agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Article Communautés Concours Essai Multimédia Personnelles Poèmes Presse Prose _QUOTE Scénario Spécial

Poezii Romnesti - Romanian Poetry

poezii


 
Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 134 .



La main de mon garçon 3
prose [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [mihai andrei ]

2022-02-22  |     | 



III

Le soleil brillait comme un été fou, je ne pouvais même pas imaginer ce que je pouvais faire en Australie, où il serait probablement encore plus chaud. Savin n'entre en contact avec l'eau, ou plutôt avec le sable à côté, que très tôt le matin, bâillant sans interruption et toussant aux premières bouches d'air salé. Notre petite maison lui donnait maintenant tout le confort dont il avait besoin. Il était situé quelque part loin de l'agitation de la saison, mais surtout avec les innombrables touristes là-bas, sur un plateau, à une centaine de mètres au-dessus du niveau de la mer, entre quelques plantes luxuriantes, était assise une maison en pierre aux murs très épais , un très grand porche, d'où vous pouviez voir l'océan, l'agitation à côté de lui, trois chambres simples avec tout le confort nécessaire et un salon également très grand, où vous pouviez effectuer vos activités quotidiennes à volonté. Tout cela était parqueté de la même manière que la cour, avec d'énormes morceaux de granit coloré, qui vous procuraient à la fois une sensation de fraîcheur et de plaisir. Quand je n'étais pas au travail, j'ai travaillé sur mon ancien projet dans le salon, car je ne pouvais pas me séparer de mon travail à domicile.
Savin, il était dans une navette continue entre notre chalet et la maison de rousseur. Parfois, ils semblaient inséparables, et la fille était si protectrice lorsqu'elle avait des crises que vous pouviez dire qu'elle était sa sœur. Je ne pensais même pas que nous devions quitter l'endroit, parce que les vacances de Savin étaient à une vitesse incroyable, et de l'école ici, rien ne me venait à l'esprit, ni demander à Lia, le problème était que Savin, elle avait un changement visible, et cette atmosphère avait changé son teint d'olive, surtout quand elle était malade, ce visage fermé me faisait peur.
Un jour, je suis allé voir notre médecin protecteur, je dis cela principalement parce qu'il nous a "prescrit" de vivre dans ce bel endroit, et plus tard, même si nous avons payé le loyer sur un compte bancaire, et j'ai fait toute la paperasse par le biais d'une agence, j'ai découvert que la maison en question lui appartenait.
- Bonjour, M. Alves!
- Bonjour, Pascal!
- Je vous ai rendu cette visite sans Savin, parce que je voulais que vous puissiez m'en dire plus sur sa santé sans le rideau.
- Pascal, comment te sens-tu avec nous?
- Assez bien, je pourrais dire… cet air, ça m'a aussi changé.
- Oui, votre peau est devenue plus bronzée que dans les premiers jours. Quelqu'un vous attend à la maison?
- Non, même pas le boulot.
- Ce n'est pas bon, mais pour votre fils, peut-être. Vous manquez à la maison?
- J'avoue, je le suis, même si je n'ai plus d'amis de confiance, maintenant je sens que mes ennemis me manquent.
- Vous voyez, cette langue qui est le nôtre, même si nous parlons anglais, vous entoure et vous fait réfléchir…
- Mais je ne manque pas de gens.
- La maison là-bas est-elle votre propriété?
- Oui, seule la priorité…
- Calmez-vous, ce n'est qu'une apparence, de toute façon le désir se transmet en environ six mois aux personnes avec des proches, mais vous pouvez aussi avoir un chien par exemple.
- Ne pas…
- Oh, Savin! Compris, je voulais te tester.
- Je ne comprends toujours pas, tu me fais comprendre que tu devrais être en retard ici?
- D'une certaine façon, oui.
- Alors, l'évolution de la maladie?
- Nous voulons penser qu'elle est bonne.
- Ce n'est qu'à la maison que j'ai pu recevoir une telle réponse. Je comprends que vous me protégez, mais je veux plus que cela.
- Pascal, ce climat est bon pour votre enfant, surtout le sel du matin, évitez de vous baigner à ce moment-là, pas parce que c'est de l'eau froide, juste parce que les requins ont faim.
- J'ai vu tous les êtres fuir cette eau transparente lorsqu'ils voient des gens.
- Ils sont rares, mais lorsqu'ils apparaissent avec la migration de leur nourriture, ils sont à éviter, croyez-moi.
- Je te crois, ils ne savent pas que nous ne voulons pas leur faire de mal.
- Oui, nous transformant en leur masse!
- Quoi qu'il en soit, nous n'utilisons de l'eau que le soir, seulement pendant quelques jours, avec une grande prudence.
- Très bien! Jusqu'à la taille suffit, d'autant plus qu'il voit d'autres enfants, et alors il serait très triste, dont nous n'avons pas besoin.
- Je comprends…
- Oh, je n'ai pas répondu à ta question…
- M. Alves, je suppose que vous n'avez pas
- Oui, oui! Il faut savoir que nous travaillons toujours sur les échantillons prélevés, mais il nous est très difficile de détecter la source bactérienne, car nous utilisons un traitement d'entretien, qui fait un rideau sur la maladie.
- Alors que faire? Ne le lui donnons pas…
- Nous allons arrêter les médicaments, mais l'acclimatation n'est pas terminée, le risque est très élevé, M. Pascal.
- C'est sérieux, non?
- Pourquoi dites vous cela?
- Écoutez, encore une fois, parce que vous me régnez, c'est pourquoi!
- Oui, chaque fois que nous voulons capter l'attention, nous prêtons attention aux mots.
- Alors je t'écouterai.
- Quand verrai-je la transformation bénéfique de votre fils, c'est-à-dire lorsque vous considérerez qu'il peut supporter un mois ou moins sans traitement, afin de détecter le salaud microbe, je sais.
- Arrêtons le traitement maintenant.
- Pourquoi?
- Les vacances sont finies, à la maison de toute façon, il n'obtiendrait pas grand-chose, si je savais
- Des échantillons ont été prélevés t toujours, mais sans succès, monsieur Pascal.
- J'ai été guidé vers cet institut…
- Je sais, après qu'il ait été bourré de drogues, nécessaire à l'époque, parce qu'aujourd'hui vous étiez peut-être seul, mais il y a une histoire pour ça.
- Donc?
- Peu importe combien vous manquez chez vous, je pense que votre enfant a une chance ici, il va beaucoup mieux.
- Ou…
- Ou, dans un autre endroit avec un climat sec et des aérosols salés, si vous pensez que je vous oblige à rester ici de toute façon, je vous donnerai l'argent pour le loyer…
- Excusez-moi!
- Le garçon m'est cher, j'ai aussi un petit garçon, seulement il est parti avec sa femme…
- Désolé! Excusez-moi, M. Alves, je suis un imbécile, je… viens de voir le garçon faire mieux…
- Non, c'est juste la météo, c'est tout! Si vous le ramenez chez vous, vous risquez de le perdre.
- Où est ton bébé?
- Pensez-vous que je le fais parce que
- Non, non! Je voulais changer
- Attention… plus que ça, je n'ai rien à te dire, seul ce climat le maintient en vie, si après la pause qui va suivre dans un moment, on n'en trouve pas la cause, j'ai bien peur qu'il n'y ait rien à faire.
- Maintenant, c'est très clair pour moi.
- Mon fils est à Paris, nous avons rompu, il ressemble à Savin.
- Maintenant, vous avez même répondu à toutes mes questions.
- Je pensais que les Roumains étaient plus patients, mais j'avais tort.
- Pourquoi dites vous cela?
- Quitter la maison pour survivre n'est pas assez concluant.
- Oh, oui, M. Alves.
- Tu es complètement perdu, qu'est-ce qui ne va pas avec toi?
- Oh, je pensais avoir quitté la maison, parce qu'on m'avait prescrit un climat différent pour Savin, mais ça pouvait aussi être parce que… je ne me rends pas compte, je suis…
- Ne me dis rien! S'il vous plaît! Buvez-vous quelque chose?
- Oui, maintenant que tout est clair pour moi, pourquoi pas!
Je suis sorti avec le Dr Alves, quelque part derrière le bureau, par une porte qui était entassée derrière un épais rideau de velours. L'air extérieur me coupe le souffle, mais la verdure qui m'entoure me calme, elle consomme beaucoup d'eau pour entretenir ce coin, mais ça vaut le coup. La force a également arrêté mes pensées, surtout, me faisant respirer de plus en plus facilement. J'ai rompu avec le Dr Alves, réconcilié avec l'idée que je m'attarderais dans ces terres arides avec Savin, m'installant immédiatement avec Cecilia.
- Salut Lia!
- Oh, monsieur Pascal! Salut! Savin, il n'est pas là, ma tache de rousseur me demande vraiment de l'amener jouer.
- Oui, je ne pense pas qu'il ait quitté la maison à cause de la chaleur.
- Mai. Puis-je vous donner quelque chose de froid?
- Oui, une bière marcherait, selon la force du docteur!
- O! J'espère que vous avez de bonnes nouvelles.
- Je ne sais pas quoi dire, le problème est que nous allons rester ici, et ensuite le médecin se soucie vraiment de Savin.
- Nous voilà…
- Oui, surtout ça, mais il a aussi un petit garçon, du même âge, seulement il le voit rarement, il est séparé, et la dame est à Paris, avec le fruit.
- Je comprends, mais surtout le fait que cela vous dispense de médicaments, ils ne sont pas tous gratuits ici.
- Et vous, Mme Lia!
- Qu'est-ce que tu dis?
- Je voulais dire que tout le monde a vu que j'étais aidé, seulement moi non…
- Ne t'inquiète pas, tout le monde avait un problème avec les enfants, seulement quand tu frappes, tu comprends.
- Maintenant…
- Voici! Je pensais que vous, ces gens plus instruits, voyez les choses plus facilement.
- Nous avons parfois la tête dans les nuages.
- Oui, seuls les nuages sera un peu clairsemés ici, alors…
- Je sais, viens me lever par terre. Vraiment, comment gérez-vous l'école ici?
- Veronica, elle n'est pas encore allée à l'école ici, et elle est très mauvaise avec le portugais.
- Je comprends, mais
- Avec les grands-parents du pays, seulement ils ont tous péri, nous sommes tous les deux seuls. Je n'y ai pas pensé non plus, il reste encore du temps.
- Oui, ne serait-ce que pour Savin.
- Ah, maintenant je comprends, la force avec le docteur, quoi…
- Seul le temps le maintient debout.
- Et les drogues, pourquoi tu veux dire, quelqu'un sacrifie pour toi.
- Oui, c'est vrai, j'avoue.
- Peut-être d'ici la fin de l'été", ait-il dit, nous penserons à l'école.
- Oui…

.  | index








 
shim La maison de la litérature shim
shim
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .