agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Article Communautés Concours Essai Multimédia Personnelles Poèmes Presse Prose _QUOTE Scénario Spécial

Poezii Romnesti - Romanian Poetry

poezii


 
Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 140 .



La main de mon garçon 9
prose [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [mihai andrei ]

2022-04-02  |     | 



Savin, il a commencé à se sentir mieux, il était vraiment en paix avec sa main attachée, et le Dr Alves ne l'a pas du tout perdu de vue, bien que les heures de récupération n'aient pas commencé, le massage quotidien lui a apporté une certaine mobilité au lit, peut-être que j'avais appris à bouger avec lui, mais qu'il pouvait obtenir son livre de contes dont je l'ai lu, il fit de son mieux pour porter la tasse à sa bouche, mais il trembla quand même. Le Dr Alves était le plus optimiste d'entre nous, et quant à Veronica, je pense qu'elle a fait presque tout le travail pour le cerveau de Savin, cela ne l'a pas affaibli du tout, mais il n'a montré aucun signe de répulsion non plus, il était convaincu qu'il était quelqu'un avec il.
Bien sûr, tout cet état de bien-être m'a rendu plus optimiste, même si l'automne commençait, il y avait toujours du monde au pub et la chaleur nous gênait toujours. Le patron était très content de moi, mais le jour est venu où il m'a expliqué tranquillement qu'en hiver, je prie quelque chose comme l'été dans notre pays, peut-être un peu tard l'automne à certains endroits, mais c'était encore l'été pour moi, le nombre de touristes étrangers diminue , c'est parce qu'ils pensent que le temps est mauvais ou peut-être parce qu'ils vont skier, qui sait, et pendant cette période nous allons travailler avec une pause de nuit, bien sûr ça me convenait de dormir à la maison, seulement que tout était fait à moitié . Même Cecilia, bien qu'elle ne soit venue que peu de temps avant nous, c'est-à-dire en hiver dans notre pays, ne pouvait pas comprendre, car tous les calculs portaient sur la paie d'été. Savin sera le plus touché, car les exercices orthopédiques étaient sur le point de commencer, ce qui, je suppose, devait être payé. On savait que le salaire d'hiver était suffisant pour survivre, la majeure partie de la ville du carton est rentrée chez elle en hiver, mais je ne pouvais pas me le permettre. La plage était tout aussi belle, tout était pareil, vous n'avez même pas vu le changement, nous sommes restés à notre place jusqu'à plus tard dans la matinée, nageant dans cette eau cristalline.
- Allez Pascal, sors de là, tu seras terrifié!
- Je sors, je dis toujours que l'hiver arrive, et je n'en ai pas fait assez.
- Vous ferez de même en hiver.
- Nous le ferons, Cecilia.
- Oui peut-être. Dit Cecilia les larmes aux yeux.
- Ne me fais pas ça, Cecilia, pas maintenant.
- Je ne peux pas payer un salaire comme à la maison ici, quand tu penses que les pierres dans la cour de mon père me manquent.
- Cecilia, tu n'as pas dit que tu n'avais personne, que rien ne t'appelait là-bas.
- Oui! Je ne sais pas ce qui m'est arrivé.
- La maison dont tu parles existe-t-elle?
- Non, seule mon imagination malade le fait exister.
- Comment?
- Après la mort de ma famille, il y avait trop de dettes derrière, les gens auraient peut-être pris soin de moi, mais les nations…
- Je sais, jamais.
- Oui, alors j'ai dû tout vendre à des parents éloignés, dans l'espoir de pouvoir repasser.
- As-tu déjà été ici auparavant?
- Je n'ai jamais été complètement séparé depuis le lendemain.
- Quand?
- Je ne sais pas, j'en ai marre du portugais, j'en ai marre des requins…
- Oh oui! Les requins ...
- Peut-être que vous les voyez différemment, mais pensez à moi!
- Je suis d'accord, mais je ne veux pas que tu partes maintenant.
- Que dois-je faire ici?
- Nous trouverons autre chose sur quoi travailler, peut-être avec un meilleur salaire, avec moins d'heures par nuit…
- La nuit, c'est vrai, je suis fatiguée aussi mais je n'ai pas pu dormir à la maison non plus, après qu'ils aient mangé mes requins… donc c'était juste un bon travail.
- Je te crois.
- Non, Pascal.
- Ecoute, maintenant que nous sommes même avec mes dépenses…
- Tu ne vas pas me le dire… non, je ne me prostitue pas pour toi, je n'ai pas besoin de ta pitié.
- Ce n'est pas la question, c'est l'heure du sexe, on n'est pas encore prêt, c'est clair, mais on peut réduire le loyer.
- Eh bien, je ne t'ai pas dit que je n'avais pas fait l'amour dans ces circonstances, je veux dire, je reste avec toi et tu me conduis pour le loyer! Qu'est-ce que cela veut dire Pascal! J'entends!
- Économie Cecilia. De toute façon, je ne paie pas et j'ai encore du travail avec Savin.
- Ouais, je ne vois pas combien, Pascal?
- Qu'est-ce que tu veux dire?
- Nous allons payer tout l'argent que nous avons, à l'étape suivante.
- Cela ne vous a pas dérangé jusqu'à présent.
- Eh bien, maintenant ça me dérange, parce que je ne sais pas si on peut résister; médicaments et nourriture, jusqu'à la saison prochaine.
- Peut-être que tu as raison. Rentrons tous chez nous, vous resterez avec moi, il y a de la place pour la gloire…
- Je veux dire, heureusement, non!
- Non, Cecilia! Parce que j'ai besoin de toi, surtout Veronica.
- Donc, après que Savin va bien, nous serons ballast, non!
- Je ne sais pas ce qui ne va pas avec toi, tu es inaccessible ce matin.
- Regarde, c'est mon tour de labourer!
- Ha, ha, ha! Arrête de parler comme ça Cecilia, je sais ce que ça veut dire, ta chance a été Veronica.
- Peut être.
- Non, c'est la vérité, ou tu es sur la charrue dont tu parles depuis longtemps.
- Allons au lit, nous aurons tellement de salles de bain.
- Allons, je vais faire un tour de Savin, après
- J'y vais aussi.
- Pourquoi?
- Ramenez Veronica à la maison.
- Oui, il est là en ce moment, bien sûr ils pratiquent le portugais ensemble.
- Oui, je veux aussi la consulter cet hiver.
- Je ne sais pas pourquoi on l'appelle prendre ARN.
- Ha, ha, ha! Pas nous les intelligents!
Il était presque midi lorsque nous atteignîmes Savin, le trouvant dans une gaieté effrénée avec Veronica. Bien sûr, cela n'a pas pris longtemps et ils nous ont tous donné des coups de pied pour la nourriture et le traitement, alors nous sommes sortis sur le canapé dans le couloir pour un café préparé par ma bienfaitrice. Veronica était très heureuse et sa mère me regarda d'un air coupable, goûtant la tasse de l'infirmière.
- Je peux presque converser avec n'importe qui en portugais.
- Magnifique, Veronica. Nous…
- Nous aussi, Pascal, ne parlons pas en vain, je vous ai vu quand vous avez expliqué hier soir à votre grand-mère la boisson.
- Oui…
- Qu'est-ce que tu as?
- Je ne sais pas, ta mère…
- Tu connais très bien Pascal, tu es l'homme de cette relation, explique la fille!
- Qu'est-ce que ma mère peut m'expliquer, qu'est-ce que tu as? Seulement…
- Oui.
- Quoi, vous rompez?
- Pire, il veut rentrer chez lui.
- Pourquoi maman?
- Le salaire…
- Oui, le salaire est divisé par deux en hiver.
- Eh bien, ça suffit, je pense, mais je ne sais pas pour l'école…
- Voir Pascal! Vous ne l'avez pas compté, comptez-le, ou deux.
- Tu as raison.
- Au moins, nous ne payons pas l'orthopédie de Savin à la maison et à l'école.
- Arrête de me parler de l'école, s'il te plait!
- Pourquoi Pascal, nous sommes tous dans le même pot.
- Salut les gens du matin!
- Bonjour! M. Alves.
- Que fais-tu Veronica, comment va le portugais?
- Très bien, seulement ça ne m'utilise plus.
- Pourquoi? Qu'est-il arrivé à Cecilia?
- Rien, l'hiver arrive, je vous prie ou à vos têtes.
- Et?
- Masse ...
- Je vois, vous manquez d'argent. Je voulais juste vous faire savoir que la semaine prochaine, Savin aura un horaire.
- Seulement ça…
- Oui, c'est vrai, tous ces exercices sont avec de l'argent, pas beaucoup, mais.
- Tu avais raison Cecilia, nous n'avons aucune chance ici.
- Que fais-tu Pascal?
- Rien, docteur. Dis moi quoi faire?
- N'abandonne pas maintenant, ton fils ira beaucoup mieux ici.
- Je sais, mais je vis déjà chez toi pour rien, et je ne suis toujours pas bon à payer.
- Nous trouverons une solution.
- Le seul est la maison du médecin.
- Arrête de parler Cecilia, au moins… jusqu'à présent tu étais très positive, en ce moment tu cèdes, c'est trop tard, petite fille!
- Pas de docteur! Juste la vérité.
- Je comprends que c'est difficile de te trouver.
- S'il te plait Cecilia! Laissez le Dr Alves parler!
- Nous vous écoutons, monsieur.
- Cecilia, Pascal… Veronica… pas mieux.
- Tu as raison.
- Veronica, rentre chez toi, je reviens tout de suite.
- Non, je suis assez vieux pour être là!
- Pas maman, tu ne l'es pas.
- Oui! Pascal est celui qui nous a réellement sauvé, nous avons échoué depuis longtemps, avouez-le!
- Moi aussi.
- Non, on s'est accroché à ta douleur, cachons la nôtre, Pascal.
- Enfants, enfants! Il vaut mieux ne pas aller me voir, au grand air sur la terrasse. Que dis-tu?
- Je ne sais pas, nous n'avons rien à perdre, peut-être une bonne boisson à gagner.
- Je reste avec Savin. Dit Veronica.
- Bon choix Veronica, coupe-le sur la tête, il va bien les attraper.
L'air extérieur, bien que chaud, nous rafraîchissait, tout le monde était silencieux et se déplaçait légèrement avec prudence, chacun avec sa propre pensée. La terrasse du docteur nous accueille comme toujours dans ce luxe magnifique, vert et calme.
- Je ne dis pas qu'à partir de maintenant, tu ne peux pas bien faire à la maison, mais ces gens ont fait tout le travail et ils veulent voir cette évolution mystérieuse.
- Eh bien, payez!
- Vous ne vouliez pas que nous le planifiions!
- L'orthopédie vient-elle?
- Non, tu as raison, je ne sais pas ce qui m'est venu, alors tout ce que j'ai à faire est de faire un check-up, de payer l'orthopédiste pour continuer la recherche.
- Nous n'en aurions toujours pas assez.
- Que faire… Cecilia, maintenant que tu t'es un peu équilibrée, ton mari sera beaucoup plus présent à la maison.
- Ce n'est rien à la maison, Cecilia.
- Oui Pascal, seulement je ne peux pas me permettre de manger mes économies d'été…
- Je sais ce que tu dis, je ne te demande rien à la maison, pourquoi tu ne déménages pas ensemble?
- Parce que je devrais faire…
- Oui, personne ne te fait coucher avec moi, Cecilia! Juste pour économiser de l'argent en hiver, je peux le faire pour tout ce que j'ai reçu de vous.
- Qu'est-ce qui ne va pas avec toi, Cecilia? Je sais que ça vous fait peur d'avoir une connexion, mais un jour ça arrivera, et Pascal n'est pas un mauvais jeu.
- Je sais, mais je ne suis pas encore prêt, je le vois toujours venir…
- Votre mari ne sortira d'aucun océan, quelle que soit la plausibilité de la situation.
- Et ça… je ne veux plus rien entendre.
- Cecilia, tu peux vivre en paix dans ta chambre…
- Enfants, enfants!
- Oui, docteur.
- Vas-y doucement, bois de l'alcool et arrête de penser à quoi que ce soit.
Le docteur a serré la main et a regardé le ciel. Nous nous regardions en silence, sirotant la force qui brûlait notre volonté. Elle m'a presque fait m'endormir, Cecilia a regardé calmement le petit morceau d'herbe et son visage de pierre ne disait plus rien. Je n'avais pas d'argent pour l'avion, donc je n'étais pas à la place de Cecilia, qui n'aimait pas dépenser de l'argent pour l'entretien de Savin, voilà à quoi ressemblait toute cette histoire de loin.
- Cecilia, si tu veux aller à la campagne, tu peux vivre avec moi.
- Comment? Oui toi?
- Je vais rester ici, je n'ai pas d'argent de toute façon, je vais le finir, mais je pense. Je sais que les loyers sont assez élevés à la maison.
- Je ne vais pas louer.
- Je comprends, mais avec l'argent que tu as, tu ne peux pas faire une bonne maison…
- Je ne veux pas perdre mon temps entre étrangers, vivre chez moi, car il y a des prix ici…
- J'ai compris ton raisonnement, c'est pourquoi je t'ai offert la maison, l'été tu reviens et tu mets quelque chose d'autre, pour obtenir quelque chose que tu aimes vraiment.
- Je ne sais pas quoi dire, c'est tentant d'entendre, mais d'un côté, c'est comme…
- Enfants, enfants! As-tu récupéré?
- Un peu. Je lui ai offert la maison à la campagne, je vois qu'elle est mal partie!
- Attends une minute, ne pense à rien.
- Je n'ai rien à voir avec ça, docteur!
- Comment pouvons-nous arrêter de penser? Dit Cecilia, alarmée maintenant.
- Comme ça! Cecilia si tu avais un meilleur travail…
- Je ne pense pas que le travail… soit ainsi commencé!
- Tais-toi, Pascal! Développer un médecin.
- En rompant avec vous, je viens de découvrir que deux infirmières sont nécessaires dans l'aile de l'hôpital central, le travail est deux fois mieux payé que le pub. Je suis sûr que je vais discuter avec votre patron, mais je gagne deux autres amis précieux. Tu dis quoi?
- Demandez-vous même!
- Pascal parle-t-il deux fois pour vous l'été ou l'hiver, docteur?
- En été.
- Alors j'entrerai aussi.
- Oui, vous seul devrez remettre la maison en bois.
- Je savais, c'est pourquoi j'étais si excité.
- Je comprends maintenant, Cecilia, pourquoi tu ne me l'as pas dit?
- Tais-toi Pascal! Oui, l'hôpital… n'a pas d'hébergement?
- Oui, et Pascal, il peut toujours rester chez moi.
- Avec de l'argent?
- Ne pas. Ce serait un petit détail, vous passerez un test en portugais, je sais que vous n'aimez pas Cecilia, mais seulement formellement, pour ainsi dire, je serai là.
- Oui, on connaît le portugais, pas qu'on ne te parle pas, pour t'embêter, comme ça!
- Ha, ha, ha! Ensuite, vous vous présentez pour l'interview, si vous ne prenez pas le portugais, je pense que vous rentrerez chez vous.
- Bon docteur.
- Je suis allé à Veronica.
- Et moi!
- Oui, qu'est-ce qui ne va pas avec toi?
- Elle connaît le portugais le mieux, elle sera notre professeur jusqu'à demain matin.
- Ha, ha, ha! Bon travail les enfants, à demain!
Parce que nous ne pouvions pas secouer le moineau, nous sommes allés au travail, nous avons discuté toute la nuit chaque fois que nous en avions l'occasion avec nos clients, en les lisant face à face s'ils comprenaient ce que nous leur disions ou s'ils étaient simplement gentils. Le matin, le propriétaire nous a appelés chez lui, nous invitant à un steak.
- Pascal, je sais que tu n'as plus faim, mais c'est mon plaisir.
- Ha, ha, ha! Merci patron, mais qu'est-ce qui ne va pas avec toi?
- Rien de sérieux. Laissez refroidir.
- Non, patron! Dites-le d'abord.
- Cecilia, s'il te plait! Tu ne vas pas me dire que tu n'aimes pas la façon dont ta vache est sortie. Ici, je donne une force pour aller, puis une bouteille de vin.
- Du vin à la maison?
- Sois chez toi, Pascal.
- Maintenant, dites-nous de quoi il s'agit.
- Après le dîner, Pascal, ne parle pas la bouche pleine, mange tant qu'il fait chaud.
- Vous nous offrez une première, Patrons?
- Peut-être Cecilia! C'est aussi possible.
Nous avons mangé le steak lentement, tranquillement, parlant portugais avec le propriétaire, souriant aux complices les uns des autres, car il a accepté d'être notre professeur ce matin-là. Le steak était terminé, et le chronomètre tournait que nous devions nous présenter pour le nouvel entretien d'embauche. Le patron se leva gravement, sortant deux enveloppes blanches de sa poche poitrine.
- Mes chers amis, je sais que je vous avais promis de vous garder en hiver, mais mes problèmes économiques ne me permettent pas de le faire, c'est pourquoi j'ai préparé une compensation qui, je l'espère, effacera ma honte, si vous voulez. Pour revenir à l'été, j'ai hâte de vous voir.
- Patron, belle fin, je n'ai rien à dire!
- Ce que j'ai pu Cecilia, donc c'est en saison, on ne tourne qu'en été.
- Merci pour ce bel été, mais surtout pour l'aide apportée à Savin à l'hôpital. Je vous remercie! J'espère que nous restons amis!
- Certainement, Pascal. Votre amitié m'a fortifié cet été.
- Écoutez les patrons, vous pouvez nous donner les clés de votre porc.
- Cecilia, pour une soirée sexuelle, ce qu'un homme ne fait pas!
- Tu es fatigué de ta patte maintenant! Oh… oui je ne sais pas quoi…
- Cécilia facile! Je voulais te parler de Pascal, tu m'as fait une mauvaise impression.
- C'est comme ça que ça se passe, mais je ne le fais pas encore avec lui! Donc?
- Oui, quand tu veux, va chercher la clé, tu as toujours la carte, non?
- Oh oui! J'espère que c'est gratuit, non?
- Bien sûr, Cecilia.
- Haine! Permettez-moi de vous embrasser et donnez-nous une fois ces enveloppes, parce que je pleure!
- Moi aussi, les amis. Tu vas bien et je t'attends chez moi.
- Sûrement!
- Au revoir, patron! Merci encore pour Savin!
- Par les enfants!
- Ha, ha, ha! Un autre qui… bon d'avoir des parents ici!
- Allons Cecilia, nous sommes occupés!
- Au moins, nous avons une villa le week-end!
- Ha, ha, ha! Allons!


.  | index








 
shim La maison de la litérature shim
shim
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .