agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Article Communautés Concours Essai Multimédia Personnelles Poèmes Presse Prose _QUOTE Scénario Spécial

Poezii Rom�nesti - Romanian Poetry

poezii


 


Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 384 .



Haras
poèmes [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Lebada_neagra ]

2023-01-31  |     | 



Cheval blanc au sommet d’une colline.
Seul.
De derrière lui, la lune me transperce de son seul grand œil brûlant.

Elle le voit et me le montre.
Elle me le montre dans toute sa liberté, dans toute sa beauté, dans toute sa sauvagerie, dans toute son agitation, dans toute sa désobéissance, dans tout son impitoyable galop, dans toute sa ferveur, dans toute sa noblesse.

Je m’assieds à l’ombre de la nuit et je l`observe en silence.
Je le vois.
Seule la lune me voit.
Elle nous voit tous les deux et sait que je le vois pendant qu`il manifeste sa liberté.

Le cheval blanc est tombé, en pleine nuit, sur l’iris de la lune, est tout ce que je veux de moi c`est construire ma vie sur sa liberté, sur sa beauté et sa sauvagerie, sur son agitation et sa désobéissance, sur toute sa folie et son galop, sur toute sa ferveur, sur la manifestation de sa liberté, sur toute sa noblesse…

La lune se couche et je regarde encore une tache blanche qui recouvre tous les trous éclairés, toutes les étoiles, dans un morceau de ciel…

Je me lève en laissant une corde à côté de moi, sur terre, une corde que je voulais utiliser pour attraper le cheval blanc.C`est ce qu`on fait d`habitude, nous, les êtres humains.

Je me suis laissé pris par la manifestation de liberté de ce cheval sauvage.

Et je rentre chez moi plus “cheval” que jamais, plus sauvage que jamais, plus blanc que jamais, plus libre que jamais et plus calme.

Le soleil est né de rien.
Il me voit différent.
Je le vois moi – aussi et je sais.
Maintenant je sais qui je suis.

…un cheval blanc sur une colline….seul à la tête d’un haras.
De derrière lui, le Moi me transperce avec son seul gros œil brûlant.
...un haras que j’ai enterré dans ma routine...

Et je vais, les mains dans les poches, vers une autre maison...

.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .