agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Publicité Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur




Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 4833 .



Vision
poèmes [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Kahlil_Gibran ]

2009-01-27  |     |  Inscrit à la bibliotèque par Guy Rancourt



Lorsque la nuit fut noire,
Que le sommeil eût raison de ce qui est,
Je quittai mon lit
Et me dirigeai vers la mer,
Car elle ne dort jamais,
Elle console les esprits qui veillent.
J’atteignis la plage tandis que la brume descendait de la montagne et voilait la plaine.
Au bout d’un moment, je remarquai trois fantômes assis sur un rocher.
Attiré par une force mystérieuse, je me dirigeai vers eux.
À quelques pas, je m’arrêtai, l’âme et l’esprit en émoi.
Un fantôme se leva, et, d’une voix profonde, déclara :
- La vie sans amour est un arbre sans fleurs,
L’amour sans beauté est une fleur sans parfum,
La vie, l’amour et la beauté sont une trinité divine, formant une unité indivisible et constante.

Il se rassit, et le deuxième fantôme prit la parole d’une voix limpide :
- La vie sans révolte est comme les saisons sans printemps,
La révolte sans justice est comme le printemps sans fleur,
La vie, la révolte et la justice sont une trinité divine, formant une unité indivisible et constante.

Il reprit sa place, puis le troisième fantôme déclama d’une voix tonnante :
- La vie sans liberté est un corps sans âme,
La liberté sans esprit est une âme embrouillée,
La vie, la liberté et l’esprit sont une trinité divine, formant une unité indivisible et constante.

Le silence se fit, suivi d’un frottement d’ailes,
Et puis plus rien.
Même sur le rocher, il n’y avait plus personne.

(Khalil Gibran, Orages, 1920)


.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .