agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Article Communautés Concours Essai Multimédia Personnelles Poèmes Presse Prose _QUOTE Scénario Spécial

Poezii Rom�nesti - Romanian Poetry

poezii


 


Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 5180 .



\"Maria Bethânia, música é perfume\", film de Georges Gachot
article [ Société ]
www.musicaéperfume.com

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [NMP ]

2006-03-10  |     | 








Dossier de presse.

Synopsis :


Le film nous plonge dans l'univers de la musique brésilienne, guidé par Maria Bethânia, la plus célèbre des chanteuses brésiliennes. Egérie de la contre culture avant de devenir la reine des ballades romantiques, Maria Bethânia, en nous laissant pénètrer dans l'intimité de son travail, nous offre l'occasion rêvée de comprendre cette histoire de la musique brésilienne de l'intérieur. Maria Bethânia retrace son parcours musical en écho avec l'évolution de la société brésilienne et de sa musique. A ses côtés, Georges Gachot a réuni un plateau de rêve : Caetano Veloso, Chico Buarque, Gilberto Gil, Nana Caymmi et Miucha, tous acteurs et témoins d'une des plus riches histoires de la musique de notre temps.

Maria Bethânia avec sa mère Dona Cano.

*

Note de la production:

Dans la lignée de ses films musicaux, tel « Martha Argerich conversation nocturne » qu’il a réalisé en 2002, Georges Gachot nous convie à une plongée dans l’univers de la musique brésilienne, racontée par Maria Bethânia, la plus célèbre des chanteuses brésiliennes, qui fut l’égérie de la contre-culture avant de devenir la reine des ballades romantiques.

A ses côtés, Georges Gachot a réuni un plateau de rêve : Nana Caymmi, Miucha, Chico Buarque, Gilberto Gil et Caetano Veloso, tous acteurs et témoins d’une des plus riches histoires de la musique de notre temps.

Prenant prétexte de la fabrication des deux nouveaux albums de Maria Bethânia, l’un dédié aux textes romantiques de Vinicius de Moraes (écrivain poète remarquable, auteur notamment avec Tom Jobim de "The Girl of Ipanema", et qui fut de son vivant l’ami de
Bethânia), l’autre, Brasileirinho, qui nous plonge au cœur de l’histoire de la musique brésilienne, le film nous ramène aux sources d’inspiration d’un mouvement issu du jazz et de la musique classique européenne et qui donnera naissance à la Bossa Nova puis au tropicalisme.

Pénétrer l’intimité du travail de Maria Bethânia, avec ses musiciens, ses conseillers artistiques, entourée de ses amis, nous offre l’occasion rêvée de comprendre cette histoire de la musique brésilienne de l’intérieur. Maria Bethânia retrace son parcours musical, en écho avec l’évolution de la société brésilienne et de sa musique.

Le tournage nous emmène au cœur de la production des disques : discussion autour des textes, sélection des morceaux, séances de répétition avec les musiciens et enregistrements en studio. Nous assistons notamment à ses enregistrements avec Maria Joao Pires, pianiste
portugaise classique fascinée par la richesse des structures musicales brésiliennes. Maria Bethânia, qui nous accueille chez elle à Rio et à Salvador do Bahia, nous explique ses choix musicaux, sa méthode de travail, sa préparation aux séances de studio ou aux concerts.

Chico Buarque

Nous discutons également avec ses proches comme Caetano Veloso, son frère, ou les “monstres“ internationaux tels Gilberto Gil ou Chico Buarque, qui a composé pour elle. Un passage par le village d’enfance de Maria et Caetano, Santo Amaro de la Purificaçao, dans la région de Bahia, permet d’évoquer leurs débuts et leurs premiers travaux artistiques.
Chaque rencontre nous permet de partir du présent, de la musique telle qu’elle se chante et s’enregistre aujourd’hui, pour retourner à l’histoire et aux racines, pour comprendre l’évolution depuis les traditions baroques jusqu’au tropicalisme.

Nous suivons ensuite la présentation de ces albums au public, lors de concerts qui reprendront les chansons de Vinicius de Moraes et celles de « Brasileirinho ». Dans celui-ci,Maria Bethania réexplorait des structures musicales plus proches de la musique brésilienne traditionnelle, dans un style presque baroque.

*

Maria Bethânia


Maria Bethânia Vianna Telles Veloso est la Grande Dame de la culture musicale du Brésil.
Avec son frère Caetano Veloso, autre monstre sacré de la musique brésilienne, dans leur village natal Santo Amaro da Purificaçao, elle rêvait d’être actrice. Pour ses premiers pas sur la scène en 1963 à Salvador do Bahia, elle interprète une samba de Ataulfo Alves dans la pièce Boca de Ouro de Nelson Rodrigues. Son succès l’incite à se lancer dans la chanson avec d’autres musiciens qui ne sont autres que Caetano Veloso, son frère, Gilberto Gil, Gal Costa et Tom Zé, dans un concert intitulé Nós Por Exemplo.

C’est en 1965 que sa carrière discographique démarre véritablement. Elle interprète "Carcará", une chanson protestataire écrite pour elle par Joâo do Vale. Son succès est immédiat et l’établit comme la porte parole d’une jeunesse en rébellion contre la dictature militaire et les conventions rétrogrades, effet accentué par sa participation, la même année, à la pièce "Opinão" jouée à Rio de Janeiro. Elle n’a alors que 19 ans.

Caetano Veloso

Ses concerts prennent des allures de happenings, son interprétation se pare d’intonations et de gestuelles qui doivent plus au théâtre d’avant-garde qu’au music-hall et souvent, entre deux chansons, elle déclame de longs poèmes.
Jusqu’à la fin des années soixante-dix, elle reste en marge des courants musicaux dominants, ne flirtant avec le tropicalisme que lors de reprises de chansons de son frère ou de Gilberto Gil, ou en les accompagnant sur scène. Si son public est réduit au début de sa carrière, il n’en est pas moins très fidèle et l’aura si particulière de la chanteuse lui vaut le surnom de "Greta Garbo de Rio".

En 1978, avec « Alibi », un album de ballades sentimentales, elle est la première chanteuse brésilienne à dépasser le million de disques vendus, événement qui déclenche un investissement massif sur les voix féminines, ce qui profite aux carrières de Gal Costa, Clara Nunes et Beth Carvalho. Ses fans se comptent par milliers mais, loin de vivre sur son fonds
de commerce, Maria Bethânia n’hésite pas à tenter des expériences inattendues en travaillant avec le groupe vocal sud-africain Ladysmith Black Mambazo, la comédienne française Jeanne Moreau ou l’enfant terrible de Salvador do Bahia, Carlinhos Brown.
Maria Bethânia a enregistré plus de 30 albums jusqu’à aujourd’hui, et elle compare le dernier, autour duquel notre film s’articule, à un arbre dont les racines sont fortement ancrées dans le sol brésilien.

www.mariabethania.com.br


*

"Pensei que não havia novidade para fazer outro filme, mas achei que o Gachot tinha um olhar diferente e queria se aprofundar mais no meu gosto musical"
Maria Bethânia

*

Source Internet et site à consulter : « Maria Bethânia, música é perfume » , un film de Georges Gachot


.  | index










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .