agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Article Communautés Concours Essai Multimédia Personnelles Poèmes Presse Prose _QUOTE Scénario Spécial

Poezii Romnesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 2321 .



Quelques réflexions dialogales
essai [ ]
Saviez-vous que les porteplumes sont des ponts colorés comme des arcs-en-ciel ?

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Reumond ]

2009-07-31  |     | 





Saviez-vous que les porte-plumes sont des ponts colorés comme des arcs-en-ciel, déployés entre le Ciel et la Terre, tel l’arc-boutant pour bouter le feu aux étoiles et tracer des sillons fertiles dans le regard des enfants tristes ou peureux ? Clins d’yeux, traces écrites de notre propre histoire, de notre écriture sur les sables mouvants des extrêmes plages, iris, pupilles, là où les bleus d’outremer se disent d’outre mers.

(...)

L’accomplissement de Soi n’est pas une fin en soi, mais une faim en soif, sans étançons et sans étanchement, avec un passé et un avant de soi; entre les deux, c’est l’entre- présent où l’autre peut entrer, afin de nous signifier quelque chose du chemin. Cet «entre-deux», c'est là que se trouve le BON LIEU, ce lieu «dialogal » qui élève nos regards au-delà de nous-mêmes et peut seul transfigurer l’ordre du vivant.

Au commencement il y avait le vide, le point et le trait, avec du ciel et de la terre. La feuille était informe et vide, alors le poète y fit son premier dessin, avec dessein d’y mettre la vie. L’esprit se mouvait au-dessus du trait, comme une calligraphie, un ballet entre l’écriture et le destin. Ironie du sort, dessinée ou écrite la tendresse se dit toujours « amour » et cela était bon.

L’absinthe jaillit de mes veines sources des achillées musquées, la pierre elle-même se fait regard cristallin au sceau de l’œil, l’euphorbe se mue en cri comme l’animal de compagnie. À l’orée des forêts primitives, à l’urée de mon sang qui à la senteur de l’ail, je suis l’animal, au cœur de pierre et à la cervelle végétale biodégradée.

(…)

.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .