agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 
Textes du même auteur






Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 142 .



Les fous de Bassan
prose [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [gui ]

2016-07-08  |     | 



Ça nous ramène toujours en Gaspésie cette histoire de fous. Il y en a plein sur l’île Bonaventure. Des fous de Bassan ! Il y en a plein à la tonne, plein les yeux et surtout plein les tympans ! Plus de cent cinquante mille, dit-on. Ça fait du BBQ en beau joual vert ce poulailler-là en face de Percé !
Mais quand on est sur le BS depuis plus de treize ans et que les boyaux grondent en vous comme mil tonnerres en même temps, que reste-t-il à faire à part de se boucher les oreilles ou d’avoir une idée lumineuse ?
Tel fut le cas pour Nazaire Perron, qui en avait soupé d’avoir faim et de siroter sa paie de BS…

Un certain jour de printemps, Zézère, comme l’appelaient ses rares chums, traversa sur l’île quérir son lunch.
- M’as q’ri une douzaine de cocos de fous, dit-il à Antonin Landry, son coloc d’en bas.
-Ben voyons donc Zézère, tu peux pas ! C’est défendu par la loi. Tous ces bi’dies-là sont des espèces protégées.
-Tonin, pourquoi pas ?
-Ma foi, tu pourrais te ramasser en prison right away ! Crétac de tabouère!
L’homme à l’estomac affamé et criard engueula vertement son voisin d’en bas :
-Des scrupules, des scrupules, tout cela, grogna-t-il.
Pour lui, Zézère Perron, des œufs de poule ou des œufs de fou, ça ne faisait pas la moindre différence dans la casserole !
-Du pareil au même en passant par l’autre, soupira-t-il en jurant et blasphémant comme un damné.
L’homme colérique partit en catimini à l’aube et alla cueillir une douzaine d’œufs de fous de Bassan sur l’île qu’il ramena à la maison dans son vieux chapeau de paille.

De retour chez lui, qu’elle ne fût pas sa surprise de constater qu’à chaque fois qu’il cassait une coquille d’œuf, il en sortait un oisillon vivant. Jusqu’au onzième œuf, toujours le même scénario : au lieu du beau jaune d’œuf qui l’aurait à coup sûr sustenté, surgissait un oisillon pépiant.
Le douzième ? Il ressemblait aux autres œufs, sauf le poids. Le dernier coco pesait sûrement deux ou trois fois plus que tous les autres. Que pouvait-il se cacher là-dedans? Intrigué, Zézère y fit subir la même médecine que les précédents. À l’instant, on entendit un bruit insolite et sourd : BING ! Oui, un BING sonore retentit du fond de la casserole.
Le vieil homme ne rêvait pourtant pas. C’était un jaune d’œuf en or ! Une grosse bille dorée roulait dans son poêlon ! Une petite fortune jaillie de nulle part…Comment était-ce possible ?

Se sentant nouvellement riche et l’âme débonnaire, Zézère se promit de ramener secrètement les onze oisillons dans leur nid respectif le lendemain à l’aube.
C’est ce qu’il s’empressa de faire dès les premières lueurs du jour au grand bonheur des onze couples de fous de Bassan. Or, en passant près du douzième nid, la femelle reconnut l’intrus, ce gringalet au chapeau de paille, et, au surplus, cette mauvaise graine de bandits et voleurs, qui avait pillé sa couvée la veille. Tout de go, elle fondit sur lui et d’un coup de bec sec, lui creva l’œil droit et arracha le globe oculaire gauche dans la même foulée. La vengeance venait de sonner et l’oiseau furieux savoura malicieusement sa pitance en se remémorant la vieille maxime humaine : « Une de perdue, deux de retrouvées. »
Zézère hurlait de douleur et ne voyant plus son chemin, chuta en bas de la falaise de l’île, emmenant avec lui sa bille d’or. La disparition du vieil homme est embrumée de mystères, car on n’a jamais repêché son corps. Certains Gaspésiens racontent encore de nos jours qu’il s’est peut-être transformé en fou de Bassan. D’autres affirment plutôt que Zézère est toujours retenu prisonnier dans l’œuf doré qui dort au fond de la mer, un peu comme le Génie enfermé dans la lampe d’Aladin…


.  | index











 
shim La maison de la litérature shim
shim
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .