agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Article Communautés Concours Essai Multimédia Personnelles Poèmes Presse Prose _QUOTE Scénario Spécial

Poezii Romnesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 2896 .



on nous a tout volé
poèmes [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [erableamots ]

2008-05-06  |     | 



On nous a tout volé,
l'île aux trésors pour une fausse carte,
la peau des bêtes pour des miroirs de toc,
l'eau des rivières et l'écorce des arbres
pour des pylônes et du papier,
le calumet de paix pour une eau qui rend fou,
l'âme de chaque chose pour un Dieu mis en croix.

On nous a tout volé,
notre langue, nos chants et le sens des rêves
pour de fausses promesses et des écrans de fumée,
nos rivières à saumons et nos canots d'écorce,
la course des lièvres pour des lapins à piles,
la terre qui est à tous pour des lopins de malheur,
l'or des foins pour du papier monnaie,
le foin d'odeur pour des relents d'essence.

On nous a tout volé
les cristaux de la neige pour des étoiles de verre,
la lenteur du bois pour la vitesse du fer,
un lit d'herbes et de feuilles pour un lit d'hôpital,
les plantes qui guérissent pour une pompe à morphine,
les couleurs du visage pour du rimmel toxique,
le livre des odeurs pour un missel unique.

On nous a tout volé,
les signaux de fumée pour une carte postale,
la chaleur du feu pour l'électricité,
la clef des songes pour un trousseau de clés,
notre mémoire, nos enfants, nos aïeux.
tout ce qui est vivant.

Les klaxons crèvent le tympan des chevreuils
et les chiens de traîneau en perdent l'odorat.
Dans la nuit noire des hommes blancs
même nos ombres sont des lampes.
Je dis cela sans haine comme on bande son cœur.
Ma main cherche une main qui ne soit pas qu'un gant.

J'écoute les premiers bruits du monde,
l'appel des loups et les bourgeons qui s'ouvrent.
Mon âme prend la forme de tout ce que je vois,
le vol d'un oiseau, la pointe des hautes herbes,
le cercle des tipis ouvert à l'infini.

Je n'attends pas ce qui finit.
J'attends toujours ce qui commence.
Je ne veux pas d'un pont mais t'apprendre à nager.


.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .