en cas de besoin. Le problème était que personne ne s'est présenté avec le sac à dos, pas même un autre enfant.
- Entendez-vous le docteur, quand l'école commence-t-elle ici?
- Ça devrait commencer… Je ne sais vraiment pas, laisse-moi parler aux filles… Je suis plus jeune. Dit le Dr Alves, confus.
Bien sûr, l'attente pour nous a été beaucoup plus difficile que pour Savin, car nous ne savions pas combien de temps cela durerait.
- Savin, tu ne veux pas que nous nous couchions, je reste ici pour attendre Veronica, puis on s'arrête chez toi, c'est beaucoup mieux… pour…
- Oh non! Veronica a des leçons à apprendre! Il n'a pas de temps pour moi.
- Eh bien, cinq minutes peuvent s'écouler.
- Non, non! Le portugais est dur, Veronica doit arriver tôt.
- Pascal! Alves m'a pris à part.
- Oui, docteur.
- L'école commence dans deux semaines, je suis désolé.
- D'où a-t-elle obtenu les informations? J'ai fait signe à l'infirmière de nous rejoindre.
- Veronica, est-elle déjà venue chez Savin?
- Non, pas du tout depuis qu'ils ont déménagé à l'hôpital.
- D'où viennent les informations de l'école?
- Nous ne savons pas. Les seuls avec qui il parle portugais, aussi bien que possible, sont les moniteurs de physiothérapie, nous parlons généralement anglais, nous pratiquons rarement le portugais.
- Serait-il possible pour eux d'avoir ces informations d'eux?
- Exclus, a déclaré le Dr Tereshinha, chirurgien de Savin.
- Pourquoi?
- Il ne leur parle que des exercices, j'ai assisté à toutes les réunions, c'est ma main, monsieur.
- Je te crois, alors d'où?
- Je pense qu'il s'est imposé à lui-même. Dit Alves.
- Comment? Je ne crois pas.
- La fille n'est pas venue du tout, et il a tout mis à l'école, pour un autre type de réunion, bien sûr.
- Oui, le problème est plausible. Comment le fait-on maintenant?
"Nous attendons Yaritza, peut-être que nous allons le résoudre.
Finalement, Yaritza est venu seul. Il avait presque envie de pleurer, mais il s'approcha de Savin, souriant et s'agenouilla devant lui.
- Bébé, je viens de la maison de Veronica maintenant, mais à ma grande surprise, elle n'était pas à la maison.
- Oui, où est-il! Dit Savin, les larmes aux yeux.
- J'ai découvert auprès des voisins qu'elle devait signaler à la police.
- Quoi… quelle police?
- Tu connais toute l'histoire avec son père, maintenant elle et sa mère sont au commissariat.
- Oui, Cecilia… elle ne va plus travailler avec son père?
- Oh oui! Seulement aujourd'hui étant leur jour de congé… ils ont été appelés
- Je comprends. Ils ne passeront donc pas aujourd'hui, mais je suis ici demain.
- C'est exactement le problème, il y restera environ deux semaines, il y a beaucoup de documents à lire, à signer, alors vous savez comment c'est avec le portugais…
- Oh oui! Mais Veronica, elle est la meilleure!
- C'est pourquoi sa mère l'a sacrifiée pour résoudre ce problème.
- Je comprends. Ensuite, dans deux semaines, je sortirai seul.
- Il est possible, maintenant le Dr Tereshinha, vous voit différemment, j'espère qu'il vous permettra de récupérer,
- Ce n'est pas sûr!
- Comment?
- Eh bien, à partir de maintenant, je vais sortir du lit seul et faire des exercices, quand les garçons des sports viendront, je leur demanderai sur quoi travailler.
- Je vois, Savin.
En peu de temps, nous sommes tous entrés à l'hôpital, les gens là-bas ont entre-temps préparé une autre pièce pour lui, avec les fenêtres au sol, sur laquelle on pouvait facilement voir la route ciblée par Savin. Nous avons tous poussé un soupir de soulagement, et je me suis assis avec lui au lit jusqu'à ce qu'il soit fatigué de parler, s'endormant épuisé. Je ne pouvais même pas sortir de là, mes yeux pleuraient de larmes, même si je ne voulais pas du tout m'exposer, je ne pouvais pas l'arrêter.
Finalement, Yaritza est apparue dans l'embrasure de la porte, faisant un geste de son index vers mes lèvres et l'autre m'appelant. Je ne savais pas comment procéder, parce que je ne voulais pas que Savin reprenne mon mouvement, mais Yaritza m'a regardé fermement et j'ai essayé, sortant presque de l'hôpital en rampant presque.
- Qu'est-ce qui ne va pas avec toi, Pascal?
- Je ne sais pas.
- Tu pleures pour l'amour de ton fils?!
- Peut-être aussi. Je pensais que s'il était en bonne santé, il sortirait probablement avec des étincelles, combien il est combatif.
- Alors vous avez son exemple.
- Oui, voici une belle remarque Yaritza, seulement j'ai tellement combattu avec mon fils que je suis devenu une personne…
- Arrêter de parler.
- Pourquoi?
- Allons-y…
- Pas maintenant.
- Pas idiot! À la plage sous la maison d'Alves, bien que tout cet endroit, je…
- Alors tu es parti à cause de ses avances?
- C'est peut-être pour ça.
- Je ne peux pas croire que cela signifie
- Je me soucie de lui, je l'avoue, mais je ne peux pas l'aimer.
- Pourquoi?
- Je ne sais pas, peut-être qu'il insiste trop, mais ce ne serait pas la vraie raison non plus, je pense qu'il vit toujours dans son esprit avec sa femme.
- Oui, je l'ai remarqué aussi.
- Je pense que Savin a aidé à rendre cela encore plus clair.
- Je comprends que ça ressemble étrangement à…
- Oui, Pascal. Comme deux gouttes d'eau.
- Je ne sais pas, j'espère qu'il n'a fait aucun voyage en Roumanie.
- Tu n'étais pas là avec elle?
- Oh oui!
- Alors il ne t'aurait pas vu.
- Ha, ha, ha!
De discussion en discussion, nous sommes arrivés à la plage, l'eau n'était pas bonne pour la baignade, les courants étaient probablement à blâmer, car je ne voulais pas penser à l'hiver, dans le sens de la maison. Yaritza était assise sur le sable avec un pied sous elle et regardait l'océan en silence. J'étais si calme, mais la pensée a volé vers Savin, qui était tellement amoureux, j'ai souri à la pensée, mais en même temps en regardant Yaritza, mon cœur a souri de joie.
- Écoutez, nous devons trouver une fille pour Savin, oubliez Veronica.
- Ha, ha, ha! D'où vient Yaritza, avez-vous oublié que nous sommes des touristes?!
- Oui, tu as raison. Cependant, il doit y avoir quelqu'un à l'intérieur.
- Comment?
- J'ai une fille Physiothérapeute, qui travaille à l'hôpital, je vais parler à Tereshinha, pour lui donner la fille…
- C'était comme s'il y avait deux gars avec le spot, du moins c'est ce que j'ai compris de Savin.
- Oui, ils sont plus au massage, cela l'a aidé à arroser Savin, à avoir une meilleure circulation assis au lit, et sa main malade devait également être bien oxygénée avec de tels exercices, mais ils ne sont pas orthopédiques.
- Je comprends.
- Oui. Savin a besoin de reconstruire ses muscles périphériques, ses jambes…
- Je comprends cela aussi, Yaritza.
Je l'ai embrassée passionnément, car je ne pouvais pas l'empêcher de l'exposer à Savin, même si j'étais intéressée, mais je me suis évidemment rendu compte que j'aurais beaucoup de travail à faire, surtout matériellement. Le temps passa rapidement avec cette femme elle est magnifique, même si j'étais à peu près sûr que c'était juste un caprice de la sienne, je ne pouvais pas m'empêcher de l'apprécier.
Je suis restée seule la nuit, parce que Yaritza était de service, et je ne voulais même pas penser à Cecilia, même si quelque chose grinçait en moi, je voulais savoir ce qui lui arrivait, parce qu'elle avait si froid, plus a choisi sa fille, qui était si folle de Savin. Je ne m'assis plus par terre, il faisait froid ce soir-là, je me dirigeai directement vers le lit dans la chambre, prenant un livre à la main, pour calmer mes pensées. Un coup à la porte m'a fait un peu sursauter, mais il était trop tôt pour Cecilia, mais il était trop tard pour que Yaritza vienne, alors je suis allé tranquillement.
- Bonsoir Pascal!
- Qu'il en soit ainsi, docteur! Entrer!
- Écoutez, appelez-moi juste Alves, nous ne nous connaissons que depuis longtemps,
- Je comprends. Je pense que de cette flatterie, vous allez me dire quelque chose de laid.
- Ha, ha, ha! Non, asseyons-nous!
- Ha, ha, ha! Sentez-vous comme ça…
- Pascal, je voulais te demander… mais mieux… non…
- Je ne sais pas quoi dire, docteur. Je pense que c'est son humeur, mais la fille avait l'impression que tu n'étais pas avec elle.
- Crois ça?
- Oui définitivement. Quelque chose à boire?
- Non, j'ai encore du travail à faire.
- Moi non plus, je vais travailler le matin.
- Au fait, comment allez-vous avec ce service?
- J'ai commencé à aimer ça, je ne peux pas expliquer pourquoi, mais comme ça, c'est comme si je fais quelque chose d'utile.
- Et tes projets?
- Dès que je me calme, je gagne en force.
- En parallèle, je suppose?
- Ai-je une autre option?
- Probablement! Si je vous adoptais!
- Ha, ha, ha! Ce serait bien de devenir son beau-père!
- Si possible…
- Écoutez docteur, je ne comprends toujours pas, je rencontre toujours ma femme la nuit, mais elle est morte ou à…
- Pascal est différent de moi, elle est vivante, moi aussi, seulement nous ne sommes pas compatibles, c'est tout.
- Je comprends qu'il est avec quelqu'un, non?
- Bon sang! Cela me fait me battre, je pense que c'est ce que Yaritza a vu en moi. Je suis toujours très têtu.
- Donc?
- Oui, ça l'est! C'est juste qu'il soit un très vieil animal qui lui donne envie.
- Et les autres?
- Ça ne me rappelle pas!
- Pourtant, le garçon est avec elle, à cet âge il sent presque tout, regarde Savin.
- Oui, je regarde et vois ça.
- Quand?
- Eh bien, peut-être que mes grands-parents aiment ça, ma famille n'a pas vécu longtemps.
- Tu n'en as pas?
- Non, ils ont disparu dans un accident, dans un de ces ravins, à la villa de votre ancien propriétaire.
- Je vois, je suis désolé.
- Il est certain que je ne peux pas toucher cette fille, elle est trop ressentie, je l'ai remarqué aussi.
- Si vous le voulez comme trophée, ce n'est pas le type.
- J'avoue, je le voulais comme trophée, c'est peut-être ce qu'il ressentait, même si j'ai très bien masqué le problème, dis-je.
- Il m'a dit personnellement, si cela vous plaît, qu'il se sente proche de votre femme.
- Je te crois maintenant, j'espère que tu ne me rassures pas seulement, mon garçon.
- Non, c'est la vérité.
- Tu t'intéressais à Cecilia, que se passe-t-il avec cette fille?
- Je ressens un peu ce qui se passe.
- Je ...
- Laisse-moi ce soir, il y en a eu assez aujourd'hui.
- Pourtant, cette femme était avec toi.
- Oui, j'ai tendance à croire l'explication de Veronica.
- La fille est décongelée, j'avoue. Je ne comprends pas ce qui la rendait si en colère, elle n'a pas du tout attrapé Savin, un tel rhume…
- Nous sommes roumains, docteur.
- Nous sommes portugais, mais nous pouvons aller à Paris, oui!
- Je comprends. Oui, quel âge a le parisien?
- Eh bien, environ sept, huit là-bas.
- Ha, ha, ha! C'est comme ça que tu appelles grand-père?
- Je n'avais rien à blâmer, mec.
- Je comprends.
- Je suis venu pour vous réconforter, mais en fait, c'est le contraire qui s'est produit.
- L'ironie de mon sort, docteur! Alors tu ne me fais pas sortir de la maison, hein?
- Ha, ha, ha! Quelle est cette absurdité? La maison était seul ici de toute façon, étant habitée, elle a l'air différente.
- Tu as raison.
- Pourtant, tu ne veux pas savoir?
- Eh bien, je ne vais pas travailler demain, je découvre par sa bouche.
- Yaritza, il ne t'a rien dit.
- Non, nous avons parlé de Savin. Soit dit en passant, je comprends qu'elle est une physiothérapeute plus jeune, est-il possible de tourner son esprit vers cette fille?
- Oui, tu sais que j'y ai pensé aussi.
- Et?
- Je vais en parler à Tereshinha, nous occuperons son esprit d'une autre beauté.
- O! Est beau?
- Oui, mais tu serais dans la position de ma femme. Ha, ha, ha!
- Ha, ha, ha! Ça ne peut pas être, vous êtes vraiment obsédé docteur!
- À vous de me dire!
- Ha, ha, ha! Grand-père, j'aime la posture, je m'en souviendrai!
- Quand je te vois si calme, j'ai l'impression que…
- Docteur, j'ai vécu tellement de choses ici, je ne vous dis pas que je suis rentré avec d'autres.
- Oui, je veux que tu sois prêt demain, s'il te dit la vérité, c'est un homme très, très spécial.
- C'est…
- Je ne le conteste pas, oui… je ne le suis pas, maison, voiture, enfant à l'hôpital, argent.
- Assez, ne faites pas de liste!
- Tu es fou, Pascal.
- D'accord, vous m'avez convaincu, docteur, je vois que votre langue vous mange, mais vous savez que cela renforcera encore plus l'autre connexion.
- Tu n'as pas dit que c'était une blague.
- Oui, et j'ai dit autre chose.
- Quelque chose… attends je sais… d'après ton jeu, le tien avec Cecilia, qu'elle ne se prostitue pas! C'est bon?
- Ouais, vous m'étonnez, docteur.
- Donc?
- Jouons cette phase avec la vérité, je te cherche demain soir?
- Rentre à la maison, je serai au bureau, comme d'habitude!
- D'accord, arrête de me faire bouillir!
- Je meurs de curiosité, dis-moi la vérité, mec! Sinon m Je suis contrarié!
- Bien sûr, je n'ai rien à perdre.
- Tu es là.
- Donc?
- Bien, bien! Ne t'inquiète pas tellement, que tu sois un peu plus jolie, un peu plus jeune, comme moi!
- Répertoriez-vous?
- Ai-je tort?
- D'accord, papa, dis-moi!
- J'aime ça, tu me demandes!
- Je pense que vous aimez me tourmenter, docteur.
- Content que je ne sois pas chirurgien!
- Ha, ha, ha! Tu es là! Tondre.
- Eh bien Pascal, le gars est un vieil homme, s'il vous plaît, de l'hôpital, un médecin, pour ainsi dire, le gars qui a la fille, la française, pour mieux comprendre.
- Oh, le gars avec la petite fille, l'amie actuelle de Veronica.
- Oui!
- C'est juste qu'il ne soit pas si vieux! Comme vous dites docteur.
- Eh bien, comme ça, environ sept ou huit ans, là!
- Écoutez docteur, ça vous réconforte vraiment qu'il soit français, environ sept, huit ans de plus, il ressemble un peu à…
- Puisque nous sommes dans le même pot, je ne comprends toujours pas ce que Yaritza a vu en toi et moi, non!
- Ouais, peut-être que tu as raison docteur, donc tu voulais aller là où ça fait mal.
- Crois-moi, oui, je ne comprends pas pourquoi je ne suis pas tombé!
- Eh bien, je ne vous ai pas dit qu'elle n'était pas une prostituée!
- Eh bien, pour utiliser le même langage, tu n'as pas dit que c'était juste une blague, alors qu'est-ce que ça veut dire?
- Je pense que oui, je ne lui ai pas demandé.
- Alors tu as Pascal avec moi, tu me protèges.
- Je fais ce que je peux, Dr Alves.
- Beau caractère.
- N'oubliez pas que la vie de mon fils est presque entre vos mains, docteur. Avant de tout juger, sous l'émotion du moment.
- Je comprends ce que tu dis Pascal, mais je ne peux toujours pas te faire sortir de la maison, ça ne te dit rien?
- Je sais que tu tiens beaucoup à ton travail de recherche, mais tu pourrais me donner…
- Et vous avez continué, comme vous l'avez fait depuis votre arrivée au Portugal.
- Oui, tu as raison, mais tu m'as donné la maison avant que le requin ne mange la main de Savin.
- Oui, vrai Pascal, le garçon m'est cher, tu m'as rattrapé.
- Donc?
- Oh, c'est ce qui me fait le plus peur.
- Je ne comprends pas.
- Que Yaritza a le même sentiment.
- Yaritza, elle a un fils qui ressemble à Savin, parce que je ne comprends rien, docteur!
- Ha, ha, ha! Ne pas! Ici tu m'as rattrapé, prêt!
Nous avons dit au revoir et je vais au bureau demain soir avec la réponse.
Rien ne m'a fait plus mal que la ruine d'une amitié si magnifiquement construite. Je voyais le chien, ne me permettez pas la maladie de Savin, sur la pelouse devant la maison, avec les deux enfants jouant fort, Veronica frappant Savin sur la tête, et il approuvant calmement toute son usure. De plus, nous pourrions encore être de bons amis, toujours nous entraider comme le font nos amis, mais non, elle a simplement fermé la porte à nos amis. À partir de maintenant, je ne savais pas ce que disait Cecilia, je voulais juste rencontrer mon adversaire, j'étais tourmenté à l'idée d'être rejeté si brutalement et je voulais voir si toute cette histoire était imposée par l'autre.
Le matin je n'ai pas rencontré Cécilia, dans les vestiaires comme d'habitude, Yaritza est sortie du quart de travail et avait l'air si fatiguée qu'elle ne pouvait que m'embrasser avec un sourire candide. Je suis allé au salon, mais Cecilia a plaisanté, puis j'ai demandé autour, si mes collègues savaient quelque chose à son sujet, j'ai compris qu'elle était d'accord pendante environ trois jours, j'ai même souri parce que je pensais à l'histoire racontée par Yaritza, à Savin, qui correspondent parfaitement. Comme d'habitude, la journée de travail à l'hôpital s'est déroulée extraordinairement vite, quand on arrive au travail, le temps passe vite, en sortant, bien que ce soit le soir, j'ai mangé pour aller à Cecilia, désormais j'étais inquiet, car elle pouvait être malade au lit, mais à l'horizon devant moi se trouvait le restaurant où je travaillais tout l'été, voyant qu'il faisait clair, je suis allé mendier une bière de mon ancien patron.
- Bonsoir!
- Bonsoir Pascal!
- Que faites-vous, patrons, comment vous gérez-vous?
- Je me défends des mouches, Pascal. Je ne sais pas pourquoi je viens ici, mais entre les murs de la maison…
- Eh bien, tu n'as pas dit que tu avais une… si… belle fille!
- Eh bien, avec toi! Je n'ai pas de chien, c'est une grande responsabilité, Pascal. Oui toi?
- Moi, je suis au Nurse Hospital, je n'avais pas le choix, je n'ai pas d'argent pour l'avion, car je rentrais chez moi.
- Je te crois, mais Savin va bien ici.
- Surtout pour lui, je suis resté, sinon je pense que je pourrais trouver un sponsor pour l'avion.
- Je comprends que tu es sur une tranche avec l'infirmière d'Alves, je ne pensais pas
- Qui te l'a dit?
- Alves.
- Oh, je pensais… Cecilia…
- Cecilia, elle vient de me demander la clé de la villa.
- Pour quoi?
- Je ne sais pas exactement, car Alves, il m'a dit que le docteur Cecilia est avec maintenant, à de l'argent à revendre, je me suis retrouvé avec un tel masque.
- Alors pourquoi lui as-tu donné la clé?
- Parce qu'elle a négocié avec elle, je suis honnête.
- Alors il n'est pas sûr du Père Noël…
- Il n'est pas vraiment vieux, peut-être quelques années de plus que toi.
- Eh bien, restez-en là, a-t-il dit.
- Entendre! Oui, je vois que tu as cette fille, comment le roumain t'a échappé, parce que tu étais dans sa langue, c'est vrai qu'elle n'a cédé à personne pour autant que je sache, mais peut-être que ce vieil homme, comme tu dis, a trouvé son petit.
- Tu as dit que tu ne le connaissais pas?
- Je ne voulais pas t'énerver, Alves en sait plus.
- Donc?
- Oh, je ne sais pas avec qui il est parti, j'étais juste étonné, tu sais. J'ai dit, parce que le Père Noël a de belles villas, pas des huttes comme la mienne.
- Tu m'as fait suspecter.
- Pourtant, elle était très heureuse quand elle a pris la clé, y compris cette maudite petite fille.
- Oui, vieil homme?
- Quel vieil homme? Oh, je ne l'ai pas vu!
- Peut-être qu'il a des gardiens dans ces villas, il n'y a personne chez toi.
- Oui, ça aussi, mais je ne comprends toujours pas, c'est ma vie! Je fais ce que je veux, non!
- Tu as raison, quelque chose n'a rien à voir avec ça, peut-être qu'elle voulait me rendre jalouse, peut-être que j'étais trop douce pour elle.
- Tu n'étais pas un Pascal doux, la femme n'était assise avec personne, je pense qu'elle a été maudite par la bouche du requin.
- Ha, ha, ha! Alors ses derniers mots, de la bouche du requin, étaient une malédiction, tu es un homme terrible!
- Dois-je vous donner de la force, la bière me gâche-t-elle l'estomac?
- Tu ne travailles plus?
- Tu es affreux Pascal, pour qui?
- Il y a quelques vieillards là-bas.
- Je pense qu'ils les emmèneront à la morgue là-bas, et je n'en retirerai rien.
- Ha, ha, ha! Tu n'es pas bon, patron!
- Tu essayes! Vous réalisez maintenant que vous connaissez aussi le portugais!
- Ha, ha, ha! Je ne crois pas!
- Ecoute, j'ai bu toute la nuit, de toute façon, mais je veux les voir laisser de l'argent ici aussi, ils le savent, mais ils sont avares.
- J'y mettrais mon nez, mais je veux voir avec qui Cecilia est à la villa.
- Elle te mange, tu es folle, même si elle est seule, ça n'a toujours pas d'importance, la femme ne veut pas de toi, sinon paix, paix.
- Je n'arrive pas à croire que les patrons vous a dit ça, mais s'il veut me rendre jaloux?
- Jaloux de ce qu'il ne t'a rien donner!
- Ne pas. Je voulais mettre ta barre dans mon estomac, parce qu'il ne te reste qu'un estomac, mais je vais le voir de mes propres yeux, patrons.
- Comme tu veux, Pascal.
Pendant tout ce temps, Alves est entré dans la porte du bar avec un sourire sur son visage, a étreint son patron, a changé ses mots en portugais, puis s'est approché de moi.
- Dr Alves, il ne pense toujours pas que sa femme est allée dans ma villa avec ce riche médecin. Dit lui!
- C'est vrai Pascal.
- Vous savez tous comment il pourrait aller à la caserne avec l'homme riche, comme vous le dites.
- Pascal pense que, chez vous, vous avez peut-être dormi paisiblement, mais le riche est un brave inconnu.
- Vous avez raison, docteur! Tu es géniale, elle aurait dû se prostituer, c'est comme ça qu'elle est maîtresse, s'il te plait, elle est venue avec la clé et fait ce qu'elle veut.
- Droite.
- Maintenant, nous pouvons boire un verre.
- Légèrement, maîtresse, docteur, ne devriez-vous pas m'attendre au bureau?
- Oui, je voulais recueillir plus d'informations pour vous, mais je vois que vous êtes à jour, je voulais juste des confirmations.
- Je comprends, alors patrons, donnons un verre aux riches!
- Maintenant que le Dr Alves est venu, vous n'avez plus de plaisir!
- Je comprends qu'il a de l'argent, mais je n'ai pas d'argent, laissez-moi payer mon verre.
- Oui, mais cette fois tu as un seuil!
- Eh bien, ce n'est pas comme ça que nous nous entendions!
- Ha, ha, ha! Vous nous le devez, vous devez retirer la boisson du médecin, même si je l'ai perdue toute la journée en vain, mais je suis heureuse que vous la terminiez avec de vrais amis.
- Ecoutez docteur, vous n'aviez pas d'emploi au bureau?
- Pascal, enfant! Tout d'abord, c'est très risqué sur cette route pendant la journée, mais la nuit, et vous n'avez rien à perdre si vous attendez de voir ce qui se passe.
- Vous avez raison, docteur!
- Alors au boulot Pascal, fais-nous un show d'honneur!
- Boss, vous m'avez convaincu!

.  | index








 
shim La maison de la litérature shim
shim
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .